S'abonner via email :

penser à vérifier que le mail de confirmation n'est pas bloqué par l'anti-spam

vendredi 2 novembre 2018

#MoisSansTabac: le vapotage et l'entraide combinés offriraient le double de chances de réussir que la moyenne générale

"En 2017, 380'000 fumeurs ont arrêté de fumer à l'occasion de la campagne Mois Sans Tabac, dont 20% durablement à 6 mois", annonce François Bourdillon, directeur de Santé Publique France (SPF), au Quotidien du Médecin. Durant le Mois Sans tabac 2017, l'association Sovape avait suivi le groupe d'entraide facebook des vapoteurs: 38% de participants déclaraient ne plus fumer après cinq mois. Cette enquête, indépendante et sans aide financière (voir en fin d'article), n'est probablement pas strictement similaire à celle de Santé Publique France. Mais en comparant de manière un peu cavalière ces deux résultats, l'écart est notable: les participants utilisant le vapotage et soutenus par des usagers expérimentés seraient le double à réussir que la moyenne générale du Mois Sans Tabac. 

Où sont les femmes ?

Autre fait notable, la participation féminine très élevée au groupe d'entraide, alors que Santé Publique France alerte ces jours sur le fort tabagisme des femmes. Près de 80% des participants sont des femmes, relève le rapport de Sovape (auquel j'ai contribué) publié fin mai. "Le caractère de groupe “fermé” pourrait être plus propice à l’engagement des femmes que les groupes ou forums ouverts", se demande Sovape, avant d'avancer une hypothèse plus spécifique à la démarche d’arrêt tabagique: "la difficulté pour les femmes de classe populaire de pouvoir consacrer temps, énergie et attention aux tentatives d’arrêts". Un aspect mis en relief dans les enquêtes de l’ethnologue anglaise France Thirlway, que nous avions interviewé.

52% de réussites supplémentaires pour les femmes anglaises depuis l'essor de la vape

"Les résultats de notre enquête suggèrent que le double soutien du vapotage et d’un groupe d’entraide pourraient constituer une opportunité particulièrement adaptée pour les femmes, souvent astreintes au double-emploi de leur travail salarié et du travail au foyer, avec la charge mentale afférente. Si nous n’avons pas trouvé d’études spécifiques sur la question en France, l’analyse des statistiques anglaises a montré l’augmentation importante (52% de réussites supplémentaires) du taux de réussite des sevrages tabagiques chez les femmes depuis l’essor du vapotage", souligne le rapport de l'association Sovape (p. 28).

Le point mérite attention a fortiori après la publication du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) sur l'évolution et les conséquences du tabagisme féminin en France. "Au début des années 1970, la prévalence du tabagisme féminin a augmenté. En 2017, elle se rapprochait de celle observée chez les hommes : 24% des femmes de 15 à 75 ans fumaient quotidiennement pour 30% des hommes", explique François Bourdillon, cette fois-ci en éditorial du BEH.

Augmentation du tabagisme des femmes de plus de 45 ans en France

Ce chiffre global du tabagisme féminin recouvre des évolutions contrastées selon les classes d’âges. Le tabagisme des femmes de 45 à 64 ans a augmenté de 21,5% en 2000 à 30,8% en 2017, selon les données de Santé Publique France. Cette hausse correspond "à l’arrivée dans ces tranches d’âge des femmes nées entre 1950 et 1960, premières générations parmi lesquelles le tabagisme s’est répandu dans les années 1970", détaille l'étude menée par Valérie Olié. Les maladies liées à la consommation tabagique ont pris l'ascenseur chez les femmes.

Et explosion du nombre de maladies liées

Elles sont 31% des 65'300 hospitalisés pour un infarctus du myocarde, avec un nombre de cas qui a augmenté de 50% entre 2002 et 2015. Le double de femmes sont hospitalisées pour une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) exacerbée en 2015 (plus de 29'000) qu'en 2002. Entre 2002 et 2012, le nombre de cancers du poumon chez les femmes a bondi de 72% pour dépasser 11'000 cas annuels. La dynamique est "inquiétante", alerte Santé Publique France. "Néanmoins, la diminution [du tabagisme] chez les femmes les plus jeunes (18-35 ans) constitue un signal positif. Si celle-ci perdurait, elle pourrait avoir un effet  bénéfique sur l’incidence de  l’infarctus du myocarde à relativement court terme et sur l’incidence du cancer du poumon et de la BPCO à long terme", souligne l'étude.

Il est à noter que Santé Publique France a accordé un soutien financier à Sovape pour organiser la formation des aidants du groupe facebook d'entraide Vape Info Service et le défraiement  du déplacement des bénévoles de l'association Aiduce sur les fanzones du Mois Sans Tabac 2018. Cependant, Tabac Info Service refuse de signaler l'existence au public concerné du groupe d'entraide sur facebook et lui interdit l'utilisation de la charte graphique du Mois Sans Tabac.



0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Printfriendly

Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

 
Real Time Analytics