Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

mardi 23 juin 2015

Vape Up

Dans les années '80, ils nous disaient :
La capote favorise le Sida en banalisant les relations sexuelles

Aujourd'hui, la même morale rétrograde nous assène :
La vapote favorise le tabagisme en banalisant la gestuelle

Dans les années '80, la ''promotion et la propagande'' pour le préservatif étaient interdites.

Aujourd'hui, la ''promotion et la propagande'' pour la vape vont être interdites.

Des destins brisées, des vies anéanties, des douleurs intolérables, des veuvages prématurés... Le Sida et le tabac sont deux fléaux qui se ressemblent par leur violence et leur étendues. A quelques consonnes près, l'abandon des autorités politiques et sanitaires en rejetant la vapote, comme ils avaient rejeté la capote, est aussi navrant de manque de courage, d'intelligence et de compassion.

Même registre de campagnes de prévention édulcorées jusqu'au ridicule. Même politiques de mépris et de mises à l'écart des usagers, des victimes et de leurs proches. Même discours auto-satisfaits d'experts menant des politiques d'abstinence cultivant l'échec pour toute perspective. Et même réponses de culpabilisation des victimes, même accusations de pêchés pour exonérer les autorités politiques, sanitaires et économiques de leurs responsabilités. Et des morts par milliers, et des malades par brassées.

L'irruption de ceux que l'on voulait - et que l'on veut toujours - condamner au silence, brisant les tabous et bousculant mandarins en blouse blanche ou en costards-cravates a changé la donne. Diffusion des moyens de réduire les risques du Sida et reconnaissance de certains droits aux malades, aux victimes et à leurs veufs. L'épidémie de Sida est toujours dramatique. Mais sans des organisations comme Act Up, la situation serait éminemment plus tragique*.

Les vapoteurs sauront-ils impulser une dynamique similaire contre le tabagisme ? 


* Voir le documentaire Sida, la guerre de 30 ans, Frédéric Biamonti, France 3, 2013.

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire