Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)
Affichage des articles dont le libellé est lobby. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est lobby. Afficher tous les articles

mercredi 25 juillet 2018

Abrogation de la taxe scélérate anti-vape en Italie: le lobby tabac gagne une manche, la lutte se poursuivra

Les vieux briscards de la politique italienne ont remporté cette manche. L'amendement "salva vaping" pour libérer le vapotage de la taxe scélérate et du Monopole du tabac a été abandonné avant sa présentation aux chambres dans le cadre du décret d'urgence "Dignité". Au terme de deux jours de batailles en Commission, les recours techniques du Parti Démocrate et de Forza Italia rendaient son avenir compliqué et source d'obstructions possibles dans le cours législatif. Non directement lié au reste du décret, l'amendement a été supprimé par le Président de la chambre Roberto Fico. L'abrogation de la méga taxe anti-vape et de la main-mise du Monopole du tabac sur la distribution ne sera donc pas décrétée dans les jours qui viennent. Mais les défenseurs de l'outil de réduction des risques restent optimistes. L'ensemble des élus de la Lega et du Mouvement 5 étoiles ont soutenu la démarche, ouvrant la porte à une présentation de l'amendement à une meilleure occasion.

Du côté du Mouvement 5 étoiles, Enrico Moizo est amer.

Volonté du Gouvernement de libérer la vape

"Il y a une volonté politique qui a montré que le marché du vapotage peut être libéralisé rapidement. Cela peut venir d'un décret de la présidence du Conseil, d'une initiative parlementaire, par un amendement à une loi ordinaire, ou même d'un amendement en cours de discussion au Sénat du même décret Dignité. Il y a encore mille routes et mille possibilités", rassure Stefano Caliciuri, du site spécialisé SigMagazine. L'occasion la plus évidente reste le décret dit de stabilité, exercice annuel en novembre, qui avait été le théâtre de l'amendement Vicari en 2017.

Mais le temps presse pour bon nombre d'acteurs de la filière du vapotage indépendant, notamment les boutiques.  Enrico, un vendeur de vape de Gênes, témoigne sur Facebook: "Ma boutique ouverte en 2012 a survécu à mille tempêtes. Mais actuellement, notre chiffre d'affaire a chuté de 30% par rapport à l'année dernière. Excusez-moi, mais nous sommes les protagonistes d'une débâcle commerciale et de l'anéantissement de notre avenir. Mon entreprise et beaucoup d'autres ne verront pas 2019 si rien ne se passe vite. Ils nous ont mis tellement de coups de bâton que je n'ai presque plus la force de me relever".


mardi 24 juillet 2018

[Bref] Sur la Rai 3: Sposetti, le Senateur Démocrate qui a touché 37'000 € pour faire passer la taxe anti-vape en Italie

En décembre dernier, l'émission Report de la télévision Rai 3 a interrogé Ugo Sposetti, le père de la taxe anti-vape en Italie. Le Sénateur du Parti Démocrate avait écrit en 2013 l'amendement qui surtaxe le vapotage. Le journaliste essaie en vain de connaitre les motivations du Sénateur pour cette taxe qui a décimé le secteur du vapotage. Cela aurait-il quelque chose à voir avec les 37'000 € qu'il a touché de la Fédération Italienne des buralistes (FIT) ? "Peu, ils m'ont donné peu. Ils devaient m'en donner plus", rétorque le Sénateur. Ce qui laisse songeur... "Je n'ai jamais fumé de ma vie", insiste le Sénateur du Parti Démocrate, pour ce qui semble faire office de politique de santé publique aux yeux de l'élu romain.

Plus de 12 millions de fumeurs en Italie

Plus tôt sans le sujet télévisé, Riccardo Ascione, de l'entreprise de vape Ovale, rappelle que près de la moitié des fumeurs italiens avait déjà essayé le vapotage en 2012. L'Italie faisait alors figure d'un des pays d'avant-garde sur le chemin de la sortie du tabagisme à l'aide de l'outil de réduction des risques. Les premiers hoax pour effrayer les fumeurs apparaissent. Insuffisants, la taxe entre en vigueur le 24 décembre 2013 pour briser le mouvement. Réduction de nombre de vapoteurs et extension du marché noir. En 2018, le nombre de fumeurs est remonté au niveau de 2007, tandis que le nombre de vapoteurs a continué de chuter. En décembre dernier, au prétexte du peu de taxes récoltées sur la vape, le gouvernement Renzi a mis le vapotage sous tutelle du Monopole du tabac, via l'amendement Vicari.

