Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

S'abonner par Email

mardi 13 novembre 2018

[Bref] Australie: les 45% d'aborigènes qui fument sont abandonnés par les autorités

Le problème est connu. Régulièrement, les autorités australiennes annoncent de bonnes intentions sur le sujet. Mais concrètement depuis 20 ans, l'écart de 30 points de pourcentage entre les taux de tabagisme des autochtones et du reste de la population australienne ne s'est pas réduit. Actuellement, près de 45% des aborigènes adultes fument contre 16% de la population générale, selon les statistiques officielles. Dans les deux populations, la réduction du tabagisme a suivi une moyenne faible d'à peu près 1/2 point de pourcentage par an sur cette période. Y a t-il une option de ne pas attendre un siècle pour donner une chance aux aborigènes de s'en sortir? Ce 8 novembre, la 5ème Conférence nationale sur les drogues et l'alcool à l'intention des populations autochtones (NIDAC18) à Adélaïde a consacré un atelier à cette question avec la Pr Marewa Glover de Nouvelle-Zélande, le Pr Colin Mendelsohn et le Pr Scott Wilson.

Fossé social

En Australie, les inégalités sociales et de santé entre autochtones et le reste de la population sont telles que le Gouvernement a lancé le programme "closing the gap" visant à réduire ces écarts. "Le tabagisme est la principale cause de morbidité, d'incapacités, de traumatismes et de décès prématurés chez les peuples autochtones et représente 23% de l'écart de santé entre les Australiens autochtones et non autochtones", reconnaissait l'an passé Ken Wyatt, Ministre de la Santé des peuples autochtones. 

Mais la seule réponse uniforme des autorités australienne au tabagisme est une hausse des taxes des cigarettes, dont le prix a doublé depuis 2008 pour atteindre le record mondial en la matière à plus de 20 Fs le paquet. A ce tarif, fumer ruine les groupes sociaux à faible revenu. "Cela a créé un stress financier substantiel et des difficultés pour les fumeurs autochtones persistants. Ils doivent rogner sur leur budget en matière d'alimentation, de vêtements, de chauffage et d'autres éléments de base", constatent les participants à l'atelier de la Conférence.

Aucune aide

Malgré ce constat, rien n'a été pensé jusqu'ici pour appréhender cette question spécifique pour les autochtones. Comme les autres groupes sociaux soumis à un fort stress social, les aborigènes australiens fument plus et ont plus de difficulté à arrêter de fumer. "Bien que la motivation à cesser de fumer soit la même chez les fumeurs autochtones que chez les fumeurs non autochtones, il leur est plus difficile de cesser de fumer et les taux de renoncement au tabac sont faibles. Il est clair que la stratégie actuelle «cesser ou mourir» (Quit or Die) agit trop lentement. De nombreux fumeurs autochtones ne peuvent tout simplement pas ou ne veulent pas arrêter de fumer et restent à haut risque", résume le compte-rendu de l'atelier par l'Association Australienne pour la réduction des risques liés au tabac (ATHRA).

La prohibition du vapotage nuit aux fumeurs aborigènes

Le message principal des intervenants est clair: "Le tabagisme nuit de manière disproportionnée aux populations autochtones. L’Australie a l’obligation morale de donner la priorité à cette question chez les autochtones et d’envisager toutes les options. Le vapotage devrait faire partie d'une approche globale pour réussir à «combler le fossé»". L'accès à l'outil de réduction des risques est interdit avec nicotine en Australie sauf sur prescription médicale. 

La prohibition du vapotage nicotiné handicape les fumeurs pour quitter le tabagisme, a fortiori les fumeurs autochtones. "Une étude récente sur les fumeurs australiens autochtones a révélé que 21% ont déjà essayé le vapotage. Cependant, les auteurs ont constaté «qu'il y a beaucoup de malentendus concernant le risque relatif du vapotage par rapport aux cigarettes classiques, en partie à cause du cadre réglementaire strict en Australie»", rapportent les intervenants.

Respect des droits humains

Pourtant, chez le voisin néo-zélandais, l'approche de réduction des risques montre des résultats encourageant dans les populations maoris, également en proie à un fort tabagisme. Le groupe d'auto-support Vape2Save a ainsi aidé de nombreux maoris à cesser de fumer.  La Pr Marewa Glover, néo-zélandaise spécialiste de santé publique et d'origine Maori, conclue: "Empêcher les peuples autochtones de passer à ces alternatives à risque grandement réduit et sans fumée est une atteinte à leur droit humain et au droit à la santé des autochtones"


dimanche 11 novembre 2018

[Bref] Le Département des accises de Thaïlande voudrait légaliser le vapotage avec une taxe

"Des changements majeurs sont en cours concernant le vapotage en Thaïlande", annonce le site d'information thaïlandais Sanook. Le Directeur général du Département des accises Anuntasilpa Patchara a annoncé à la presse ce 7 novembre étudier une légalisation du vapotage en le taxant. Mais le dossier est épineux. "Le Ministère des Accises est prêt à taxer le vapotage en tant que produit légitime. Parce que ce n'est pas une drogue. Mais le Ministère du Commerce en a interdit l'importation et le Ministère de la Santé s'oppose à sa consommation", explique le directeur du Département des accises au journal local Khaosod

L'association des vapoteurs reçue au Ministère du commerce

Ces dernières semaines, le Ministère du commerce a reçu l'association de défense des vapoteurs Ends Cigarette Smoke Thaïland (ECST). Le dernier rendez-vous le 31 octobre a débouché sur la constitution d'un comité pour reconsidérer le statut du vapotage. Autre motif de réformer la vape pour le Gouvernement: le tourisme. Les ambassades de huit pays ont demandé des clarifications sur le statut du vapotage suite aux arrestations de leurs ressortissants. "Au cours des seuls trois derniers mois, le Département des accises a saisi 80 produits de vapotage divers et infligé des amendes d’un montant total de 5 millions de bahts [≃152'000 Fs]", précise le Bangkok Post du 8 novembre

Les arrestations de touristes sont un "gros problème"

Depuis la prohibition décrétée en décembre 2014 par la junte militaire, détenir un produit de vapotage équivaut à du trafic illégal, punissable jusqu'à dix ans de prison et d'une amende. De manière aléatoire, des vapoteurs locaux et étrangers ont été arrêtés, parfois amendés, parfois incarcérés"L'impact sur les touristes entre en jeu sur le dossier du vapotage. C'est un gros problème chaque jour", reconnait le Directeur Anuntasilpa Patchara. Son département estime les cigarettes de tabac chauffé simples à réglementer, tandis que le cas des liquides de vapotage doit être évalué pour fixer "une fiscalité correcte"

Dans l'attente d'une réforme, la détention de produits de vapotage reste punissable d'amende et de prison en Thaïlande. Le Royaume compte officiellement 42% de fumeurs, qui consomment pour 80% des cigarettes du Monopole du Tabac de Thaïlande.

samedi 10 novembre 2018

En Allemagne, la Revue des médecins allume le dogmatisme stérile de l'OMS contre la réduction des risques

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) essuie une virulente charge dans le dernier numéro d'Äertze Zeitung, le journal des médecins allemands. L'approche de l'OMS contre les outils de réduction des risques, tels que le vapotage, ressemble à une doctrine idéologique conduite "d'une main de fer contre la société, au prix de dommages collatéraux", aux yeux de Matthias Wallenfels. Le rédacteur-en-chef de la rubrique économie d'Äertze Zeitung compare la politique de l'agence onusienne aux anciens "systèmes communistes". "Les mouvements sociaux et les aspirations à changer le système sont systématiquement poursuivis de manière répressive - jusqu'à ce que le système s'effondre à la fin. Cela pourrait également arriver à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans ses travaux en cours sur la Convention-cadre pour la lutte antitabac (FCTC)", estime t-il. 

Critiques étouffées

Le 8ème sommet anti-tabac (COP8) de l'OMS à Genève début octobre a accouché des habituelles recommandations de hausse des taxes et d'interdiction de publicité du tabac et, sans oublier, plus de fonds pour la prévention. "Parce que cela ne convient pas à leur idéologie, les représentants de la COP8 ont également tout mis en œuvre pour éviter de réagir aux nombreuses manifestations contradictoires de diverses organisations à Genève", rapporte Matthias Wallenfels. 

Cible de la contestation: la politique univoque de l'abstinence comme solution unique proposée aux fumeurs pour s'en sortir. Un dogme de l'OMS qui pourrait la conduire à nuire à la santé publique estime le Vaping Post cette semaine. Aux critiques à chaud du réseau INNCO, dont celle des représentants francophones (ACEAF, Aiduce, Helvetic Vape et Sovape), le témoignage de Claude Bamberger, s'ajoute cette semaine la voix espagnole de l'association Anesvap. Son analyse pointue sur "cette chaise cassée" qu'est l'OMS pointe le pilier brisé de la réduction des risques dans la politique tabac de l'agence onusienne. Mais ce sont aussi les disparitions du respect des droits humains et de la transparence qui inquiètent. Du côté de l'organisation Consumer Choice, Bill Wirtz s'agace dans Agora des orientations bureaucratiques de l'OMS.

Les médecins rejoignent le mouvement vers la réduction des risques

Au mouvement des usagers de moyens de consommer la nicotine à risque réduit s'ajoutent "de plus en plus de médecins du monde entier pour plaider contre la résistance des sociétés professionnelles à envisager des solutions de remplacement au tabagisme", se réjouit Äertze Zeitung. Même au risque d'être accusés d'être à la solde de l'industrie cigarettière, précise le rédacteur-en-chef. "Au lieu de soutenir activement les fumeurs concernés par ce changement, en Allemagne, on accuse le vapotage d'être un produit de l'industrie du tabac", déplore le Dr Knut Kröger, au journal des médecins.

Sortir de l'échec programmé

Le Dr Kröger est l'un des éminents spécialistes allemands avoir pris position en faveur de la réduction des risques au 34ème Congrès national d'angiologie la semaine dernière à Bonn. Avant eux, plus de 70 spécialistes mondiaux avaient également publié une supplique à l'OMS pour l'appeler à prendre en considération la réduction des risques avant son Sommet.

"Les méthodes d'abstinence conventionnelles, en partie fondées sur des preuves, sont en échec. De sorte qu'aujourd'hui, le vapotage est la méthode la plus fréquemment utilisée pour tenter d'arrêter de fumer aussi en Allemagne", appuie Matthias Wallenfels. "La population est de plus en plus disposée à adopter des solutions de remplacement"

[Bref] Le Royaume-Uni autorise les allégations de santé dans la publicité sur la vape

"Suite à une consultation étendue, les Comités des pratiques publicitaires (CAP et BCAP) ont modifié les règles relatives à la publicité afin que les allégations de santé ne soient plus interdites dans les publicités pour le vapotage". L'annonce officielle avant-hier de la modification des règles publicitaires britanniques est symboliquement un énorme pas pour extirper le vapotage du rideau de fumée tabagique. Principal changement, la mention interdisant les allégations de santé de l'article 22.5 du Code du CAP est éliminée.

Interdictions européennes

La réglementation révisée n'ouvre pas la porte à tout, loin s'en faut. En premier lieu, l'interdiction de publicité pour le vapotage dans les mass-média, provenant de l'implémentation de la directive européenne (TPD), règne encore au Royaume-Uni. "Sans licence [pharmaceutique], les produits de vapotage contenant de la nicotine ne peuvent faire objet d'annonces dans les médias audiovisuels ; le BCAP souligne donc que la proposition de lever l'interdiction des allégations de santé pour les produits de vapotage pourrait bien être très limitée dans son application, mais il a exprimé le souhait de procéder néanmoins au changement par cohérence du régime du CAP et afin de refléter l'état des meilleures connaissances scientifiques disponibles", explique le memo de l'Agence de normalisation de la publicité (ASA), chargée de l'application.

Flou sur ce qui est permis de dire

D'autre part, les allégations médicales restent interdites. Le vapotage n'étant pas un médicament, cela semble de bon sens. Mais la limite entre allégation de santé, désormais autorisée, et allégation médicale interdite est très floue. Si des termes comme "guérir" appartient assez clairement au registre médical, des mots comme "prévenir" ou "éviter" ne semblent pas être la propriété des seuls médecins. Le CAP n'ayant pas défini précisément les allégations possibles ou non, il y aura probablement des ajustements en pratique. D'autre part, l'ASA insiste sur le fait que les assertions se doivent d'être établies et générales à la classe des produits de vapotage: pas de publicité annonçant que tel modèle particulier a des vertus. 

Pouvoir combattre la désinformation

L'esprit de la modification s'éclaire par les justifications du CAP à celle-ci. Les principales autorités de santé publique britanniques, notamment l'organisation anti-tabac Action on Smoking and Health (ASH), le Cancer Research UK (CRUK), le Public Health England et le Royal College of Physicians, ont soutenu une révision du code publicitaire en faveur du vapotage. "La compréhension par le public du risque relatif plus faible [du vapotage par rapport au tabagisme] est limitée et semble être en déclin. Or les spécialistes du marketing sont actuellement dans l'impossibilité de corriger cette mécompréhension dans leur propre publicité", résume le mémo de l'ASA. 

Face aux campagnes de désinformations des lobbys anti réduction des risques, cette modification du code publicitaire donne un peu de liberté pour répliquer aux organisations de santé et aux professionnels du vapotage britanniques. "Une annonce majeure comme celle-ci envoie également un signal positif aux consommateurs: il est bien plus prudent de vapoter que de fumer. Cela n’est peut-être pas allé aussi loin que nous le souhaiterions, mais c’est un grand pas en avant dans la bonne direction", estime James Dunworth sur Ashtray Blog.

Lever le bâillon de la réduction des risques

Après le Canada, le Royaume-Uni donne ainsi un peu plus de marge de liberté d'expression au camp de la réduction des risques face aux divers lobbys affairistes s'y opposant. A contrario, la France reste toujours bloquée dans une position répressive où les défenseurs de l'arrêt tabagique à l'aide du vapotage risquent à tout moment des poursuites pour "propagande"

Une situation paradoxale alors que la vape est de loin le moyen matériel le plus utilisé par les français qui tentent d'éviter de fumer, selon les données de Santé Publique France. La propagande pour ne pas arrêter de fumer à l'aide du vapotage, elle, est légale et largement répandue par les médias. En Suisse, aucune restriction n'existe pour le moment, ce qui permet à des magasins de vapotage a faire ouvertement campagne en faveur de l'arrêt tabagique.



vendredi 9 novembre 2018

Un scanning de la couverture de presse mondiale sur le vapotage montre le grand décalage entre les journalistes et le public

Ils ont déniché 86'872 articles d'information traitant du vapotage depuis 2013. Une équipe de chercheurs américains du domaine de la santé publique a scanné plus de 100'000 sources en 23 langues provenant de 148 pays dans les archives de Google News, Bing News et des partages sur Twitter à partir de mots-clefs dans le registre du vapotage. De 8 articles publiés par jour en 2013, la moyenne de publications quotidiennes a bondi à 75 au premier semestre 2018. "Les informations données sont à la fois un marqueur de l'essor des ENDS [systèmes électroniques de délivrance de nicotine, acronyme utilisé par les auteurs pour parler de vapotage] et un vecteur de la manière dont les informations (et la désinformation) sont diffusées à propos des ENDS", estiment les auteurs de l'étude dirigée par John Ayers, de l'Université de San Diego, et publiée dans la revue Plos One

Une étude financée par le milliardaire anti-vape Michael Bloomberg

"Où les ENDS bénéficient-ils d'une couverture? Quelles problématiques émergent? Quelles stratégies réglementaires sont privilégiées? Le monitorage des médias d'information peuvent répondre à ces questions, et à bien d'autres encore", argumentent les auteurs. Financés par l'organisation de l'affairiste anti-vape Michael Bloomberg, ils ont analysé la provenance géographique, le sujet des reportages, la popularité des sujets dans le public, et le sentiment à propos du vapotage véhiculé par les articles.

La plupart des articles concernent les Etats-Unis avec 34% du total des publications, devant le Royaume-Uni (7%). Les articles de France sont très loin derrière symbolisant le peu de traitement du sujet au niveau francophone. La menace que fait peser la loi française contre l'information positive sur le vapotage jouant probablement un rôle dans ce mutisme.

Alarmisme contre arrêter de fumer

Le grand écart entre l'intérêt et l'orientation des journalistes et le public commence à se dévoiler avec les catégories des articles sur le vapotage. Les médias anglophones et francophones privilégient les informations d'avertissements contre le vapotage, devant les questions d'interdictions. Les sujets sur les prix viennent en troisième place dans ces régions, tandis qu'ils sont le centre d'intérêt premier dans les pays de l'est (Russie, Ukraine), en Inde et en Egypte.

Mais ces intérêts éditoriaux ne sont pas forcément ceux du public. Le principal sujet propulsant la popularité d'articles sur la vape est l'arrêt tabagique. "Il y a peu d'articles sur les ENDS centrés sur l'arrêt du tabac, mais ces articles ont le plus de chances d'être populaires, avec une probabilité de 13% de finir dans les 3 premiers déciles du classement de popularité", souligne la recherche. Dans la sphère francophone, les journalistes privilégient dans 30% des cas l'alarmisme, contre seulement 8% d'articles traitant de l'arrêt du tabac à l'aide du vapotage. 

Le double d'articles négatifs que positifs

Une accentuation de la faible popularité des sujets de prédilection des journalistes est peut-être à chercher dans l'orientation qu'ils impriment à leurs articles. En analysant des marqueurs de sentiment exprimés par les registres sémantiques, les chercheurs notent que "très peu d'articles (17%) expriment des sentiments positifs, et seuls environ 1% sont fortement positifs". Selon l'analyse des chercheurs, le double d'articles expriment une orientation négative (39%), voire très négative (2%). Parmi les 44% d'articles classés comme neutres, on peut noter que ceux utilisant un registre très légèrement négatif sont plus de quatre fois plus nombreux que ceux très légèrement positifs.
La provenance géographique ne semble pas jouer de rôle sur l'orientation positive ou négative des articles. "Cependant, les articles sur l'abandon du tabac et les prix étaient généralement plus positifs que les articles ayant d’autres sujets", remarque l'étude publiée dans Plos One.

La césure avec le public 

"Nos résultats mettent en évidence plusieurs déconnexions entre les priorités de la communauté scientifique et les domaines de préoccupation potentiels du public", concluent les auteurs. Ils déplorent que les journalistes ne traitent pas suffisamment à leur goût du projet d'interdiction des arômes de vapotage. "De plus, les articles les plus populaires concernent comment arrêter de fumer, alors que ces articles contiennent plus de représentations positives que d’autres articles sur les ENDS", regrettent les auteurs, avant d'insister: "Bien que les études sur les ENDS comme aide à l'arrêt tabagique restent limitées et controversées dans le monde universitaire, le public semble désirer en apprendre davantage et les rédacteurs discutent souvent de manière positive de l'arrêt tabagique à l'aide du vapotage".

mardi 6 novembre 2018

La Commission Européenne analyse les réponses à son projet de taxes selon les liens d'intérêts sauf pour l'industrie du cancer

La Commission Européenne a fait son rapport sur les contributions à sa consultation publique estivale sur les taxes tabac et son projet d'imposer une taxe anti-vape. Elle avait déjà publié les résultats statistiques en septembre : près de 90% de participants s'opposent à l'assimilation de la vape aux produits du tabac et à ses taxes punitives. Au-delà des chiffres, la Commission propose une analyse d'opinions, dont le Vaping Post fait un compte-rendu en français. "Comme l’on pouvait s’y attendre avec ce genre de consultation publique, chacun a défendu ses intérêts et campé sur ses positions", résume Alistair Servet pour le site spécialisé. Mais les liens d'intérêt sont-ils vraiment analysés par le rapport de la Commission?

Pas de baisse du taux de sophisme en Europe cette année

Le rapport de la Commission a catégorisé les réponses par liens d'intérêt supputés des participants individuels (hors organisation). Bien que seuls 1,77% des participants ont déclaré être vapoteurs lors de l'enquête, la Commission a considéré comme parties prenantes liées d'intérêt pour la vape, tous les participants individuels donnant des réponses s'opposant aux mesures anti-vape. "Le taux de réponse élevé parmi les citoyens s'explique principalement par la pétition parallèle lancée par diverses organisations de consommateurs de vapotage. La pétition a attiré 50'000 supporters qui ont également été invités à participer à la consultation publique pour «défendre le droit d’accès au vapotage sans taxe dans toute l’Europe»", précise le rapport de la Commission. 

Justifiant à ses yeux que "les commentaires de plus de 10'000 citoyens européens ayant pris part à la consultation publique devraient être considérés représentant principalement les points de vue des communautés soutenant la vape". Voyons, comment ça marche? Vous déclarez être pour l'abolition des taxes sur les serviettes hygiéniques, donc vous êtes une femme féministe, donc c'est normal que vous soyez pour l'abolition des taxes sur les serviettes hygiéniques. Le jeu est facile, vous pouvez essayer avec d'autres choses, ça marche bien pour dénier a priori toute réflexion à quelconque prise de position en l'accusant de prendre cette position par intérêt. La preuve d'un lien d'intérêt? Tu as pris cette position.

