jeudi 6 avril 2017

Les autorités suisses autorisent la nouvelle cigarette Glo mais recommandent de passer à la vape qu'elles interdisent !

Les services d'Alain Berset cultivent l'art scabreux des injonctions paradoxales. La sortie en Suisse de la Glo en livre un nouvel épisode. Premier à tirer ce mercredi, Christopher Proctor, chef scientifique de British American Tobacco (BAT), annonce la mise sur le marché de sa nouvelle cigarette de tabac chauffé. Après son lancement au Japon en décembre passé, la Glo vient directement concurrencer sur ses terres l'Iqos de Philip Morris. "Le système de fonctionnement est similaire (...) La principale différence est que la Glo est plus simple à utiliser et marche toute la journée", explique C. Proctor au journal 20 minutes version suisse-alémanique. A 80 Fs l'appareil, auquel s'ajoutent les cigarettes, les deux cigarettiers alignent leurs tarifs. 

Cigarette autorisée, vapotage nicotiné toujours interdit de vente

Comme pour la cigarette du géant lausannois en août 2015, les autorités helvétiques accueillent sans entrave le nouveau produit de BAT. Bien qu'aucune étude scientifique indépendante n'a encore été publiée sur ces produits et leurs éventuelles toxicités (certaines sont en voie de publication, dont le Vaping Post a présenté des éléments). Une attitude fédérale permissive à l'opposé de sa guerre contre le vapotage, dont la vente de liquide avec nicotine est toujours officiellement interdite. Ceci en dépit d'un corpus scientifique largement plus conséquent sur le vapotage, si on prend la peine de le lire. 

La prohibition de la vape nicotinée se fonde sur une interprétation de la bureaucratie bernoise contestée par deux recours devant le Tribunal administratif fédéral courant depuis novembre 2015, après que celui-ci ait débouté celui des usagers de l'association Helvetic Vape. Selon les autorités, l'ajout d'une substance pharmacologique, telle que la caféine, la nicotine ou le cannabidiol, est interdit dans les objets usuels pouvant entrer en contact avec les muqueuses. Cela pourrait signifier l'interdiction de vente notamment des boites de sodas caféinés, des cigarettes et des liquides de vapotage contenant une de ces substances. Pour le moment, les autorités ne semblent intéressées à n'interdire que la vape. Mais tout en la recommandant ! Sic ! 

Mais l'OFSP recommande la vape plutôt que les cigarettes de tabac

En effet, un porte-parole de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) déclare au journal 20 minutes qu'il conseille aux fumeurs de se convertir totalement au vapotage s'ils n'arrivent pas à arrêter de fumer d'une autre manière. Il souligne l'importance de s'abstenir complètement de fumer des cigarettes de tabac. "Problème: les produits Iqos et Glo contiennent toujours du tabac", précise Kaspar Wolfensberger du 20 minutes. Autrement dit, ces nouvelles cigarettes ne sont pas des produits de vapotage, qui sont sans tabac ni combustion.

Les dons de nicotine généralisés

Alors, trouble de dédoublement de personnalité bureaucratique? Appel à la désobéissance sanitaire? Les autorités suisses interdisent ce qu'elles recommandent et autorisent ce qu'elles déconseillent. Difficile de livrer l'exégèse des étranges cheminements abscons de l'administration d'Alain Berset. Mais en pratique, les dons de nicotine ont permis, surtout depuis une année, de libérer un nombre toujours plus impressionnant de fumeurs à l'aide du vapotage. En ignorant les injonctions paradoxales de la santé publique, les enfumages du lobby du médicament et les nouvelles cigarettes de Big Tobacco. 

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire