Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)
Affichage des articles dont le libellé est media. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est media. Afficher tous les articles

dimanche 29 juillet 2018

Un communiqué de presse de l'IADR désinforme sur les résultats d'une étude sur la réduction des risques cancérigènes du vapotage

"Les vapoteurs exclusifs sont exposés à des niveaux de nitrosamines nettement plus bas que les utilisateurs des produits de tabac, en dépit d'exposition à la nicotine similaire". Les données sont claires dans le résumé de l'exposé de Benjamin Chaffee, de l'Université de San Francisco Californie, à la 96ème session de l'International Association for Dental Research (IADR) hier à Londres. Les taux de nitrosamines spécifiques au tabac (TSNA), connus pour être cancérigènes, sont très nettement plus bas chez les vapoteurs que chez les fumeurs et les autres utilisateurs de produits de tabac. Entre autres, le taux de NNAL (4-(methynitrosamino)-1-(3)-pyridyle-1-butanol) mesuré dans les urines des vapoteurs exclusifs était en moyenne de 4-pg/mg [variant de 2 à 9], contre 286-pg/mg chez les fumeurs exclusifs, et atteignant 869-pg/mg [variant de 411 à 1632] chez les usagers de produits de tabac oraux américains.

Le communiqué de presse contredit les résultats de l'étude

Pourtant, Elise Bender, chargée de comm' de l'Association international de recherche dentaire, a divulgué un communiqué de presse dont le titre affirme l'exact inverse: "L'usage d'e-cigarette et de produits du tabac lié à une augmentation du risque de cancer oral". En évitant soigneusement de citer les données de l'étude sur 6'241 participants qui montrent que les vapoteurs ont des niveaux urinaires de TSNA jusqu'à plusieurs centaines de fois moindres que les consommateurs de tabac. "Le titre de ce communiqué de presse contredit directement les résultats de cette étude. L'étude n'a pas trouvé chez les vapoteurs de niveaux de cancérigènes indiquant un risque de cancer", réagit le Pr Peter Hajek, de l'Université Queens Mary de Londres. "Le titre aurait du être "les produits du tabac mais pas les e-cigarettes sont liés à des risques de cancer" "

Taux de nitrosamines des vapoteurs similaires à des non-fumeurs

Sur la page du Science Media Centre, le Pr Peter Hajek précise que les taux mesurés chez les vapoteurs sont approximativement ceux détectés habituellement chez des non-fumeurs. Même si le résumé de l'étude, qui n'a pas encore été publiée, ne livre pas les niveaux mesurés chez les non-fumeurs. "Sans accès à l'étude évaluée par les pairs, il est difficile de mettre ces résultats en contexte", explique le Pr Paul Aveyard, de l'Université d'Oxford. L'étude semble avoir classé comme vapoteur toute personne déclarant avoir utilisé une vaporette au cours des 30 derniers jours, quelque soit la fréquence d'usage. "Le niveau de vapotage qui consiste simplement à essayer ne devrait pas réduire l'exposition aux substances cancérigènes du tabac", souligne le professeur de médecine comportementale. Selon le résumé de l'exposé de Benjamin Chaffee, 72% des usagers de vapotage du panel étaient aussi consommateurs de tabac, contre 28% de vapoteurs exclusifs. 

"Cesser totalement de fumer aussi vite que possible"

Le Pr Paul Aveyard rejoint le Pr Peter Hajek sur le caractère très rassurant des résultats pour les vapoteurs exclusifs. "L'étude montre que les personnes qui utilisent du tabac, qu'il soit oral ou fumé, présentent des niveaux élevés de cancérogènes, alors que les personnes qui utilisent des vaporettes, qui sont sans tabac, ont des niveaux très bas. Ce qui est très rassurant pour les gens qui vapotent", souligne t-il. Cependant, le cas des double-usagers, qui vapotent et fument encore, est sensiblement moins rassurant. "Les personnes qui vapotent et fument ont des niveaux de cancérogènes similaires aux fumeurs", précise le Pr Paul Aveyard.

Le Dr Ed Stephens, auteur d'une méta-analyse sur les risques cancérigènes comparés entre fumer et vapoter, insiste sur l'effet de tromperie du communiqué de presse et l'importance d'informer sur les risques de conserver une consommation de tabac. "En résumé, le fait de ne pas clarifier dans le communiqué de presse la catégorie des double usagers vapotage et tabac désinforme sur les résultats en laissant entendre que le vapotage seul comporte un risque de cancer de la bouche comparable au tabagisme. Les données ne corroborent pas cette conclusion, au contraire elles montrent clairement que les vapoteurs qui ne fument plus ont un risque beaucoup plus faible de cancer buccal lié aux TSNA que ceux qui combinent le vapotage avec le tabagisme. Le message pour les fumeurs qui prennent le vapotage pour des raisons de santé est très clair - cesser de fumer tout à fait aussi vite que possible".



mardi 17 juillet 2018

Le Juul effect: les investisseurs ont perdu la foi en Big Tobacco

"Il est surprenant de voir une industrie aussi solide et rentable être liquidée comme cela en seulement six mois, mais la réaction des investisseurs montre clairement que les actions des cigarettiers ne sont plus la valeur sûre qu'elles étaient depuis des générations". L'analyste Jeremy Bowman ne mâche pas ses mots sur Motley Fool, le site d'information financière. Son article fait écho à l'alerte du cabinet S&P Global la semaine dernière sur les actions des trois principaux cigarettiers.  Les cours de Philip Morris, Altria et British American Tobacco ont chacun perdu près de 20% de leur valeur sur les six premiers mois de l'année et  n'ont pas récupéré de leur crash du printemps.

Bloomberg black-out

Ce crash le 19 avril dernier a été provoqué par la publication d'une des analyses financières les plus importantes de l'année, bien que toute la presse liée à l'oligarque Michael Bloomberg a choisi de la passer sous silence. Pourtant, celui dont Forbes estime la fortune à 50 milliards $ en 2018, a bâti sa richesse sur l'information financière. Mais Michael Bloomberg est également parti en guerre contre la réduction des risques, et en particulier contre le vapotage. Il a annoncé en mars, dans un article qu'il a commandé au Guardian, avoir investi un milliard dans sa croisade. 

Aux Etats-Unis, seul John Cramer du show Mad Money sur CNBC a parlé sur un média grand public de l'analyse de Citi Group qui a mis le feu aux poudres de Wall Street. "La vaporette JUUL a commencé d'écrouler l'industrie cigarettière américaine", titre le rapport dirigé par Adam Spielman, qui ne se trouve pas en accès public mais dont nous en avions relaté les principaux points. La chute de 6% des ventes de cigarettes sur le premier trimestre de l'année s'est accompagnée de la poursuite de l'assaut de la Juul du marché des détaillants des produits de vapotage. Le pod rectangulaire aux sels de nicotine a pris plus de la moitié de ce canal, qui représente un cinquième des ventes globales de produits de vape aux Etats-Unis. Ce réseau de distribution était jusque-là la chasse gardée des produits des cigarettiers. 

Les actions de Big Tobacco soldées

Les investisseurs ne s'y sont pas trompés, les cours des Big Tobacco se sont effondrés dés la publication du rapport de Citi Group. Trois mois après, en dépit du black-out des médias liés à Bloomberg, les réseaux d'information financière indépendants discutent encore de cette nouvelle donne. "Les actions des cigarettiers ont été liquidées cette année en grande partie parce que les fabricants de cigarettes auraient du mal à faire la transition vers les nouvelles technologies", analyse Jeremy Bowman sur Mottley Fool. En particulier, la cigarette chauffée Iqos de Philip Morris ne convint pas beaucoup de consommateurs de 36 des 38 pays où elle se trouve, à part au Japon et en Corée du Sud.

La baisse générale des ventes de cigarettes force une transition des cigarettiers vers le vapotage ou de produits directement concurrents. C'est un fait mis à jour par le mouvement de la vape: une large partie des fumeurs aspire à des produits à risques réduits, comme le souligne Oliver Kershaw, fondateur de l'ECig Forum, dans une série de tweets. Du côté des financiers, "l'inquiétude suscitée par la transition vers le vapotage est qu'un petit concurrent pourrait battre les géants du tabac. Cela semble déjà se produire avec Juul, le fabricant de vape à la croissance la plus rapide aux Etats-Unis", résume l'analyste Jeremy Bowman.

Campaign for Tobacco-Free Kids à la rescousse des cigarettiers

Outre qu'il met en grande difficulté les cigarettiers, l'essor de la Juul a déclenché une campagne hystérique à son encontre. Au moins en apparence, ce ne sont pas les cigarettiers qui la mènent mais des organisations soi-disant anti-tabac dont la puissante Campaign for Tobacco-Free Kids (CTFK). Notoirement lié à Michael Bloomberg et ayant décroché le gros lot en négociant en secret avec Philip Morris un règlement à l'amiable du procès de 1998, Matt Myers, leader de CTFK, a désormais fait de la Juul sa cible principale. 

Alors que le taux de tabagisme adolescent s'est effondré de moitié depuis 2011, la part des ados a avoir expérimenté le vapotage s'est réduit depuis 2015, date de l'apparition de la Juul. Pourtant, celle-ci est accusée de propager une "épidémie de juuling chez les lycéens". En boucle, les médias, y compris français, répètent ce mantra, l'illustrant régulièrement d'images de spots TV anti-vape mettant en scène des jeunes recrutés spécialement pour l'occasion par un cabinet de marketing. Un classique de discours auto-référentiel narcissique où les médias montrent leur propres reflets en guise de preuves. 

La coalition des conservateurs du tabagisme

Le lynchage médiatique de la Juul pourrait prolonger les bonnes affaires des cigarettiers et des autres lobbys vivant sur le dos des fumeurs en ralentissant l'essor du pod. Comme le croquait, lors du dernier Global Forum on Nicotine, David Sweanor, professeur de droit à l'Université d'Ottawa: "Nous avons de nouveau là un exemple de la vieille alliance entre puritains et trafiquants [baptists and bootleggers coalition]".

Du point de vue de la réduction des risques, la Juul constitue un produit très intéressant comme en témoigne sa saignée du tabagisme américain. Cependant, la prise d'une grande part du marché par un seul produit, même indépendant des Big Tobacco, fait courir le risque d'une concentration réduisant la diversité et le pouvoir de choix des consommateurs. Le gel des innovations sur le marché américain provoqué par la réglementation de la FDA favorise malheureusement une telle évolution.



samedi 7 avril 2018

La vieille alliance entre puritains et cigarettiers renaît dans la presse suisse-allemande

L'anti-tabac Peter Hess travaillait pour British American Tobacco

















La revue suisse-allemande Beobachter a publié un article sur les méthodes d'influence des cigarettiers le 15 mars. Absent de marque de son panorama, le rôle du discours puritain contre les moyens de réduction des risques au profit du maintien des ventes de cigarettes. Une stratégie classique qui avait pourtant déjà été mise en oeuvre par les cigarettiers en Suisse. Y a t-il une face cachée à l'offensive puritaine anti-vape dans la presse Suisse?

"Il est très irritant que des organismes de prévention propagent à présent des drogues pour remplacer d'autres drogues. Ça m'énerve", peste Ruth Humbel dans le Beobachter du 15 mars. La Conseillère nationale du Parti Démocrate Chrétien (PDC) cible en l’occurrence le soutien pour l’arrêt tabagique à l’aide du vapotage dans un article du bi-hebdo suisse-allemand consacré aux méthodes d'influence des cigarettiers. Parmi les "astuces" des cigarettiers, il y en a une sur laquelle l'article de Beobachter ne souffle mot. Alors même que l'expression de Ruth Humbel dans ses colonnes rappelle étonnamment le discours de son illustre prédécesseur Peter Hess au début des années 1990'.

Extrait des archives de 1991 du PDC (pages 1981-1982)A l'époque, Peter Hess est aussi un élu au Conseil national pour le PDC et il mène campagne pour interdire un autre produit de réduction des méfaits contre les cigarettes. Le 20 juin 1991, il dépose un postulat pour inscrire la prohibition du snus dans la révision de la loi tabac. Sa motion s'accompagne d'un matraquage médiatique où le tabac à suçer suédois à teneur en nitrosamines réduite est annoncé comme "l'horrible nouvelle drogue qui va envahir la Suisse" dans le Blick, entre autres titres de presse. Le Conseil Fédéral suit son postulat et inscrit l'interdiction du snus dans la loi qui entre en vigueur en 1995. Au nom de la santé publique, le milieu anti-tabac se félicite de cette victoire et salue son héro Peter Hess.

L'anti-tabac travaillait pour BAT

Lettre ouverte de JC. Rielle à P. Hess

Dix ans plus tard, le ton a singulièrement changé. "M. Peter Hess, ayez le courage de démissionner", interpelle le Dr. Jean-Charles Rielle, membre de l'Association pour la prévention du tabagisme (AT-Suisse), dans une lettre ouverte le 24 février 2001. Le motif de la colère du socialiste genevois contre le démocrate-chrétien zougois se trouve dans les révélations de la presse suisse: Peter Hess siège au Conseil d'administration d'une filiale de British American Tobacco (BAT). 
Le Conseiller national PDC Peter Hess fait interdire le snus en 1991 et avoue travailler pour BAT en 2001
Une enquête du collectif de journalistes européens (ICIJ), qui sera publiée en août 2001 dans le Guardian, sur les réseaux complexes de BAT pour écouler des cigarettes hors taxes met en lumière le rôle clef d'une filiale suisse nommée British American Tobacco International (BATI). En avant-première, l'info sur le poste au Conseil d'administration de BATI, domiciliée à son cabinet d'avocat à Zoug, du Conseiller national Peter Hess fuite le 12 février en Suisse. Les semaines suivantes, la presse déniche pas moins de 37 mandats d'administrateurs non déclarés par celui qui préside le Conseil national suite à son échec, pour une voix, au Conseil fédéral en 1999. Refusant de démissionner du Conseil national et soutenu par son parti, Peter Hess finit son mandat mais ses électeurs lui font payer et il n'est pas réélu aux élections de 2003. Durant le scandale, aucun média ne revient sur le fait qu'il est à l'origine de l'interdiction du snus.

La coalition des abstinents et des trafiquants 

5% de fumeurs suédois grâce au snus
Cette histoire, Thomas Angeli et Otto Hostettler, qui cosignent l'article du 15 mars dernier dans Beobachter, la passent sous silence dans leur présentation des moyens d'influence des Big Tobacco. Elle est pourtant un exemple typique d'union objective que peuvent nouer, consciemment ou non, puritains et cigarettiers contre les moyens de réduction des méfaits. Depuis cette histoire des années 1990', la Suède a vu son taux de fumeurs dégringoler à 7%, tandis qu'une large part des suédois a reporté sa consommation de nicotine sous la forme de snus. L'ensemble des maladies liées au tabagisme, y compris les cancers du pancréas, ont chuté en conséquence.

Il n'est pas dit que les fumeurs suisses auraient adopté le snus en place des cigarettes s'il avait été en vente légale. On peut facilement imaginer que les amis des deux bords de Peter Hess se seraient alors employé à effrayer les fumeurs pour les maintenir dans le tabagisme. C'est ce qu'il s'est passé dans les années 1980' pour les Nicorettes et aujourd'hui pour le vapotage. Ce type d'union tactique entre des groupes apparemment totalement opposés est une voie classique, bien que tordue, de défense d'intérêts. Les économistes l'ont surnommé la "Baptists and bootleggers coalition", en référence à la convergence d'intérêts des mafias et des ligues d'abstinence durant la prohibition de l'alcool aux Etats Unis dans les années 1920'. 