Citoyens égaux mais un peu moins quand même

La Commission concède que "la nature et le but d’une consultation publique ouverte sont, non pas de fournir une statistique significative de la population de l’UE (...), mais de permettre à toutes les parties prenantes de donner leur point de vue sur la politique de l’UE". Mais en rappelant avec insistance qu'il "est essentiel de garder à l’esprit ce biais pour une analyse et une interprétation correctes des réponses". En somme, on l'aura compris, l'interprétation correcte est donc que seuls des vapoteurs peuvent se soucier de réduction des risques sur la question. Honnêtement, je ne sais pas comment doivent le prendre les non-vapoteurs?

D'accord, on ne va pas nier qu'il y a eu plus que probablement une forte participation de vapoteurs à la consultation. Même s'il est difficile de la comptabiliser précisément et qu'elle ne correspond pas au nombre de signatures de la pétition. Mais la catégorisation faite par la Commission pose tout de même deux questions de fond: les vapoteurs sont-ils des citoyens un peu moins égaux que les autres lorsqu'ils exercent leur droits civiques et expriment leur opinion, après y avoir été invités par la Commission, sur un sujet qu'ils connaissent d'expérience et pour lequel ils sont directement concernés? Les avertissements du rapport de la Commission laissent planer un doute sur le sujet. 

Pas vu, pas pris?

L'autre question concerne l'inégalité de traitement des répondants dans la manière de catégoriser. La Commission distingue les parties liées au vapotage, celles liées au tabac, puis une catégorie "santé publique". La réduction des risques est-elle d'office hors du champ de la santé publique pour discriminer l'une de l'autre? Cela ressemble plus à une pétition de principe de la Commission qu'à quelque chose de fondé en termes de santé publique. 

Les 50 organisations élues à la catégorie 'santé publique' sont-elles toutes sans lien d'intérêt avec quelconque entreprise pouvant bénéficier du tabagisme? Les organisations recluses dans le sac "autres" sont-elles dénuées d'intérêt pour la santé publique? Le rapport de la Commission ne permet pas de le savoir. L'absence de précision doit-elle laisser supposer qu'aucune organisation sponsorisée par des firmes d'anti-cancéreux, financée par l'affairiste Michael Bloomberg ou encore dépendante des subventions et des désirs de la Commission Européenne n'a été labellisée 'santé publique'? hum... On peut être pris de doutes. En gardant le silence sur ce chapitre, alors qu'il a pris pour angle les liens d'intérêt, le rapport ne lève pas les zones obscures des intérêts sur le dossier.

Quitte à prendre le parti d'analyser les réponses selon des liens d'intérêts supputés, il aurait été intéressant que la Commission aille au bout de cette logique. Elle aurait pu analyser le schisme qui traverse le camp des 50 organisations qu'elle a qualifié de "santé publique" concernant les produits de réduction des risques. Elle note pourtant en conclusion que "les positions des parties prenantes de la santé publique sur ce sujet ne sont toujours pas uniforme". Mais les intérêts qui président à ces différentes positions restent dans l'ombre dans ce rapport qui semble surtout tenter de justifier ses a priori sur les participants. 

[Bref] La RTS effrayée à l'idée que la Juul puisse faire baisser le tabagisme en Suisse

Avant même qu'elle ne soit en vente en Suisse, la Juul est l'objet de l'attention de la radio nationale RTS. Un sujet sur la matinale d'hier la présente comme l'objet qui "fait fureur chez les jeunes américains". Rien de moins. C'est faux, mais c'est une super accroche marketing pour le lancement d'une mode chez les jeunes suisses. Pour donner l'impression de s'appuyer sur des faits, la RTS référence une tribune de Scott Gottlieb, le Commissaire de la Food and Drug Administration (FDA), dans le Washington Post. 

Trumpetterie

Dans le style trumpien, il avance des chiffres non-publiés, invérifiables où le propos gonfle une grenouille à coup de pourcentages à défaut de faits tangibles. A une époque où les records de trumperies quotidiennes explosent, on aurait pu s'attendre à un peu plus de sérieux et de professionnalisme des journalistes de la RTS avant de reprendre pour argent comptant cette esbroufe. Mais sur le sujet, on a déjà pu le voir à plusieurs reprises, notamment lors de la publication du rapport scientifique du Royal College of Physicians, la RTS préfère les mensonges et la calomnie que d'informer.

En réalité, 1,6% des jeunes entre 15 et 34 ans déclarent utiliser une Juul au moins 10 fois dans le mois, selon les données de la dernière recherche de Truth Initiative, une organisation hostile au vapotage. Parler d'épidémie est risible avec un tel taux à une fréquence d'usage plus basse que celle prise en considération habituellement (20 fois par mois) pour le tabagisme. Selon cette recherche publiée dans la revue Tobacco Control, en tout 6% de cette classe d'âge dit avoir utiliser la Juul, mais dont près des trois quart ne l'utilisent pas fréquemment.

De manière plus globale, le vapotage a décimé le tabagisme des jeunes américains depuis son essor en 2011. Moins de 2% de lycéens vapotent régulièrement, pour les 9/10ème avec un passé tabagique. Environ 10% d'autres lycéens vapotent occasionnellement sans nicotine. Ce sont ceux qui en expérimentant le vapotage évitent d'expérimenter la cigarette. Les conséquences sont manifestes: le tabagisme des jeunes américains dégringole comme jamais auparavant. 

Chez les 18-24 ans, qui étaient adolescents durant l'essor du vapotage, ils ne sont plus que 10,4% à fumer. 5% sont ex-fumeur, pour une bonne partie en s'aidant du vapotage, et 13% ont vapoté momentanément dans leur vie et éviter de devenir fumeur. Si cette part d'adolescents avait essayé la cigarette à la place, ce qui 7 fois sur 10 fini par du tabagisme régulier à long terme, le taux de tabagisme serait à peu près similaire à ce qu'il était avant 2011 et la popularisation du vapotage.

En promotion cette semaine, la peur

Mais tout ceci n'intéresse pas la RTS. La peur est un meilleur produit médiatique. Et ce n'est pas totalement gratuit. L'élue 'verte libérale' Graziella Schaller en profite pour placer son slogan de marketing politique: "j'espère vraiment que ce [la vape] sera assimilé à des produits du tabac pour protéger les jeunes, qui actuellement peuvent avoir un accès extrêmement facile à ces produits". C'était également la demande des cigarettiers cet été lors de la table-ronde avec l'administration fédérale. Ce dernier épisode de la RTS a le mérite de lever l'ambiguïté sur les motivations de Graziella Schaller et dans quel camp elle se trouve. Livrer les vapoteurs et la vape aux cigarettiers pour programme.

Actuellement, 38% des jeunes romands de 18 à 24 ans fument, plus du quart des 15 à 18 ans suisses aussi. Mais selon la responsable politique, le problème est donc le vapotage, pas la situation tabagique que la politique actuelle a engendré. Du Orwell version 2018: "Fumer est nocif, donc empêchons les gens d'éviter de fumer avec le vapotage". 

La Juul en Suisse bientôt, mais laquelle ?

