Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)
Affichage des articles dont le libellé est addiction. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est addiction. Afficher tous les articles

mardi 7 août 2018

Karl Fagerström teste la dépendance à différents produits de nicotine et au café des suédois

En s'inspirant de son fameux test de dépendance à la cigarette - traduit en français par UnAirNeuf.org -, le Dr Karl Fagerström a tenté de comparer les niveaux de dépendance chez des utilisateurs de différents produits de nicotine et du café. Le vapotage devait faire partie de l'enquête, mais sa prévalence d'usage quotidien était si faible (0,6%) parmi les 3'001 suédois interrogés par le cabinet Ipsos que le scientifique a préféré écarter l'échantillon trop faible pour être statistiquement fiable et pertinent. Aucune question n'a été demandée sur les autres produits caféinés (sodas p.ex.) que la café.  Dans les réponses retenues, l'utilisation quotidienne est de 9,9% pour le Snus, 6,8% de fumeurs de cigarettes, 1,5% de consommateurs de produits de remplacement de nicotine (gommes nicotinées et/ou patchs) tandis que 71% du panel de suédois boivent chaque jour du café. 

La cigarette et le snus plus dépendogènes que le café et les nicorettes

"Les indicateurs de dépendance utilisés ont tous été tirés du test de Fagerstrom pour la dépendance à la cigarette, sauf en ce qui concerne la difficulté d’arrêter les habitudes liées au tabac et au café", précise l'article publié ce 30 juillet en accès libre dans l'International Journal of Environnemental Research on Public Health (IJERPH). Indice de tabagisme lourd (HSI), utilisation dans les 30 minutes après le réveil, estimer importante la première utilisation et affirmer qu'il serait très difficile d'arrêter complètement l'usage ont été les facteurs pris en compte.

Signe que le café est moins dépendogène que les produits nicotinés, "beaucoup moins de buveurs de café ont commencé à utiliser le produit dans les 30 mn suivant leur réveil que tous les autres produits", précise le scientifique, dont la recherche a reçu le soutien financier de la Commission Snus. Mais l'importance aux yeux des consommateurs de la première utilisation de la journée place le café (67%) et la cigarette (65%) au-dessus du snus (55%) et des produits nicotinés (46%). En terme de dépendance forte au tabac, l'indice HSI montre une dépendance similaire entre fumeurs de cigarettes et utilisateurs de Snus. Globalement, les sondés suédois montrent une dépendance plus faible au café qu'aux produits du tabac. L'auto-évaluation de la difficulté d'un sevrage du produit indique que 36% des fumeurs et 34% des usagers de snus pensent qu'il serait très difficile d'arrêter, contre 21% des consommateurs de produits nicotinés et 18% des buveurs de café.

En Suède, plus de caféïnomanes que de nicotinomanes

"De manière surprenante, il peut y avoir plus d’utilisateurs de café fortement dépendants que d'utilisateurs de produits de tabac ou nicotine dans la population générale, en raison du nombre beaucoup plus élevé d’utilisateurs de café (2139 buveurs de café contre 545 usagers de produits de tabac ou de nicotine sur les 3001 sondés)", souligne le chercheur. Les résultats soulèvent une question de fond sur les objectifs de santé publique, que le Dr Karl Fagerström avait déjà évoqué dans un article pour le bulletin de l'association Sovape en mai.

Problème de santé ou problème moral?

"Si une proportion significative de la population dépendante du café n'est pas considérée comme problématique, pourquoi notre vision est-elle si différente concernant la nicotine?", interroge ouvertement le Dr Fagerström. Avant de livrer: "Probablement parce que traditionnellement la consommation de nicotine a été faite avec du tabac fumé, avec les conséquences négatives sur la santé bien connues. Mais à quel point la dépendance au snus et aux produits de remplacement nicotinés, avec une fraction des dangers de la cigarette, est-elle problématique?"


vendredi 8 septembre 2017

[Expresso] D'anciens usagers de drogue témoignent de leur utilisation de la vape pour rester "clean"

"Des usagers de drogues se tournent vers la vape pour tenir en échec le manque". L'article de Richard Greenhill, assistant de recherche à l'Université d'East London (UK), dans Tonic, site affilié à Vice, présente des témoignages de consommateurs de cannabis, mais aussi de drogues dites dures comme l'héroïne et la méthamphétamine. "Il y a un potentiel évident de la vape comme outil de réduction des méfaits. Pas seulement pour les cloud-chasers barbus à casquette, mais aussi pour les anciens utilisateurs de drogues", explique le chercheur. Cet espoir se fonde sur des rencontres et la lecture de forum d'usagers où il a recueilli des témoignages.

Lucian, du mal de dos à la BPCO

La première histoire est celle d'un australien de 53 ans. Lucian, chauffeur de métier, fume son premier joint plutôt tardivement à 23 ans. Au milieu de la trentaine, les douleurs d'un disque lombaire pincé lui font la misère. Le médecin lui prescrit de l'oxycontin, le violent anti-douleur opioïde. Les nausées sévères qu'il subit en le prenant l'amènent à utiliser de plus en plus le cannabis, pour remplacer l'oxycontin ou en contrecarrer les effets secondaires."J'utilisais le bong tous les jours et je consommais aussi peu que possible d'oxycontin. Je n'en prenais que lorsque je ne pouvais plus bouger", explique Lucian.

Sa consommation, à hauteur de 4 grammes d'herbe par jour, le motive à faire sa propre culture indoor pour éviter le marché noir. En 2007, une maladie obstructive chronique des poumons est diagnostiqué chez Lucian. A 43 ans, il est prêt à essayer d'arrêter de fumer des cigarettes mais n'imagine pas pouvoir se passer de cannabis contre ses douleurs de dos. "Malheureusement pour Lucian, ses coups de bong habituels ont abouti à une infection récurrente des poumons et un emphysème a été diagnostiqué il y a deux ans", explique Richard Greenhill. 

La vape lui change la vie

Cette situation dramatique le pousse à essayer les deux modes de vape. "La découverte de la vape a été incroyable, ça a complètement changé ma situation. Depuis, je vapote pour la nicotine et, pour le cannabis, j'utilise un vaporisateur à herbes sèches", témoigne l'australien. Richard Greenhill cite les recherches du Pr Donald Tashkin, de l'Université de Californie à Los Angeles, pour expliquer cette amélioration. Non seulement la vaporisation de l'herbe réduit significativement les toxiques, les cancérigènes et le monoxyde de carbone inhalés avec la fumée, mais une étude du chercheur spécialiste du cannabis "suggère que vapoter de la weed aurait des bénéfices spécifiques pour ceux touchés par une bronchite chronique obstructive (BPCO)".



Sacha et la vape pour l'arrêt progressif

Sacha, un second témoin avec lequel s'est entretenu Richard Greenhill, est un enseignant anglais de 32 ans. Il se souvient encore avoir vu à 13 ans un documentaire effrayant sur la drogue. Un an après, il tire sur un joint. Constatant que son cerveau n'a pas frit comme un œuf au plat, qu'il ne ressent pas de manque et les autres conséquences traumatisantes prédites par le film, il se met à consommer régulièrement du cannabis. Sa conso monte jusqu'à 7 gr. par jour, avant qu'il ne se modère et se limite à 3 gr. quotidiens après la naissance de ses enfants. 

"Malheureusement, cela n'a pas suffit à prémunir Sacha de contracter une infection pulmonaire presque fatale quelques années plus tard", explique Richard Greenhill. Son médecin lui ordonne d'arrêter de fumer cigarettes et joints. Sacha commence la vape et vise à diminuer progressivement sa consommation. "A présent je vape exclusivement", explique Sacha qui a réduit sa conso à un gramme par jour, "j'espère arrêter totalement d'ici septembre".

La vape trompe-l’œil pour le sevrage du crystal meth

Les cas de Lucian et Sacha ne sont pas exceptionnels dans les régions où le cannabis est décriminalisé. "Moins couramment connu sont les usagers de crystal meth [methamphétamine] et d'héroïne qui vapotent pour réguler leur manque", poursuit Richard Greenhill. Le chercheur a écumé les réseaux sociaux dédiés, tel que Drugs-Forum, pour se renseigner. Un usager raconte comment sa vapoteuse le calme en lui rappelant les nuages qu'il faisait en consommant de la meth. "Aucune recherche scientifique n'a encore examiné l'efficacité du vapotage comme substitut à la méthamphétamine", précise l'universitaire.

Sortir du chain-smoking induit par l'arrêt de l'héro

Sur Reddit, un héroïnomane, dépendant depuis 2013 et allant d'échec de cure de désintox en expulsion de son école, se ruine pour l'achat de drogue entraîné dans une spirale négative. Ses parents le forcent à un sevrage brutal en l'enfermant. Après deux premiers jours terribles, le garçon fume pour compenser les crises de manque régulières. "Chaque fois que j'avais cette sensation, je fumais une cigarette. Autant dire que je fumais à la chaîne à peu près toute la journée. Lorsque j'essayais de moins fumer, c'était la catastrophe. J'étais sur le point d'abandonner lorsque j'ai essayé une vapoteuse", explique le jeune homme. 

Dés la première nuit où il vapote, cela réduit son anxiété. "Je me suis aperçu que je me sentais normal. Cela m'a procuré une vague d'euphorie et d'espoir dans tout mon corps. C'était la première fois que je me sentais sincèrement heureux sans héroïne depuis des années", témoigne le garçon qui n'a plus retouché d'héro depuis huit mois.

Réalité ou dogme

Une étude de l'Université du Queensland sur les discussions du forum Reddit à propos du sevrage d'héroïne rapporte que vapoter aiderait plus que fumer pour réduire les symptômes d'angoisse et de dépression liés au manque. Contre ces compte-rendus empiriques d'usagers, la vieille-garde médicale rappelle le dogme selon lequel la nicotine ne serait d'aucune aide contre le stress et l'anxiété. Dans cet article de Tonic, c'est le Pr John Turner, de l'Université d'East London, qui s'y colle. Pourtant, des dizaines d'études indiquent l'inverse. L'efficacité du vapotage, nicotiné ou non, pour soutenir les dépendants aux opioïdes ou d'autres substances reste encore à étudier sérieusement...