Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)
Affichage des articles dont le libellé est Ligue pulmonaire. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Ligue pulmonaire. Afficher tous les articles

vendredi 1 juin 2018

Journée Mondiale Sans Tabac en Suisse: la Ligue pulmonaire déplore, les boutiques de vape agissent [MàJ]

Deux attitudes très contrastées durant la Journée mondiale sans tabac hier en Suisse romande. D'un côté, Virginie Bréhier, de la Ligue pulmonaire vaudoise dans les studio de la radio LFM, exprime sa déception du peu de mesures "structurelles, comme la possibilité de le consommer, le prix, les mesures autour de la publicité et à quel âge on peut s'en procurer" pour lutter contre le tabagisme en Suisse. De l'autre, serpentant en tricycles dans les rues genevoises et fribourgeoises ou postés sur des places populaires de Lausanne, Vevey et Yverdon, des employés d'une boutique romande historique proposent aux fumeurs d'essayer la vape. La fin de neuf ans de prohibition de vente des liquides nicotinés offre un souffle nouveau au vapotage pour s'attaquer au tabagisme. "J'arrête de fumer avec la cigarette-électronique" est le nom de cette opération de street marketing où se propose un kit pour débuter. 

Aide concrète dans la rue

Essai du matériel autour d'un guéridon et discussion en petit groupe sur le vapotage naissent le temps de cette journée qui se voudrait sans tabac. Une action pour aller chercher les fumeurs dans la rue qui deviendrait impossible si le vapotage était assimilé au tabagisme et l'interdiction totale de publicité des produits du tabac entérinée comme l'espère la porte-parole de la ligue pulmonaire en plateau radio. A ses côtés, Isabelle Jacot-Sadowski, tabacologue de la policlinique de Lausanne, non plus ne dit mot sur la possibilité d'arrêter de fumer à l'aide de la vape. Nous avons pourtant déjà eu l'occasion d'échanger sur le sujet. Bien qu'il soit déjà le moyen le plus utilisé par les fumeurs suisses pour s'en sortir, le sujet du vapotage est resté tabou en l'absence d'usager au micro de Morax sur LFM. Mais au même moment, l'aide concrète pour donner une opportunité de sortir du tabagisme aux fumeurs se déroulait dans les rues.

Add 17h20: La page Facebook de J'arrête de fumer avec la cigarette-électronique, où l'on trouve aussi d'autres photos, annonce quelques chiffres: "Hier, ce sont 2'400 contacts qui sont venus tester et essayer la vape lors de la journée mondiale sans tabac avec notre opération de Street Marketing. (...) 12 promoteurs pour 64 heures de présence dans 9 villes. Pour nous, c'est un succès complet !!! Bravo à chaque passant qui s'est arrêté quelques minutes auprès de nos promoteurs vapoteurs".


mardi 24 octobre 2017

[Bref] Le tabagisme officiellement stagnant en Suisse

"Le tabagisme stagne donc en Suisse". C'est la conclusion condensée du monitorage Suisse 2016 des addictions (alcool, tabac et drogues illégales) que vient de publier l'Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP). Selon l'enquête menée, 25,3% des résidents en Suisse de plus de 15 ans fument (contre 25% l'année précédente). "Cette proportion n'a variée que marginalement depuis près d'une dizaine d'années", précisent les auteurs Gerhard Gmel, Hervé Kuendig, Luca Notari et Christiane Gmel de la fondation Addiction Suisse. Le tableau de la situation tabagique en Suisse dessinée par ce monitorage annuel avait été mis en doute suite à sa comparaison avec les données objectives du volume de vente de cigarettes, par des chercheurs de l'Université de Neuchâtel. 

Entre 25% et 40% de fumeurs en Suisse

Sur la base des données de ventes et d'importations de 2014, la consommation réelle de cigarettes était près du double que celle évaluée à partir des déclarations faites lors du monitorage. "Une consommation de 10,8 milliards de pièces correspond à une prévalence de l’usage de la cigarette de 40,2 % (contre 22,9 % selon le Monitorage) ou à une consommation quotidienne moyenne de 18,1 cigarettes (contre 10,4 selon le Monitorage)", concluaient les chercheurs Claude Jeanrenaud, Alain Schoenenberger et Lasha Labaze dans leur publication de décembre 2016

De leur côté, Pascal Diethelm, Jacques Cornuz et Julian Jakob estiment, à vue de nez, que "bien que les résultats de l'enquête suggère une prévalence tabagique en Suisse autour de 25% et plutôt stable sur la période de 2012 à 2015, la réelle prévalence devrait dépasser 31%", dans la revue Swiss Medical Weekly.