Concernant le monstre fantasmé que serait la Juul, un petit pod avec des recharges scellées, son arrivée sur le marché Suisse se précise depuis que la firme a déposé son nom au registre du commerce de Zoug cet été. Mais rien n'indique quelle version du produit sera commercialisée le cas échéant. Deux versions de la Juul existent en dosage de nicotine très différents, une américaine et une autre européenne. 

La Juul aux Etats-Unis contient 0,7 ml de liquide concentré à 50 mg/ml de sels de nicotine. Un bon équilibre entre tirage serré et dosage de nicotine en sels, qui a attiré une part conséquente de fumeurs américains. Le cabinet financier Citi estimait en avril que la Juul est la raison la plus probable à l'effondrement des ventes de cigarettes au 1er trimestre de cette année. D'où la réaction très agressive des défenseurs des cigarettiers contre la start-up qui menace leur profit.

Mais la Juul existe aussi désormais dans une version européenne de 1,2 ml à 17 mg/ml de sels de nicotine, commercialisée depuis peu dans certaines villes anglaises. Le produit dans cette version n'apporte rien de particulier qui ne soit déjà offert sur le marché. Laquelle des deux sera en Suisse, la chose n'est pas claire à ma connaissance... 


dimanche 4 novembre 2018

Pour éviter la soft-censure des réseaux sociaux, s'abonner aux mails de Vapolitique

Pour recevoir par mail les articles: 
S'abonner à Vapolitique

Pour s'abonner dans un lecteur de flux RSS :  S'abonner dans un reader

Ce n'est pas la première fois. Depuis une semaine le flux de lectures en provenance de Facebook s'est écroulé: de dix à vingt fois moins de connexions sur chaque article qu'habituellement. Cela s'était déjà produit il y a quelques mois. Facebook est connu pour appliquer des restrictions de diffusion furtives limitant les affichages de certains billets ou sources. Une forme de censure soft qui ne se présente pas aussi brutalement qu'un blocage net.

Je me demande si, cette fois, cela n'est pas lié à mon usage du hashtag #MoisSansTabac. L'écroulement de lectures coïncide avec un article l'utilisant en titre, alors que Tabac Info Service a interdit l'usage de la charte graphique de l'opération au groupe Vape Info Service. Les autres sources de lecteurs sont restées stables sur cette période. De quoi se poser la question, mais c'est une hypothèse que je ne pourrais pas vérifier...

Quoiqu'il en soit, d'autres épisodes de blocages sont déjà survenus, également sur le réseau social Twitter. Pendant quelques mois, sur une dénonciation anonyme "d'un partenaire de Twitter" et sans autre explication, ce réseau empêchait la publication de billet avec des liens vers Vapolitique.blogspot.ch. Puis cela s'est arrêté... sans plus d'explication. Bref ce n'est pas un scoop, l'information sur la réduction des risques avec le vapotage n'a pas que des soutiens.

S'abonner pour recevoir directement les articles par mail permet d'éviter d'être à la merci des choix de ces réseaux sociaux. Comme le reste du contenu de ce blog, produit bénévolement, c'est gratuit et sans pub. L'abonnement passe par FeedBurner qui automatise l'envoi d'un mail le matin suivant avec les articles. La mise en page est très légèrement différente du blog, sur lequel vous pouvez toujours venir. Vous pouvez vous désabonner par la suite.


samedi 3 novembre 2018

Photos truquées sur la vape: les autorités de santé du Montana prises en flag' de manipulation

Les échanges de mails entre Jen MacFarlane, responsable de la promotion de la santé du comté de Gallatin dans le Montana (USA) et la graphiste engagée par son département sont effarants. Demande d'images terrifiantes, de trucages et de falsifications, ainsi que d'utiliser des photos d'adolescents de minorités ethniques et de sub-cultures marginales pour parfaire l'amalgame. On retrouve toutes les ficelles d'anciens processus de criminalisation de consommateurs, mais cette fois contre le vapotage. Ces mails, Ron et Deanna Marshall, du magasin Freedom Vapes, se les ont procuré en activant le Freedom of Information Act (FOIA), la loi sur la liberté d'information qui permet d'avoir accès à la correspondance des services d'Etat. Ils ont reçu 4'000 pages recto-verso.

Liquide anti-gel, respirateurs artificiels et rappeurs

"Merci pour ces images. Pouvez-vous modifier les labels du liquide de vape pour représenter la toxicité, ce serait grandiose", demande sans point d'interrogation Jen MacFarlane, le responsable du département de santé à la graphiste. La créatrice a bien saisi l'esprit du travail. "Est-ce que nous montrons un jeune avec un respirateur artificiel, ou avec un inhalateur pour asthme avec le slogan "Vapoter n'est pas sans risque" ?", demande t-elle à un autre moment. Il n'existe aucun cas de bronchopneumopathie (BPCO) à cause du vapotage, mais cela n'est pas même évoqué dans la conversation. 

Pour compléter l'invention du mythe, elle propose aussi de faire des photos d'une vaporette remplie de "liquide anti-gel". MacFarlane insiste pour inclure des images d'adolescents "identifiés au Hip-Hop ou d'autres groupes de pairs et culture alternative". Etc. Les idées de faux pullulent au long des documents internes.

Programme de publication pour les jeunes

Ces falsifications n'ont pas été sans conséquence légale. Le comté de Gallatin s'est appuyé sur ces documents pour décider d'interdire le vapotage dans les lieux publics, y compris dans les magasins de vape. Les usagers expérimentés ou débutants ne peuvent plus essayer ni recevoir d'instructions pratiques dans les shops spécialisés. Ron Marshall, commerçant de vape, déplore cette restriction et plus globalement la stigmatisation du moyen d'arrêter de fumer. "Ils essaient de représenter une image du vapotage qui est un mensonge. Les gens l'utilisent pour arrêter le tabac", déclare t-il à la chaîne NBC Montana (voir vidéo en fin d'article).

Interdiction contestée

"Le porte-parole du département de la santé du comté de Gallatin, Matt Kelley, a déclaré que les courriels faisaient partie d'un programme visant à créer des publications sur les réseaux sociaux destinées aux jeunes avec une subvention reçue des Centers for Disease Control (CDC)", précise la chaîne de télévision. Le porte-parole estime justifiées ces falsifications contre le vapotage. De leur côté, les autorités ont eu des doutes et ont fait volte-face à deux reprises. Finalement ce 25 octobre, le Conseil de santé du comté a voté par 7 voix contre 2 l'interdiction du vapotage en intérieur avec effet immédiat.

Les vapoteurs sont désormais punissables d'une amende de 25$ à 100$, tandis que les gérants de magasins peuvent écoper d'une amende de 100$ à 500$. Cela ne devrait ne pas en rester là. "Il y a collusion et il pourrait y avoir une violation des droits civils", estime Ron Marshall. Son épouse a annoncé une plainte après le vote du Conseil du comté au quotidien local Bozeman Daily Chronicle. De son côté, Matt Kelley, le porte-parole du département de santé dit réserver ses déclarations sur d'éventuels litiges seulement lorsque les poursuites seront officiellement entamées.

Le reportage de NBC Montana:



[Bref] L'internationale des vapoteurs demande au Gouvernement italien de supprimer la surtaxe scélérate et le régime de monopole

Il faut en finir avec la situation absurde et délétère de la surtaxe anti-vape et du régime de monopole de l'Administration des Douanes et des Monopoles (ADM - ex-AAMS) en Italie. C'est en substance le message envoyé par INNCO, le réseau international des organisations de consommateurs de nicotine à risque réduit, au Premier ministre Conte et ses vices-Premiers ministres Salvini et Di Maio. Représentant 38 associations d'usagers, dont l'association des vapoteurs italiens ANPVU, INNCO demande "la supression de la taxe régressive sur le vapotage, le rétablissement des ventes en ligne et l'élimination du régime de l'ADM" dans la lettre également adressée au Ministre de l'économie Tria, la présidente de la Commision finance du Sénat Comaroli et les sous-Secrétaire au gouvernement Garavaglia et Castelli.

Le pire est pour les usagers et la santé publique

"Le régime de l'administration autonome des monopoles d'État limite la vente de vapotage aux buralistes, aux pharmacies et aux magasins agréés par la même administration, l'interdiction des ventes en ligne et transfrontalières, le niveau drastique de taxe sur les "consommables" imposée aux liquides et ses ingrédients et les normes floues ont décimé ce qui était autrefois le secteur à la plus forte croissance de l'Union Européenne (UE). Le résultat est une perte énorme pour l'économie italienne et le secteur italien du vapotage. Mais le pire préjudice est porté par les consommateurs de nicotine et la santé publique", explique la lettre d'INNCO publiée par le site italien spécialisé SigMagazine.

En 2014, le gouvernement d'alors avait créé une catégorie de "liquides d'inhalation contenant ou non de la nicotine", pour les taxer à hauteur de 4€ la fiole de 10 ml selon une règle d'équivalence ahurissante par rapport aux cigarettes de  tabac. "Le gouvernement italien précédent avait défendu cette politique en tant que réponse fiscale légitime nécessaire pour compenser la chute des revenus du tabac. La santé des ex-fumeurs qui sont passés à un produit nicotiné présentant un risque au moins inférieur de 95% était et continue d'être totalement ignorée", regrette l'organisation internationale.

Que deviennent les promesses de Matteo Salvini?

Bien que "la coalition au gouvernement se soit engagée à cet égard dans son "contrat" ​​de 57 pages. Et que l’honorable Matteo Salvini a promis personnellement à la filière et aux consommateurs de vapotage en janvier de supprimer la taxe", rien ne se trouve dans le budget du Gouvernement soumis ces derniers jours au Sénat. Au contraire, la hausse des taxes tabac envisagée se répercuterait automatiquement contre le vapotage en raison de la loi de 2014, accroissant l'inégalité de traitement en défaveur du produit à risque réduit sans tabac ni combustion.

Marché noir, discrimination et protection du tabagisme

Les conséquences de la situation actuelle pour les usagers sont pourtant manifestement néfastes. "Loin de "maintenir la qualité", les restrictions actuelles ont considérablement accru le potentiel de circulation d'ingrédients illégaux non testés de provenance inconnue: un risque potentiel pour la santé de l'utilisateur et une perte de revenus pour l'économie", témoigne la lettre du réseau d'usagers.

"L'interdiction des ventes intérieures en ligne a un impact direct sur les personnes vivant dans les zones rurales ayant peu ou pas d'accès aux magasins spécialisés. Le succès du vapotage en substitution du tabac dépend souvent de l'accès du consommateur à un large éventail de choix pour personnaliser à la fois le "vaporisateur" et le goût du liquide. Cela dépend aussi beaucoup de l'accès des nouveaux utilisateurs aux conseils et instructions personnalisées des spécialistes indépendants des produits de vapotage", dénonce INNCO. Le Gouvernement italien prendra t-il enfin en considération les demandes des usagers? 



[Bref] Les astuces pratiques pour passer au vapotage et arrêter de fumer des britanniques

"Staying switched". Les 'conseils pour les néo-vapoteurs de la part d'anciens' est le fruit d'une collaboration entre professionnels de santé et vapoteurs anglais. Le tract double-face (voir plus bas), publié par le Centre national de formation à l'abandon du tabagisme (NCSCT), est issu de l'expérience des usagers de la New Nicotine Alliance (NNA) ainsi que des études des chercheurs de l’Université d’East Anglia (IEA) et du Cancer Research UK (CRUK). "Rappelez-vous qu'en arrêtant de fumer, vous faites la meilleure chose possible pour votre santé. Vapoter n'est pas tricher. C'est une alternative beaucoup plus sûre que de fumer".

Nicotine & fun sans fumée

Le flyer couleur, qui sera distribué dans tout le Royaume-Uni, liste les conseils pour bien démarrer avec le vapotage et arrêter "pour de bon" de fumer:
  • Trouver le bon appareil
  • S'amuser à essayer des arômes de vape: "Ils aident à faire perdre le goût des cigarettes moins attrayant"
  • Face au manque, ne pas hésiter à utiliser un liquide plus concentré en nicotine
  • Ne pas s'inquiéter de vapoter fréquemment: "Les recherches montrent que les usagers auto-régulent leur niveau de nicotine sans devenir plus dépendant qu'en fumant"
  • Lors de sorties en soirée ou d'événements excitants, ne pas hésiter à utiliser un liquide plus dosé en nicotine pour éviter une envie de cigarette
  • Avoir un appareil de secours pour éviter de se retrouver en rade en cas de problème technique

Ne vous flagellez pas si vous trébuchez

Manquent peut-être le rappel de boire suffisamment d'eau pour éviter la sécheresse, et parfois un léger mal de tête, liée à la capture de l'humidité par le vapotage, ainsi que les plages de puissances correctes, entre 3,5 et 4,5 volts, pour éviter de surchauffer le liquide. Les conseils techniques sont laissés à l'initiation en magasin spécialisé.

Pour ceux qui trébuchent et fument quelques cigarettes, "ne vous flagellez pas". Les recherches montrent que cela ne se traduit pas systématiquement par une rechute. "Augmentez votre nicotine, essayez une nouvelle saveur ou offrez-vous un nouveau gadget", encouragent les auteurs.

Concernant la question d'arrêter le vapotage, "cela doit être votre décision - pas celle de quelqu'un d'autre". La fiche d'information de santé rappelle "qu'inhaler de la nicotine en vaporisant du e-liquide est beaucoup plus sûr que l'inhalation de fumée de tabac".

Qui va piano, va sano

Pour les vapoteurs voulant réduire leur consommation de nicotine, la devise "qui va piano, va sano" s'impose.  "Réduire trop rapidement votre taux de nicotine vous rend plus vulnérable aux envies de fumer". Au cas d'arrêt du vapotage, garder une vaporette de secours: "Il est préférable de recommencer de vapoter que de fumer".