Avant Philip Morris, les anti-réduction des risques tentent d'empêcher l'étude sur l'Iqos

Outre l'histoire de Peter Hess, le super héros anti-tabac qui travaillait pour BAT - dont on peine à croire qu'elle soit méconnue d'un journaliste suisse-allemand -, le magazine omet d'autres éléments dans les sujets mêmes qu'il traite. Beobachter revient sur l'épisode concernant les pressions de Philip Morris contre les chercheurs lausannois de l'étude sur l'Iqos publié dans JAMA Internal Medecine, que nous avions relaté à l'époque
L'équipe de recherche lausannoise a travaillé bénévolement pour son étude sur l'Iqos, le budget de recherche ayant été bloqué par les anti-réduction des risques
Le journal suisse-allemand publie la lettre de Moira Gilchrist, porte-parole de PMI, aux autorités universitaires lausannoises. Mais Beobachter passe totalement sous silence qu'avant Philip Morris, c'est le clan anti-réduction des risques qui a tenté d'empêcher l'étude en bloquant son financement. Thomas Angeli et Otto Hostettler ne pipent pas un mot du refus, ni de ses motivations, de la Commission fédérale pour la prévention du tabagisme (CFPT), notoirement sous le contrôle du clan intégriste. 

Le culte de l'obscurantisme

Le mafieux et la ligue d'abstinence dans Boardwalk Empire
Evidemment, ce fait ébrèche salement la thèse manichéenne assénée par Beobachter. Difficile de croire que les défenseurs d'une approche de réduction des risques servent les cigarettiers tandis que les puritains seraient l'unique rempart contre Big Tobacco, alors que ces derniers manœuvrent en coulisse pour bloquer la même étude. Présentée sans cette omission, le cas de l'étude lausannoise est un exemple clair de l'alliance objective, peut-être non intentionnelle, entre le clan puritain et les intérêts des cigarettiers. 

Il est troublant que les journalistes du magazine du groupe Ringier n'ait pas saisi l'occasion d'interroger les représentants du clan anti-vape sur leur apologie de l'obscurantisme à ce sujet. Alors que leur argument principal contre le vapotage est un sempiternel "on ne sait pas" censé justifier un principe de précaution laissant la voie libre aux cigarettes, dont le danger, lui est connu. Une posture qui permet de distiller le doute et la confusion alors que des organismes au-dessus de tout soupçon et autrement plus compétents ont produit des évaluations précises et sérieuses. Mais apparemment, le Royal College of Physicians britannique et le Public Health England n'existent pas pour les journalistes de Beobachter. Le magazine offre une tribune au clan puritain sans contradicteur, ni prise de distance critique.

La théorie du complot généralisé pour tout argument

En plus de la fabrique du doute, d'autres méthodes attribuées à juste titre aux cigarettiers se retrouvent être aussi les moyens usités par les sources privilégiées du journal. En matière de lobbyisme d'influence, Beobachter en donne un exemple en acte. Celui-ci vient après les campagnes médiatiques du journal télévisé de la RTS, de la NZZ, d'Infosperber et de 20 Minutes... A plusieurs reprises, on retrouve Rainer Kaelin à la baguette de celles-ci, comme de nouveau dans cet article de Beobachter. Ce médecin de Morges exerce sa prose surtout dans des écrits à visée politique dont la trame se résume systématiquement à une théorie du complot plutôt simple. Et qui constitue un exemple parlant de tentative de "discréditer les chercheurs indésirables", pour reprendre l'expression des journalistes du magazine suisse-allemand.

A titre d'exemple, on peut se reporter aux accusation de Rainer Kaelin contre une bonne partie du milieu anti-tabac après la nette défaite en votation populaire de l'initiative pour durcir les lois contre le tabagisme passif en 2012. Selon lui, le milieu anti-tabac Suisse agit sous l'influence des lobbys, laissant planer le doute s'il s'agit de ceux du tabac ou de la pharma. Il vise explicitement la présidente de la Ligue pulmonaire vaudoise, la Fédération des médecins suisse (FMH), la présidente de la Société Suisse de Médecine Interne (SSMI), le Public Health Suisse (depuis SSPH+) et le "président B.M." de l'Association pour la prévention du Tabagisme (AT-Suisse). Coupables d'avoir permis au camp cigarettier de gagner, selon lui. "Attribuer ces silences au hasard ou à des erreurs de communication n’est pas plausible. Ils apparaissent comme un comportement systématique, nuisible aux efforts de la prévention du tabagisme et attribuable à des réseaux d’influence très puissants", juge Rainer Kaelin, dans un article publié dans la revue Bioethica

Les interminables purges de Rainer Kaelin

Rainer Kaelin habitué des accusations délirantes
On a déjà vu plus lucide comme analyse. Mais à défaut d'être fondée sur quelconque preuve, cette stratégie de terrorisme idéologique porte tout de même ses fruits. La dernière "plateforme des partenaires pour la prévention du tabagisme" en a été le théâtre. De manière à peine voilée, les tenants de la ligne dure ont menacé de représailles ceux qui oseraient ouvrir le débat publiquement sur la réduction des risques.

Il n'en fallait pas plus pour que Rainer Kaelin se remette en chasse de l'ennemi intérieur dans le milieu anti-tabac et multiplie les diffamations contre le Pr Jean-François Etter, le principal connaisseur de la question en Suisse. Dans l'article de Beobachter, le spécialiste de santé publique doit encore une fois réaffirmer qu'il n'a aucun lien avec l'industrie cigarettière. Difficile de savoir si Rainer Kaelin répand la confusion intentionnellement ou par folie. Ce qui est sûr, c'est le ridicule des médias qui continuent de lui donner la parole sans distance critique face à ses déblatérations sensationnalistes.

Chape de plomb

Mais les soupçons entretenus artificiellement et la chasse aux sorcières fonctionnent bien dans le milieu anti-tabac suisse. Les autres experts suisses intéressés par le sujet n'osent plus intervenir. A une de mes sollicitations, un chercheur du domaine m'a répondu qu'il ne pouvait risquer d'être lié à des publications sur la réduction des risques sans craindre pour sa réputation et la suite de sa carrière. Même silence des spécialistes suisses sur le tabagisme favorables à la réduction des risques lors de la récente consultation publique sur l'avant-projet de loi tabac (LPTab). 

Seules les associations locales, celle des usagers Helvetic Vape et des professionnels de la vape SVTA, ont osé critiquer l'absence de prise en compte du pilier de la réduction des risques dans le projet de loi. Unique contribution en ce sens émanant de scientifiques, celle de 18 experts de renommée mondiale spécialistes du sujet mais dont aucun n'est suisse. Hors de ces rares exceptions, une chape de plomb recouvre le sujet du vapotage dans une perspective sanitaire en Suisse. 

