Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

lundi 13 novembre 2017

Un Award pour l'étude sur l'Iqos que le Fonds de Prévention du Tabagisme a refusé de financer

Le Dr Reto Auer et son équipe du CHUV de Lausanne ont reçu cet après-midi le Swiss Aerosol Award. Le prix, doté de 5'000 Fs, récompense chaque année la meilleure publication Suisse dans ce champ de recherches. L'étude, publiée dans la revue JAMA Internal Medicine, concerne les rejets de la cigarette Iqos de Philip Morris. Comme nous l'avions présenté à l'époque, son analyse montre la présence de composés toxiques spécifiques au phénomène de pyrolyse également présents dans les cigarettes conventionnelles. Monoxyde de carbone, hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et composés organiques volatiles (COV) imposent aux yeux des chercheurs de qualifier de "fumée" les rejets de l'Iqos et non de vapeur comme avec le vapotage. Philip Morris a contesté l'étude et demandé son retrait, tout en reconnaissant la présence de "processus pyrolytiques" dans leur produit.


L'équipe de chercheurs avait été contraint au silence suite aux pressions du cigarettier lausannois. Le Fonds de Prévention du Tabagisme (FPT), doté de 13,8 millions de Fs annuel en 2016 grâce aux taxes sur les ventes de tabac, avait par avant refusé de financer cette recherche qui a indisposé le cigarettier vaudois. L'équipe de Reto Auer a donc travaillé bénévolement pour mener l'étude. Depuis, en s'appuyant sur ces résultats, Humbel Ruth, conseillère nationale PDC, a déposé une interpellation au parlement pour demander "Pourquoi les produits du tabac à chauffer sans combustion ne sont-ils pas taxés pour ce qu’ils sont, à savoir des cigarettes?". Le Conseiller fédéral Alain Berset, en charge du dossier, n'a pas encore répondu. L'Association pour la prévention du Tabagisme Suisse (AT-Suisse) soutient cette demande. Bien que l'organisation se soit opposé jusque-là systématiquement à toute initiative en faveur de la réduction des méfaits et des recherches sur la question. 

De leur côté, les fumeurs trouvent en Suisse à chaque coin de rue des cigarettes mais n'ont toujours pas facilement accès aux liquides nicotinés à vapoter pour arrêter de fumer. Ni information fiable ni soutien en ce sens des autorités et organismes financés pour réduire le tabagisme, à l'exception notable de Stop-Tabac.ch et de l'association indépendante et non subventionnée d'usagers Helvetic Vape. Une politique qui, depuis 2011, a maintenu le tabagisme à au moins 25%, et plus probablement 30%, de la population. 





1 commentaire :

  1. Tu fumes ou tu fumes pas , et si c'est pour avoir une "cigarette" électronique dans le bec , ça n'a aucune utilité autant avoir un stylo et mâchouiller des gums à la nicotine ça seras moins cher et permettras de s'arrêter beaucoup plus rapidement qu'avec une e-clope

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.