Pour plus d'aide, le flyer invite à aller voir au magasin de vape spécialisé et de contacter le centre stop-tabac local. Enfin, "si vous n'êtes pas en mesure de vapoter, prenez en considération des alternatives nicotinées telles que les patchs, les gommes ou les sprays".


vendredi 2 novembre 2018

#MoisSansTabac: le vapotage et l'entraide combinés offriraient le double de chances de réussir que la moyenne générale

"En 2017, 380'000 fumeurs ont arrêté de fumer à l'occasion de la campagne Mois Sans Tabac, dont 20% durablement à 6 mois", annonce François Bourdillon, directeur de Santé Publique France (SPF), au Quotidien du Médecin. Durant le Mois Sans tabac 2017, l'association Sovape avait suivi le groupe d'entraide facebook des vapoteurs: 38% de participants déclaraient ne plus fumer après cinq mois. Cette enquête, indépendante et sans aide financière (voir en fin d'article), n'est probablement pas strictement similaire à celle de Santé Publique France. Mais en comparant de manière un peu cavalière ces deux résultats, l'écart est notable: les participants utilisant le vapotage et soutenus par des usagers expérimentés seraient le double à réussir que la moyenne générale du Mois Sans Tabac. 

Où sont les femmes ?

Autre fait notable, la participation féminine très élevée au groupe d'entraide, alors que Santé Publique France alerte ces jours sur le fort tabagisme des femmes. Près de 80% des participants sont des femmes, relève le rapport de Sovape (auquel j'ai contribué) publié fin mai. "Le caractère de groupe “fermé” pourrait être plus propice à l’engagement des femmes que les groupes ou forums ouverts", se demande Sovape, avant d'avancer une hypothèse plus spécifique à la démarche d’arrêt tabagique: "la difficulté pour les femmes de classe populaire de pouvoir consacrer temps, énergie et attention aux tentatives d’arrêts". Un aspect mis en relief dans les enquêtes de l’ethnologue anglaise France Thirlway, que nous avions interviewé.

52% de réussites supplémentaires pour les femmes anglaises depuis l'essor de la vape

"Les résultats de notre enquête suggèrent que le double soutien du vapotage et d’un groupe d’entraide pourraient constituer une opportunité particulièrement adaptée pour les femmes, souvent astreintes au double-emploi de leur travail salarié et du travail au foyer, avec la charge mentale afférente. Si nous n’avons pas trouvé d’études spécifiques sur la question en France, l’analyse des statistiques anglaises a montré l’augmentation importante (52% de réussites supplémentaires) du taux de réussite des sevrages tabagiques chez les femmes depuis l’essor du vapotage", souligne le rapport de l'association Sovape (p. 28).

Le point mérite attention a fortiori après la publication du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) sur l'évolution et les conséquences du tabagisme féminin en France. "Au début des années 1970, la prévalence du tabagisme féminin a augmenté. En 2017, elle se rapprochait de celle observée chez les hommes : 24% des femmes de 15 à 75 ans fumaient quotidiennement pour 30% des hommes", explique François Bourdillon, cette fois-ci en éditorial du BEH.

Augmentation du tabagisme des femmes de plus de 45 ans en France

Ce chiffre global du tabagisme féminin recouvre des évolutions contrastées selon les classes d’âges. Le tabagisme des femmes de 45 à 64 ans a augmenté de 21,5% en 2000 à 30,8% en 2017, selon les données de Santé Publique France. Cette hausse correspond "à l’arrivée dans ces tranches d’âge des femmes nées entre 1950 et 1960, premières générations parmi lesquelles le tabagisme s’est répandu dans les années 1970", détaille l'étude menée par Valérie Olié. Les maladies liées à la consommation tabagique ont pris l'ascenseur chez les femmes.

Et explosion du nombre de maladies liées

Elles sont 31% des 65'300 hospitalisés pour un infarctus du myocarde, avec un nombre de cas qui a augmenté de 50% entre 2002 et 2015. Le double de femmes sont hospitalisées pour une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) exacerbée en 2015 (plus de 29'000) qu'en 2002. Entre 2002 et 2012, le nombre de cancers du poumon chez les femmes a bondi de 72% pour dépasser 11'000 cas annuels. La dynamique est "inquiétante", alerte Santé Publique France. "Néanmoins, la diminution [du tabagisme] chez les femmes les plus jeunes (18-35 ans) constitue un signal positif. Si celle-ci perdurait, elle pourrait avoir un effet  bénéfique sur l’incidence de  l’infarctus du myocarde à relativement court terme et sur l’incidence du cancer du poumon et de la BPCO à long terme", souligne l'étude.

Il est à noter que Santé Publique France a accordé un soutien financier à Sovape pour organiser la formation des aidants du groupe facebook d'entraide Vape Info Service et le défraiement  du déplacement des bénévoles de l'association Aiduce sur les fanzones du Mois Sans Tabac 2018. Cependant, Tabac Info Service refuse de signaler l'existence au public concerné du groupe d'entraide sur facebook et lui interdit l'utilisation de la charte graphique du Mois Sans Tabac.



jeudi 1 novembre 2018

Suisse: Dix ans d'incompétence politique maintiennent le tabagisme à plus de 27% de la population

Les responsables du tabagisme Suisse

Depuis dix ans, le tabagisme en Suisse stagne: 27,1% en 2017 selon les derniers chiffres de l'Enquête nationale de santé. Une méthode de recensement dont on sait qu'elle tend à sous-estimer les consommations stigmatisées, dont le tabagisme. Publiée hier par l'Office fédéral de la statistique, cette enquête effectuée tous les cinq ans recense près de 1,9 millions fumeurs chez les plus de 15 ans. Par rapport aux 28,2% de 2012, la légère baisse représente environ 80'000 personnes sorties du tabagisme.

A peu de chose près, c'est le nombre de vapoteurs au quotidien estimés à 70'000 en 2017 par le cabinet Ecig Intelligence. Bien que fortement entravé par la prohibition des liquides nicotinés jusqu'à l'été dernier, le vapotage est devenu tout de même l'aide la plus utilisée par les fumeurs helvètes pour arrêter lorsqu'ils en utilisent une. Mais la vape n'était employée que dans 6% des tentatives en 2015 car l'extrême majorité (70%) des fumeurs ont tenté l'arrêt franc sans aide, selon le monitorage d'Addiction Suisse

Quand elle peut, la vape fait dégringoler le tabagisme

Depuis 2011, les pays où le vapotage a pu se développer ont vu leur tabagisme baisser. Voire dégringoler lorsqu'il est soutenu par une politique incitative. Pendant que les autorités Suisses interdisaient les liquides à vapoter nicotinés, sans base légale comme l'a jugé le Tribunal administratif fédéral en avril dernier, les anglais ont fait chuter d'un quart la part de tabagisme sous l'essor de la vape. Près de 40% des tentatives s'appuient sur ce mode de consommation de nicotine à risque réduit: les  réussites ont bondi. Les centres stop-tabac locaux enregistrent 63% d'arrêts réussis avec le vapotage en moyenne. 

Les adolescents britanniques ont suivi le mouvement de leurs aînés à la baisse. L'Islande a vu près de 40% de ses fumeurs passer totalement au vapotage depuis 2014, tandis que le tabagisme des adolescents est en voie de disparition. Dans l'Union Européenne, ce sont près de 7,5 millions de personnes libérées de la cigarette à l'aide du vapotage. Aux Etats-Unis, le tabagisme s'écroule dans toutes les classes d'âge sous l'impact de la vape.

