S'abonner via email :

Vous allez recevoir un mail pour confirmation. Il faut y répondre pour activer l'abonnement. Parfois il est considéré comme spam par des services de mail ;)

Affichage des articles dont le libellé est maladies non-transmissibles. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est maladies non-transmissibles. Afficher tous les articles

lundi 20 juillet 2020

Consultation au plan anti-cancer de l'UE : la réduction des risques massivement soutenue

Près de 20 % des contributions sur le projet de plan anti-cancer de l’Union Européenne préconisent la réduction des risques. « Une contribution sur six recommande des politiques qui encouragent les fumeurs à l’usage de produits de nicotine à risque réduit, tels que le vapotage », précise I-Com, un think tank libéral italien qui a analysé les réponses à la consultation publique lancée en février. L’institut, basé à Rome et financé par des entreprises, dont des multinationales de la pharmaceutique, voit l’émergence d’un fait social. Son analyse fait ressortir quatre thématiques parmi les 384 contributions, « un nombre record de participations »

  • Les quatre thèmes articulés peuvent se résumer à encourager les options à risques réduits par une politique globale pragmatique et faisant preuve de compassion, mais s’appuyant sur les données scientifiques pour éclairer les choix individuels en collaboration avec la société civile.
Pour repères, l’organisme créé par l’économiste italien Stefano Da Empoli en 2005 rappelle que 40 % des résidents en Europe seront affectés d’un cancer durant leurs vies. « Le tabac est responsable d’approximativement 25 % des décès liés aux cancers ». L’alcool serait lié à 400 000 décès prématurés par an, tandis que la pollution de l’air contribuerait à près de 3,2 millions de morts prématurées.

Encourager des options à risques réduits

Un premier thème est l’incitation des citoyens à adopter des modes de vie plus sains. « Les autorités publiques et les gouvernements nationaux devraient intervenir afin de définir des stratégies intersectorielles respectant le cadre de “la santé dans toutes les politiques” et mettre en œuvre des politiques actives qui permettent aux gens de mieux choisir des options de modes de vie », rapporte le factsheet d’I-Com. 

Cette approche passe aussi par les parties prenantes sur le terrain, qui doivent reconnaître « la réduction des risques au sein des stratégies de santé pour lutter contre les inégalités en matière de santé et défendre la justice sociale. Les modes de vie sains ne sont pas seulement une question de volonté, mais aussi d’opportunité. La législation peut donc avoir un impact profond sur le comportement de la population ».

Plus de pragmatisme et de compassion

Un second thème mis en lumière est d’intégrer « des solutions pragmatiques et faisant preuve de compassion » dans les politiques de santé. « La réduction des dommages est pragmatique et se concentre sur les risques et les dommages plutôt que sur l’abstinence, en cherchant à maximiser les avantages pour la santé, réduire au minimum le coût pour la santé publique et fournir une solution face aux inégalités de santé dans le monde. Les stratégies de réduction des risques devraient être “personnalisées”, centrées sur le patient et incluses dans les programmes de prévention, d’assistance et de suivi », résume le think tank.

S’appuyer sur les données pour favoriser les choix éclairés

Une stratégie cohérente et efficace se doit d’être éclairée. « Des mesures doivent être prises non seulement pour monitorer le marché, mais aussi pour le modeler selon le développement des connaissances scientifiques. Les choix individuels faits sans une approche cohérente de réduction des risques pourraient aggraver les problèmes posés par le tabac, l’alcool et d’autres produits. Alors que l’effet global des choix éclairés pourrait apporter une contribution importante à la santé publique »

Enfin, le think tank souligne comme quatrième axe la coopération entre sphère publique et sphère privée. « Les députés du Parlement européen, la Commission européenne, les États membres et les organisations non gouvernementales (ONG) peuvent tous contribuer à élaborer un plan efficace pour vaincre le cancer », assure I-com, qui annonce organiser un événement sur le sujet fin septembre au Parlement européen. 


jeudi 28 juin 2018

INNCO autorisé par l'ONU à participer aux réunions de haut-niveau sur les maladies non transmissibles

INNCO fait partie de la liste des 181 organisations autorisées à assister et à participer aux auditions interactives de la société civile de l'Organisation des Nations Unies (ONU) et à ses réunions de haut-niveau sur les maladies non transmissibles (MNT). La liste publiée le 1er juin par Miroslav Lajčák, président de l'Assemblée générale de l'ONU, anticipe la préparation de la troisième réunion de haut-niveau sur la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles (MNT) le 27 septembre prochain.

De Bloomberg à Helvetic Vape

Le choix des organisations autorisées par l'ONU est censé refléter la diversité des parties prenantes sur le sujet. On y trouve aussi bien l'organisation de lobbyisme de l'oligarque Michael Bloomberg que des organismes de santé comme le Cancer Research UK, ou des entreprises pharmaceutiques. On peut douter, pour le dire avec un euphémisme, de l'équilibre entre le poids des lobbys pharmaceutiques, de manière directe ou indirecte par financement, et celui des représentants d'usagers dans cette liste. Cependant, la validation de la participation d'INNCO est un premier pas pour une représentation d'utilisateurs de produits à risque réduit dans ce cadre.

INNCO, pour International Network of Nicotine Consumers Organisations, est le réseau international regroupant les organisations d'utilisateurs de produits nicotinés à risque réduit. Pour le moment, le réseau recueille au moins 34 associations de vapoteurs, de consommateurs de snus ou plus largement en faveur des produits de réduction des risques face aux produits fumés. Après son assemblée générale à Varsovie le 14 juin, quelques nouvelles adhésions sont en voie de finalisation. Des membres des cinq continents sont représentés en son sein. Au niveau francophone, les vapoteurs français par l'Aiduce, belges par l'UBV-BDB, tunisiens de l'ACEAF, suisses avec Helvetic Vape et luxembourgeois de l'IFDL participent, ainsi que la plateforme pour le dialogue et une culture de réduction des risques Sovape et les canadiens de la THRA.


mercredi 30 mai 2018

Maladies Non-Transmissibles: l'OMS refuse le dialogue avec l'association indépendante d'usagers NNA

Le projet de rapport sur les maladies non-transmissibles (MNT) de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) continue de soulever la polémique. Outre l'association des usagers du vapotage en Allemagne IG-ED, une autre association d'usagers de produits nicotinés à risque réduit a proposé une contribution à la consultation publique ouverte par l'OMS: la New Nicotine Alliance britannique (NNA). Organisme de bienfaisance, la NNA publie ses comptes à la Charity Commission, fonctionne sur le bénévolat et stipule dans ses statuts n'accepter aucun financement de l'industrie du tabac ni même des dons de personnes liées d'intérêt avec le commerce de produits nicotinés. Et pourtant, l'OMS a rejeté sa contribution dans la catégorie "Commentaires reçus des entités avec lesquelles l'OMS ne s'engage pas". Sans autre explication. Le courrier de la NNA du 22 mai en demandant n'a pas reçu de réponse à ce jour de l'organisation onusienne.

Abus d'autorité injustifié

"Il est honteux que l'OMS ait décidé d'ignorer la voix de consommateurs tels que nous, et nous allons soulever cette question avec la communauté de santé publique au Royaume-Uni et les législateurs chargés d'approuver le financement de l'OMS. Nous estimons qu'il s'agit d'un abus d'autorité flagrant de la part de l'OMS et qu'ils devraient rapidement revenir sur ce point", dénonce un communiqué de la NNA ce matin. L'organisation rappelle que l'OMS adhère en principe à ses propres chartes d'Ottawa de 1986 et de Jakarta de 1997, qui prévoient d'inclure les usagers dans l'élaboration des décisions les concernant. 

Violations de la Convention-cadre anti-tabac par l'OMS

Mais le point sensible semble surtout que la NNA insiste sur le respect de l'approche de réduction des dommages stipulé à l'Article 1 d. de la Convention cadre de lutte anti-tabac de l'OMS, que le bureau anti-tabac de l'OMS censé administrer cette convention, viole et ignore totalement. "Les stratégies de réduction des risques doivent se concentrer sur l'élimination ou la réduction de l'exposition au tabac fumé en substituant le fumer par d'autres forme non-brûlée de nicotine, quelle que soit la source de la nicotine "propre"", propose la contribution de la NNA au projet de rapport de l'OMS sur les maladies non-transmissibles. L'organisation s'appuie pour défendre l'intégration de moyens de réductions des dommages à la politique anti-tabac sur un corpus scientifique allant des rapports du Royal College of Physicians (UK), du Public Health England, des statistiques européennes et même des rapports de l'OMS. On est assez loin de documents de l'industrie cigarettière. 

Mais le propos ne sied pas au bureau anti-tabac de l'OMS. Ce n'est pas vraiment un secret, celui-ci privilégie la guerre au vapotage et appelle à la criminalisation des vapoteurs sur le modèle Nord-Coréen et de la junte militaire Thaïlandaise, détentrice elle-même du Monopole du tabac dans son pays, et avec qui le bureau dirigé par Vera Da Costa a passé un partenariat financier. A strictement parler, le bureau censé faire appliquer la Convention cadre anti-tabac viole ainsi un autre de ses articles: celui de l'indépendance envers les intérêts financier de l'industrie du tabac.


Printfriendly

Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

 
Real Time Analytics