Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)
Affichage des articles dont le libellé est auto-support. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est auto-support. Afficher tous les articles

jeudi 31 mai 2018

[Bref] Le crépuscule du tabagisme: plus de 40 millions de vapoteurs dans le monde selon la BBC

Après le Royaume-Uni, les récents chiffres officiels en France le confirment: le vapotage est l'outil de sortie du tabagisme de masse dont s'emparent les fumeurs pour ne plus l'être. Sa répression permet encore aux ventes de tabac, et des médicaments liés aux maladies déclenchées par le tabagisme, de prospérer dans certains pays, tel que la Suisse. En cette Journée mondiale sans tabac, la BBC a mis en avant un récapitulatif chiffré de l'essor du vapotage. Le cabinet Euromonitor estime qu'on a dépassé le seuil de 40 millions de vapoteurs dans le monde. De 7 millions en 2011, le vapotage a été embrassé par 35 millions d'usagers en 2016, Euromonitor prévoit que plus de 55 millions d'utilisateurs en 2021. Edit 21h: Comme l'a fait remarqué Jacques Le Houezec, l'estimation d'Euromonitor agrège aussi les usagers de tabac chauffé... /

Extrait de C dans l'air (France 5) hier, avec François Bourdillon, directeur de Santé Publique France:


Systèmes ouverts majoritaires

BBC selon Euromonitor
Les vapoteurs sont avant tout tournés vers les systèmes dits ouverts, permettant de conjuguer atomiseurs et box selon les besoins et de choisir les liquides de remplissages dans l'énorme variété du marché. Cette orientation s'oppose aux systèmes fermés propriétaires, imposant de racheter des capsules de liquides scellées à la marque du modèle, rendant captif le consommateur. Néanmoins, l'essor fulgurant de la Juul aux Etats-Unis ces derniers mois, qui avale à grande vitesse des parts de marché des cigarettes (de tabac), incite à ne pas condamner la possibilité d'un développement de ce type de produit.

Les vapeshops en première ligne

Les boutiques spécialisées sont en première ligne de cet exil des fumeurs à l'aide de l'outil de réduction des dommages. Elles offrent les conseils techniques nécessaires, du choix et bien souvent un soutien humain dans la démarche d'arrêt tabagique, comme le relate les témoignages de terrain dans le dernier Bulletin de Sovape. Une enquête d'Ernst & Young, menée en 2015 au Royaume-Uni, France, Allemagne, Pologne, Italie, Russie et Corée du Sud, montre clairement le recours privilégié à ce canal par les usagers. Leurs motifs de se convertir au vapotage n'y sont probablement pas étrangers. 

Mouvement publique de santé

Arrêter ou moins fumer pour arrêter l'impact néfaste sur sa santé des cigarettes, tout en conservant le plaisir de la nicotine, d'un geste et de nouvelles sensations olfactives expliquent l'engouement massif. Un soutien des autorités permettrait sans aucun doute d'accélérer cette révolution technique et sanitaire. Mais à part les britanniques, les autres pays semblent plus intéressés à endiguer la perte de revenu fiscaux liées à la sortie du tabagisme des plus de quarante millions de vapoteurs. A défaut des usagers diffusent conseils et soutiens aux fumeurs cherchant à se libérer des cigarettes, comme par exemple l'excellente brochure de l'association Helvetic Vape sur le sujet en Suisse, ou des groupes d'entraide à l'arrêt des cigarette avec le vapotage dont nous avons, avec l'association Sovape, fait une analyse publiée cette semaine.

Sur RTL, le Dr William Lowenstein, de SOS Addiction, et Dominique Laverge, de la Société française de pneumologie, au micro d'Yves Calvi:



lundi 16 avril 2018

Persecuted: un court-métrage documente l'absurde de la politique hongroise anti-vape

"Ils ont nationalisé la distribution et pris le monopole des ventes de tous les produits connexes au tabac, dont les produits de vapotage, au nom de la "protection des enfants". Ils n'ont pas seulement échoué à réduire le taux de tabagisme, ils ont provoqué exactement l'inverse: les ventes de tabac à rouler ont explosé, nous n'avions jamais vu autant de cigarettes de contrebande s'échanger et les vapoteurs se tourner vers les achats en ligne à l'étranger". Le constat de Robert Bernarius est sans concession. Les conséquences de la politique de la Hongrie depuis 2012 au sujet du vapotage sont désastreuses. Il les expose dans un court-métrage sous-titré en anglais d'un quart d'heure mis en ligne ce 14 avril (ou voir plus bas). Persecuted, qui sera projeté au festival des films du Global Forum on Nicotine en juin à Varsovie, déplore la politique hongroise hostile à la réduction des risques et marquée notamment par la fermeture des magasins spécialisés pour livrer la vente des produits de vapotage aux buralistes "inexpérimentés dans le domaine".

"Nous n'y avons pas cru"

En Hongrie, la politique anti-vape a commencé par des saisies de liquides nicotinés dés 2012. "A ce moment-là, nous n'arrivions pas à croire cela possible. Plus tard, nous espérions juste que cela ne durerait pas longtemps. Malheureusement, c'était notre première erreur, et depuis, il s'est avéré que ce n'était pas la dernière...", raconte le réalisateur, lui-même défenseur du vapotage et ex-fumeur. Fin 2015, les débats au parlement sur l'implémentation de la directive européenne (TPD) dans la loi hongroise donne lieu à une simple assimilation du vapotage au tabagisme. Effet de cet amalgame, le seul discours de santé publique autorisé présente le vapotage comme "aussi nocif" que le tabagisme. Autre conséquence de l'assimilation dans les lieux publics, les usagers ne sont autorisés de vapoter que dans les espaces fumeurs et ainsi subissent la fumée passive.

Etude scientifique hongroise

Dans ce climat hostile à la réduction des risques, un seul chercheur hongrois ose s'aventurer sur la question. Le Pr László Galuska, de l'Université de Debrecen, détaille la méthode de test de la condition des membranes des alvéoles pulmonaires qu'il a développé durant sa carrière. Avec son équipe, il a voulu mesurer avec celle-ci les effets du vapotage. "En 2014, nous avons comparé un groupe de 25 vapoteurs aux résultats des fumeurs. Nous avons déterminé que les dommages pour les membranes des alvéoles capillaires des poumons étaient bien moindres avec le vapotage, en raison de l'absence de monoxyde de carbone et de goudrons", explique le Pr Galuska. Actuellement, son équipe poursuit ses études sur différents nouveaux modèles apparus après cette première étude, précise t-il.

L'incertitude qui favorise des morts certaines

En dépit de ce constat scientifique local, les autorités ont préféré opter pour une ligne contre la réduction des risques et la prévention. "Ils ont liquidé les vendeurs spécialisés expérimentés d'un trait de crayons et mis la main sur la vente des produits de vapotage pour la donner à des buralistes qui n'y connaissent rien", regrette Robert Bernarius dans la conclusion de son petit film. "Cette ségrégation à l'égard de la réduction des risques ne marche pas du tout. La réglementation a été faite pour suivre l'idéologie du gouvernement actuel, qui ne sert ni la prévention ni la réduction des méfaits mais préfère utiliser la diabolisation des dispositifs alternatifs pour pousser les fumeurs à l'incertitude et une mort certaine".

Le film Persecuted en hongrois, sous-titré anglais:




mardi 6 février 2018

Naissance de l'association des vapoteurs ANPVU en Italie

"Ce 18 janvier est née l'Association Nationale Pour les Vapoteurs Unis (ANPVU)". L'éclosion de l'organisation de défense des intérêts des usagers arrive dans un contexte très hostile au vapotage en Italie. Ces derniers mois ont vue les autorités coordonner une offensive conjuguant taxes prohibitives, restriction des lieux de ventes physiques et interdiction de vente à distance de liquides, désormais soumis au Monopole des douanes. Une guerre au vapotage qui fait le jeu des cigarettiers et du tabagisme. A l'opposé de cette politique morbide, la nouvelle association oriente sa démarche sur le terrain d'une approche de réduction des méfaits. "Nous voulons simplement être une association composée uniquement de vapoteurs: des gens qui partagent le même intérêt et la même passion. Son objectif principal est d'aider les fumeurs à cesser de fumer en entrant dans le monde des vaporisateurs personnels", explique le communiqué de l'association, repris notamment par le site SigMagazine.