La prohibition a maintenu le tabagisme en Suisse

En contraste de ces multiples exemples, la prohibition du vapotage nicotiné a assuré le maintien du tabagisme en Suisse durant cette période. Principale action des autorités sur le sujet: un projet de loi tabac (LPTab) bancal, cherchant avant tout à condamner la réduction des risques en assimilant le vapotage au tabagisme. Présenté en 2016, il a réussi à rallier une majorité du parlement contre lui, à cause de son rejet de la réduction des risques pour une part, et pour d'autres en vue de défendre la publicité des produits du tabac. Depuis, le Conseiller fédéral Alain Berset et son administration de l'Office de la santé publique (OFSP), ont bachoté un nouvel avant-projet au moins aussi incohérent que le précédent. Ils espèrent le faire avaliser au parlement pour une entrée en vigueur d'ici 2023.

61% des fumeurs veulent arrêter, mais où est l'aide?

Qu'en est-il de l'aide? 61% des fumeurs en auraient besoin, selon la nouvelle enquête nationale de santé. C'est la part des fumeurs qui voudraient arrêter de fumer. Mais là non plus, rien, pas un geste des autorités politiques. Elles interdisaient le vapotage nicotiné jusqu'à ce que la Justice remette les choses à plat fin avril. Du côté des professionnels de santé, l'idée d'une nouvelle approche sortant de la stérilité du dogme actuel évolue vraiment très lentement. Le Pr Jean-François Etter, directeur de Stop-Tabac.ch, a longtemps été seul à défendre un aggiornamento. Cependant fin 2017, la Fédération des professionnels socio-sanitaires du domaine des addictions (GREA, Fachverband Sucht, Addiction Ticino) a pris ses responsabilités, laissant espérer du mouvement. 

Explosion des inégalités sociales de santé

En dehors de la vape, les substituts nicotiniques ne sont tout simplement pas remboursés par l'assurance-maladie de base. Bien que livrés au monopole des pharmaceutiques ce qui leur assure des marges bénéficiaires à faire pâlir de jalousie tout dealer de coke. Force est de constater que les élites de santé publique se soucient peu [euphémisme] de ses tracas de fumeurs. Une raison évidente, le problème concerne avant tout les classes populaires. En proportion, les chômeurs sont, par exemple, cinq fois plus nombreux à fumer que les plus aisés.

Les personnes souffrant de troubles psychiques, les groupes stigmatisés, les groupes sociaux soumis à d'important stress, y compris celui de l'échec scolaire, ont tous des taux de tabagisme nettement supérieur à la moyenne générale. Concernant les chances de réussir à arrêter aussi les inégalités sociales sont au rendez-vous. Une personne peu diplômée a trois moins de chances de réussite qu'un membre de l'élite Suisse, selon le suivi Salpadia en 2011. Alors que ce ratio n'était que de 1,3 en 1991. Une évolution qui n'a pas attiré l'attention même des auteurs de l'étude (sic!).

Ces groupes sociaux sont exclus méticuleusement des cercles consultés par la bureaucratie dirigeante qui n'a guère d'autre chose que son mépris à leur proposer. Les quelques campagnes "de sensibilisation" à sens unique s'appuient sur des injonctions paradoxales appelant à arrêter de fumer tout en privant les fumeurs des moyens concrets pour y arriver.

Qui gagne des milliards ?

La Confédération, et précisément le Département de l'Intérieur dont Alain Berset a la charge, encaisse près de 2,2 milliards Fs annuels de taxes tabac. Les organismes de prévention récoltent 0,3% du chiffre d'affaires des cigarettes, soit environ 14 millions Fs par an ces dernières années de tabagisme stable. De son côté, la société civile dans son ensemble, et parmi elle les fumeurs en particulier, supporte des coûts liés aux maladies provoquées par le tabagisme de l'ordre de 4,6 milliards Fs par an, selon l'estimation de l'Université de Zurich en 2014 sur les maladies non-transmissibles.

Des gains pour l'Etat, les cigarettiers et les firmes pharmaceutiques, des dépenses pour les fumeurs, leur entourage et des pertes de productivité pour leurs employeurs: les intérêts en jeu des divers groupes socio-économiques sur le tabagisme sont assez clairs. Bien que les médias préfèrent le réduire à la seule figure du méchant cigarettier pour occulter les autres groupes d'intérêt. En terme de classe aussi, le tabagisme finance les retraites des non-fumeurs tandis que les groupes sociaux victimes du tabagisme en sont pour une bonne part exclus par mort prématurée. 

Le retour de la vieille alliance des puritains et des cigarettiers

Quelque chose va t-il changer ? La levée de l'interdiction d'accès local aux liquides nicotinés, gagnée de haute lutte par les usagers et la vape indépendante pourrait donner un souffle nouveau à la sortie du tabagisme avec l'aide du vapotage. A la société civile de saisir l'opportunité offerte par cette victoire. Mais l'hostilité ou le faible soutien du milieu de la santé ces dernières années en Suisse a provoqué une forte tendance au désengagement social du milieu des vapoteurs. L'enthousiasme prévalant il y a 4 ou 5 ans à participer à des initiatives d'aide à la sortie du tabagisme a été froidement douché par l'attitude des organisations de santé.

Au niveau national, peu de choses sont susceptibles de bouger à court terme. Le parlement devra traiter le projet de loi tabac lorsqu'il lui sera soumis par Alain Berset, pour peut-être une loi tabac en vigueur d'ici 2023. En attendant, cigarettiers et organisations sponsorisées par la pharmaceutique s'entendent pour faire barrage à la vape. Dernier exemple en date, cet été où ils se sont arrangés pour continuer la vente de cigarettes et interdire aux mineurs l'opportunité de sortir ou d'éviter le tabagisme à l'aide du vapotage. Signe du bon état de santé de la vieille alliance entre puritains et cigarettiers

Combien de personnes condamnées à être malades par Alain Berset ?

Au niveau cantonal, les même lobbys essaient aussi de faire passer des restrictions anti-vapotage. C'est le cas notamment à Genève, où sous couvert de projet de loi (PL 12385) sur l'interdiction de vente de tabac aux mineurs, le Conseil d'Etat tente d'assimiler le vapotage au tabagisme et appliquer l'ensemble des interdictions en vigueur contre les fumeurs aux vapoteurs adultes. Les batailles les prochains mois pour le droit à éviter de fumer à l'aide de la vape seront probablement locales.

Le gâchis de santé publique de cette décennie est immense. En regard de ce qui s'est passé au Royaume-Uni ou en Islande, ce sont de 500'000 à 800'000 fumeurs empêchés d'en sortir à l'aide du vapotage par la politique menée par le Conseiller fédéral Alain Berset et le Directeur de l'OFSP Pascal Strupler. Au-delà de sa condamnation au tabagisme et ses conséquences, c'est la confiance du public dans la probité des institutions et du monde de la santé qui est minée en soubassement de ce scandale. Durant cette période, plus d'un million de fumeurs ont essayé le vapotage sans avoir accès aux liquides nicotinés. Combien d'entre eux peuvent-ils encore croire au discours hypocrite des organismes de santé au sujet du tabagisme?