Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)
Affichage des articles dont le libellé est Allemagne. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Allemagne. Afficher tous les articles

jeudi 2 août 2018

Philip Morris renonce à son usine Iqos de Dresde: symptôme d'une erreur de stratégie ?

Philip Morris a confirmé l'information dénichée par Sächsische Zeitung (SZ). Il renonce, au moins pour le moment, à son projet de nouvelle usine à Dresde. L'inauguration était prévue au premier semestre 2019 à deux pas de l'aéroport. Elle devait produire 30 milliards de cigarettes pour Iqos par an avec 500 employés sur 80'000 m². L'investissement à terme devait être de 275 million €. Dirk Hilbert, maire de Dresde, a même inauguré en juin une nouvelle station électrique d'un coût de 11 millions € spécialement pour alimenter la zone industrielle de la future usine. Laconique, Iris Brand, porte-parole du cigarettier, indique que le groupe doit évaluer ses centres de production existants, à la radio locale MDR Sachsen. Des usines de cigarettes Iqos fonctionnent déjà notamment en Suisse, Grèce, Roumanie et en Italie, où sa capacité de production est le triple de celle envisagée à Dresde, précise le journal de Saxe SZ.

0,1% du marché allemand

En réaction, Reemtsma, la filiale allemande d'Imperial Tobacco, a ironisé sur l'explication "lapidaire" de Philip Morris. De son coté, Jan Mücke, directeur de l'association allemande des cigarettiers (DZV), dont Philip Morris ne fait plus partie depuis plus de dix ans, souligne "le succès assez limité" de l'Iqos. Dans son rapport 'New World of Tobacco – JUUL Starting to Disrupt U.S. Cigarette Industry' en avril dernier, Citigroup signale qu'en Allemagne "iQos atteint seulement 10 basics points (bps) [soit 0,1%] du marché national au quatrième trimestre 2017". En se limitant aux grandes villes allemandes, l'Iqos atteint 80 bps, soit 0,8%, du marché. Très faible en regard des campagnes de publicité du cigarettier vaudois et l'ouverture d'Iqos Stores en Allemagne. 

Erreur de stratégie ?

Il y a une année, Stacey Kennedy, directeur de Philip Morris Allemagne, annonçait la nouvelle usine de Dresde comme "un jalon important sur la voie d'un avenir sans fumée". Aujourd'hui, la bourse américaine a perdue confiance dans les valeurs cigarettières devant le succès du vapotage, et l'abandon de la nouvelle unité de production du cigarettier vaudois soumet à la question sa stratégie. Doute sur son choix de privilégier un produit phare de tabac chauffé, à contre-courant de l'engouement pour le vapotage et sa diversité. Depuis son lancement en 2015, l'Iqos n'a percé qu'au Japon, pays qui interdit la vente de vapotage nicotiné.

Doute aussi sur la conception médiocre du point de vue de la réduction des risques de l'Iqos avec une température trop élevée pour éviter toute combustion. Alors que la combustion de la cellulose s'initie à partir de 236°C, l'Iqos monte à près de 350°C, engendrant une pyrolyse qui produit tous les toxiques d'une cigarette conventionnelle. Cependant, les carbonylés et les composés organiques volatiles (COV) sont réduits d'au moins 80% par rapport à une cigarette fumée standard, selon les premiers résultats des études de l'Institut fédéral allemand sur les risques (BfR).

Batailles cigarettières

La nouvelle de l'ajournement de l'usine de Dresde tombe dans un contexte de vive bataille entre cigarettiers en Allemagne. Les ventes sont passées de 145 milliards de cigarettes en 2002 à près de 76 milliards en 2017. Philip Morris reste leader avec 37% du marché devant Reemtsma qui détient 24% du marché, BAT 19% et Japan Tobacco 6%. Ce dernier fait une campagne de publicité pour dénigrer les nouveaux produits électriques sous la bannière de sa marque de cigarettes American Spirit. Cette campagne tente aussi de freiner l'essor du vapotage, dont le marché est passé entre 2010 et 2016 de 5 millions à plus de 375 millions €, selon les données de la VDEH association professionnelle du vapotage. 

Poor lonesome cowboy ?

Dans ce contexte de restructuration, l'idée de créer une nouvelle organisation faîtière visant à regrouper tous les cigarettiers, y compris Philip Morris, mais aussi des producteurs de vapotage indépendants fait son chemin, nous apprend eGarage, site allemand spécialisé sur le vapotage et la réduction des risques. "Les fabricants de vapotage qui ne proviennent pas de l'industrie du tabac sont aussi très sollicités", précise le site bien informé. 

Bien que cowboy solitaire en Allemagne et malmené par la bourse américaine, Philip Morris reste une multinationale encore prospère. Ses comptes trimestriels, publiés le 19 juillet, affichent 7,72 milliards $ de revenus nets et 3,1 milliards $ de bénéfices nets sur le second trimestre 2018, une progression de l'ordre de 12 à 13% par rapport à la même période en 2017. 


dimanche 10 juin 2018

[Bref] Deux experts allemands décortiquent les raisons de la haine des lobbyistes contre le vapotage dans Zeit

"Qu'est-ce que les lobbyistes ont contre le vapotage?". Heino Stöver, directeur de l'Institut de recherche sur les addictions de l'Université de Frankfort, et Dietmar Jazbinsek, journaliste spécialisé sur l'influence des lobbys dans la santé publique, ont écrit un article à quatre mains pour Die Zeit le 31 mai. Ils y décortiquent les raisons des deux grands lobbys manœuvrant en coulisse autour du vapotage dans l'hebdomadaire allemand. Cet article, placé dans sa série "Global drug survey" liée à l'enquête mondiale sur les usages de substances psychoactives, commence par pointer le problème. De 28,8% de fumeurs en 2013, l'Allemagne a réduit à 28,3% la part de fumeurs dans sa population en 2018. Une baisse insignifiante de 0,5% en cinq ans. "Le nombre de fumeurs de cigarettes a très peu changé, mais leur composition sociale a fortement évolué. Alors que la grande majorité des enseignants du secondaire ont arrêté de fumer, huit déménageurs sur dix se grillent une cigarette à la pause. Les chômeurs à faible revenu et de longue durée restent de fidèles clients de l'industrie du tabac jusqu'à la mort", soulignent les deux chercheurs en sciences sociales.

Le tournant du vapotage

Dans l'économie mondiale du tabagisme, "l'Allemagne est l'un des plus grands exportateurs de cigarettes au monde et gagne beaucoup dans la mondialisation de la mortalité par cancer", notent les auteurs, comme on pourrait le faire aussi pour la Suisse. Fumer provoque chaque année près de six millions de morts prématurés selon une estimation de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS)"Ce n'est que dans ce contexte qu'il devient compréhensible à quel point 2003 marque un tournant", ciblent Heino Stöver et Dietmar Jazbinsek pour présenter le dépôt cette année-là du brevet d'une e-cigarette par Hon Lik, un pharmacien chinois. 

"Il est vite devenu évident que la nouvelle variante de consommation de nicotine pouvait devenir l'innovation chinoise la plus conséquente depuis l'invention de la porcelaine. Par l'échange d'expériences des utilisateurs, la scène du vapotage au niveau mondial a émergé, combinant les caractéristiques d'une communauté en ligne, d'une sous-culture et d'un groupe social. En bref, un mouvement de base", esquissent les auteurs.

Plus la vape progresse, plus l'hostilité devient féroce

L'implication des usagers a rapidement permis de développer des appareils plus efficaces et agréables. "Aucun expert sérieux, aucun chercheur du domaine de la lutte antitabac, ne nie que la vaporisation ait un risque sanitaire beaucoup plus faible que de fumer des cigarettes ordinaires. Cependant, de nombreux débats persistent sur la façon d'évaluer le risque résiduel du vapotage. Au fur et à mesure que le débat progresse, il devient évident que plus la technologie devient mature, plus l'hostilité à son encontre devient féroce", constatent les experts. 

Le tabac et la pharma lui ont fait la guerre, selon lui
A défaut de problèmes sanitaires réels à montrer, certains accusent la vape d'être le cheval de Troyes de l'industrie du tabac. Effectivement, les cigarettiers avaient des prototypes d'inhalateurs dans leur tiroirs depuis longtemps. Mais ils ne les avaient pas sortis pour ne pas dévaloriser et mettre en péril leur cœur de métier, les cigarettes de tabac. En français, le rideau de fumée de Gérard Dubois racontait en 2003 certains projets enterrés par les cigarettiers.

Les manœuvres cigarettières

"Ce n'est que lorsqu'il est devenu évident que les start-up de la scène de la vape devenaient une concurrence sérieuse que de grandes entreprises se sont mises sur le marché", rappellent les deux auteurs. Achat du brevet de Hon Lik par Imperial Tobacco en 2013 puis tentatives d'interdire des produits en faisant jouer les brevets par sa filiale Reemtsma en sont des épisodes. Philip Morris de son côté s'est tourné vers le tabac chauffé. Une récente étude de l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques estime que la teneur en toxiques de la fumée des cigarettes chauffées Iqos est au moins 80% moindre par rapport aux cigarettes conventionnelles. "Si cela s'avère être un coûteux flop, ce ne sera pas nécessairement mauvais pour Philip Morris, car les clients frustrés d'Iqos retournent aux Marlboro. Les dirigeants du leader du marché mondial sont fiers de la fable d'un «avenir sans fumée». À la fin, bien sûr, c'est la marge bénéficiaire d'aujourd'hui qui compte"

"Les compagnies pharmaceutiques n'aiment pas le sevrage tabagique électronique"

Plus discrètes que les coups à plusieurs bandes des cigarettiers, les manœuvres du lobby de la Pharma n'en sont pas moins intenses et puissantes. "Les compagnies pharmaceutiques n'aiment pas le sevrage tabagique électronique", titre le second volet de l'article. Concurrence aux substituts nicotiniques et au Champix, le vapotage ennuie des géants comme Glaxo Smith and Kline (GSK) et Pfizer. "Ces entreprises assoient leur lobbying avec leurs leaders d'opinion médicaux, dont elles subventionnent les recherches, des postes de consultant, les frais de cours et d'autres avantages", rappellent, en évidence généralement passée sous silence sur le sujet, les deux spécialistes.

Exemple de cette influence contre la santé publique, une déclaration signée de 50 sociétés médicales et organismes de santé allemands en mai 2015 annonçant que le vapotage a un "plus grand potentiel de dommages que de bénéfices parce qu'il met en péril les réalisations de la lutte anti-tabac". "Nous ne savons pas de quels succès dont ils parlent", rétorquent Heino Stöver et Dietmar Jazbinsek. Avant dernière au classement européen des mesures de lutte anti-tabac, l'Allemagne n'a pas interdit la publicité pour les cigarettes, ni le tabagisme dans les bars de manière stricte et les taxes sur le tabac n'ont évolué "qu'à doses homéopathiques" depuis 15 ans, rappellent-ils. Au-delà des mesures, le taux de fumeurs stagne. Les auteurs se demandent si la diabolisation délirante du vapotage n'est pas une manière de refouler l'échec allemand en matière de prévention sur le tabagisme.

La vape cannibalise les cigarettes

A l'opposé de la peur allemande, le pragmatisme britannique obtient des résultats par la réduction des risques avec le vapotage. "La politique de prévention britannique diffère de l'allemande à deux égards: d'une part, la réglementation des cigarettes est beaucoup plus stricte que la nôtre; d'autre part, les experts et les autorités britanniques de la santé se fient au vapotage depuis plusieurs années pour réduire la prévalence du tabagisme", résument les auteurs, avant de préciser que "le nombre d'arrêts du tabac réussis a augmenté de manière significative grâce au vapotage. La proportion de consommateurs de tabac dans la population britannique totale est passé de 27% en 2001 à 15,8% en 2016, selon l'Office for National Statistics (ONS)".

Aux Etats-Unis, le vapotage met en danger les grands cigarettiers, tandis qu'au Japon, le tabac chauffé a pris un sixième du marché des cigarettes. En Allemagne, "dans Tabak-Zeitung, le journal de l'industrie cigarettière allemande, du 18 mai, un directeur d'Imperial Brands avertit: les ventes de cigarettes traditionnelles s'écroulent". Les auteurs concluent: "Une politique de santé intelligente devrait soutenir et accélérer cette cannibalisation des ventes de cigarettes grâce à des alternatives à faible risque"


samedi 26 mai 2018

[Bref] La Dr Ute Mons du DKFZ reconnait la réduction des risques du vapotage dans le Spiegel

"Le vapotage chauffe un liquide contenant généralement de la nicotine, et l'aérosol qui en résulte ne contient pratiquement aucune substance cancérigène lorsqu'il est utilisé correctement". Les déclarations de la Dr Ute Mons, directrice du Centre allemand de recherche sur le cancer (DKFZ), dans le Spiegel soulignent la réduction des dommages du vapotage par rapport au tabagisme. Des propos qui contrastent nettement avec l'alarmisme scabreux de sa prédécesseure Martina Pötschke-Langer à la tête du DKFZ jusqu'en 2016. E-Garage, le site allemand spécialiste de la réduction des risques avec le vapotage, souligne la nette évolution entre les deux responsables de l'influent institut. Au refus de distinguer les produits succède une reconnaissance du continuum des risques par la Dr Ute Mons. "Même si toutes les questions ne sont pas résolues: les experts estiment que le vapotage est probablement beaucoup moins nocif que les cigarettes conventionnelles - et probablement moins nocif que le tabac chauffé", explique t-elle au Spiegel.

Elle n'embrasse pour autant pas totalement une stratégie de report modal pour la consommation de nicotine vers les outils à dommages minimisés. Dans la revue Tobacco Control, le Pr David Levy a évalué que l'essor du vapotage pourrait sauver entre 21 millions et 87 millions d'années de vie aux Etats-Unis dans la décennie à venir. "Dans la discussion, cependant, le but principal réel est souvent perdu de vue. Il reste encore beaucoup à faire pour motiver les fumeurs à cesser de fumer", répond la Dr Ute Mons, insistant implicitement pour maintenir des mesures contre le tabagisme. Elle tient à distinguer le vapotage des cigarettes chauffées. "Le vapotage et le tabac chauffé ne doivent pas être amalgamés", souligne t-elle.