Plutôt le maintien du tabagisme que toute alternative à risque réduit

Restent les acteurs de terrain bien conscients, à l'image du Groupe Romand d'Etudes sur les Addictions (GREA), de l'échec de l'approche uniquement pro-abstinence imposée depuis dix ans par le clan anti-réduction ds risques. En situation, ils s'intéressent et utilisent de plus en plus le vapotage comme aide à l'arrêt des cigarettes malgré l'interdiction de vente de liquides nicotinés. D'où le ciblage de Ruth Humbel contre "les organismes de prévention propageant des drogues à la place d'autres drogues" dans Beobachter. Le mot d'ordre vise à la fois à exclure ceux prêts à une réflexion et au débat et entretenir l'incertitude sur le vapotage. On pourrait croire à s'y méprendre à une des méthodes présentées par Beobachter comme celle des cigarettiers.
"Les autorités sanitaires ne doivent pas recommander la cigarette-électronique pour le sevrage du tabagisme", Lucrezia Meier-Schatz et Macé Schuurmans
Imposer une discipline strictement puritaine aux professionnels socio-sanitaires, dont l'expérience de terrain les amène à plus de pragmatisme et de tolérance à la réduction des risques, est un leitmotiv du clan. "Les autorités sanitaires ne doivent pas recommander la cigarette électronique pour le sevrage du tabagisme", assénait déjà l'avis de la Commission Fédérale de Prévention du Tabagisme (CFPT) signé de Lucrezia Meier-Schatz et de Macé Schuurmans, ami de Rainer Kaelin, en septembre 2016. Un avis qui reprenait aussi à son compte la revendication de la taxe anti-vape de Philip Morris. 

Tuer le débat sur les vies que la réduction des risques peut sauver

Ces positions de principe contre la réduction des risques, on pouvait les anticiper par l'invitation de l'ultra-intégriste maltais Tonio Borg par l'Alliance anti-tabac en mai 2016 à Berne. Leader anti-avortement, contre le droit au divorce, ayant coupé des aides financières pour la distribution de préservatifs et homophobe décomplexé, l'anti-réduction des risques Tonio Borg n'était pas l'invité d'honneur de l'Alliance anti-tabac par hasard. La lutte anti-vapotage est bien un élément d'une vision politique puritaine globale.

La plupart des méthodes des cigarettiers présentées par Beobachter se trouvent aussi mises en œuvre par le clan anti-réduction des risques. Le jeu de lobbying intense, la diffamation des professionnels favorables à la réduction des risques, l'enfumage du milieu médical et du public en semant la confusion, le doute et par l’amalgame entre produits cigarettiers et vapotage. Leur objectif est de saboter la possibilité d'un débat rationnel sur l'approche de réduction des risques au profit de peurs et d'émotions cultivées par de faux amalgames. Dans un contexte où la stratégie unique pro-abstinence est un échec depuis dix ans, le public helvète va-t-il encore se faire enfumer par cette alliance contre nature entre cigarettiers et puritains ?


samedi 3 mars 2018

AFP & UCSF bullshit: la vape provoque t-elle des crises cardiaques avant qu'on ne se mette à vapoter ?

Le professeur poursuivi pour harcèlement sexuel par plusieurs étudiantes est toujours bien entouré
La dernière imbécillité du Pr Stanton Glantz: transformer une corrélation en lien de causalité sans même connaitre la temporalité des deux événements liés. A savoir, un lien entre crise cardiaque et vapotage dans une étude transversale (!) où il n'était pas demandé la date de l'éventuelle crise cardiaque. Autrement dit, les données recueillies dans les National Health Interview Surveys de 2014 et 2016 permettent de savoir qui a eu une crise cardiaque et parmi ceux-ci qui fume et/ou qui vapote. Mais on ne sait pas quand ces personnes ont eu une crise cardiaque. Avant ou après s'être mis à vapoter ? On ne le sait pas. La seule chose montrée par ces données est "une association significative (odds ratio=1,79) entre l'utilisation quotidienne de vapotage et le fait d'avoir subi une crise cardiaque dans sa vie". Contrairement à ce qu'affirme la dépêche de l'AFP reprise sur une série de sites putaclicks, rien ne permet d'affirmer un quelconque lien causal entre les deux événements.

Honte académique

L'AFP s'est fait une spécialité de répandre les fausses infos contre le vapotage
On ne peut pas affirmer à partir de ces données que subir une crise cardiaque amène des fumeurs à essayer d'arrêter de fumer avec le vapotage. Même si cela parait de bon sens, on ne peut pas l'affirmer à partir de ces données parce qu'on ne connait pas la séquentialité entre les événements recensés. Mais évidemment, on ne peut pas non plus dire à partir de ces données que vapoter provoque des crises cardiaques, dont il est possible qu'une partie (voire une très grande partie) se sont déroulées avant que les personnes ne commencent à vapoter. C'est pourtant ce qu'a fait Stanton Glantz, de l'Université Californienne de San Francisco. Bien que l'étude ne soit pas encore publiée, l'ultra anti-vape l'a présenté au congrès de la Société de Recherche sur la  Nicotine et le Tabac (SRNT) la semaine dernière à Baltimore. 

Le plus plausible: le vapotage pour arrêter de fumer après une crise cardiaque

Pour le Pr Mickael Siegel, de l'Université de Boston, il est "peu plausible que le vapotage puisse augmenter le risque de maladie cardiovasculaire au-delà du tabagisme" contrairement à ce que prétend Stanton Glantz. "Pourquoi? Parce que les effets cardiovasculaires de la fumée sature à un niveau très bas d'exposition. Cela signifie qu'il suffit de fumer déjà un peu pour fortement augmenter le risque. Mais au-delà, le risque augmente peu", explique le professeur de santé publique. Une raison pour tenter autant que possible de ne pas/plus fumer, même peu. Evidemment, l'hypothèse la plus plausible, mais ce ne peut être qu'une hypothèse, est que les fumeurs de l'enquête ayant subi une crise cardiaque ont été motivés ensuite à arrêter de fumer. "Ces dernières années, de nombreuses tentatives d'arrêt se font à l'aide du vapotage", souligne le Pr Michael Siegel. 

Stanton Glantz a raison sur un point

Célèbre pour prétendre devant ses étudiantes "pouvoir violer même la fille du gouverneur sans risquer aucun problème", le Pr Stanton Glantz semble avoir raison au moins sur ce point. Malgré les plaintes à son encontre pour harcèlements, discriminations racistes et enrichissement personnel, l'Université de Californie de San Francisco continue de le protéger et de lui assurer l'impunité.


mercredi 28 février 2018

Australie: une leçon de journalisme lors de l'interview du Ministre de la santé sur la radio 2GB

Une leçon de ténacité journalistique. La manière dont Ben Fordham a mené l'entretien ce 23 février de Brad Hazzard, Ministre de la santé de la province de New South Wales, à propos de la prohibition du vapotage nicotiné en Australie est un modèle de courage opiniâtre. L'animateur de Sydney Live sur 2GB, la radio n°1 de la plus grande ville australienne, insiste près de dix minutes pour que le Ministre explique les raisons de la politique répressive contre les vapoteurs. "Il y a une demande du public envers les législateurs pour qu'ils cessent d'ignorer les preuves scientifiques sur le vapotage", souligne Ben Fordham s'appuyant sur la récente mise à jour du rapport scientifique du Public Health England, tandis que le bus "Vape Force One" a sillonné le sud de l'Australie pour informer et mobiliser sur la question ces dernières semaines

Bafouillage et langue de bois, le Ministre Brad Hazzard fuit la question. Le journaliste ne lâche pas l'affaire. Il insiste et diffuse les témoignages de vapoteurs ayant ainsi arrêté de fumer. Le Ministre répète qu'il n'empêche pas le vapotage, qu'il ne peut pas le faire d'ailleurs. Mais qu'il interdit "seulement" de vapoter en public. Esquivant lâchement le fond du rejet de l'approche de réduction des risques, et dans le détail, la question cruciale de l'interdiction de vente de liquide nicotiné. 
Le roi est nu


Une interdiction des liquides nicotinés qui revient de fait à la prohibition de l'outil de réduction des méfaits alors que les cigarettes sont en vente libre, certes au prix le plus élevé au monde. Ce refus de l'approche de réduction des méfaits est "à l'envers. Nos ministres ont la tête dans le sable", persifle Ben Fordham. Le Ministre s'en tire sans répondre. Mais le roi est apparu singulièrement nu, semblant ne rien connaitre du dossier d'autre que ce dont l'ont "informé les avis de toute une gamme de spécialistes ici en Australie", selon ses propres termes

En Australie, l'idéologie puritaine "pro-abstinence only" règne sur le domaine. Au moins, les australiens ont des journalistes. En Suisse, la même prohibition du vapotage nicotiné au bénéfice du tabagisme n'a pas soulevé de telle velléité chez les animateurs médiatiques romands.

A écouter en anglais, l'interview du Ministre Brad Hazzard par Ben Fordham :



Add 28-02-2018 à 11h30: Ben Fordham poursuit le thème du vapotage cette semaine avec l'interview ce matin du Dr Colin Mendelsohn, favorable à une approche de réduction des méfaits contre le tabagisme:

jeudi 15 février 2018

Guerre commerciale, propagande puritaine ou hystérie américaine? L'étrange suite au hoax des souris, vape et cancer

Le 7 février en quelques minutes, des messages très inquiétants ciblant les jeunes sont apparus sur les forums, groupes de chat et les réseaux sociaux américains. Une semaine après le hoax sur les souris, la vape et le cancer, le principal texte diffusé raconte qu'un garçon de 19 ans, par ailleurs jamais fumeur, aurait eu un cancer des poumons diagnostiqué après une année d'utilisation de la vapoteuse Juul. Le bombardement de ces messages affirmant que "des ados ont le cancer en ayant uniquement vapoter la Juul" semble avoir pour origine les campus universitaires de l'Université de San Francisco (UCSF), New York (NYU) et de l'Iowa. Matt McDonald du site d'information the Tab, qui révèle l'opération, a préféré interroger le Dr Kien Vuu. "C'est très improbable que vapoter la Juul [ndr. les américains disent "juuler"] ait un effet cancérigène à si court terme qui puisse causer un cancer aussi tôt chez une jeune personne. Il y a normalement un temps de délai entre l'exposition à un cancérigène et l'apparition du cancer", confirme le professeur de médecine à l'Université de Los Angeles.

Même son de cloche chez l'auteur de l'étude sur les souris qui a fait le very bad buzz de l'AFP le 1er février. "Je ne suis pas médecin, mais il est bien connu que les cancers des poumons induits par la fumée de tabac prennent des années à se développer", explique Moon-Shong Tang, de l'Université de New-York. Avant de préciser au Tab: "Je n'ai connaissance d'aucune publication qui établisse une relation entre le vapotage et le cancer des poumons". Ce qui inclue évidemment sa propre étude publiée dans le PNAS, dont l'AFP a donné un compte-rendu mensonger et non corrigé depuis. Etude qui n'a d'ailleurs rien à voir avec la technologie particulière de la Juul, puisqu'elle a utilisé un vieux modèle d'atomiseur de la marque Njoy, disparue depuis, couplé par ailleurs de manière incohérente à du matériel disparate.

Opération d'enfumage de puritains ou d'un concurrent cigarettier ?

Dans la foulée du premier texte sur l'improbable "juuleur" de 19 ans atteint de cancer, un autre message le 7 février du même cru annonce une épidémie de cancers chez des jeunes filles. Puis des vagues de courtes vidéos ont été lancées sur les réseaux sociaux montrant des personnes se débarrassant ou détruisant une Juul. Impossible de savoir si celles-ci sont de véritables utilisateurs de Juul terrorisés par ces annonces délirantes, des militants puritains anti-vape cherchant à créer un effet de mimétisme ou des acteurs engagés par une marque concurrente pour discréditer Juul. 

Tradition bas de plafond

Au plus, peut-on noter que si ce sont des utilisateurs de Juul, ils ne montrent pas de grande difficulté à arrêter de l'utiliser. On peut remarquer aussi le peu de conscience écologique de ces personnes qui jettent des Juul dans la nature et la stupidité de l'une d'elle tapant à coups de marteau sur le dispositif qui contient une batterie au lithium. La nature très démonstrative des images ajoutée à ce niveau de bêtise donne tout de même un indice sur le type de personnes pouvant faire cela. Si on se rappelle des mauvais canulars suisses inventant des ventes de vapoteuse à des enfants de 12 ans, on a de quoi deviner à quelle tradition idéologique appartient ce type d'enfumage. 

Habituellement, les médias se permettent les mensonges les plus grossiers sur le vapotage, sachant qu'ils ne courent aucun risque de poursuite en raison du peu de moyen financier de la branche, contrairement à d'autres type de produits. Peut-être que cela est en train de changer. La Juul a totalement rebattu les cartes depuis un an en prenant 32% du marché américain des vapoteuses prêtes-à-usage, qui était entre les mains des marques de cigarettiers, selon l'institut Nielsen. Le pod au liquide à 50 mg/ml de sels de nicotine se présente comme une manière efficace et pratique d'arrêter de fumer, assurant son succès fulgurant depuis son lancement fin 2015.

Des poursuites en justice ?

L'entreprise indépendante a désormais des moyens financiers plus conséquents que n'avaient jusque-là les petits producteurs indépendants du vapotage. De quoi avertir officiellement les auteurs des calomnies sur internet qu'une plainte est de l'ordre du possible: "L'affirmation circulant sur les réseaux sociaux selon laquelle des" amis "d'individus ont été diagnostiqués avec un cancer comme conséquence directe de l'usage de JUUL est sans fondement et imprudente. Pour tous nos clients, partenaires et employés qui partagent avec nous une mission importante pour améliorer la santé publique, sachez que nous allons protéger l'entreprise et nos clients et prendre des mesures légales le cas échéant".



dimanche 11 février 2018

[Ristrett'] Vigousse écrase les ragots du tabacco-journalisme Suisse

Note d'optimisme en cette fin de semaine au pays de Philip Morris et Novartis, où la chaîne du cancer est assurée de la production jusqu'au service après-vente. C'est désormais scientifiquement prouvé, il reste au moins un journal indépendant et intègre en Suisse. Il s'appelle Vigousse. Tandis que les médias du tabagisme helvètes nous ont pris la semaine dernière pour des Mickeys prêts à gober un hoax de plusieurs centaines de fois la dose quotidienne, le petit satirique romand vaporise le "cancer de la désinformation". "Les médias ont fait leurs gros titres sur une fumeuse étude proclamant que le vapotage était cancérigène. Et encore une fois, c'est du vent", croque Stéphane Babey. "Signalons en vrac quelques unes des innombrables failles", relève le jurassien, "l'échantillon est ridicule, avec dix individus testés. Les quantités de nicotine ingurgitées par les souris sont astronomiques et sans aucune mesure avec un vapotage normal".

Ce buzz qui tue s'est répandu comme la peste malgré les dénonciations de scientifiques. Mais si dans d'autres pays quelques médias consciencieux ont démonté l'enfumage, en Suisse, aucun n'avait encore osé défier cette propagande pour le tabagisme. "Le mal est donc fait et la désinformation se propage comme une mauvaise odeur de mégots froids. Pendant ce temps, les cigarettiers se frottent les mains devant cette bonne propagande gratuite offerte par la presse à sensation. De nombreux fumeurs vont renoncer à essayer le vapotage et continuer de payer leurs clopes qui, elles sont garanties 100% cancérigènes", déplore Stéphane Babey. Le numéro de l'hebdo, à la traditionnelle et inénarrable page 17, reste en vente dans les meilleurs kiosques romands jusqu'à jeudi. En plus, il y a des dessins.


mercredi 31 janvier 2018

Un parlementaire Suisse accuse 20 Minutes d'être à la solde des cigarettiers

L'accusation est au centre de l'argumentation d'une motion déposée en décembre au Conseil national. "Les magazines gratuits 20 Minutes et Friday jouent un rôle majeur dans la publicité pour le tabac", explique Niklaus Gugger, du Parti évangéliste. Le député zurichois affirme que l'industrie du tabac a dépensé pour la seule année 2013, plus de 21 millions de francs pour la publicité en Suisse. En plus des publicités présentées comme telles, il dénonce les publireportages accompagnant le message tabagique. "D'une part, des annonces publicitaires sont encadrées par des contenus rédactionnels, ce qui contribue à banaliser la publicité pour le tabac ; d'autre part, des annonces en faveur du tabac sont placées sur les pages "people" pour associer la fumée au monde du show-business", stipule sa motion contre la "publicité du tabac dans les médias traditionnels ou numériques".