Engagement social : la réduction des méfaits par l'exemple

La nouvelle organisation des vapoteurs en Italie insiste sur l'alternative au tabagisme que constitue le vapotage mais également sur son contenu social et communautaire porteur d'entraides et d'auto-soutien. "En Italie, sur les 11 millions de fumeurs estimés, plus de 7 millions ont essayé au moins une fois d'arrêter sans succès. Les nouvelles technologies du vapotage sont une opportunité de changer ces statistiques de santé en offrant une alternative beaucoup moins nocive que les cigarettes", souligne Carmine Canino, le Président nouvellement élu de l'ANPVU. L'association se réfère aux travaux scientifiques, dont les rapports britanniques du Public Health England et du Royal College of Physicians, mais aussi aux scientifiques italiens tels que les Prs Polosa, Beatrice, Tirelli et le regretté Veronesi, membres de la Ligue Italienne Anti-Fumée (LIAF), pour appuyer le bien fondé de la minimisation des méfaits du vapotage contre le tabagisme.

Défense politique

"L'intention et l'espoir de l'ANPVU est de voir enfin l'Etat italien approuver et partager les politiques du Royaume-Uni où le vapotage est promu et encouragé par le Ministère de la Santé", soulignent les sept membres du comité de l'association. Dans cette perspective, l'ANPVU entend tisser "des échanges et un dialogue constructif"  avec les institutions et les différentes parties impliquées, notamment en respectant pleinement les objectifs des autres associations. Dans son manifeste, l'association précise un de ses objectifs à court terme: "la rectification ou l'abolition de la taxation actuelle".

L'avis de naissance de l'organisation de défense spécifiquement de vapoteurs en Italie était fortement espéré, après la première tentative avortée de l'association Vapit. Alors que l'Italie faisait partie en 2013 des pays d'avant-garde de la réduction des méfaits contre le tabagisme avec le vapotage, les attaques particulièrement violentes du Gouvernement ont poussé les 3/4 des commerces de vape à fermer, passant de plus de 4'000 à un millier aujourd'hui. L'absence d'une entité spécifique de défense  des intérêts des usagers a fait défaut ces derniers mois face au nouveau durcissement législatif. Les autorités ont eu beau jeu d'ignorer les organisations de professionnels en les réduisant à des réflexes corporatistes. 

Résultat, les liquides de vapotage, y compris sans nicotine, sont taxés désormais à hauteur de 4.50€ par fiole de 10 ml, portant leur prix au dessus de 10€. D'autre part, les lieux de vente sont soumis au réseau de distribution du Monopole administré par les douanes (AAMS). La vente de liquide à distance, notamment par internet, est interdite depuis le 1er janvier, laissant orphelins les vapoteurs à l'écart des grands centres urbains. 

Information sur le vapotage

Le combat politique, à côté de recours juridiques des professionnels, sera probablement intense dans les mois à venir en Italie. Mais c'est évidemment sur la base d'un travail de fond pour construire une culture de réduction des méfaits contre le tabagisme que le mouvement des vapoteurs peut espérer s'appuyer à long terme. En ce sens, l'association met à disposition un numéro vert pour répondre aux personnes intéressées par ses activités. L'adhésion pour les membres individuels est fixée à 5€ minimum. L'ANPVU a mis en place son site internet, ainsi qu'une page Facebook. Entrée de plein pied dans la lutte pour le droit à la réduction des méfaits, elle a déjà eu à réagir au "buzz qui tue" la semaine dernière pour corriger les fausses informations diffusées aussi par les médias italiens. La Dr Francia Fortunato, du comité scientifique de l'ANPVU, a ainsi expliqué les limites de l'étude et l'absurdité des surinterprétations médiatiques qui en ont été faites. Et ce n'est qu'un début...


mardi 26 décembre 2017

E-rauchen-forum.de (ERF) va fermer

Créé en 2007, e-rauchen-forum.de, le forum de vapoteurs de langue allemande va fermer sous peu. En une décennie, plus de 53'000 membres ont écrit près de 2,7 millions de messages sur le forum aussi appelé de son acronyme ERF. La fin de la plateforme d'entraide, d'information et d'échanges sur le vapotage est provoquée par l'état de santé de Kirsten, son administratrice. De nombreuses figures et groupes de défense de la vape germanique ont exprimé leur tristesse de la disparition de l'ERF et souhaitent le meilleur à sa fondatrice. La création d'un nouveau forum pour prendre la relève est en discussion.


mercredi 13 décembre 2017

En Ontario, une étude va tenter de mesurer si le vapotage et l'auto-support aident les sans-abris à sortir du tabagisme