Porte-parole de l'OFSP, Roy Salveter accuse alors les fumeurs de sous-déclarer leur consommation lors du monitorage. "Mais pour nous, ce qui compte est la tendance", explique t-il au micro de la radio SRF en mai dernier. De son coté, le Pr Jean-François Etter, de l'Institut de Santé Globale (ISG) de l'Université de Genève, souligne la part importante de refus de réponse. "Le problème du monitorage des addictions et de l’Enquête Suisse de Santé de l’OFS, c’est le taux de réponse relativement bas avec environ un tiers de non-répondants. Or c’est justement dans ce tiers de la population que les comportements défavorables à la santé se concentrent", explique t-il au Vaping Post.

Une majorité de boycott de l'enquête


Le taux de refus de répondre pour le monitorage 2016 dépasse même largement le tiers. Sur les 22'214 personnes contactées, 12'211 ont refusé de répondre au questionnaire. "Motifs: "pas intéressé par l'enquête" (32%), "je suis par principe contre les enquêtes" (15%), "le thème ne m'intéresse pas" (12%) et "autres raisons" (41%)" ", précise le rapport du monitorage des addictions. Avec seulement 45% de répondants sur les sondés, il est difficile de faire "comme si" cette part minoritaire serait représentative de la population. C'est une véritable défiance exprimée silencieusement par le boycott de ce recensement.

A partir des données récoltées malgré tout, le monitorage souligne que neuf consommateurs au quotidien de tabac sur dix fument des cigarettes. La consommation de tabac à priser et de Snus, le tabac oral suédois à faible taux de nitrosamines interdit de vente en Suisse, restent de consommation assez marginale. Par ailleurs, 31% des fumeurs interrogés expriment l'intention d'essayer d'arrêter dans les six mois suivant. La part d'intention d'arrêt aurait tendance à baisser. Ce qui ne semble pas très étonnant dans le contexte de la politique menée par les services d'Alain Berset. 

Ce boycott exprime t-il un rejet de la politique tabagique actuelle ?

Entraves du vapotage - moyen d'arrêt le plus populaire en Suisse malgré la prohibition fédérale de vente de liquides nicotinés -, absence de remboursement des substituts nicotiniques (gommes, patchs) vendus à un prix scandaleux uniquement en pharmacie, propagande basée essentiellement sur la stigmatisation en bouc-émissaire des fumeurs avec les effets contre-productifs bien connus à une telle approche, etc... On se croirait presque en France [que l'influente émission 36°9 de la RTS propose de suivre comme exemple... Sic!] pour la capacité à additionner les mauvais choix en la matière.

Une politique inefficiente dont profitent cigarettiers, vendeurs de médicaments et organisations vivant de la situation. Sans grande surprise, ce refus d'aide et le mépris affiché engendrent une forme de retrait social des fumeurs et l'absence de participation aux enquêtes comme celle-ci. C'est en creux la principale information de cette nouvelle statistique: le public concerné ne répond plus aux organismes qu'il estime hostiles et non-aidants. Une rupture de dialogue qui devrait inquiéter les personnes soucieuses de santé publique. Mais y a en t-il à l'OFSP? Au sortir de l'échec total du Plan national sur le tabagisme de 2008 à 2016, l'absence de remise en question des élites bureaucratiques laisse planer un grand doute...


dimanche 10 septembre 2017

L'étrange histoire de "vente d'e-shisha à une enfant" de l'Aargauer Zeitung

Une étrange histoire. Ou peut-être, plutôt une histoire étrangement rapportée par l'Aargauer Zeitung dans son édition de vendredi. Selon le journal d'Aarau, une maman dénonce la vente d'une "e-shisha" à sa fille de 11 ans par un kiosque. Sennur Sümer, la mère en question, pose avec l'objet du délit en main. Cependant, elle ne révèle pas le nom du vendeur indélicat et peu professionnel. Et visiblement, Andrea Weibel, la journaliste de l'Aargauer Zeitung, n'a pas estimé nécessaire de vérifier cela, ni de contacter ce présumé vendeur pour avoir sa version des faits. Combien de sources faut-il pour considérer une information comme confirmée en journalisme? Une seule me parait une réponse douteuse...

Etrange refus de recourir aux autorités

Encore plus étrange, la maman, présentée comme médiatrice sociale, ne veut pas porter réclamation au Service de la consommation alors que le chimiste cantonal argovien lui indique cette voie à suivre. "Les e-cigarettes sont considérées comme des produits de consommation, c'est le Service de la protection des consommateur qui est responsable. En cas de plainte, nous ouvririons un dossier", explique Claudius Gemperle, le Chimiste cantonal adjoint. Celui-ci précise que la mention interdit aux moins de 18 ans sur l'emballage suffit comme base légale pour en interdire la vente aux mineurs et poursuivre le cas échéant.

Sennur Sümer ne semble pas vouloir que ce mystérieux tenant de kiosque arrête de vendre des "e-shisha" aux enfants. Ce qu'elle veut est que "le public s'alerte du problème", dit-elle. Ici, peut-être faut-il préciser quelque chose que l'Aargauer Zeitung laisse dans l'ombre dans son article. Sennur Sümer est une cadre du Parti Socialiste local, dont elle a été candidate aux dernières élections à Bremgarten. Il n'y a rien de mal à ça, mais cela donne tout de même une autre coloration à sa volonté d'alerter le public et de réclamer que le vapotage soit assimilé au tabagisme dans la loi. Et ceci bien que le chimiste cantonal lui ait fait valoir qu'elle peut déjà légalement poursuivre ce vendeur mystère.

L'appel à la peur

Joliment écrit, le storytelling poursuit en donnant la parole à la Ligue Pulmonaire. L'organisation qui se réjouissait officiellement l'an dernier que le vapotage serait stagnant en Suisse selon les statistiques officielles. Phénomène synonyme de maintien du tabagisme et bonne occasion pour la Ligue Pulmonaire de rappeler que les pharmaceutiques, qui la sponsorisent, ont toute une gamme très étendue de médicaments à vendre pour les fumeurs. Dans l'Aargauer Zeitung, elle récidive dans son appel à la répression de l'outil de réduction des méfaits.

Pour la Ligue Pulmonaire, il s'agit, entre autres mesures, d'interdire la vente de produits de vape aux mineurs, prétendant que ces produits sans combustion, vendus en Suisse sans nicotine ni tabac, "causent une dépendance et/ou facilitent l'entrée dans le tabagisme". De manière remarquable, ni la Ligue, ni le journal, ni la maman socialiste Sennur Sümer, ne semblent préoccupés dans cet article du tabagisme réel, avec de vraies cigarettes fumées, qui touche les adolescents suisses. A aucun moment, une réflexion sur une prévention intégrant un outil de réduction des méfaits pour les adolescents n'est esquissée. Le seul et unique angle reste l'appel au sentiment de peur un peu névrotique des parents devant un "danger" présenté comme "inconnu" (ça fait peur l'inconnu, hein!).

Prévention primaire autogérée

Pourtant, ce que l'on sait de manière claire, mais dont aucun protagoniste de l'article ne parle, c'est que les pays où le vapotage s'est développé ont vu leur tabagisme adolescent dégringolé. Aux Etats-Unis, les Etats où les produits de vape étaient en accès aux mineurs avant 2014 ont accéléré par 1,7 la chute du tabagisme de leurs jeunes par rapport aux Etats prohibitionnistes (depuis, les USA ont interdit la vente à tous les mineurs). 

Que ce soit aux Etats-Unis, au Royaume-Uni ou dans la région parisienne, les suivis montrent qu'une part importante - de 10% à 20% selon l'âge - d'adolescents essaient le vapotage, mais peu - moins de 3%  des britanniques à 16 ans par exemple -, l'utilisent de manière régulière ensuite. Encore moins de non-fumeurs, moins de 0,3%, l'adoptent régulièrement, et une très faible partie d'entre eux échouent malheureusement dans le tabagisme. En essayant le vapotage, pour plus des 3/4 d'entre eux sans nicotine, ils évitent pour une très grande part d'essayer de fumer. Si cela était inventé par un ponte de santé publique, on crierait au génie d'une mesure de prévention primaire. Mais comme ce sont les ados eux-même qui l'ont créé, alors les bureaucrates adultes décident que c'est mal.

Courte-vue

Peut-être la fille de Sennur Sümer a t-elle vraiment acheté une "e-shisha" à un kiosque d'Aarau. Ou pas... Les fils blancs du storytelling délivrée par l'Aargauer Zeitung m'en font douter... Quoiqu'il en soit, ce dont on ne peut douter, c'est la nature régressive de prendre le point de vue étroit d'une mère contrôlante pour guide de stratégie de santé publique. A ce titre, l'article de l'Aargauer Zeitung rate non seulement les bases journalistiques de la vérification d'une information, mais aussi surtout d'aider ses lecteurs à élever le niveau de compréhension de la problématique. La principale information en creux de cet article est de voir l'inquiétante mobilisation de militants politiques et associatifs pour protéger le tabagisme face à un concurrent en mesure de bouleverser la donne contre la principale source de maladies évitables actuelles en Suisse.



jeudi 26 janvier 2017

Etrange promotion de Philip Morris par AT-Suisse

AT Suisse réécrit l'histoire au profit de Philip Morris
Cela ressemble à un de ces publi-reportages dont l'industrie cigarettière raffole. "Philip Morris a développé des précurseurs de la cigarette électronique dès les années 90", titre le dernier bulletin de l'Association suisse pour la prévention du tabagisme (AT-Suisse). La publication bernoise avance que la firme lausannoise voulait promouvoir "une alternative aux thérapies par substituts nicotiniques aux fumeurs soucieux de leur santé". Jouant sur le champ lexical de l'innovation technologique, l'encart surplombe deux articles consacrés aux adolescents. Selon AT-Suisse, cette information aurait été "découverte" dans les documents de Philip Morris par des chercheurs de l'Université de Californie menés par Stanton Glantz. Sauf que cette information est au minimum trompeuse, si ce n'est complètement faisandée.