La fin de la taxe scélérate ?

Cette semaine, un amendement, dans le décret dit "de la dignité", vise à abroger la taxe punitive et l'emprise du Monopole du tabac. La bataille est intense entre d'une part le Parti Démocrate et Forza Italia soutenant les lobbys du tabac, et d'autre part le gouvernement d'union de la Lega et du Mouvement 5 étoiles qui entend sauver le vapotage. Tandis que Matteo Salvini, Ministre de l'intérieur de la Lega, a rappelé hier, dans un interview au Corriere della Sera, l'importance de cet amendement. Aujourd'hui, Giovanni Risso, président des buralistes (FIT), annonce dans la presse italienne la mort des vendeurs de cigarettes si l'amendement est accepté. Hier, l'amendement a été exclu puis réintégré et la bataille se poursuit. Le parlement devrait décider d'ici la fin de la semaine...

mercredi 18 juillet 2018

[Bref] Pfizer offre 300'000 $ à qui veut faire de la propagande anti-réduction des risques

300'000$ pour des programmes d'éducation ciblés sur l'aide aux fumeurs. Fantastique! L'appel à candidatures pour une subvention de Pfizer, la grande firme pharmaceutique, parait formidable à prime abord. C'est en lisant les détails qu'on déchante et que son véritable objectif apparaît. "Nous avons l'intention de soutenir des programmes visant à accroître les connaissances des professionnels sur l'importance de l'abstinence tabagique complète à l'opposé des stratégies de réduction des risques pour les fumeurs motivés à arrêter", stipule l'appel d'offre de Pfizer ouvert aux Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Italie, Espagne et Japon. Toute l'annonce s'axe sur l'opposition aux approches de réduction des risques, c'est-à-dire "les mesures prises pour réduire les risques pour la santé associés à l'utilisation de tabac fumé" et tout particulièrement le vapotage et les cigarettes chauffées, précise Pfizer.

Les organismes intéressés à toucher leur part des 300'000$ pour faire de la propagande contre la réduction des risques et saboter l'arrêt tabagique à l'aide du vapotage ont jusqu'au 28 août pour soumettre leur demande à Pfizer. La New Nicotine Alliance (NNA) britannique n'a pas déposé de dossier. Par contre, elle a envoyé un courrier pour dénoncer l'opposition stérile et infondée de Pfizer entre abstinence aux cigarettes et réduction des risques. "Malgré le fait que l'appel d'offre déclare que «Pfizer n'a aucune influence sur aucun aspect des projets», il est clair que Pfizer tente d'influencer les projets avant même qu'ils ne commencent en fournissant une description aussi trompeuse de l'objet à traiter", s'agace Sarah Jakes, présidente de l'association NNA. A priori, peu de chance que la NNA touche un chèque de Pfizer. Par contre, on sait quoi penser de l'éthique et du professionnalisme de ceux qui encaisseront.


vendredi 13 juillet 2018

Valais: servir patates, tomates ou aubergines aux mineurs sera t-il bientôt interdit ?

Le mélange entre influence et incompétence peut engendrer des situation cocasses. En modifiant la loi pour interdire "la vente et la remise de produits nicotinés" aux moins de 18 ans, le 14 juin dernier, le Grand Conseil valaisan ne semble pas s'être inquiété de la question des légumes de la famille des solanacées. Patates, tomates, aubergines, poivrons et piments notamment sont des solanacées. Particularité? Toutes les plantes de cette famille, y compris ces légumes, contiennent naturellement de la nicotine. En concentration plus faible que dans le tabac, mais ils en contiennent. Suffisamment pour qu'on détecte un effet bénéfique d'un régime alimentaire riche en solanacées, notamment en poivrons, pour prévenir le risque de maladie de Parkinson par exemple.

