S'abonner par email :

Répondez au mail de confirmation qui vous est envoyé !

Affichage des articles dont le libellé est science. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est science. Afficher tous les articles

jeudi 22 octobre 2020

Ma contribution critique au brouillon du rapport sur la vape du Comité Scientifique de l'UE (SCHEER)


Le Comité scientifique de la Commission européenne (SCHEER) a publié la version préliminaire de son rapport sur le vapotage dans le contexte de l’Union Européenne et de sa directive TPD. Il est possible à « toutes parties concernées » de soumettre une contribution à ce brouillon sur le site de la Commission. Les règles de soumission sont assez peu incitatrices à participer, pourtant il serait important et précieux pour les autorités européennes d’avoir un avis de bien meilleure qualité scientifique que cette première version. Pour participer, la date limite est lundi 26 octobre à minuit. Ne faites pas de copier/coller de mon avis (mais vous pouvez vous inspirer des idées qui vous semblent pertinentes). 

Je partage ici seulement ma contribution sur le résumé court (abstract). J’ai également commenté d’autres parties du brouillon de rapport, sans être exhaustif. Les éléments du rapport étant assez répétitifs, je doute qu’il soit intéressant de lire l’ensemble, mais si vous voulez, demandez-moi par mail. 

Quelques autres commentaires : Alistair a écrit une opinion pertinente à la sortie du brouillon du SCHEER sur Vaping Post ;  Clive Bates a publié sur son blog une critique de fond, et son message au SCHEER ; et Christopher Snowdon a aussi commenté le sujet hier sur son blog.

*********************

We welcome SCHEER’s efforts to assess the topic of vaping in the context created by the TPD in the EU, prior to possible discussions on its revision. However this draft report fails to provide an adequate assessment in the European context on several points:

1) It does not make a relative risk assessment between vaping and cigarettes when almost all vaping users in the EU are or have been smokers (McNeill, 2018 ; Farsalinos 2016);

2) A large part of the studies cited concern products from outside the EU market; or, do not distinguish between uses with or without nicotine (or otherwise); and come from regulatory context radically different from that created by the TPD;

3) Some important European studies are not reviewed;

4) Another gap in relation to its mandate, the SCHEER draft never addresses the impact of regulations and/or actions of authorities on the issues addressed (Hua-Hie Yong, 2017 ; Ward, 2020).

It would have been desirable the Scientific Committee analysed risks produced by the different national implementations:

  • evolution of smoking prevalence and evolution of the risks linked, between country tolerant to vaping, e.g. France, and country stigmatising vaping, e.g. Spain;
  • the effects of ban flavours and high taxes, e.g. Estonia, and the risks associated with the creation of a vast black market out of control.

On the abstract text itself, we note:

[p. 2 l. 14] The data presented in the report do not seem to allow asserting strong evidence of systemic cardiovascular effects (Benowitz, 2016 ; Shahab, 2017).

[p.2 l.16] & [p.2 l.37] Data for products marketed under the TPD regime, which is the subject of this report, cannot support a carcinogenic risk by nitrosamine accumulation. Nicotine used in the EU is a highly purified grade (TPD art. 20 §3.d, 2014). This point indicates a more general confusion in the heterogeneous data used by the SCHEER, who does not seem to have discriminated the relevant data for specific European situation created by TPD.

 [p. 2 l. 42 ss] The gateway hypothesis is not supported by the evidence presented in this report. The studies presented suffer from critical problems, including a lack of consideration of the risk co-factor of parental smoking and friends smoking, high attrition bias, etc. (Chan et al. 2020). The main meta-analysis presented has authors’ self-report bias. The scientific criteria for validating a causal hypothesis as the gateway theory are not met (Etter, 2017). More robust European studies, notably the OFDT study in France, show effects incompatible with this hypothesis (Chyderiotis, 2019). All this chapter and conclusion need to be completely revised.

[p. 2 l. 49 ss.] Many data were not included in the report. Cochrane review found 50 clinical studies and conclude to moderate-certainty evidence vaping with nicotine increase quit rate compared to NRT (Hartmann-Boyce, 2020). Preliminary results from other clinical studies (Eisenberg, ACC.20) are in the same direction. Santé Publique France has demonstrated that at least 700,000 people have quit smoking in a consolidated way thanks to vaping before 2017 (Pasquereau, 2017). Based on the Eurobarometer 429, an estimated 6 million EU citizens had quit with the help of vaping in 2014 (Farsalinos, 2016). The Smoking Toolkit Study showed that smoking cessation increased by ~70,000 net additional successful quitters thanks to vaping in 2017 in England (ASH, 2020). etc.

We recommend a thorough and rigorous revision of the draft report before its transmission to the Commission.

Les références de ce commentaire:

McNeill, A., Brose, L.S., Calder, R., Bauld, L. and Robson, D. (2018). Evidence review of e-cigarettes and heated tobacco products. Public Health England, London, UK https://www.gov.uk/government/news/phe-publishes-independent-expert-e-cigarettes-evidence-review

Farsalinos, K. E., et al. (2016). "Electronic cigarette use in the European Union: analysis of a representative sample of 27 460 Europeans from 28 countries." Addiction 111(11). https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/add.13506

Yong HH, Hitchman SC, Cummings KM, et al. Does the Regulatory Environment for E-Cigarettes Influence the Effectiveness of E-Cigarettes for Smoking Cessation?: Longitudinal Findings From the ITC Four Country Survey. Nicotine Tob Res. 2017;19(11):1268-1276. doi:10.1093/ntr/ntx056 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5896424/

Ward E, Anholt C, Gentry S, Dawkins L, Holland R, Notley C. A Qualitative Exploration of Consumers’ Perceived Impacts, Behavioural Reactions, and Future Reflections of the EU Tobacco Products Directive (2017) as Applied to Electronic Cigarettes. Tobacco Use Insights. January 2020. doi:10.1177/1179173X20925458 https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1179173X20925458

Benowitz, N. L., & Burbank, A. D. (2016). Cardiovascular toxicity of nicotine: Implications for electronic cigarette use. Trends in cardiovascular medicine, 26(6), 515–523. https://doi.org/10.1016/j.tcm.2016.03.001

Shahab, L, Goniewicz, ML, Blount, BC, et alNicotine, carcinogen, and toxin exposure in long-term e-cigarette and nicotine replacement therapy users. Ann Intern Med. 2017;166:390-400https://doi.org/10.7326/M16-1107 

Gateway or common liability? A systematic review and meta‐analysis of studies of adolescent e‐cigarette use and future smoking initiation. Gary C. K. Chan  Daniel Stjepanović  Carmen Lim  Tianze Sun  Aathavan Shanmuga Anandan  Jason P. Connor  Coral Gartner  Wayne D. Hall  Janni Leung - First published: 04 September 2020 https://doi.org/10.1111/add.15246

Gateway effects and electronic cigarettes, JeanFrançois Etter, Addiction, vol. 113 issue 10, 2018 https://doi.org/10.1111/add.13924

Sandra Chyderiotis, Tarik Benmarhnia, François Beck, Stanislas Spilka, Stéphane Legleye, Does e-cigarette experimentation increase the transition to daily smoking among young ever-smokers in France?, Drug and Alcohol Dependence, Volume 208, 2020, https://doi.org/10.1016/j.drugalcdep.2020.107853.

Hartmann-Boyce J, McRobbie H, Lindson N, Bullen C, Begh R, Theodoulou A, Notley C, Rigotti NA, Turner T, Butler AR, Hajek P. Electronic cigarettes for smoking cessation. Cochrane Database of Systematic Reviews 2020, Issue 10. Art. No.: CD010216. DOI: 10.1002/14651858.CD010216.pub4. https://www.cochrane.org/CD010216/TOBACCO_can-electronic-cigarettes-help-people-stop-smoking-and-do-they-have-any-unwanted-effects-when-used

E-cigarettes more effective than counseling alone for smoking cessation, AMERICAN COLLEGE OF CARDIOLOGY, march 2020, https://www.eurekalert.org/pub_releases/2020-03/acoc-eme033020.php

Pasquereau A, Quatremère G, Guignard R, Andler R, Verrier F, Pourchez J, Richard JB, NguyenThanh V. Baromètre de Santé publique France 2017. Usage de la cigarette électronique, tabagisme et opinions des 1875 ans. SaintMaurice : Santé publique France, 2019. https://www.researchgate.net/publication/337542002_USAGE_DE_LA_CIGARETTE_ELECTRONIQUE_TABAGISME_ET_OPINIONS_DES_18-75_ANS_Barometre_de_Sante_publique_France_2017

Action on Smoking and Health (ASH) Use of e-cigarettes (vapes) amoong adults in Great Britain, 2020 https://ash.org.uk/wp-content/uploads/2020/10/Use-of-e-cigarettes-vapes-among-adults-in-Great-Britain-2020.pdf 

Romain Dusautoir, Gianni Zarcone, Marie Verriele, Guillaume Garçon, Isabelle Fronval, Nicolas Beauval, Delphine Allorge, Véronique Riffault, Nadine Locoge, Jean-Marc Lo-Guidice, Sébastien Anthérieu : Comparison of the chemical composition of aerosols from heated tobacco products, electronic cigarettes and tobacco cigarettes and their toxic impacts on the human bronchial epithelial BEAS-2B cells, Journal of Hazardous Materials, Volume 401, 2021, https://doi.org/10.1016/j.jhazmat.2020.123417


mercredi 14 octobre 2020

Le monde selon FACEBOOK: censure de livre de science et promotion de jeu de meurtre

Ce n’est pas dans Fahrenheit 451, mais sur Facebook en 2020 que se déroule cette petite histoire en deux temps. En premier lieu, le Pr Bernd Mayer, toxicologue de l’Université de Graz (Autriche), vient de publier un livre sur le vapotage et la réduction des risques face au tabagisme. Son bouquin en allemand est sorti chez le petit éditeur autrichien Delta X. « Die E-Zigarette Fakten & Mythen » — La vape, faits et mythes — ne contient aucune publicité. Il est l’œuvre en toute indépendance d’un expert du domaine, dont le souci est avant tout d’informer correctement des fumeurs de l’opportunité d’opter pour le vapotage à la place de leur cigarette. 

Lire nuit gravement à votre naïveté

Cette semaine, Facebook a censuré un post publicitaire pour le livre. Une première fois en justifiant ne pas permettre la promotion de produits du tabac. Mais c’est un livre. D’un scientifique. La seconde fois, Facebook n’a pas même expliqué sa censure.

« Facebook a rejeté la publication, cette fois sans possibilité de recours. Plein d’entrain, j’ai créé un nouvel article légèrement modifié, sous le titre “Désirez-vous arrêter de fumer ?” pour préciser que je ne fais pas de publicité pour les produits du tabac », explique le Pr Bernd Mayer sur son Facebook le 12 octobre. Son nouveau post, pas plus que le précédent, n’apparait sur Facebook. 

Philanthropie du meurtre 

Toujours sur Facebook, une publicité, propulsée par les algorithmes du géant américain, aiguille vers un jeu hébergé dans les mailles du réseau social. Le clip de quelques secondes de Mafia City H5 présente un contrôle de police, où le chauffeur descend avant de saisir un calibre imposant. « Attendre ou le faire? », propose Facebook.

Le monde de Facebook nous cache l’information scientifique sur la réduction des risques, mais propose de fantasmer une carrière mafieuse ponctuée de meurtres. Une restriction de l’espace imaginatif assez cohérente en regard des investissements de son propriétaire Mark Zuckerberg et de ses amis. 

L’industrie du business soi-disant « philanthropique » dans laquelle est impliqué Mark Zuckerberg se démène ces derniers mois pour étendre la prohibition du vapotage. Une prohibition qui maintient des fumeurs dans la cigarette, elle-même de plus en plus l’objet de trafic, et engendre dans certains pays des marchés parallèles de produits de vape.

Prohibition et mafia : un secteur d’avenir

Prise de position appelant à l’interdiction de la réduction des risques, film de propagande contre l’arrêt tabagique à l’aide du vapotage, rumeurs mensongères répandues dans les médias ne se comptent plus. Les sources de cette guerre à la réduction des risques, elles, sont relativement faciles à recenser : à peu près tout passe par la filière de la Bloomberg limited company et ses filiales. L’affairiste milliardaire est un proche de Zuckerberg et de sa compagnie « philanthropique » Chan Zuckerberg Initiative.

De la prohibition et des jeux mafieux où l’on assassine, plutôt que des livres scientifiques. Facebook reflète le monde concocté par nos nouveaux seigneurs « philanthropes ». La réduction des risques et le livre du Pr Bernd Mayer ne semblent pas en faire partie. Une raison de le lire.

« Le pharmacologue et toxicologue Bernd Mayer de l’Université de Graz s’est penché sur ce sujet et explique dans son livre, sous une forme compréhensible, les faits et mythes qui entourent la cigarette-électronique. À cet égard, l’expert révèle les arguments contre le passage au vapotage en tant qu’affirmations non scientifiques de certains groupes d’intérêt, en particulier l’industrie pharmaceutique et la santé publique étroitement liée à l’industrie. C’est un livre recommandé pour tous ceux qui envisagent la cigarette électronique comme alternative au tabagisme et qui veulent s’y tenir », sur le site de l’éditeur Delta X.

dimanche 6 septembre 2020

Plus de 80 % des médecins américains ont de fausses croyances sur la nicotine

Le nombre de médecins américains à avoir de fausses croyances concernant la nicotine est vertigineux. Première du genre aux États-Unis, une enquête menée par une équipe de l’Université de Rutgers a interrogé 1020 médecins entre septembre 2018 et février 2019. Les répondants sont 86,8 % à croire, pour la plupart fortement, que la nicotine « contribue directement » au cancer. 

Tandis que 86,1 % pensent qu’elle est cause de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). La méconnaissance atteint 91,7 % du corps médical américain imaginant que la nicotine provoque des maladies cardio-vasculaires, selon l’étude publiée dans le Journal of General Internal Medicine. Les médecins américains sont aussi 54,5 % à penser que la nicotine provoque des malformations aux nouveau-nés.

L'ignorance des médecins américains pire que celle de la population

« La nicotine est impliquée dans la nature hautement addictive des produits de tabac, mais la plupart des maladies causées par le tabac ne sont pas directement causées par la nicotine, mais plutôt par d’autres produits chimiques présents dans le tabac ou la fumée de tabac », expliquent les chercheurs du département de médecine et du centre d’études sur le tabac de l’Université de Rutgers. Avant de regretter que « malgré cela, nombreux sont ceux qui pensent que la nicotine est responsable des risques sanitaires liés au tabagisme, comme le cancer ».

Ces résultats concernant les médecins inquiètent. Une précédente enquête auprès d’adultes américains en 2016 avait montré que 49 % d’entre eux croient à tort la nicotine cancérigène et 24 % ne savent pas se prononcer. Les fausses croyances étaient plus marquées dans les groupes sociaux peu instruits et pauvres.

Urgence d'informer correctement les médecins

Il est inattendu que les médecins se retrouvent à un niveau de méconnaissance sur ce sujet pire que les groupes sociaux les moins bien informés. « Corriger les perceptions erronées devrait être une priorité », alertent les chercheurs de Rutgers. « De courtes interventions de communication peuvent efficacement corriger ces perceptions erronées sur la nicotine »

"Il est essentiel que les médecins comprennent le niveau de risque réel de la nicotine étant donné leurs rôle dans la prescription et la recommandation des substituts nicotiniques. Aussi, pour qu'ils puissent communiquer les risques dans un marché du tabac en évolution qui peut inclure des cigarettes à très faible teneur en nicotine, qui ne sont pas plus sûres que les cigarettes traditionnelles", concluent les chercheurs de Rutgers.

On peut douter que cet appel soit entendu dans le climat actuel d'obscurantisme hystérique sur le sujet aux Etats-Unis.

L'intervention d'Ethan Nadelmann, fondateur de la Drug Policy Alliance et New-yorkais, à la Royal Society de Londres en novembre dernier. https://vimeo.com/374470255 


samedi 1 août 2020

Économie de la santé : le tabagisme profite des taxes sur la vape dans les États américains

Les taxes sur la vape tuent. En repoussant les vapoteurs vers le tabagisme, elles augmentent le nombre de fumeurs de cigarettes. Publiée par le Journal of Risk and Uncertainty ce 24 juillet, la recherche menée par trois économistes universitaires, à partir des données de 4,3 millions d’Américains, montre l’effet de vase communicant, dans les deux sens, entre tabagisme et vapotage au gré des hausses et de l’introduction de taxes entre 2011 et 2018. « Les résultats de notre recherche suggèrent la prudence dans la réglementation du vapotage, car celle-ci peut avoir une conséquence néfaste et indésirable : l’augmentation du nombre de fumeurs de cigarettes traditionnelles », alerte l’équipe d’économistes menée par le Pr Michael Pesko, de la Georgia State University.

Une analyse basée sur les données de plus de 4,3 millions de personnes

L’analyse d’une trentaine de pages s’appuie sur les données à diffusion restreinte de deux enquêtes de population, la Behavioral Risk Factor Surveillance System (BRFSS) et la National Health Interview Survey (NHIS), de 2011 à 2018 qui interrogent à elles deux plus de 430 000 personnes chaque année. La vaste banque de données compte près de 4,3 millions de personnes, dont plus de 970 000 concernées par l’introduction de taxes sur le vapotage avant 2019 dans dix Etats et deux localités (depuis, onze autres États américains ont adopté des taxes sur le vapotage). Pour permettre un calcul global, les différentes taxes sur le vapotage ont été harmonisées entre les États, villes et comtés ainsi que l’évolution de celles sur les cigarettes, selon les données des Centers for Control Disease (CDC). 

Les taxes sur la vape repoussent les vapoteurs vers le tabagisme

Les calculs de Michael Pesko, Charles Courtemanche et Johanna Maclean montrent que 1 $ de taxe par ml sur la vape pousse 0,5 % de la population totale (ppt) à abandonner le vapotage occasionnel et 0,2 % à arrêter de vapoter au quotidien. L’essentiel de ces personnes retourne au tabagisme, augmentant celui-ci de 0,6 % de la population. « Collectivement, ces résultats suggèrent que les cigarettes traditionnelles et le vapotage sont des substituts économiques », insistent les chercheurs. 

Cela signifie qu’une augmentation des prix d’un produit entraîne un report d’une partie des consommateurs vers l’autre. Ce que les économistes appellent un effet d’élasticité croisée des prix. Dans leur analyse, les trois économistes mettent en lumière que cet effet est plus marqué chez les moins de 40 ans et les femmes que pour les hommes plus âgés.

Les Etats ayant introduit une taxe sur la vape avant 2018 et l’évolution des taux de vapoteurs et de fumeurs quotidiens
« Nos résultats suggèrent qu’une taxe nationale sur le vapotage de 1,65 $ par ml de liquide, telle que proposée au Congrès américain [en février dernier], augmenterait la prévalence du tabagisme quotidien des adultes d’environ 1 % de la population, soit près de 2,5 millions de fumeurs supplémentaires par rapport à l’absence de taxe », soulignent les chercheurs.

La hausse des taxes du tabac pousse des fumeurs vers la vape

Cette propriété de substitution entre les deux produits se confirme dans l’autre sens. En effet, si l’introduction de taxe sur le vapotage repousse des vapoteurs vers le tabagisme, l’inverse est également démontré par l’étude. Une augmentation des droits d’accise sur le paquet de cigarettes de 1 $ fait baisser le tabagisme de 0,6 % dans la population générale et augmente le taux de vapotage occasionnel de 0,3 % et le vapotage quotidien de 0,2 %. 
« Ces résultats suggèrent que les fumeurs utilisent le vapotage lorsque les taxes sur les cigarettes augmentent, soit pour continuer à consommer en partie leur nicotine habituelle à un prix relatif inférieur, soit comme moyen d’arrêter de fumer », expliquent les spécialistes en économie de la santé.
« Notre étude est la première à examiner spécifiquement l’effet des taxes contre le vapotage sur l’usage des adultes. De plus, nous avons été en mesure de montrer que les taxes du vapotage augmentent l’usage de cigarettes traditionnelles », soulignent les chercheurs. Leurs résultats confirment d’autres analyses précédentes sur les effets négatifs des taxes sur le vapotage (voir complément en fin de texte). 

Les vapoteurs européens concernés

Le sujet de taxes contre le vapotage pourrait devenir d’actualité pour l’ensemble des résidents de l’Union européenne (UE). Après le feu vert du Conseil européen le 2 juin, la Commission européenne sur les taxes prépare une révision de la directive sur les accises du tabac pour y intégrer le vapotage. Ceci alors que par deux fois près de 90 % des citoyens et organisations consultées en ont rejeté le principe. Malgré l’enjeu du sujet, aucune étude sérieuse des effets des taxes contre le vapotage mis en place par des pays européens n’a été effectuée. 

L’exemple de l’Italie, qui a connu une explosion du tabagisme suite à l’introduction d’une taxe prohibitive contre la vape avant de faire marche arrière, est pourtant éloquent. L’Estonie vient aussi de suspendre sa taxe anti-vape. La stagnation du tabagisme en Finlande et au Portugal illustre également les méfaits des taxes anti-vape dans l’Union européenne. Mais la Commission avance à l’aveugle selon ses a priori sur un sujet de santé publique concernant des dizaines de millions de personnes, en ignorant à la fois les professionnels de santé de terrain, comme ceux de la plateforme Addict'Aide, et les usagers de produits de réduction des risques.

D’autres recherches sur les méfaits des taxes contre la vape aux US 

En début d’année, une analyse menée par le Pr Chad Cotti, de l'Université du Wisconsin, à partir des données de l’Institut Nielsen concernant les ventes du réseau des kiosques (« retail channel »), a montré que la baisse des ventes de capsules de vape (pour pods), suite à l’introduction de taxe contre la vape, s’accompagne d’une hausse des ventes de cigarettes. 

En 2016, une équipe menée par Yuquing Zheng, de l’Université du Kentucky, avait analysé les différents produits en système. « Notre conclusion selon laquelle les cigarettes et le vapotage sont des substituts suggère que des taxes différenciées entraîneraient une diminution de la consommation de cigarettes et une augmentation de la consommation de vapotage qui pourrait conduire à une réduction des risques au niveau de la population », souligne l’étude publiée dans la revue Health Economics.

Michael Pesko avait analysé dans la revue SSRN en 2017 le cas du Minnesota, premier État à avoir taxé le vapotage dès 2012, concernant les effets sur le tabagisme des 11 à 17 ans. « Les effets inter-prix/taxes favorisent également la substitution entre ces deux produits. Nos résultats suggèrent que la taxation du vapotage peut avoir pour conséquence involontaire d’augmenter l’intensité du tabagisme chez les jeunes ».

Rahi Abouk a dirigé une analyse, publiée en 2019 par le National Bureau of Economic Research (NBER), sur l’effet des taxes du vapotage sur le tabagisme des femmes enceintes. « Notre étude révèle que les taxes sur le vapotage entraînent une augmentation du tabagisme prénatal. Concernant l’ampleur des effets, le tabagisme prénatal augmente de 0,4 ppts, soit 7,7 %, suite à une augmentation de 1 $ de la taxe normalisée sur le vapotage. Ce résultat semble être dû à l’évolution des taux de tabagisme avant la grossesse. En outre, en utilisant un modèle de données de panel, nous constatons que les taux de tabagisme par trimestre de grossesse augmentent de 1,1 ppts (21,0 %), ce qui suggère que les taxes sur les cigarettes électroniques réduisent l’arrêt tabagique en cours de grossesse ».
  

jeudi 30 juillet 2020

L'Institut Pasteur compare les toxiques entre cigarette, tabac chauffé et vape

Quel niveau de réduction des risques avec la vape ou une cigarette chauffée par rapport aux cigarettes classiques ? L’Institut Pasteur de Lille apporte sa contribution au sujet avec une étude approfondie. L’équipe menée par Romain Dusautoir a analysé les taux de carbonyles et d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) dans les émissions d’une cigarette standard (3R4F), de la fumée de la cigarette chauffée Iqos, et de trois dispositifs de vapotage. Les chercheurs, financés par l’Institut national du cancer (INCa), ont ensuite procédé à des tests in vitro de viabilité de cellules épithéliales bronchiques humaines (BEAS-2B) exposées aux différents aérosols. 
« Dans le cadre de la réduction des méfaits du tabac, dans laquelle les fumeurs devraient idéalement pouvoir choisir librement parmi une variété de solutions de rechange au tabagisme, les produits du tabac émergents (comme le tabac chauffé [HTP]) et le vapotage semblent avoir le potentiel d’une nouvelle offre prometteuse. Toutefois, il est fondamental pour les fumeurs de connaître et de comparer les risques pour la santé de ces différents dispositifs émergents afin de déterminer quel produit devrait être préféré pour le sevrage tabagique », soulignent les onze coauteurs de l’étude financée par l’INCa et l’IResP.
Globalement, les résultats sont sans appel. "Conformément aux niveaux de composés toxiques mesurés dans chaque aérosol, l’aérosol de cigarette chauffée (HTP) présente une cytotoxicité réduite par rapport à la fumée de cigarette, mais plus élevée que les émissions de vapotage", conclut la publication en open-access dans le Journal of hazardous materials.

Les niveaux de carbonyles et de HAP mesurés

La fumée de cigarette contient près de 7000 composés toxiques, dont l’extrême majorité est absente du vapotage. Notamment, le vapotage ne contient ni monoxyde de carbone ni goudrons contrairement à la cigarette. L’étude menée à l’Institut Pasteur de Lille s’est concentrée sur le niveau de deux classes de toxiques dont certains sont encore présents dans le vapotage, en comparant les niveaux à ceux dégagés par du tabac chauffé et une cigarette. 

Ainsi, les niveaux de 19 carbonyles et de 23 hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) ont été mesurés dans la fumée d’une cigarette, celle d’une Iqos (indiquée par HTP), du vapotage d’un modèle vieillissant d’Ego avec une résistance de 2,8 ohms alimentée à 4,6 Watts (nommée Lounge), et d’un Mod box plus récent avec une résistance en 0,5 ohms en deux configurations, l’une à 18 Watts et l’autre à 30 Watts. Les trois vapoteuses ont été testées avec un liquide à 16 mg/mL de nicotine, goût classique (en 70 % PG et 30 % VG). Les tests ont suivi le régime intensif de Santé Canada tout en veillant à ne pas créer artificiellement de dry-hit, en respectant notamment les recommandations de l’AFNOR.
« Pour assurer des conditions expérimentales réalistes, deux vapoteurs réguliers ont testé les e-cigs utilisés dans notre étude pour éviter la génération de bouffées sèches, en utilisant la durée de bouffée et les réglages de puissance tels qu’ils ont été testés avec la machine à fumer. Les utilisateurs ont confirmé l’absence de sensation de bouffée sèche et la production de vapeur suffisante. En outre, la température de l’aérosol généré a également été considérée comme un indicateur de pertinence expérimentale et de réalisme », stipulent les chercheurs, qui ont évité les erreurs méthodologiques « à l’américaine ».

Réduction de 99,8 % des carbonyles pour la Modbox

Les chercheurs ont analysé la présence des toxiques par bouffée et de manière pertinente par µg de nicotine délivré. Les résultats, détaillés pour chaque substance dans le papier, indiquent à délivrance égale de nicotine, une réduction de 77 % des émissions de carbonyles pour l’Iqos, et à plus de 99,5 % pour les différents modèles de vape, par rapport à la cigarette. Grossièrement, on peut dire que l’Iqos réduit par quatre fois la dose de carbonyles pour l’utilisateur à délivrance de nicotine similaire par rapport à la cigarette, tandis que les vapoteuses la réduisent de l’ordre de 200 à 500 fois. 
« Dans l’ensemble, nos données démontrent donc qu’à des températures normales, la teneur en carbonyles dans les émissions de vapotage ne représente qu’une petite fraction des niveaux inhalés par les utilisateurs de produits du tabac », précise l’étude.
Clique dessus pour la voir plus grande :
Dans le détail, les auteurs soulignent la nette réduction d’émission de carbonyles de l’Iqos en regard de la cigarette standard. Mais ils notent que la « présence de niveaux élevés d’acétaldéhyde est la marque de la pyrolyse et de dégradation thermogénique du tabac ». « En revanche, la principale source de carbonyles dans les émissions de vapotage est la dégradation thermique du glycérol et du propylène glycol contenue dans l’e-liquide. Certains carbonyles étaient quantifiables dans les différentes vapeurs d’e-cig testées, mais de plusieurs fois plus faibles que dans les émissions des deux produits du tabac testés ».

HAP réduits de 98,5 % avec la Modbox

Concernant les HAP, l’Ego se montre moins performante et ne réduit « que » de 92,5 % les taux de cette classe de toxiques par rapport à la cigarette. L’Iqos se montre un peu plus sûre avec une réduction de 94,3 %. Tandis que le modbox plus récent atteint 98,5 % et 99,2 % dans les deux configurations de puissance, en profitant d’une meilleure vaporisation de la nicotine. Les dispositifs de vapotage plus modernes en améliorant leur efficacité à la vaporisation de nicotine ont réduit les émissions d’HAP par dose de nicotine délivrée.

Tests de cytotoxicité in vitro

En plus de ces mesures, l’équipe de recherche a évalué l’impact toxicologique des aérosols produits. Ils ont exposé des cellules de la paroi (épithéliales) de bronches humaines à la fumée de la cigarette, de l’Iqos et aux aérosols des trois dispositifs de vapotage. Ils ont relevé la viabilité des cellules exposées, ainsi que des marqueurs de stress oxydatifs et de réponses inflammatoires.
« La réduction apparente de certains constituants nocifs dans les émissions de HTP et de vape par rapport à la cigarette de tabac ne peut pas être directement extrapolée à une réduction proportionnelle des méfaits pour les fumeurs »
Pour évaluer la viabilité cellulaire, les chercheurs ont déterminé la dose effective (ED50) qui élimine la moitié des cellules exposées. Les résultats sont éloquents. Deux bouffées de cigarettes suffisent à atteindre ce seuil tandis qu’il faut 45 bouffées d’Iqos. Les « vapeurs d’e-cig n’ont pas induit une mortalité cellulaire suffisante pour calculer une ED50 (quelle que soit la puissance ou le modèle e-cig testé) » après 120 bouffées. Dans une étude précédente, un des chercheurs avait été jusqu’à 576 bouffées avec différents e-liquides sans montrer de cytotoxicité.
« Nous avons également évalué la viabilité cellulaire en fonction de la nicotine émise. Les résultats étaient équivalents avec ou sans normalisation de la nicotine : une cytotoxicité plus élevée pour la cigarette de tabac (ED50 = 0,2 mg de nicotine) que pour HTP (ED50 = 2,8 mg de nicotine) et une faible cytotoxicité pour le vapotage »


Le stress oxydatif des cellules a été mesuré par le rapport entre les niveaux de glutathion oxydé (GSSG) et celui réduit (GSH). La cigarette a induit une augmentation de 2,7 du ratio GSSG/GSH dés la première bouffée. La cigarette chauffée a produit la même augmentation, mais après 12 bouffées. Tandis que du côté du vapotage, seule la Modbox à 30 watts à produit un changement similaire (2,9) après 120 bouffées. Sur cette base de 120 bouffées de vape, 12 bouffées d’Iqos et une seule bouffée de cigarette, les chercheurs ont vérifié une réaction de défense immunitaire des cellules. 
Enfin, ils ont relevé la sécrétion de cytokines en réponse à des processus inflammatoires. L’interprétation des résultats, plus prononcés avec moins de bouffées, reste à déterminer. « Ces différentes modulations dans les médiateurs inflammatoires peuvent s’expliquer en partie par les niveaux de carbonyle et d’HAP mesurés dans les différentes émissions », avancent les chercheurs.
« Cette étude contribue à une meilleure compréhension des propriétés des émissions de tabac chauffé (HTP) et de vapotage et de leurs impacts toxicologiques connexes. Elle fournit des données importantes nécessaires à l’évaluation des risques, en démontrant que le HTP pourrait être moins nocif que la cigarette de tabac, mais beaucoup plus nocif que le vapotage », concluent les chercheurs de l'Institut Pasteur de Lille.

jeudi 14 mai 2020

Analyse du tabagisme adolescent américain sur 20 ans: la vape détourne des jeunes de la cigarette

Une nouvelle analyse, parue dans la revue Addiction le 25 avril, montre que l’apparition du vapotage aux États-Unis a favorisé la chute du tabagisme adolescent. Entre 1999 et 2018, le taux de tabagisme établi des 12 à 17 ans américains est passé de 12 % à moins de 1 %. L’apparition du vapotage autour de 2009 a accéléré la chute du tabagisme adolescent, un phénomène qui écarte la possibilité d’un effet de passerelle du vapotage vers le tabagisme. Mais la Dre Arielle Selya et Floe Foxon, de l’institut Sandord Research, vont plus loin en ayant calculé la courbe contre-factuelle de l’évolution du tabagisme adolescent si la vape n’était pas apparue. Leur analyse montre que, sans la vape, autour de 2,5 % des adolescents américains de plus seraient fumeurs établis.

L’usage établi comme critère d’inclusion

Les deux chercheurs universitaires se sont appuyées sur les données de 1999 à 2018 de l’enquête annuelle nationale sur les jeunes et le tabac (NYTS), qui ont interrogé de 12 500 à 31 000 jeunes de 12 à 17 ans chaque année. Ils ont pris en compte les jeunes qui avaient fumé au moins 100 cigarettes ou vapoté au moins 100 jours dans leur vie. Ce choix de critère « est motivé par le fait que l’usage établi, plutôt que l’initiation ou expérimentation ponctuelle, est pertinent pour les risques sanitaires au niveau de la population », expliquent les auteurs. 

Ils se démarquent ainsi des études prenant en compte toute utilisation, même d’une seule taffe. Prendre en compte l’exposition cumulative à vie a aussi permis aux chercheuses de contourner une erreur du questionnaire aux adolescents concernant leur expérimentation du vapotage, qui n’a été corrigée qu’en 2014.

L’écroulement du tabagisme adolescent

À partir de ces données, la Dre Arielle Selya et Floe Foxon ont analysé les taux de fumeurs, vapoteurs et double-usagers (à la fois fumeurs et vapoteurs) au fil des années depuis 1999. Traçant ainsi leurs évolutions à travers une courbe tendancielle. Le tabagisme établi a fortement diminué chez les adolescents américains au cours des deux décennies. L’apparition du vapotage autour de 2009 a progressé au fil du temps, ainsi que le double-usage cigarettes et vape.


Le détournement de la cigarette par le vapotage est en soi un bénéfice de santé publique, par la diminution du risque individuel estimée à au moins 95 % par le Royal College of Physicians britannique et le Public Health England. Les auteurs soulignent également qu’en additionnant les différentes consommations établies, le total des consommateurs de nicotine a continué de baisser après l’arrivée du vapotage. « L’introduction du vapotage n’apparaît pas avoir provoqué de changement de tendance de la prévalence totale des consommateurs de nicotine », soulignent la Dre Arielle Selya et Floe Foxon.
« L’examen de la consommation de nicotine des adolescents montre que l’apparition du vapotage ne semble pas avoir augmenté la prévalence totale des adolescents consommateurs de nicotine, ni servi de passerelle vers la consommation de cigarettes. En fait, les résultats sont plus cohérents avec un effet de détournement des adolescents de la consommation de cigarettes par le vapotage », résument les deux chercheuses. 

Que ce serait-il passé sans la vape ?

Leur analyse contre-factuelle montre que, si la vape n’était pas apparue, de 0,5 % à 4,5 % de l’ensemble des 12 à 17 ans américains supplémentaires seraient devenus fumeurs établis par rapport au taux de fumeurs, y compris les doubles-usagers, dans la situation actuelle avec la vape. 


Une initiation au vapotage près de deux ans après celle du tabagisme

Les chercheurs ont également analysé les évolutions de l’âge d’initiation des différents usages. « Des études antérieures ont montré qu’une initiation plus jeune est un facteur de risque de consommation ultérieure de nicotine », précisent-ils. Depuis l’apparition du vapotage, l’âge d’initiation aux cigarettes (fumées) a augmenté, passant d’une première cigarette dans la 11e année à une première expérience dans la 12e. La première initiation au vapotage se situe en moyenne plus tard, au cours de la 13e année. Cet âge moyen ne semble pas avoir évolué. 

Par contre, l’entrée en double-usage s’est abaissée au fil des années. L’interprétation a donner à cette évolution n’est pas discutée par les auteures. On peut imaginer que les jeunes ont intégré de tenter de passer au vapotage pour se défaire du tabagisme plus tôt, ou dans une approche négative, que la consommation des deux produits devient courante plus jeune. Des enquêtes qualitatives pourraient aider à explorer la question.
« Le marketing du vapotage ne semble pas avoir abaissé l’âge de la première exposition à la nicotine des jeunes adolescents. Toutefois, l’âge de l’initiation au double usage tend à un certain déclin, tout en restant à un âge nettement plus élevé que celle aux cigarettes. Ce point demande une étude plus approfondie avec les données à venir », synthétisent la Dre Arielle Selya et Floe Foxon.

Un effet de détournement connu et confirmé, mais tabou

La démonstration du phénomène de la réduction accélérée du tabagisme sous l’impact du vapotage n’est pas à proprement nouvelle. Notamment aux États-Unis, le Pr David Levy, de l’Université de Georgetown (Washington, USA) avait montré une accélération par trois de la chute du tabagisme adolescent dans une étude que nous avions relatée en 2018, et qu’il a présentée au Sommet de la vape 2019 à Paris dont la vidéo (20 min) est en accès libre en anglais et en version doublée en français.