Paradoxe du calendrier canadien. D'un côté, les députés de l'Ontario ont adopté hier la loi 174 signifiant la mise à mort locale du vapotage. Cette loi, qui regroupe vapotage, tabac et cannabis, interdit tout arôme dans les liquides à vapoter et prohibe aussi toute démonstration, explication, conseil, essai et quelconque information à propos des produits de vapotage en magasin. En somme, une prohibition qui ne dit pas son nom dans la province canadienne. De l'autre côté, la Dr Smitha Pakhalé, directrice du centre de santé communautaire de l'hôpital d'Ottawa, lance une étude clinique pour évaluer l'aide au sevrage tabagique avec le vapotage pour les sans-abris. La nouvelle donne législative locale risque de bien compliquer la réussite des 200 SDF qui seront enrôlés dans l'essai clinique.

Comprendre si le vapotage peut être utile

"Nous essayons de comprendre si le vapotage peut être dans notre boîte à outils, car il a certaines caractéristiques qui pourraient être intéressantes: il peut délivrer des doses précises de nicotine inhalées et, d'autre part, il permet aux fumeurs d'avoir la gestuelle de la main à la bouche qui leur manque", explique la Dr Smitha Pakhalé au journal Ottawa Citizen. Sur les ondes de la radio nationale CBC, elle éclaire la démarche. "D'un côté, des participants recevront des substituts nicotiniques existant tels que patchs, gommes, lozange. De l'autre, dans les mêmes conditions de santé participative avec les gens [people], par les gens et pour les gens, les participants recevront des produits de vapotage à la place des substituts nicotiniques conventionnels", précise la docteure également pneumologue. 

L'aide par les pairs intégrée à la démarche

Le support par les pairs intégré à cette recherche est un point particulièrement original et intéressant. La tradition 'pro-abstinence only' de la prévention du tabagisme évacue l'aide par les pairs, prenant pour postulat que tout fumeur est fondamentalement perverti. L'approche menée par la Dr Smitha Pakhalé rompt avec cette exclusion et s'inspire des autres domaines des addictions où l'aide autogérée a montré ses qualités. Une précédente recherche, publiée en 2016 dans la revue médicale Research and involvement, a défriché le terrain. La 'Participatory Research in Ottawa Management and Point-of-care of Tobacco' (PROMPT) a formé quatre pairs aidant à l'arrêt tabagique pour développer une stratégie participative. "Nous avons conçu le modèle d'engagement et d'action des citoyens d'Ottawa en dix étapes (OCEAM)", explique l'article de l'équipe de la Dr Pakhalé.

Une inégalité sociale pour la santé

L'intérêt de l'approche se justifie notamment par l'inégalité du tabagisme entre groupes sociaux. Alors qu'environ 12% de la population adulte d''Ottawa consomment des cigarettes, une enquête de 2013 (PROUD) montre que 96% des utilisateurs de drogues du centre-ville sont fumeurs de tabac. "Les personnes qui fument aujourd'hui sont pour la plupart à faible revenu, indigènes, sans abri, peu éduquées et marginalisées", déclare la docteure à l'Ottawa Citizen. "Cette inégalité distincte de l'usage du tabac se traduit par une distribution inéquitable des conséquences pour la santé, telles que la morbidité et la mortalité dans la population", pointe encore l'article de Research and involvement. 

Un changement de paradigme nécessaire

Les résultats du suivi avec l'aide par les pairs PROMPT seront publiés sous peu. Une majorité des 80 personnes soutenues par les quatre pairs aidants, des substituts nicotiniques et des conseils infirmiers ont réussi à arrêter de fumer sur six mois, précise en primeur le journal Ottawa Citizen. D'un point de vue d'un vapoteur impliqué dans des groupes d'entraide à l'arrêt du tabagisme à son aide, étendre la démarche à la vape parait couler de source. Mais la Dr Pakhalé s'était déclarée plutôt méfiante à l'égard du vapotage dans le passé. Ce nouveau développement en est d'autant plus remarquable. Même si sa confusion entre addiction au tabac et nicotine choque quelque peu mes oreilles

Reste à savoir comment les participants à l'étude pourront réussir à arrêter de fumer à l'aide du vapotage dans un environnement aussi hostile que celui que vient d'imposer la majorité du Parti Libéral de l'Ontario à leurs concitoyens...
Son interview en anglais sur la radio CBC:


samedi 22 juillet 2017

Malgré la traque du Gouvernement contre les groupes d'entraide sur internet, les belges fuient en masse le tabagisme à l'aide de la vape