50'000 FS d'amende si l'on sert des tomates à un ado ?

En interdisant de donner ou vendre des produits nicotinés à des mineurs, les autorités valaisannes semblent, au moins de manière formelle, avoir interdit aux parents, cantines, restaurants, etc. de servir ces légumes aux enfants et adolescents à partir du 1er janvier prochain. En cas d'infraction, les personnes ayant remis des produits nicotinés à des mineurs risqueraient une amende allant jusqu'à 50'000 Fs. Avec la même perspicacité, cette modification de loi interdit aussi la vente et la remise de "cigarette-électronique" aux mineurs, sans que l'on sache ici non plus ce que cela recouvre précisément.

Une politique pour conserver le tabagisme adolescent

En Suisse, le tabagisme adolescent stagne à près de 16%, tandis que dans les pays où le vapotage a pu se développer, il s'est écroulé. Aux Etats-Unis, de 15,8% en 2011, il ne touche plus que 7,6% des adolescent en 2017. Dans la région parisienne, le suivi de Paris Sans Tabac montre la même évolution. Au Royaume-Uni, la vape a aussi accéléré la dénormalisation du tabagisme chez les jeunes. La très large majeure partie des adolescents qui expérimentent le vapotage, le font sans nicotine. La part qui vapotent régulièrement avec nicotine est quasi-exclusivement déjà fumeurs.

Les autorités valaisannes s'apprêtent donc à priver au niveau légal leurs adolescents d'un moyen d'éviter de fumer et, avec surréalisme, d'une série de légumes très courants tels que les patates, les tomates et les aubergines. Tout cela sur la base de mauvais conseils de lobbyistes puritains préférant conserver le vieux tabagisme, tout en prétendant l'inverse, que donner une quelconque marge de manœuvre à une approche de réduction des risques.

La transgression des ados pour sortir de la société tabagique?

On peut imaginer que l'interdiction valaisanne de légumes nicotinés aux mineurs sera de facto impossible d'application. Les interdictions contre le vapotage auront peut-être le mérite paradoxal d’exciter curiosité et envie de transgression des adolescents valaisans. Avec des lois aussi ridicules et arriérées, il y a peu de chance que les messages de santé publique ne regagnent quelconque crédibilité aux yeux des jeunes.


samedi 23 juin 2018

[Bref] L'Indonésie taxe la vape à 114% pour protéger les ventes de cigarettes

Plus de 67% des hommes de plus de 15 ans fument en Indonésie. Pour pallier au risque de sortie de cette consommation de masse, le Gouvernement indonésien a décidé d'imposer une taxe qui va plus que doubler le prix des liquides de vapotage nicotinés dés ce 1er juillet. Selon Reuters, les autorités estiment à près de 4'000 magasins de vape pour plus de 900'000 vapoteurs dans l'archipel qui compte 260 millions d'habitants. "La cible de recettes d'accise de cette année est de 155,4 billions de roupies (Rp) [soit environ 11,20 milliards de dollars]. La nouvelle taxe d'accise devrait contribuer environ de 100 à 200 milliards Rp par an", se réjouit Sunaryo, Directeur adjoint de l'Office des douanes et accises au ministère des Finances. Ses espoirs de revenus s'appuient sur un système de taxation étagé dans la directive 146/PMK.010/2017 selon des catégories de produits de vape. "Sur la base du prix soumis par l'entrepreneur, le prix le plus bas est de 10 000 Rp pour le type 'non-premium', tandis que le prix le plus élevé pour le type premium est de 120 000 Rp", explique le média local Solopos.

Le Ministre du commerce avait annoncé son objectif en novembre dernier. "Nous allons les arrêter. De cette façon, les vapoteurs devront se mettre à fumer des cigarettes", expliquait Enggartiasto Lukita, Ministre du commerce indonésien, au journal local Kompas. La taxe, qui va représenter 57% du prix de vente TTC des produit de vapotage avec nicotine, vise à "limiter le recours au vapotage" comme l'a reconnu Heru Pambudi, directeur général des douanes et de l'accise, l'an passé au Jakarta Globe. Dans un pays où le lobby du tabac est omnipotent, le "prix du paquet de cigarette est d'environ 2$", rappelle Jim McDonald, journaliste spécialiste de la question de réduction des risques à Vaping 360.

dimanche 10 juin 2018

[Bref] Deux experts allemands décortiquent les raisons de la haine des lobbyistes contre le vapotage dans Zeit

"Qu'est-ce que les lobbyistes ont contre le vapotage?". Heino Stöver, directeur de l'Institut de recherche sur les addictions de l'Université de Frankfort, et Dietmar Jazbinsek, journaliste spécialisé sur l'influence des lobbys dans la santé publique, ont écrit un article à quatre mains pour Die Zeit le 31 mai. Ils y décortiquent les raisons des deux grands lobbys manœuvrant en coulisse autour du vapotage dans l'hebdomadaire allemand. Cet article, placé dans sa série "Global drug survey" liée à l'enquête mondiale sur les usages de substances psychoactives, commence par pointer le problème. De 28,8% de fumeurs en 2013, l'Allemagne a réduit à 28,3% la part de fumeurs dans sa population en 2018. Une baisse insignifiante de 0,5% en cinq ans. "Le nombre de fumeurs de cigarettes a très peu changé, mais leur composition sociale a fortement évolué. Alors que la grande majorité des enseignants du secondaire ont arrêté de fumer, huit déménageurs sur dix se grillent une cigarette à la pause. Les chômeurs à faible revenu et de longue durée restent de fidèles clients de l'industrie du tabac jusqu'à la mort", soulignent les deux chercheurs en sciences sociales.

Le tournant du vapotage

Dans l'économie mondiale du tabagisme, "l'Allemagne est l'un des plus grands exportateurs de cigarettes au monde et gagne beaucoup dans la mondialisation de la mortalité par cancer", notent les auteurs, comme on pourrait le faire aussi pour la Suisse. Fumer provoque chaque année près de six millions de morts prématurés selon une estimation de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS)"Ce n'est que dans ce contexte qu'il devient compréhensible à quel point 2003 marque un tournant", ciblent Heino Stöver et Dietmar Jazbinsek pour présenter le dépôt cette année-là du brevet d'une e-cigarette par Hon Lik, un pharmacien chinois. 

"Il est vite devenu évident que la nouvelle variante de consommation de nicotine pouvait devenir l'innovation chinoise la plus conséquente depuis l'invention de la porcelaine. Par l'échange d'expériences des utilisateurs, la scène du vapotage au niveau mondial a émergé, combinant les caractéristiques d'une communauté en ligne, d'une sous-culture et d'un groupe social. En bref, un mouvement de base", esquissent les auteurs.

Plus la vape progresse, plus l'hostilité devient féroce

L'implication des usagers a rapidement permis de développer des appareils plus efficaces et agréables. "Aucun expert sérieux, aucun chercheur du domaine de la lutte antitabac, ne nie que la vaporisation ait un risque sanitaire beaucoup plus faible que de fumer des cigarettes ordinaires. Cependant, de nombreux débats persistent sur la façon d'évaluer le risque résiduel du vapotage. Au fur et à mesure que le débat progresse, il devient évident que plus la technologie devient mature, plus l'hostilité à son encontre devient féroce", constatent les experts. 

Le tabac et la pharma lui ont fait la guerre, selon lui
A défaut de problèmes sanitaires réels à montrer, certains accusent la vape d'être le cheval de Troyes de l'industrie du tabac. Effectivement, les cigarettiers avaient des prototypes d'inhalateurs dans leur tiroirs depuis longtemps. Mais ils ne les avaient pas sortis pour ne pas dévaloriser et mettre en péril leur cœur de métier, les cigarettes de tabac. En français, le rideau de fumée de Gérard Dubois racontait en 2003 certains projets enterrés par les cigarettiers.