L'essor du vapotage comme moyen d'arrêt des cigarettes dans l'UE

En mars dernier, la Dr Ute Mons a cosigné une étude, publiée dans Tobacco Control, sur les moyens utilisés pour arrêter de fumer dans l'Union Européenne (UE). En moyenne, le recours au vapotage est passé de 3,7% en 2012 à 9,7% des tentatives d'arrêt en 2017 chez les résidents des 28 pays de l'UE. L'essor du vapotage, très disparate entre les 28 pays, interpèle les chercheurs. Difficile de ne pas constater les résultats impressionnants des britanniques où le tabagisme à chuté de 20% de la population à 15,5% depuis 2011 sous l'impact de la vape.



samedi 12 mai 2018

Etude DEBRA: la vape reste le moyen d'arrêt tabagique le plus utilisé en Allemagne malgré la TPD

Près d'une tentative d'arrêt tabagique sur dix se fait à l'aide de la vape en Allemagne. Hors les tentatives sans aucune aide (58,7%), le vapotage est le moyen le plus employé par les fumeurs allemands pour se sortir du tabagisme devant les substituts nicotiniques (6%). C'est un des résultats du suivi DEBRA, institué depuis 2016 en suivant l'exemple anglais, publiés par Deutscher Aerzteblatt, la revue médicale allemande. L'étude menée par le Pr Daniel Kotz, de l'Université de Dusseldorf, s'appuie sur six sondages entre juin 2016 et mai 2017 totalisant plus de 12'200 répondants âgés d'au moins 14 ans. 

Plus de 28% de fumeurs, moins de 2% de vapoteurs

Ce monitorage évalue la prévalence tabagique à 28,3% chez les plus de 14 ans, avec une consommation moyenne de 14 cigarettes par jour. Les fumeurs sont 32% des hommes et 25% des femmes, tandis que 11,9% des 14-18 ans fument. Les plus défavorisés socialement sont plus nombreux à consommer des cigarettes. "Le diplôme et le revenu net des ménages montrent tous deux une relation linéaire: plus le certificat de fin d'études et le revenu sont bas, plus la proportion relative de personnes qui fument est élevée", expliquent les chercheurs. 
Caractéristiques sociologiques vapoteurs, ex-vapoteurs et jamais vapoteurs

Concernant la vapote, 1,9% de la population l'utilise actuellement, 2,6% des hommes et 1,3% des femmes. Parmi les vapoteurs actuels, 14% déclarent être ex-fumeurs. Tandis que 15,2% de ceux qui ont utilisé puis cessé la vapote avaient aussi arrêté de fumer. "La consommation parmi les personnes n'ayant jamais fumé de tabac est très faible (0,3%)", précise l'étude. Près d'un dixième de la population adulte a essayé de vapoter dans l'année ainsi que 14,6% des 14-18 ans, mais seuls 2,9% des 14-18 ans l'utilisaient encore au moment du questionnaire.

Un effet TPD en faveur du tabagisme ?

La prévalence du vapotage a augmenté de façon continue lors des cinq premières vagues du suivi (tous les 2 mois de 0,2% à 0,5%). Mais entre février 2017 et la sixième vague en mai, ce taux a chuté de 2,6% à 1,9%. "En mai 2017, la nouvelle directive de l'UE sur les produits du tabac (TPD) est entrée en vigueur après une période de transition d'un an, pour réglementer entre autres le vapotage plus fortement. Il y a peut-être un lien ici: la nouvelle législation a peut-être réduit le nombre de fumeurs de cigarettes consommant des produits de vape et, par conséquent, moins de gens ont cessé de fumer", soulignent les auteurs.
DEBRA juin 2016-mai 2017

Plaisir et arrêt du tabac


72% des vapoteurs allemands utilisent des liquides nicotinés, à une concentration moyenne de 6,5 mg/ml et en consommant en moyenne 3 ml par jour. Les 28% restant vapotent sans nicotine. Les différentes raisons invoquées par les utilisateurs de vape sont le plaisir (31,8%), en particulier celui lié aux saveurs (35,9%), le moindre coût que les cigarettes (31,9%), l'impact positif pour leur santé (31,4%), la moindre gêne pour leur entourage que les cigarettes (29,7%), ainsi que la réduction (33,5%) ou l'arrêt total du tabagisme (27,5%).