Le buzz qui tue

La Une du jour du quotidien gratuit donne du crédit au soupçon du membre du groupe démocrate-chrétien (PDC) au parlement. Assimilant le vapotage au tabagisme, le tabloïd affirme qu'il "serait aussi à l'origine de cancers". Bien qu'aucun cas de cancer lié au vapotage n'ait été détecté dans la population. Le gratuit s'appuie sur un article de l'AFP relatant de manière biaisée les résultats d'une étude américaine sur des souris, dont aucune n'a développé de cancer, et qui n'a pas encore été révisée par des pairs. Pourtant, Moon Shong Tang, auteur principal de l'étude, précise clairement que les résultats ne permettent pas d'évaluer un éventuel risque cancérigène humain. "Nous ne pouvons pas le deviner à partir de nos données", déclare t-il à US News.

Les scientifiques sérieux au Royaume-Uni, en France, en Italie et en Allemagne notamment, ont tous pris leur distance avec l'interprétation douteuse qu'en a fait l'AFP hier, reprise aujourd'hui par le 20 Minutes romand. "Cette étude ne démontre rien du tout au sujet des dangers du vapotage. Elle ne prouve en rien que le vapotage cause le cancer"déclare au "Guardian", le Pr Peter Hajek, directeur de l'unité de recherche sur la dépendance au tabac de l'Université Queen Mary de Londres. En Allemagne, Ute Mons, directrice du Centre allemand de recherche sur le cancer, un organisme réputé hostile au vapotage, donne peu de crédit au buzz. "En ce qui concerne l'applicabilité des résultats aux humains, je suis très sceptique", explique t-elle au Berliner MorgenPost.

Pousser les fumeurs à continuer la cigarette

En France, le Pr Bertrand Dautzenberg s'agace de l'enfumage. "On n'est pas dans la vérité scientifique, mais dans la manipulation", dénonce le pneumologue de l'hôpital de la Salpétrière dans Paris-Match. "Une nouvelle comme celle-là est susceptible de tuer des gens. Cela va totalement à l'encontre de la santé publique", poursuit-il, "le résultat est que certains vont arrêter de vapoter et reprendre le tabac". Peut-être est-ce là, la bonne nouvelle espérée des annonceurs cigarettiers du 20 Minutes.ch ? 

En Suisse, plus de 25% de la population fume. Près de 10'000 personnes meurent prématurément à cause du tabagisme chaque année et des millions de fumeurs contractent des maladies liées ou favorisées par le tabagisme, occasionnant des milliards de dépenses en médicaments. Mais, en dépit des entraves fédérales, le vapotage est devenu depuis 2015 le moyen le plus utilisé par les fumeurs pour quitter les cigarettes, selon le Monitorage Suisse des addictions. De quoi effrayer les lobbys qui vivent de ceux qui meurent du tabagisme ? 


mardi 30 janvier 2018

Commentaires de scientifiques au buzz sur les risques de cancer et vapotage [MàJ]

Hyun-Wook Lee, de l'Université de New-York, signe une étude sur l'impact de l'aérosol de vapotage sur des cellules et des souris, en voie de publication dans la revue PNAS (*). N'ayant pas eu accès à l'étude, je me limite ici à rapporter quelques éléments et réactions. 

Edit 9h30 (merci Fabien) : elle est en ligne http://www.pnas.org/content/early/2018/01/25/1718185115 
Dans US News, Moon Shong Tang, co-auteur de l'étude, déclare que "nous avons trouvé que l'aérosol de liquide de vapotage sans nicotine, le solvant seul, ne provoque aucun dommage à l'ADN". [Edit: en fait, cela n'a pas été testé dans l'étude !!!]Par contre, lorsque les chercheurs ont fait inhalé de force à des souris de 10 à 20 grammes un aérosol contenant 10 mg de nicotine à raison de 3 heures en continu par jour, 5 jours par semaine durant 3 mois, "le solvant d'e-cigarette avec nicotine a provoqué des dommages similaires à la nicotine seule", précise Moon Shong Tang.
Dans le Guardian, le même chercheur déclare que les dommages constatés à ces doses massives de nicotine pour une souris seraient équivalents à ceux constatés chez les humains avec le tabagisme passif. Mais dans US News, il déclare qu'avec ces données, on ne peut encore rien dire sur d'éventuelles conséquences cancéreuses: "Nous ne pouvons juste pas deviner avec les données que nous avons".
Du côté des experts britanniques du Science Media Centre, deux déclarations ont été publiées: 

Le Pr. Peter Hajek, directeur de l'unité de recherche sur la dépendance au tabac de l'Université Queen Mary de Londres (QMUL), déclare:

"Les cellules humaines ont été submergées dans de la nicotine et dans des nitrosamines carcinogènes achetées sur le marché. Il n'est pas surprenant bien sûr que cela endommage les cellules, mais cela n'a aucun rapport avec les effets du vapotage sur les personnes qui l'utilisent.

"Dans l'autre partie de cette étude, les animaux ont été exposés à ce qui sont pour eux des doses extrêmement importantes de nicotine et cela a également généré des dommages, mais cela aussi a une pertinence peu claire pour les effets du vapotage.

"Aucune comparaison avec les cigarettes conventionnelles n'a été faite, mais dans le texte de l'article, les auteurs reconnaissent l'information clef d'une importance cruciale dans cette histoire: les vapoteurs montrent une réduction de ces produits chimiques de 97% par rapport aux fumeurs. Ils auraient dû ajouter que c'est peut-être le niveau que les non-fumeurs obtiennent de leur environnement." 

Le Dr Ed Stephens, chercheur principal à l'Université de St Andrews - et qui a menée une meta-analyse sur le risque cancérigène du vapotage l'an passé que j'avais résumé -, déclare:
" Cette nouvelle recherche est une contribution précieuse à la compréhension des mécanismes de dommages à l'ADN causés par les aérosols contenant de la nicotine inhalés en fumant des cigarettes ou en vapotant. En mesurant les signes d'altération de l'ADN dans divers organes de la souris, les auteurs ont observé des différences significatives entre les expériences utilisant des vapeurs d'e-cigarette contenant de la nicotine et celles utilisant de l'air filtré.

"Malheureusement, aucune comparaison directe n'a été faite avec la fumée de tabac; au lieu de cela, les auteurs citent une autre étude 1 qui a trouvé un biomarqueur clef lié à de tels dommages génétiques présents dans des quantités beaucoup plus petites (97% de moins) dans l'urine des vapoteurs que chez les fumeurs.

"Cette étude et cette nouvelle recherche sont toutes deux conformes à l'opinion largement répandue selon laquelle le vapotage n'est pas sans risque de cancer et d'autres maladies, mais ce risque est généralement beaucoup plus faible que le tabagisme."


Du côté italien, les experts de la Lega Italiana Anti-Fumo (LIAF) ont dégonflé la baudruche sur le site de la RAI, la chaine de télé nationale.

Le Pr Riccardo Polosa, de l'Université de Catane, fondateur et directeur scientifique de la Ligue anti-fumée italienne (Liaf): 

"La méthode décrite par les auteurs n'imite pas les conditions normales d'utilisation des produits de vapotage". "Les conditions reproduites dans ces expériences sont exagérées et favorisent la production de substances toxiques au même titre qu'un" grille-pain "qui brûle du pain de mie. Nos études sur des patients souffrant de maladies pulmonaires démontrent non seulement l'absence de dommages mais mettent en évidence les mêmes améliorations qui peuvent être obtenues en arrêtant de fumer ".

Le Pr Fabio Beatrice, de l'Université de Turin et directeur de Otolaryngology SC et du Centre Anti-fumée de Saint-Jean Bosco à Turin :

 "Ce sont des nouvelles qui vivent d'un malentendu fondamental d'abord culturel puis scientifique, il est donc nécessaire d'identifier la perspective correcte à partir de laquelle analyser le scénario du vapotage. L'e-cig produit une quantité de cancérigènes et d'irritants clairement inférieure en comparaison du tabagisme traditionnel. La production de substances cancérigènes dans le vapotage a été largement étudiée et lorsque cette quantité est correctement analysée, et qu'elle est comparée à la production de cancérogènes dans les cigarettes traditionnelles, il est démontré que le vapotage produit au moins 95% moins de substances nocives que la fumée normale des produits du tabac traditionnels.  

« La vraie info est que le vapotage est une alternative formidable pour les gros fumeurs qui ne peuvent pas ou ne veulent pas arrêter de fumer C'est de la réduction des risques, et c'est sur ce point - et non pas l'inverse - que nous devrions nous concentrer si nous voulons vraiment offrir une alternative acceptable aux fumeurs traditionnels et affronter, de manière pragmatique et non idéologique, la véritable tragédie liée au tabagisme: les 80 000 morts par an causés en Italie par les cigarettes traditionnelles, dont nous sommes peut-être un peu «accro», et qui risque maintenant de ne plus faire de nouvelles ».

Ajout de note personnelle (après accès à l'étude). Selon la brève de l'ATS (que je croyais en grève, mais bref...) reprise par le site de la RTS, les doses de nicotine "vapotées" par les souris équivaudrait à 10 ans de vapotage pour un humain. Dans le texte de l'étude, je n'ai pas vu une telle équivalence être affirmée.

Mais l'étude donne les détails des doses administrées : deux réservoirs de 1,6 ml par jour remplis par un liquide concentré à 10 mg/ml de nicotine, 5 jours par semaine, durant 12 semaines. Ce qui fait qu'une souris pesant moins de 20 grammes a inhalé 1920 mg de nicotine durant ce test.

Pour un humain de 60 Kg (d'une masse d'au moins 3'000 fois plus importante), cela équivaudrait à inhaler 5,76 kg de nicotine. En postulant une consommation de 30 mg de nicotine par jour (ce qui me parait une consommation fréquente chez des "forts" usagers de vapotage, mais c'est un chiffre que je pose de manière arbitraire), cela représenterait 192'000 jours de vapotage, soit environ 526 années. 
Comment l'équivalence à dix années de vapotage a été obtenue m'intrigue...???

Edit 21h30: Après une discussion téléphonique avec Charly Pairaud du Laboratoire français du e-liquide (LFEL), coincés entre les gosses à coucher et la longue journée. Mon "calcul" - qui n'était qu'une contre-hypothèse à l'équivalence postulée entre ce régime de vapotage des souris et celui d'un humain -  est selon toute vraisemblance biaisé par l'absence de prise en compte des dilutions dans l'air de l'atomiseur et de la "cage" des souris. Reste que l'équivalence postulée de dix ans de vape humaine est discutable. Mais surtout (comme le remarquait le Vaping Post ce matin), utiliser une toxicité en dose aiguë pour simuler un effet à long terme est une aberration.

Le Vaping Post [add 10h30] pour sa part souligne la non congruence entre des doses concentrées et leur consommation étalée dans le temps, postulée par les chercheurs : "Cette étude revient à exposer des sujets à 106 fois la dose journalière d’un consommateur de nicotine, produit dont la toxicité est avérée en cas de surdosage… De surcroît, le matériel utilisé pour l’expérience ressemble à du matériel standard, non prévu pour une utilisation intensive excédant de 100 fois le cahier des charges de sa conception". 
En somme, manger 1 kilo de chocolat en une journée n'informa pas sur les risque d'indigestion de manger 1 kg de chocolat dans l'année... d'autant plus si ce chocolat englouti dans la journée est brûlé par une machine à peine surveillée.

Dans Paris-Match [add 21h30], où Vanessa Boy-Landry déconstruit joliment le buzz qui tue avec les intervention de Bertrand Dautzenberg et Jacques le Houezec notamment:

Le Pr B. Dautzenberg, pneumologue à l'hôpital de la Salpétrière (Paris), déclare: "On n'est pas dans la vérité scientifique, mais dans la manipulation. D'abord, les conditions dans lesquelles l'expérimentation est réalisée ne sont absolument pas représentatives de l'exposition humaine. Elle montre des anomalies cellulaires en exposant des souris à des quantités de nicotine considérables, beaucoup plus qu'on peut le faire avec une cigarette électronique habituelle. Ensuite, on fait des extrapolations de la souris à l'homme, et enfin on ne compare pas l'effet du vapotage à celui de la fumée du tabac" 
"Aujourd'hui, on sait que la nicotine est toxique, irritante pour les voies respiratoires, et addictive. Raison pour laquelle il n'y en a pas plus de 2% dans les e-liquides. Aux quantités consommées par un vapoteur, il existe une légère toxicité, mais infiniment moindre que celle du tabac fumé"
"Globalement, nous sommes inondés de fausses nouvelles de ce genre. Les journaux scientifiques veulent aussi faire du buzz. Ils jouent au "Sun" anglais en rédigeant des communiqués de presse qui contredisent parfois les études elles-mêmes. C'est un moyen d'avoir toutes les couvertures et d'augmenter leurs revenus"
"Le résultat est que certains vont arrêter de vapoter et reprendre le tabac. Une nouvelle comme celle-là est susceptible de tuer des gens. Cela va totalement à l'encontre de la santé publique. Le travail des chercheurs, c'est de sauver des vies, pas de tuer des gens."

Jacques Le Houzec, pharmacologue et tabacologue, rappelle une étude similaire plus ancienne, qui "contredit totalement" celle-ci : "Les rats étaient exposés à un aérosol de nicotine à une concentration donnant une nicotinémie double de celle observée chez de gros fumeurs. Durant 20 heures par jour, 5 jours par semaine, sur une durée de 2 ans. Aucune augmentation de mortalité, d'athérosclérose ou de fréquence des tumeurs n'a été observée chez ces rats par rapport au groupe contrôle. En particulier, pas de tumeur pulmonaire microscopique ou macroscopique, ni augmentation des cellules endocrines pulmonaires. Par contre, le poids des rats exposés à la nicotine était plus faible que celui des rats contrôles"


Pour finir (minuit), Leio croque la liquidation du mois sur son blog où il publie un dessin quotidien ;)
Coup de gueule sur le traitement médiatique de l'AFP de Sébastien Beziaux sur son blog Vap'You : "Des fumeurs mourront prématurément dans quelques dizaines d’années, sans avoir « oser » essayer la vape, à cause de ces études poubelles, à cause de ces agences de presse, à cause de ces journalistes qui ne font pas leur job, à cause de ces médias qui perdent leur âme et leur conscience en cédant à l’appel du buzz et ne s’honorant plus de leur rôle, informer, enquêter, vérifier."... à lire sur son blog ;)

[31-01-2018 à 11h30] En Allemagne, la Dr Ute Mons, directrice du centre allemand de recherche sur le cancer DKFZ, réputé pour être extrêmement hostile au vapotage, déclare dans le Berliner Morgenpost
"En ce qui concerne l'applicabilité des résultats aux humains, je suis très sceptique"
"Il aurait été intéressant si l'étude avait, en plus des souris témoins non traitées, un groupe de souris exposé à la fumée de tabac"
"Cette étude ne permet malheureusement aucune compréhension sur ce point"

[31-01-2018 à 15h] La Fivape, fédération indépendante de sprofessionnels de la vape en France, publie un communiqué sur l'affaire. Extrait : "Bizarrement, la grande majorité des média publie invariablement une information fausse et sensationnaliste, pour le plus grand bonheur de l’industrie du tabac et/ou de l’industrie pharmaceutique. Ainsi en est-il de l’étude de cette fin janvier où la conclusion intéressante, qu’il aurait été judicieux de retenir, est la suivante : “ contrairement aux cigarettes de tabac qui contiennent des nitrosamines et de nombreuses molécules cancérigènes résultant de la combustion, la cigarette électronique contient de la nicotine et des solvants organiques relativement sans danger. Des études récentes montrent que des “fumeurs” de cigarette électronique, de manière similaire aux NRT (nicotine replacement therapy), ont 97% de NNAL (nitrosamines cancérigène pour les poumons) en moins que les fumeurs”. Autrement dit, les aérosols de cigarette électronique sont 97 % moins nocifs que la fumée du tabac en ce qui concerne les molécules ciblées par l’étude !"

[31-01-2018 à 16h30] Hamid Bbk, vendeur spécialiste du vapotage, post sur le FB de la Tribune du vapoteur: " [...] Le clou du spectacle, là où je me suis attaché car c'est un peu plus mon domaine, c'est le matériel utilisé. Lisons la description du matos: "ECS Generation and Mice Exposure. E-cigarette aerosol generator (e∼Aerosols) was used to produce E-cigarette aerosols from NJOY top fill tanks (NJOY, Inc.) filled with 1.6 mL of e-juice with 10 mg/mL nicotine in a propylene glycol/vegetable glycerin mixture (50/50 by volume; MtBakerVapor MESA). Each day the tanks were filled with fresh e-juice from a stock mixture, and the voltage was adjusted to produce a consistent wattage (∼1.96 A at 4.2 V) for each tank. "
Résumons: Ils ont utilisé du liquide nicotiné en 10mg/ml, en 50/50 PG/VG ; avec 2 atomiseurs "NJOY top fill tank" de 1,6ml ; à une puissance de 8W environ ; et petite précision, des bouffées de 4s pour 30 secondes de repos. Jusque là ça parait plutôt gentil. On pourrait pourrait se demander "mais où est ce que ça a merdé?". "1,6ml Top fill tank" 🤔... cela ne vous dit rien???
Maintenant, si je dis un PUT...N de CE4, qui ne résiste pas à plus de 6 Watts, qui déteste le e-liquide en 50/50 ainsi que les longues taffes, ca vous parle un peu plus? Résultat: dry hits et compagnie
Forcément c'était c'etait la fête à la combustion, avec Mr Formaldéhyde et Madame Acroléine au platines... Open bar de toxiques cancérogènes... Je dois toutefois présenter mon respect et mon admiration aux vaillantes souris qui ont survécu à ce traitement. Elles ont surement essayé de prévenir les laborantins du problème, mais bon... foutu barrière de la langue!!!
Elles ont survécu certes, mais pas sans séquelles, c'est clair, et il est à peut près évident avec ce régime, que des anomalies apparaissent. Bref, ils ont simplement reproduit l'étude de Portland (qui affirmait que la vapeur de e-cigarette pouvait contenir autant, voire plus de formaldéhyde et d’acroléine que dans la cigarette) avec les même atomiseurs mis en cause. Etude dézinguée depuis longtemps et reproduite également dans des condition normale d'utilisation des cigarettes électronique.
Heureusement cette fois là les "cobayes" pouvaient parler et on peut lire à ce propos : "Le phénomène des dry puffs a été identifié par 8 participants dès 4 V (7,3 W), par 15 autres à 4,2 V (8 W) et 3 à 4,4 V (8,4 W). 88 % des participants à l’étude détexaient des bouffées sèches à 4,2 V, c’est pourquoi 4,0 V a été défini comme la limite supérieure d’utilisation réaliste.""
https://fr.vapingpost.com/letude-de-portland-sur-le-formal…/ (source vaping post)
Ma conclusion, et bien sûr elle n'engage que moi, c'est que la nicotine n'a rien à voir dans le résultat de cette étude, mais bel et bien le matériel utilisé absolument pas adapté... De nombreuses études sérieuses précédentes et similaires ont démontré la faible nocivité de la nicotine. De plus, une expérience, sans groupe de comparaison comprenant des souris exposées à la cigarette ou à du e-liquide sans nicotine n'a qu'un objet: attaquer la nicotine. La vape, et en particulier un matériel impropre à cette expérimentation, soigneusement choisi, a simplement permis d'obtenir ce résultat."

MàJ: Au 1er février, les réactions continuent:

Libé Désintox, qui a de bonne source y compris ce blog [auto-congrat inside], a publié un bon article de debunk. On regrettera la chute sur la nicotine, que 40 ans d'usages de Nicorettes ne valident pas.

Dans sa chronique hebdo sur France Inter, le Dr Dominique Dupagne a éviscéré en 2 mn la campagne de peur de l'AFP et le harcèlement scientifique contre le vapotage. Les articles sur le risque de de la vape c'est un peu comme parler du risque de cirrhose du foie par la bière sans alcool... Absolument prendre les 2 mn pour l'écouter absolument !

Explications lumineuses d'Eric Blouin, expert toxicologue, sur le Vaping Post. Les souris prises pour l'expérience sont connues de longue date pour leur tendance à développer des tumeurs, et il pointe du doigt la question de dégagement d'aldéhydes par surchauffe en survoltage.
Hamid Bbk pointait cet aspect hier (voir plus haut) en partant de l'aspect matériel: un vieux CE4 prévu pour max 6 W, branché sur un mod le poussant à 8 W en sur-régime avec un liquide épais. Des remplissages et une surveillance douteuse à la lecture de l'étude et des interviews du chercheur...
Bref du dry-hit volontairement produit pour gazer les souris :(

Mais enfin, il semble qu'il y ait des photos des souris de l'expérience. Ca fait peur !


La nouvelle Association des vapoteurs italiens ANPVU a publié un communiqué pour décortiquer l'étude et sa médiatisation. Le communiqué cosigné de Carmine Canino, président de l'ANPVU, et de la Dr Francia Fortunato, souligne les doses exagérément irréalistes administrées aux souris et le manque de précision sur le protocole d'expérience. Le manque de groupe témoin soumis à la fumée de cigarette rend peu éclairante l'expérience. La présence suffisament forte de nitrosamine spécifique au tabac (NNK), cancérigène connu et supposé par l'étude être la cause des altérations d'ADN est étrange en regard de l'usage de nicotine purifiée de qualité pharmaceutique (USP) dans les liquides de vapotage. Comme d'autres spécialistes qui se sont penchés sur l'étude (voir ci-dessus), l'ANPVU soupçonne que des toxiques ont été produits artificiellement par surchauffe lors de l'expérience. SkyVape a présenté le communiqué de l'ANPVU.
Lien vers le communiqué https://docs.google.com/document/d/e/2PACX-1vRB5wF5GVAn74gbQkwShC40h-KCO7ggMAz2GkeaGBw8hdEDM4uI8KtCIZaP53xJwFBr5l6A1sqrJWXK/pub
(Je pense arrêter les mises à jour de cet article. Sauf si...)
* ‘E-cigarette smoke damages DNA and reduces repair activity in mouse lung, heart, and bladder as well as in human lung and bladder cells’ par Hyun-Wook Lee et al. dans PNAS 29 janvier 2018 http://www.pnas.org/content/early/2018/01/25/1718185115