Les manœuvres cigarettières

"Ce n'est que lorsqu'il est devenu évident que les start-up de la scène de la vape devenaient une concurrence sérieuse que de grandes entreprises se sont mises sur le marché", rappellent les deux auteurs. Achat du brevet de Hon Lik par Imperial Tobacco en 2013 puis tentatives d'interdire des produits en faisant jouer les brevets par sa filiale Reemtsma en sont des épisodes. Philip Morris de son côté s'est tourné vers le tabac chauffé. Une récente étude de l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques estime que la teneur en toxiques de la fumée des cigarettes chauffées Iqos est au moins 80% moindre par rapport aux cigarettes conventionnelles. "Si cela s'avère être un coûteux flop, ce ne sera pas nécessairement mauvais pour Philip Morris, car les clients frustrés d'Iqos retournent aux Marlboro. Les dirigeants du leader du marché mondial sont fiers de la fable d'un «avenir sans fumée». À la fin, bien sûr, c'est la marge bénéficiaire d'aujourd'hui qui compte"

"Les compagnies pharmaceutiques n'aiment pas le sevrage tabagique électronique"

Plus discrètes que les coups à plusieurs bandes des cigarettiers, les manœuvres du lobby de la Pharma n'en sont pas moins intenses et puissantes. "Les compagnies pharmaceutiques n'aiment pas le sevrage tabagique électronique", titre le second volet de l'article. Concurrence aux substituts nicotiniques et au Champix, le vapotage ennuie des géants comme Glaxo Smith and Kline (GSK) et Pfizer. "Ces entreprises assoient leur lobbying avec leurs leaders d'opinion médicaux, dont elles subventionnent les recherches, des postes de consultant, les frais de cours et d'autres avantages", rappellent, en évidence généralement passée sous silence sur le sujet, les deux spécialistes.

Exemple de cette influence contre la santé publique, une déclaration signée de 50 sociétés médicales et organismes de santé allemands en mai 2015 annonçant que le vapotage a un "plus grand potentiel de dommages que de bénéfices parce qu'il met en péril les réalisations de la lutte anti-tabac". "Nous ne savons pas de quels succès dont ils parlent", rétorquent Heino Stöver et Dietmar Jazbinsek. Avant dernière au classement européen des mesures de lutte anti-tabac, l'Allemagne n'a pas interdit la publicité pour les cigarettes, ni le tabagisme dans les bars de manière stricte et les taxes sur le tabac n'ont évolué "qu'à doses homéopathiques" depuis 15 ans, rappellent-ils. Au-delà des mesures, le taux de fumeurs stagne. Les auteurs se demandent si la diabolisation délirante du vapotage n'est pas une manière de refouler l'échec allemand en matière de prévention sur le tabagisme.

La vape cannibalise les cigarettes

A l'opposé de la peur allemande, le pragmatisme britannique obtient des résultats par la réduction des risques avec le vapotage. "La politique de prévention britannique diffère de l'allemande à deux égards: d'une part, la réglementation des cigarettes est beaucoup plus stricte que la nôtre; d'autre part, les experts et les autorités britanniques de la santé se fient au vapotage depuis plusieurs années pour réduire la prévalence du tabagisme", résument les auteurs, avant de préciser que "le nombre d'arrêts du tabac réussis a augmenté de manière significative grâce au vapotage. La proportion de consommateurs de tabac dans la population britannique totale est passé de 27% en 2001 à 15,8% en 2016, selon l'Office for National Statistics (ONS)".

Aux Etats-Unis, le vapotage met en danger les grands cigarettiers, tandis qu'au Japon, le tabac chauffé a pris un sixième du marché des cigarettes. En Allemagne, "dans Tabak-Zeitung, le journal de l'industrie cigarettière allemande, du 18 mai, un directeur d'Imperial Brands avertit: les ventes de cigarettes traditionnelles s'écroulent". Les auteurs concluent: "Une politique de santé intelligente devrait soutenir et accélérer cette cannibalisation des ventes de cigarettes grâce à des alternatives à faible risque"