La vape aide autogérée pour l'arrêt tabagique

Concernant les arrêt tabagiques, 28,1% des fumeurs déclarent avoir tenté au moins une fois d'arrêter dans l'année écoulée. Le moyen le plus utilisé par ceux qui ont utilisé une aide est donc le vapotage dans 9,1% des cas, dont environ la moitié déclare l'utiliser sans nicotine. En comparaison, plus de 35% des tentatives d'arrêter de fumer se font à l'aide du vapotage en Angleterre, et seulement environ 5% en Suisse

En Allemagne, selon le suivi DEBRA, seules 12,5% des tentatives se sont faites avec au moins une des aides recommandées officiellement par les autorités sanitaires, telles que les substituts nicotiniques, les médicaments, les consultations médicales ou les thérapies cognitivo-comportementales. Les auteurs promettent de mener des études plus poussées sur l'efficacité du vapotage pour arrêter de fumer lors de prochaines enquête du programme DEBRA.

Autres tableaux :


mercredi 9 mai 2018

[Ploomfff] Campagne de pub anti-vape de Japan Tobacco en Allemagne

"Pas besoin de batterie". La marque de cigarettes American Spirit, appartenant à Japan Tobacco (JTI), cible les vapoteurs dans sa nouvelle campagne de publicité en Allemagne. La cigarette profilée pseudo bio-écolo s'attaque à son concurrent sans monoxyde carbone ni goudrons. La pub ne précise pas les milliers de toxiques inclus dans la fumée de la cigarette promue. Mais on peut imaginer la "défacer" pour préciser le message et rendre la publicité plus responsable...

En Allemagne, le vapotage offre une alternative à dommage réduit qui a convaincu 3,7 millions de fumeurs, selon l'étude fin 2017 de la Verband des eZigaretten-Handels (Vd-eH), l'association indépendante des professionnels de la vape. Selon son estimation, le marché s'est étendu de 40% pour la seule année 2017 et atteint environ 600 millions €. En sens inverse, l'Institut Nielsen a mesuré une baisse des ventes de produits de tabac de 3% entre septembre 2016 et septembre 2017, passant sous la barre des 20 milliards € de vente annuelle. Le même institut a noté que les ventes de produits de vapotage dans le circuit des détaillants non spécialisés (kiosques, stations-services, épiceries...) a doublé en une année pour dépasser 33 millions €, ce qui reste une faible part (autour de 5%) du marché global de la vape.

La campagne de publicité d'American Spirit coïncide avec les déclarations de Yasuhiro Nakajima, vice-président du département des produits à risque modifié de Japan Tobacco International (JTI), qui appelle à durcir la réglementation européenne contre les produits de vapotage sans nicotine dans le magazine Parliament. En contrepartie, il demande à ce que les restrictions de communication des fabricants soient assouplies. Au vu de cette campagne de pub de son entreprise, on peut nourrir quelques doutes sur les véritables intentions derrière cette demande du dirigeant du cigarettier nippon.



mardi 26 décembre 2017

E-rauchen-forum.de (ERF) va fermer

Créé en 2007, e-rauchen-forum.de, le forum de vapoteurs de langue allemande va fermer sous peu. En une décennie, plus de 53'000 membres ont écrit près de 2,7 millions de messages sur le forum aussi appelé de son acronyme ERF. La fin de la plateforme d'entraide, d'information et d'échanges sur le vapotage est provoquée par l'état de santé de Kirsten, son administratrice. De nombreuses figures et groupes de défense de la vape germanique ont exprimé leur tristesse de la disparition de l'ERF et souhaitent le meilleur à sa fondatrice. La création d'un nouveau forum pour prendre la relève est en discussion.


dimanche 26 novembre 2017

[ristret'] En Allemagne, les ventes de vape doublent, celles du tabac baissent

La vape s'envole en Allemagne. Les ventes de produits de vapotage en magasins non spécialisés ont augmenté de 103% entre septembre 2016 et septembre 2017 pour atteindre 33,5 € millions, selon un rapport de l'institut Nielsen. Dans le même temps, les ventes de tabac s'affaissent de 3%, passant à 19,5 € milliards. "Les statistiques de Nielsen ont pris en compte les détaillants alimentaires, les pharmacies, les stations-service et les buralistes", précise l'Agence de presse (AP) allemandeLes ventes des magasins et de sites internet spécialisés n'ont pas été enregistrés dans ce rapport. Pour 2016, elles étaient évaluées à près de 400 € millions pour 3,5 millions de vapoteurs par le Berliner Zeitung. En les prenant en compte, la croissance du vapotage serait probablement encore plus forte suppose Michael Griess l'expert de Nielsen. Michael Griess prévoit la poursuite de la chute des ventes de cigarettes au profit du vapotage en Allemagne ces prochaines années...


jeudi 9 novembre 2017

Vape contre cigarette: l'Allemagne se dote d'un système de monitorage sérieux inspiré des britanniques

"Un suivi national des comportements tabagiques et des données sur l'efficacité dans le monde réel des méthodes de sevrage sont nécessaires pour éclairer les politiques et développer des campagnes visant à réduire les méfaits liés au tabac". Avec DEBRA - pour “Deutsche Befragung zum Rauchverhalten” -, l'Allemagne se donne les moyens de pouvoir penser une politique de santé sur le tabac à partir d'informations objectives fiables et récentes. La source d'inspiration du projet se trouve au Royaume-Uni. "En Angleterre, le Smoking Toolkit Study (STS) suit ces indicateurs depuis 2006, ce qui a conduit à adapter les politiques de lutte anti-tabac", précisent les chercheurs présentant le projet dans la revue BMC Public Health en avril dernier

Avec une prévalence tabagique de 30,4% en septembre, l'Allemagne connait l'effet de seuil constaté dans nombre de pays européens depuis quelques années. "Comme dans d'autres pays, la prévalence du tabagisme est considérablement plus élevée chez les fumeurs à faible revenu, ce qui entraîne des inégalités de santé substantielles entre les groupes à revenu élevé et à faible revenu", soulignent les auteurs dans le BioMedCentral.

The English lesson

Outre l'adoption d'un suivi plus précis au fil du temps, avec des sondages téléphoniques tous les deux mois, une particularité de DEBRA est d'intégrer sérieusement le suivi du vapotage. Là aussi, l'inspiration vient du côté britannique. Les rares essais cliniques existants sur le sevrage tabagique à l'aide du vapotage sont encourageants mais de faible portée, estime Jamie Brown, du Cancer Research UK (CRUK). Au Symposium organisé par DEBRA en juin dernier à Dusseldorf, elle argumente de l'utilité du suivi du vapotage et du tabagisme en parallèle par le STS anglais. "Les changements de la part d'usage du vapotage en Angleterre se sont montrés positivement associés avec une augmentation du taux de sevrages tabagiques réussis", souligne la chercheuse de l'University College de Londres. 

Autrement dit, le suivi a permis de mettre en lumière que l'essor du vapotage a non seulement accompagné une nette réduction du tabagisme mais qu'il est associé à une forte augmentation des chances de succès des sevrages. Cette augmentation du taux de réussite semble s'être accompagnée d'une meilleure égalité sociale de santé, puisque le dernier pointage du STS montre que les bas revenu ont désormais autant de chances de succès que les plus favorisés.  
Evolution du taux de succès d'arrêt du tabagisme en Angleterre selon le STS
L'exemple illustre le fossé entre les politiques décidées sur la base de peurs et de préjugés et celles disposant d'outils les informant des effets réels. Là où, les décideurs politiques étrangers sont condamnés à suivre des slogans de marketing idéologiques provoquant souvent l'inverse de ce qui est annoncé, les britanniques se sont dotés de moyens d'éclairer leur stratégie à partir de données du monde réel. C'est probablement un des éléments expliquant que, depuis 2011, le Royaume-Uni connait une des chutes les plus rapides du taux de tabagisme au monde. En suivant son exemple, avec dix ans de retard, l'Allemagne se donne à son tour les bases pour une politique éclairée. Mais il faudra encore du temps pour que le suivi puisse enrichir la politique allemande en la matière. 

La vape moyen le plus populaire d'arrêt du tabagisme aussi en Allemagne

Cependant, la première synthèse du suivi DEBRA, de juin 2016 à mars 2017, montre déjà que 1,9% de la population allemande vapote courament. Avec une tendance à la hausse, puisque l'usage régulier aurait doublé sur cette période, en dépit d'une stagnation de l'expérimentation du vapotage dans la population. Le vapotage est devenu l'aide à l'arrêt tabagique la plus utilisée aussi en Allemagne. Loin des 35% des tentatives anglaises s'en aidant, il y a tout de même en cumulé 11,2% des allemands tentant d'arrêter de fumer avec le vapotage, nicotiné ou non. Les approches de soutien par les pairs, pratiques courantes dans d'autres domaines en Allemagne, et une promotion active du vapotage n'ont pas été envisagées dans ce travail. Peut-être à l'avenir ?




lundi 21 août 2017

[Ristret] Allemagne: le vapotage est utile selon Marlene Mortler la rapporteuse parlementaire sur les questions d'addiction

"La tendance du vapotage est utile". Pour aider les grands fumeurs à quitter totalement leur tabagisme précise Marlene Mortler en conférence de presse. La Commissaire fédérale sur les questions liées aux drogues présentait vendredi son rapport 2017. Près de 200 pages dont il ressort entre autres que le produit le plus problématique en Allemagne est le tabac. Près du quart des adultes sont fumeurs, soit environ 20 millions d'allemands. Sur la question du vapotage, la députée CDU a infléchi la position présentée les années précédentes du rapport parlementaire. "Le vapotage est beaucoup moins nocif que les cigarettes de tabac", y affirme Marlene Mortler sur la base d'études scientifiques. Le propos est encore loin de l'intégration du vapotage à une politique volontariste de réduction des méfaits pour les fumeurs, telle que celle britannique, mais "l'avancée est significative" note le site allemand EGARAGE

Nette réduction du tabagisme des jeunes


"Une utilisation régulière [du vapotage] est rare chez les jeunes, et ils l'utilisent pour une majorité sans nicotine", souligne le rapport. La chute très nette du tabagisme adolescent et des jeunes adultes montre que l'arrivée du vapotage n'a pas déclenché d'effet passerelle vers le tabagisme, tel que le prédisait la Ministre Manuelle Schwesig (SPD) il y a deux ans. Marlene Mortler rappelle néanmoins dans son rapport que la vente de produits de vapotage est désormais interdite aux mineurs depuis l'implémentation de la directive européenne TPD dans le droit allemand.


Campagne de peur controversée

Ce rapport parlementaire contraste avec la récente campagne du Ministère de la santé sur les réseaux sociaux conseillant aux fumeurs de ne pas arrêter de fumer avec le vapotage. De quoi passablement déboussoler les fumeurs, dont on sait qu'ils sont forcément ambivalents devant l'arrêt des cigarettes. Une campagne de peur gouvernementale qui a suscité de nombreuses réactions critiques du public. Tandis qu'une récente étude montre que 98% des vapoteurs allemands ayant arrêté de fumer constatent des améliorations de santé.

jeudi 10 août 2017

[Expresso] L'Allemagne lance une campagne de dénigrement contre la vape sur Facebook


"Ce n'est pas une alternative saine". Le Gouvernement allemand répand la peur contre la vape sur les réseaux sociaux. "Beaucoup de fumeurs utilisent le vapotage comme une alternative saine pour arrêter de fumer. Mais même si la vape est moins nocive que les cigarettes, elle pose notamment par sa teneur en nicotine des risques graves pour la santé", explique le Ministère de la santé (BMG) sur son compte Facebook. Des risques graves vraiment ? "Les trois affirmations du Ministère dans son infographie sont correctes. (1) Le vapotage n'est pas une "alternative saine", parce que rien n'est absolument 100% sain dans la vie. (2) La nicotine peut favoriser des maladies chroniques, mais elle protège aussi contre diverses autres maladies chroniques. D'ailleurs le Ministère recommande des médicament contenant de la nicotine pour l'arrêt du tabac", commente le Pr Bernd Mayer, de l'Université de Graz, sur son Facebook et poursuit, "(3) Le vapotage peut produire des substances cancérigènes, mais seulement dans des quantités minimes. Les usagers évitent la pyrolyse du liquide qui se produit en cas de "dry puff" car cela a un goût répugnant. Cela peut aussi arriver de carboniser un toast, mais on ne le mange pas généralement". Avant de souligner,"Le Ministère de la santé (BMG) dit la vérité mais pas toute la vérité".

Des centaines de commentaires s'indignent de la mésinformation répandu par les autorités allemandes. Les usagers y voit la rapacité fiscale du Gouvernement fédéral qui perçoit plus de 14 milliards d'euro par an grâce aux ventes de tabac. Il est à noter aussi que le pays est le plus grand exportateur de produits de tabac manufacturés au monde, selon les chiffres 2016 d'ITC. D'autres citoyens s’interrogent sur la bonne information des autorités sanitaires qui ont produit cette communication catastrophiste. "Quelqu'un m'a demandé d'informer le BMG de ces faits. Les employés du Ministère connaissent déjà très bien ceux-ci. Ils n'ont jamais essayé d'informer les fumeurs pour qu'ils passent au vapotage, alors que probablement pour un grand nombre cela sauverait leurs vies. L'argent et l'idéologie sont de toute évidence plus importants au Ministre que la santé de la population", déplore Bernd Mayer qui avait écrit un texte d'information médicale au sujet de la vape en mai



mercredi 19 juillet 2017

Etude en Allemagne: 98% des vapoteurs ex-fumeurs constatent une amélioration de santé

"Dans notre étude, les améliorations de santé rapportées sont considérables, spécialement pour ceux qui ont complètement remplacé leur tabagisme par le vapotage". Des chercheurs de l'Université d'Hambourg se sont penchés sur les "motifs d'usage et les améliorations de santé perçues" chez les vapoteurs allemands. Leur étude, publiée dans European Addiction Research mi juin, recense 98% de vapoteurs exclusifs à déclarer un meilleur état de santé que lorsqu'ils fumaient. Amélioration de santé de manière générale, meilleure endurance et baisse de la toux pour plus de 80% des plus de 3'000 participants vapoteurs ex-fumeurs. Tandis qu'environ la moitié évoque moins de décolorations dentaires, un aspect de la peau amélioré et une attention à l'hygiène de vie plus prononcée. L'enquête menée via internet entre août et octobre 2015 comprenait pas moins de 133 questions préparées par Kirsten Lehmann, Silke Kuhn et Jens Reimer du Centre interdisciplinaire de recherche sur les addictions de l'Université d'Hambourg. 