L'histoire réelle

Dans l'histoire réelle, un brevet d'e-cig a été déposé dès 1963 aux Etats-Unis par Gilbert A. Herbert. Soit plus de trente ans avant ces soi-disant "précurseurs" de Philip Morris. "Je l'ai montré à des entreprises dans la chimie, des sociétés pharmaceutiques et des compagnies du tabac. Ils ont fait ce qu'il avaient à faire pour protéger leurs marchés", explique G. Herbert en 2013 à Ashtray Blog. Son invention ne sera jamais produite. De nombreuses autres tentatives ont suivie comme le montre la liste impressionnante de brevets déposés. On note par exemple la première utilisation du terme vapotage par le Dr Norman Jacobson en 1980. La Favor sera même lancée sur le marché aux Etats-Unis avant d'être retirée sur injonction de la Food and drug administration (FDA).

Trente ans plus tard

En 1994, Philip Morris arrive bien tard avec ses projets qui n'ont plus rien de précurseurs. Pour ne pas dévaloriser son cœur de métier, le cigarettier laisse son prototype dans un tiroir durant 20 ans. C'est seulement devant l'essor fulgurant de la vape, relancée à l'initiative du pharmacien chinois Hon Lik, que Philip Morris ressort ses vieux plans et commercialise une vapoteuse en 2013. Son produit vieillot n'a pas grand succès et convainc la firme de se concentrer sur le tabac chauffé qu'elle avait aussi dans ses tiroirs depuis les années 1990.

La Post-Science produit aussi ses "faits alternatifs"

Mais alors, pourquoi le chercheur Stanton Glantz prend t-il pour argent comptant ce qui a tout l'air d'une auto-complaisante propagande du cigarettier? La question s'est posée à des observateurs, comme le spécialiste Jerôme Harlay, choqués de "ce coup de pub gratuit à Philip Morris" par l'article publié dans Tobacco Control mi-novembre. 

Le dépôt du dossier - pesant 15 tonnes - d'homologation de la cigarette de tabac chauffé Iqos par Philip Morris à la FDA, trois semaines après l'article de Stanton Glantz, est peut-être un début de réponse. Le chercheur californien est un des artisans de la réglementation de la FDA qui impose une procédure ultra-dispendieuse. Vanter les mérites technologiques de Philip Morris apparaît une justification avant l'heure du monopole dont vont bénéficier les cigarettiers grâce à ce règlement. Le mur financier qu'il érige, va bannir du marché les producteurs de vape indépendante sans les fonds en millions de dollars des multinationales.

Promo de cigarette sur RTS la 1ère

Dans le contexte Suisse, l'étrange promotion de la technologie du cigarettier vaudois n'est pas une première. Début septembre 2015, pour la sortie de la cigarette Iqos, Grégoire Vittoz avait lancé en direct sur l'antenne radio de la RTS la 1ère un tonitruant: "C'est très sophistiqué, c'est joliment fait. Pour l'avoir testé, c'est assez bluffant aussi en terme de goût". Le porte-parole de la Ligue pulmonaire suisse a t-il violé l'interdiction de promotion du tabac de la Loi sur la radio et télévision (LRTV) ? Personne ne s'est plaint... Possible que personne ne l'ait cru non plus.

Deux poids, deux mesures

Autre épisode à la fin de l'an passé, la Commission fédérale pour le prévention du tabagisme (CFPT) reprend à son compte la revendication de taxe anti-vape de Philip Morris. Chacun de ces faits peut être une maladresse sur fond de dogmatisme étriqué et de haine avérée contre les usagers. Mais ils s'ajoutent à l'absence totale de curiosité de ces organisations sur les raisons de l'administration fédérale à n'appliquer l'article 37 de l'ODAIOUs qu'à l'encontre du vapotage nicotiné et non pas aux produits des cigarettiers. Même l'Iqos a été autorisée sans problème en 2015 alors que les liquides de vapotage avec nicotine sont toujours interdits de vente. Pourtant, dans "l'élaboration hâtive de l'ODAIOUs, les produits du tabac sont soumis à l'article 37 de l'ordonnance", souligne l'association Helvetic Vape dans son plaidoyer concernant le vapotage

La multiplication de ces éléments troublants ne constitue pas une preuve. Mais il devient de plus en plus difficile de ne pas être pris de doutes sur l'étrange jeu de ces organisations soi-disant anti-tabac en guerre contre les vapoteurs et, de facto, en faveur du cigarettier Philip Morris.