Conseiller des fumeurs sur le matériel de vapotage pour les aider à arrêter de fumer est un délit selon le Ministère de la santé belge. Ainsi plusieurs groupes d'entraide autogérés sur internet se sont vus menacés de poursuites et d'amende s'ils ne stoppent pas immédiatement leur activité. "Le Service Publique Fédéral de la santé (SPF) m'a interdit de continuer cette page Facebook en me menaçant d'une amende", explique le dernier message de Dimi Crazy Damper Schuermans. "Je vais arrêter d'utiliser cette page Facebook pour le moment. Mais je n'abandonne pas. Ils ne nous forceront pas à retourner aux cigarettes pour remplir les caisses de leur Etat", précise le reviewer connu depuis 2012 de la communauté flamande. Après les traques contre les magasins de vapotage, que nous relations en mars dernier, les vapoteurs sur internet sont donc la nouvelle cible des services de Maggie de Block. 

"Ce groupe va fermer"


La même lettre de menace du SPF Santé a été envoyé à un groupe de troc et vente entre particuliers de produits de vape en Flandres. "Ce groupe va fermer dans quelques jours. Si vous avez des questions ou des problèmes, contactez-moi par message privé. Je vais toujours essayer d'aider du mieux possible. Grâce au vapotage, j'ai arrêté de fumer depuis trois ans et je ne recommencerais jamais les cigarettes", explique Nicky B., administrateur du groupe en question. Simple vapoteur, le chauffeur de camion n'a pas les moyens de s'opposer au glaive fédéral. Les vapoteuses à bas prix, les dons et les échanges entre usagers de la région disparaîtront sous peu de cette page facebook, sauf solution alternative de dernière minute.

Guy Vanhengel vapote

Pourtant, le vapotage continue de faire sortir en masse du tabagisme les fumeurs belges depuis que le Conseil d'Etat a invalidé la prohibition de vente des liquides nicotinés début 2016. Signe des temps, même un Ministre de la région bruxelloise s'y est mis. Hier, lors du défilé officiel de la fête nationale, Guy Vanhengel vapote ostensiblement dans la tribune Royale aux côtés de Charles Michel, le chef du Gouvernement fédéral, et d'autres VIP. Camarade de parti de l'Open VLD de la Ministre Maggie de Block, le libéral démocrate bruxellois osera t-il glisser quelques mots contre la chasse aux sorcières vapoteuses que le gouvernement fédéral orchestre depuis le début de l'année? Une question qui vaut quelques centaines de millions d'euros de taxes tabac évaporées des caisses de l'Etat belge.

Sortie en masse du tabagisme malgré l'Etat

Une qui n'a pas eu peur de dire quelques mots, c'est Véronique. "Grâce aux bonnes explications des professionnels de la vape et des vapoteurs, je suis à un an sans clope grâce à la vapote", explique cette ex-fumeuse de 49 ans. Courageux aussi, le site de Tabac Stop Belgique de publier son témoignage en dépit du Maccarthysme ambiant. "Dire que l'Europe et notre Ministre de la santé mettent des bâtons dans les roues [aux vapoteurs]. Inadmissible", tempête la choriste belge qui assure avoir retrouver son souffle avec plaisir et enthousiasme. Mais les prochaines "Véronique" pourront-elles encore bénéficier des conseils et de l'aide de la part de vapoteurs désormais muselés sous la menace des amendes du SPF Santé? De leur côté, les médias belges s'en tiennent au silence...


vendredi 30 juin 2017

[Vidéo] Arrêter la cigarette est possible ! 50 acteurs de santé et de la vape se mobilisent pour les fumeurs

Quoiqu'en disent cigarettiers et pharmaceutiques: arrêter de fumer est possible ! En cinq clips de 3 à 4 minutes chacun, une cinquantaine d'acteurs de santé et du monde du vapotage encouragent, expliquent et conseillent les fumeurs. Animateurs de groupes d'entraide autogérés de défume, vapeshops, reviewers, défenseurs des droits aux outils de réduction des méfaits ou simples vapoteurs, ils offrent leur voix à leurs "amis fumeurs". A rebours des discours démobilisant, ils encouragent et soutiennent la sortie du tabagisme. Cinq clips à visionner et partager à ceux que vous aimez: