Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

mercredi 25 juillet 2018

Abrogation de la taxe scélérate anti-vape en Italie: le lobby tabac gagne une manche, la lutte se poursuivra

Les vieux briscards de la politique italienne ont remporté cette manche. L'amendement "salva vaping" pour libérer le vapotage de la taxe scélérate et du Monopole du tabac a été abandonné avant sa présentation aux chambres dans le cadre du décret d'urgence "Dignité". Au terme de deux jours de batailles en Commission, les recours techniques du Parti Démocrate et de Forza Italia rendaient son avenir compliqué et source d'obstructions possibles dans le cours législatif. Non directement lié au reste du décret, l'amendement a été supprimé par le Président de la chambre Roberto Fico. L'abrogation de la méga taxe anti-vape et de la main-mise du Monopole du tabac sur la distribution ne sera donc pas décrétée dans les jours qui viennent. Mais les défenseurs de l'outil de réduction des risques restent optimistes. L'ensemble des élus de la Lega et du Mouvement 5 étoiles ont soutenu la démarche, ouvrant la porte à une présentation de l'amendement à une meilleure occasion.

Du côté du Mouvement 5 étoiles, Enrico Moizo est amer.

Volonté du Gouvernement de libérer la vape

"Il y a une volonté politique qui a montré que le marché du vapotage peut être libéralisé rapidement. Cela peut venir d'un décret de la présidence du Conseil, d'une initiative parlementaire, par un amendement à une loi ordinaire, ou même d'un amendement en cours de discussion au Sénat du même décret Dignité. Il y a encore mille routes et mille possibilités", rassure Stefano Caliciuri, du site spécialisé SigMagazine. L'occasion la plus évidente reste le décret dit de stabilité, exercice annuel en novembre, qui avait été le théâtre de l'amendement Vicari en 2017.

Mais le temps presse pour bon nombre d'acteurs de la filière du vapotage indépendant, notamment les boutiques.  Enrico, un vendeur de vape de Gênes, témoigne sur Facebook: "Ma boutique ouverte en 2012 a survécu à mille tempêtes. Mais actuellement, notre chiffre d'affaire a chuté de 30% par rapport à l'année dernière. Excusez-moi, mais nous sommes les protagonistes d'une débâcle commerciale et de l'anéantissement de notre avenir. Mon entreprise et beaucoup d'autres ne verront pas 2019 si rien ne se passe vite. Ils nous ont mis tellement de coups de bâton que je n'ai presque plus la force de me relever".


0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.