Un point fort de la nouvelle étude de la Dre Arielle Selya et Floe Foxon, en plus du nombre d’années prises en compte dans l’évaluation, est de présenter le calcul de la situation contre-factuelle. Cette projection réduit de facto à néant les études biaisées prétendant illustrer la théorie fumeuse de l’effet passerelle vers le tabagisme du vapotage.

Le point aveugle du poids réglementaire

Un point faible de l’étude est la mise sur le côté de l’influence des réglementations. Sur le vapotage notamment, les États ont suivi des politiques différentes. L’interdiction de vente des produits de vapotage aux mineurs est entrée en vigueur au niveau fédéral en 2016. La réglementation de la publicité varie entre les États et parfois même au sein de ceux-ci. Aussi, le Family smoking prevention and tobacco control act (FSPTC) a donné autorité sur les produits du tabac à la Food and Drug Administration (FDA) en 2010. 
« Étant donné que la mise en œuvre de cette loi par la FDA a fait l’objet de critiques et que peu de recherches ont examiné son efficacité, l’effet réel du FSPTC sur la prévalence de l’usage de nicotine reste ambigu. (...) Ayant trouvé des preuves d’un possible effet de détournement en utilisant la modélisation des tendances contre-factuelles, de futures recherches devraient examiner d’autres facteurs de confusion au niveau de la population, tels que les réglementations », précisent les chercheurs.

mardi 25 février 2020

Analyse des données britanniques: le vapotage réduit les inégalités sociales de l'arrêt tabagique

«Nos résultats suggèrent que le vapotage peut aider les fumeurs défavorisés à arrêter de fumer. Cela pourrait avoir un impact important sur les inégalités de santé, car arrêter de fumer est très bénéfique pour la santé des gens», explique le Dr Michael Green, sur le site de l'Université de Glasgow. Avec deux de ses collègues de la faculté de santé publique, il a mené une analyse des données de plus de 35'000 adultes et 3'000 jeunes britanniques entre 2015 et 2017 de la Household Longitudinal Study (UK).

"Les fumeurs adultes plus aisés ont plus de chances d'arrêter de fumer, mais cette inégalité se réduit parmi ceux qui utilisent le vapotage", précise l'auteur référent. Selon l'étude publiée dans le BMC Public Health en accès libre, le ratio de chance d'être ex-fumeur présente un handicap de 18% pour les plus pauvres sans s'aider du vapotage, et se réduit à 12% avec le vapotage, au Royaume-Uni.

Les conditions sociales et les mesures politiques jouent un rôle évidemment dans ces inégalités. Par exemple, l'inégalité à l'arrêt tabagique entre groupes sociaux en Suisse atteint en 2011 un handicap de 66% pour les moins diplômés, selon les données du suivi Sapaldia. Les élites de santé suisses entravent de longues dates autant se peut la voie de la réduction des risques face au tabagisme.

Les plus pauvres ont moins de chances de réussir leur arrêt

Principale cause évitable de maladies, le tabagisme est un facteur majeur d'inégalités sociales de santé. Les groupes sociaux défavorisés sont à la fois proportionnellement plus nombreux à fumer et moins à réussir leur arrêt, malgré des tentatives aussi nombreuses que les plus aisés. Dans le contexte de l’accroissement brutal des inégalités sociales de santé, le rôle du vapotage pour aider les fumeurs défavorisés à arrêter de fumer est une question primordiale de santé publique. Elle n'a pourtant reçu que peu d'attention jusqu'ici. 

"Historiquement, les individus plus favorisés ont mieux réussi à arrêter de fumer que ceux qui sont plus défavorisés, mais cette inégalité s'est réduite ces dernières années [au Royaume-Uni], et les cigarettes électroniques ont été suggérées comme une explication possible de cette tendance", souligne l'étude. Les chercheurs écossais ont évalué le rapport entre vapotage et arrêt tabagique en fonction des niveaux socio-économiques (SEP) construits à partir de trois mesures: le niveau d'éducation, la situation professionnelle et le revenu net. 

Ils ont distingué trois cas de recherche. Le lien entre vapotage et niveau socio-économique ainsi que le tabagisme chez les adolescents ; la relation entre le niveau socio-économique et le vapotage des adultes; et la relation entre l'arrêt tabagique avec le vapotage et le niveau socio-économique des ex-fumeurs. Pour évaluer l'impact du vapotage sur les inégalités sociales de santé liées au tabagisme dans le contexte britannique, les auteurs ont voulu évaluer son impact sur les fumeurs et l'arrêt tabagique, mais aussi sur les non-fumeurs, notamment les jeunes adolescents, et une éventuelle initiation à sa consommation. 

Chez les jeunes ados, une expérimentation du vapotage rare

Dans le groupe des adolescents de 10 à 15 ans, 7,5% déclarent avoir fumé et 3,4% avoir vapoté au moins une fois dans leur vie, "bien que cela puisse inclure aussi bien du vapotage régulier que peu fréquent" ou même un simple essai. Parmi ceux qui avaient vapoté, 62,5% avaient déjà fumé. "Nos résultats concordent avec les rapports sur la faible prévalence de vapotage chez les jeunes, en particulier chez les jeunes qui n'ont jamais fumé", précise l'étude. L'absence de question de l'enquête initiale sur la fréquence d'usage et la présence ou non de nicotine me semblent limiter l'analyse de ces chiffres.

Cependant, la dispersion socio-économique des utilisateurs indique clairement que les jeunes les plus défavorisés sont proportionnellement plus à avoir au moins essayé de vapoter: 5,5% des jeunes dont les parents sont dans le quartile le moins favorisés contre 1,9% des adolescents du milieu le plus aisé. «Les inégalités de vapotage chez les jeunes qui n'ont jamais fumé sont à surveiller, mais il y a de bonnes raisons de ne pas s'alarmer. Le vapotage régulier [au moins une fois par semaine] chez les jeunes au Royaume-Uni est très rare, donc tout impact serait limité. En outre, certains des adolescents utilisant des cigarettes électroniques peuvent les essayer à la place des cigarettes traditionnelles, qui seraient probablement beaucoup plus nocives pour eux», commente le Dr Michael Green sur le site de l'Université de Glasgow.

Le vapotage réduit les inégalités de chance d'arrêter de fumer entre classes

Chez les adultes, les résultats montrent que "le désavantage socio-économique augmente la probabilité de vapotage chez les ex-fumeurs, alors qu'il y avait peu ou pas d'effet du niveau socio-économique pour le vapotage des fumeurs actuels et des personnes n'ayant jamais fumé". Les chercheurs ont calculé un indice de l'effet direct du niveau socio-économique sur les chances d'avoir réussi à arrêter de fumer. 
Chez les ex-fumeurs qui ne vapotent pas, être d'un groupe socio-économique plus favorisé offre 18% de plus de chances d'avoir réussi à arrêter. Tandis que parmi les ex-fumeurs utilisant le vapotage, cet écart se réduit à 12%. "Nous constatons des inégalités plus faibles dans le sevrage tabagique chez les ex-fumeurs qui vapotent, ce qui pourrait avoir un effet conduisant à un rétrécissement des inégalités de santé", soulignent les chercheurs en conclusion. 

Un enjeu stratégique à explorer 

Des études explorant dans la durée les évolutions des personnes entre tabagisme, vapotage et cessation pourront mieux documenter la problématique. "Cela sera possible avec les futures vagues de l'étude. La clarification des inégalités dans les transitions entre des états particuliers de tabagisme et de vapotage sera un enjeu important pour de telles recherches longitudinales"

Ceci alors que "la compréhension des impacts du vapotage sur les inégalités socio-économiques liées au tabagisme est particulièrement importante étant donné que peu d'interventions de lutte contre le tabagisme au niveau de la population (à l'exception de la fiscalité) ont eu du succès à cet égard".





mercredi 12 février 2020

Fraude sur la vape et les crises cardiaques: la revue JAHA fait la sourde oreille à une nouvelle plainte de 16 experts anti-tabac

Dans deux lettres fin janvier, seize nouveaux experts anti-tabac* s'inquiètent de la fraude sur le vapotage et les crises cardiaques publiée en juin dans le Journal of the American Heart Association (JAHA). L'étude signée Stanton Glantz et Dharma Bhatta, de l'Université de San Francisco (UCSF), a fait grand bruit dans les médias à l'époque. Le vapotage serait cause de crises cardiaques. Pourtant rapidement, des chercheurs nourrissent des doutes sur les conclusions de l'analyse statistique. 

Le Pr Brad Rodu et Nantaporn Plurphanswat, de l'Université de Louisville, obtiennent les données brutes fédérales ayant servi à l'étude et s'aperçoivent, selon USA Today du 19 juillet, qu'une "large part des 38 patients de l'étude ayant subi une crise cardiaque l'ont eu avant de commencer de vapoter". Les deux chercheurs écrivent à la revue, le 11 juillet puis le 18 juillet, pour demander la rétraction de l'article aux conclusions infondées. En réaction, JAHA joue l'obstruction.

Pression pour étouffer l'affaire

Le 3 octobre,  le Consortium interuniversitaire pour la recherche politique et sociale (ICPSR) fait pression au prétexte de la protection des données personnelles sur le Dr Brad Rodu et Nantaporn Plurphanswat pour qu'ils ne divulguent pas publiquement leur contre-analyse. Plus de trois mois après les deux lettres de Brad Rodu et Nantaporn Plurphanswat, la revue JAHA leur répond enfin le 30 octobre d'une formule ampoulée selon laquelle elle va enquêter. "La réponse du Journal de l'American Heart Association n'offre rien de plus qu'une obfuscation bureaucratique", réagit Clive Bates, spécialiste du domaine de la réduction des risques, dans le fil de commentaires PubPeer à l'article de Glantz et Bhatta.

Le Pr Andrew Gelman confirme l'erreur fondamentale de l'étude

En novembre, le Pr Andrew Gelman, spécialiste de statistique renommé et directeur de l'Applied Statistics Center de l'Université Columbia, effectue sa propre analyse des données. "Bhatta et Glantz font des allégations causales basées sur la corrélation entre les problèmes cardiaques et l'utilisation de vapotage, il semble donc approprié d'exclure de leur analyse les personnes qui n'ont commencé à vapoter qu'après leurs attaques cardiaques", explique le spécialiste dans un billet sur son blog.

"Même s'ils l'avaient fait", poursuit-il, "je peux anticiper des problèmes sur les résultats - la confusion avec le tabagisme est le gorille de 800 livres dans la pièce, et toute tentative d'ajustement sur ce facteur de confusion dépendra nécessairement fortement du modèle utilisé pour cet ajustement... mais retirer ces 11 personnes [qui ont eu l'attaque cardiaque avant de vapoter] de l'analyse, cela semble être un minimum", souligne le Pr Andrew Gelman. Cependant, la revue JAHA ne donne toujours pas signe de vie.

Seize experts rentrent dans la bataille

Le 20 janvier, 16 experts* de renommée mondiale de la lutte anti-tabac se décident à demander des clarifications à la revue JAHA, exprimant leur "inquiétude concernant les défauts fondamentaux" du papier signé par Stanton Glantz et Bhatta. Notamment deux lacunes majeures mettent à mal le prétendu lien de causalité entre vapotage et risque de crises cardiaques. En premier lieu, les experts relèvent que "bon nombre des crises cardiaques comptabilisées dans l'analyse se sont produites avant l'adoption du vapotage [par les personnes victimes de crises] et leur exclusion de l'analyse annule la conclusion et la prémisse globale de la publication"

Par ailleurs, les experts académiques soulignent que "les auteurs étaient au courant des données de l'enquête utilisée qui auraient pu corriger cette erreur", à savoir les dates des crises cardiaques et de l'entrée en consommation de vapotage. Les 16 experts soulignent que "la revue n'a jusqu'à présent pas fourni de réponse substantielle à ces préoccupations", déjà mises en lumière par l'analyse de Brad Rodu. Mais, une fois de plus, la revue JAHA envoie une réponse creuse le 23 janvier. 

Seconde charge contre le JAHA

Le 29 janvier, les 16 pointures reviennent à la charge précisant trois problèmes majeurs. "(1) Des défaillances critiques dans le document publié lui-même ; (2) le comportement des auteurs qui n'ont pas ajusté leur analyse en fonction des données qu'ils savaient exister et qui aurait résolu les problèmes liés à leur analyse, mais ce faisant, auraient remis en cause leur conclusion initiale ; (3) la procédure suivie par le journal à la lumière de la plainte du donneur d'alerte déposée par le Dr Brad Rodu en juillet 2019 et à présent suivie par nous".

Les chercheurs vont plus loin en demandant à la revue ce qu'elle compte faire sur deux points précis. "Question 1. Il est clair que les résultats ne sont pas fiables. La revue accepte-t-elle que les résultats ne sont pas fiables et que propose la revue à propos de l'article publié? Question 2 . Pouvez-vous confirmer s'il y a ou a eu une enquête sur cette plainte, décrire son état actuel et indiquer le résultat de l'enquête, le cas échéant?"

Une rétraction seulement après avoir obtenu des mesures anti-vape?

À cette heure, le JAHA n'a pas répondu à la dernière demande des chercheurs. La controverse est accessible au public dans les commentaires de la publication du résumé de l'étude sur PubPeer, le réseau regroupant les publications scientifiques. Cette semaine dans la revue Reason, Jacom Sullum se demande "à la lumière de ce "problème de données", où est "l'évaluation objective et approfondie"  promise par la revue JAHA ?" 

Huit mois après le début de la controverse, tout laisse à penser que l'Association of Heart American joue la montre. Alors que, par exemple, Ranti Fayokun a encore présenté les résultats de Glantz et Bhatta sur les risques de crises cardiaques et d'AVC liés au vapotage comme des vérités établies devant les délégués du Conseil exécutif de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à sa 146e session la semaine dernière à Genève.

[add 18-02-2020] La revue JAHA vient de rétracter la publication. Explications dans ce nouveau billet [/add]

* Les 16 signataires sont:
Pr David B. Abrams, New York University
Pr Kenneth Michael Cummings, Medical University of South Carolina
Pr George Davey Smith, University of Bristol
Dr Konstantinos Farsalinos, Onassis Cardiac Surgery Centre
Pr Jonathan Foulds, Penn State University
Pr Abigail Friedman, Yale School of Public Health
Pr Thomas Glynn, Stanford University
Pr Peter Hajek, Queen Mary University of London
Pr Martin Jarvis, professeur émérite de l'University College of London
Pr Robert Kaestner, Université de Chicago
Pr Ann McNeill, King's College of London
Pr Marcus Munafò, University of Bristol
Pr Raymond Niaura, New York University
David Sweanor, University of Ottawa
Pr David Timberlake, University of California, Irvine
Pr Kenneth Warner, University of Michigan

samedi 16 novembre 2019

Etude: Une nette amélioration cardiovasculaire pour les fumeurs qui passent au vapotage dés le premier mois

"La fonction vasculaire s'est nettement améliorée moins d'un mois après être passée de la cigarette de tabac fumée au vapotage", souligne le Pr Jacob George, de l'Université de Dundee, qui a dirigé la recherche nommée VESUVIUS - pour Vascular Effects of Regular Cigarettes Versus Electronic Cigarette Use. Publiée hier dans le Journal de l'American College of Cardiology, c'est la plus grande étude sur les effets cardiovasculaires pour les fumeurs qui passent au vapotage effectuée à ce jour. 

L'équipe de l'Université de Dundee (Ecosse) a mesuré plusieurs indicateurs cardio-vasculaires clefs de 114 fumeurs - d'au moins 15 cigarettes par jour depuis au moins deux ans - durant un mois. Les deux groupes qui sont passés au vapotage, l'un avec des liquides nicotinés à 16 mg/ml (37 personnes), l'autre sans nicotine (37 personnes), ont vu la mesure de la capacité de dilatation des vaisseaux (flow mediated dilation - FMD), ou fonction vasculaire (ou endothéliale), significativement s'améliorer après un mois. Le troisième groupe témoin (40 personnes) qui a continué de fumer n'a sans surprise pas évolué.

Près de 20% de risques d'accidents cardio-vasculaires en moins après un mois

"Pour mettre en contexte, chaque point d'amélioration de la fonction vasculaire entraîne une réduction de 13% du taux d'événements cardiovasculaires tels que les crises cardiaques [selon une étude précédente]. Chez ceux passés de la cigarette de tabac fumée au vapotage, nous avons constaté une amélioration moyenne de 1,5 points en un mois seulement. Cela représente une amélioration significative de la santé vasculaire", précise le Pr Jacob George, dont l'étude a été financée par la British Heart Foundation.

Les résultats n'ont pas montré de différence notable entre le groupe de vapoteurs avec (1,44 points d'amélioration) et celui sans nicotine (1,52 points d'amélioration). Par contre, parmi les vapoteurs, ceux qui se sont le plus tenus à un usage exclusif du vapotage, mesuré par le taux de monoxyde de carbone (CO) expiré, "ont le plus bénéficié en termes d'amélioration de la fonction endothéliale", caftent les chercheurs dans leur papier.

Un non-fumeur en bonne santé peut s'attendre à un score FMD de 7,7%, explique le site New Scientist"Les fumeurs chroniques qui sont passés au vapotage avec nicotine ont vu leur FMD augmenter d'environ un cinquième, passant de 5,5% à 6,7% à la fin du mois. Cela signifie qu'en l'espace d'un mois, les nouveaux vapoteurs étaient à mi-chemin du niveau FMD d'un non-fumeur en bonne santé".

Des effets positifs plus nets chez les femmes et les fumeurs moins anciens

Le nombre d'années de tabagisme a un impact sur la régression des méfaits après l'arrêt avec le vapotage. Ceux ayant fumé durant moins de 20 ans ont eu une amélioration plus nette, avec des baisses de la rigidité vasculaire et du rythme cardiaque au repos, que les plus anciens fumeurs. "Cela suggère que la tendance à une baisse de la pression artérielle dans les groupes de vapoteurs pourrait être importante. Des études à plus long terme sont nécessaires pour déterminer s’il existe une réduction statistiquement et cliniquement significative de la pression artérielle lors du passage de la cigarette de tabac au vapotage en raison de l’amélioration de la rigidité vasculaire", précise l'étude.

"Les femmes aussi ont bénéficié significativement plus que les hommes d'opter pour le vapotage, et nous en cherchons toujours les raisons", ajoute le Pr Jacob George. Les auteurs insistent que leur étude montre une amélioration rapide de la fonction vasculaire pour les fumeurs chroniques passant au vapotage et "suggère donc que d'un point de vue vasculaire, le vapotage pourrait être une alternative moins nocive à la cigarette de tabac. Mais il n'y a aucune justification ni preuve dans nos travaux pour affirmer que le vapotage est sûr en soi et, par conséquent, les non-fumeurs ne devraient jamais les considérer comme des dispositifs inoffensifs à essayer".

Interview (2 mn) du Pr Jacob George qui a dirigé l'étude:

Une étude majeure

Le Pr Jeremy Pearson, directeur médical de la British Heart Foundation qui a commandité l'étude, rappelle que le tabagisme est un des risques majeurs cardiovasculaires. "Cette étude suggère que le vapotage peut être moins nocif pour les vaisseaux sanguins que de fumer des cigarettes. Un mois à peine après avoir abandonné le tabac pour les cigarettes électroniques, la santé des vaisseaux sanguins des gens avait commencé à se rétablir", note t-il à Eurekalert. 

"Enfin, voici une étude randomisée chez l'homme qui fournit des données pertinentes sur le sujet. Les fumeurs qui passent au vapotage bénéficient d'avantages cardiovasculaires importants - ou, pour être plus précis, évitent les risques cardiovasculaires du tabagisme. Fait important, les avantages sont les mêmes pour le vapotage avec ou sans nicotine", souligne le Pr Peter Hajek, de l'Université Queen Mary de Londres, sur le Science Media Center

"Bien que nous ayons récemment entendu beaucoup d'histoires sur la manière dont les cigarettes électroniques et la nicotine pourraient aggraver la santé cardiaque, ces études s'étaient concentrées sur des données à très court terme et nombre d'entre elles ne sont pas réalisées chez l'homme. Cette étude devrait rassurer, car elle a étudié plus de personnes et les a suivies plus longtemps que nombre d'études récemment publiées", appuie la Dre Jamie Hartmann-Boyce, de l'Université d'Oxford et rédactrice en chef du groupe tabac de l'institut Cochrane.

[add 12h] Le Pr Konstantinos Farsalinos, cardiologue au Centre Onassis d'Athènes, souligne sur son blog hier soir que "des améliorations de la fonction vasculaire ont été observées même chez ceux qui n'avaient pas complètement arrêté de fumer mais avaient considérablement réduit leur consommation de tabac. Il s'agit d'un autre élément d'information important, en particulier pour ceux qui insistent sur le fait que le double usage (qui inclut les vapoteurs qui fument encore une cigarette par jour ou pas tous les jours) n'a aucun avantage ou peut être associée à un risque plus élevé que de fumer uniquement".

A l'opposé, la Dr Rose Marie Robertson, responsable scientifique de l’American Heart Association (AHA), a déclaré à Fox News que "l'étude est bien faite, mais ses conclusions comportent d'importantes mises en garde. Par exemple, un certain nombre de facteurs sont restés inchangés chez les fumeurs qui ont changé de mode, notamment les marqueurs de l'inflammation et la réactivité plaquettaire". L'American Heart Association vient de lancer une grande campagne publicitaire contre l'arrêt tabagique à l'aide du vapotage aux Etats-Unis, intitulée "Big Vape #QuitLying". L'organisation financée par le lobby pharmaceutique accuse notamment les vapoteurs de mentir lorsqu'ils disent avoir arrêté de fumer. [/]

Dans le Guardian, Deborah Arnott, directrice de l'Action on Smoking and Health (ASH), insiste que "les vapoteurs ne devraient pas être poussés par la peur à reprendre le tabac, cela leur coûterait la vie". Malgré l'importance de cette étude et du sujet en terme de santé publique, nous n'avons pas vu pour le moment de couverture à son propos dans la presse francophone...

Le Pr Konstantinos Farsalinos, du centre Onassis d'Athènes, a présenté vendredi (en 15 mn) l'état des connaissances - sans les résultats de cette dernière étude - sur la question des risques cardiovasculaires du vapotage au 7ème Ecig Summit à la Royal Society de Londres (en anglais avec la pointe d'accent grec):


Cliquez pour recevoir Vapolitique par email

Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

Printfriendly

 
Real Time Analytics