mardi 8 mai 2018

[Bref] Japan Tobacco appelle à durcir la réglementation anti-vape européenne

Dans une tribune au magazine Parliament, revue destinée aux bureaucrates et lobbyistes européens, Yasuhiro Nakajima appelle à durcir la réglementation anti-vape européenne dans la directive des produits du tabac (TPD). Le vice-président du département des produits à risque modifié de Japan Tobacco International (JTI) propose de profiter de la prochaine révision de la directive pour renforcer les mesures de répression contre les usagers indisciplinés des produits indépendants. Notamment, il dénonce leurs astuces de contournement de la limite de contenance à 10 ml. Cette limite a été imposée pour handicaper l'industrie indépendante du vapotage tandis que les cigarettiers préfèrent les produits non rechargeables, aux marges bénéficiaires plus larges. "Les consommateurs veulent des bouteilles de recharge plus grandes que celles autorisées par la TDP. Le résultat est qu'ils complètent les flacons non-réglementés sans nicotine avec des injections régulées de nicotine. Les responsables de la santé savent-ils ce qu'il y a dans ces liquides non nicotiniques? Non - et cela doit changer !", tempête le responsable de JTI.

En Suisse, le lobbyisme cigarettier a marché

La marque, qui commercialise notamment les cigarettes Winston et Camel depuis son rutilant siège genevois, a bénéficié en Suisse de l’accommodement de l'administration Berset. JTI a pu commercialiser sans étude indépendante préalable sa Ploom, un hybride très nicotiné et peu agréable entre cigarette et vapoteuse, alors que régnait encore la prohibition de vente des liquides nicotinés de vape. En septembre dernier, une plainte avait été déposée pour concurrence déloyale par Rico Daniel, un commerçant de produits de vapotage suisse-allemand.

Chambre d'écho lituanienne 

L'appel cousu de fil blanc du dirigeant du cigarettier japonais pour réduire l'attractivité du vapotage et la liberté de ses usagers en Europe fait écho aux propos du 3 mai appelant à ne pas arrêter de fumer [sic!] à l'aide du vapotage du Commissaire européen à la santé lituanien Vytenis Andriukaitis dans Euractiv, un autre média lié à la bureaucratie européenne. La Lituanie a été le premier pays ex-soviétique a privatiser une industrie d'Etat en vendant à Philip Morris la Klaipeda Toabacco en 1991. Depuis, la firme cigarettière lausannoise est devenue le second contributeur actuel en taxe du pays et figure dans son top 10 des investisseurs.

vendredi 21 octobre 2016

[Expresso] Le Times rétracte ses fausses allégations à l'encontre du Pr Clive Bates

Non, le Pr Clive Bates n'est pas financé par les cigarettiers. Le Times rétracte aujourd'hui les fausses accusations de sa journaliste Katie Gibbons dans deux articles publiés le 12 octobre. A propos de la conférence donnée par l'ex-directeur de l'Action on Smoking and Health à Bruxelles fin septembre dans le cadre du Global forum tobacco & nicotine, le Times rectifie. "Il était incorrectement suggéré que le Pr Bates avait "touché le gros lot" des compagnies du tabac. Nous reconnaissons que le Pr Bates a payé lui-même son voyage et les frais d'hôtel et qu'il n'a reçu aucun fond de la part de compagnies de tabac ou de nicotine", se corrige le quotidien londonien.

D'autres "erreurs" sont aussi rectifiées: le Pr Clive Bates n'a pas participé à l'étude menée par le Pr David Nutt sur l'évaluation comparée des risques entre différents produits de tabac et le vapotage. L'influent quotidien corrige aussi le travestissement de sens d'une déclaration du Pr Bates à propos du Maccarthysme se référant en fait à la campagne d'attaques menée contre les scientifiques sur la réduction des risques présents à la conférence de Bruxelles. Il est à noter que le Times ne présente pas clairement ses rétractations sur les articles originaux toujours en ligne. Les futurs lecteurs des articles de Katie Gibbons ne connaîtront donc pas forcément la tentative de diffamation de l'auteure. Les autres propos tendancieux de l'article ne se trouvent pas éclairés par la révélation sur l'intention orientée de la journaliste.