Plus de 91% de vapoteurs ex-fumeurs

Visant initialement un échantillon d'un millier de répondants, les chercheurs ont été submergés par la mobilisation de la communauté "dampfer". Sur plus de 3'300 réponses valides retenues, 91,5% de vapoteurs exclusifs sont ex-fumeurs, 7,5% de double-usagers (vape et cigarette) et moins de 1% de vapoteurs jamais fumeurs. Parmi les 33 vapoteurs n'ayant pas fumé auparavant, plus de la moitié n'utilise pas de nicotine, les autres le font à un taux significativement plus bas que les autres usagers. Plus des 9/10ème de ces vapoteurs atypiques jugent impossible qu'ils se mettent à fumer. Vapotant nettement moins et moins souvent que les deux autres catégories, "aucune dépendance physique n'a pu être mesurée au test de Fagerström", leur score se situant en dessous du minimum d'un point. Une exception est à noter d'une personne ayant commencé de vapoter pour évoluer vers le tabagisme.

A côté de cet épiphénomène de vapoteurs sans passé tabagique, la moitié, des 99% de vapoteurs ayant fumé ou encore fumeurs, a essayé auparavant sans succès au moins deux produits d'arrêt tabagique. En moyenne, les répondants ont fumé durant 22 ans à raison de 26 cigarettes par jour. Ce profil moyen de hard-core smoker tout juste quadra s'est mis à la vape deux ans avant l'enquête. Qu'il soit devenu vapoteur exclusif ou non, ces éléments changent peu.

Le jeu des différences

Les différences entre les vapoteurs ayant lâché les cigarettes et ceux combinant les deux produits apparaissent sur les usages. Les vapoteurs ex-fumeurs sont plus enclins à vaper quotidiennement et quittent la cigarette pour la plupart dans les cinq semaines après leur initiation au vapotage. "L'usage régulier du vapotage est important pour aider les utilisateurs à quitter le tabagisme", soulignent les chercheurs. Autre différence, 70% des ex-fumeurs vapotent des liquides à moins de 6mg/ml de nicotine mais en plus grande quantité. Les vapoteurs ne réussissant pas à stopper la cigarette sont 64% à utiliser des liquides entre 6 et 25 mg/ml de nicotine. "Il est possible que les ex-fumeurs compensent la réduction du taux de nicotine en augmentant leur vapotage", note l'article.

Si 93% des plus de 3'000 vapoteurs exclusifs jugent inconcevable qu'ils rechutent dans le tabagisme, 69% des double-usagers aimeraient arrêter de fumer et se convertir totalement au vapotage. Le test de dépendance pour l'ensemble des usagers de liquides nicotinés montre un niveau modéré, significativement moins élevé qu'avec les produits de tabac. 

"Les arômes fruités, menthol et gourmands sont les plus populaires des liquides de vapotage, alors que les arômes simili-tabac se classent quatrième. Il se peut que le passage des arômes tabac aux autres types de goûts ait un impact positif pour rester non-fumeur", remarque l'étude. Un point qui a son importance dans le contexte politique allemand, où des propositions pour interdire les arômes autres que tabac sont évoquées.

Le facteur communautaire

Une limite de l'étude se trouve dans la sur-représentation des vapoteurs provenant des forums d'usagers. Vapoteurs enthousiastes et passionnés, ils sont nettement plus d'hommes que de femmes. "Pour les hommes, le vapotage semble lié au plaisir tandis que les femmes semblent plus tournées vers un usage pour réduire le stress et moduler l'humeur", relèvent les universitaires allemands. Mais l'engouement de la communauté et le taux de 91% de vapoteurs ex-fumeurs semblent avoir impressionné les chercheurs. "Plus de recherche est nécessaire pour examiner si les usagers des forums sont non seulement plus enthousiastes mais aussi s'ils connaissent plus de réussite pour arrêter totalement de fumer. Considérant que la plupart des ex-fumeurs de notre étude sont passés du tabagisme au vapotage quelques jours après avoir commencé de vapoter, les motivations et les déclarations sur le vapotage ainsi que peut-être le soutien des autres usagers semblent des facteurs importants", concluent-ils.


lundi 19 décembre 2016

[Expresso] Le propylène glycol n'est pas reclassé en irritant par l'Europe

L'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) annonce son refus de classer le propylène glycol (PG) en irritant. "Les Comités d'évaluation du risque (RAC) n'ont pas accepté la proposition par l'Allemagne de classer la substance Propane-1,2-diol comme irritant respiratoire", explique le communiqué de l'ECHA du 13 décembre précisant le numéro de dossier (STOT SE 3; H335). L'Office fédéral allemand pour la sécurité et la santé au travail (BAuA), avait déposé en octobre 2015 une demande pour faire passer en statut de toxicité 3 le liquide. 

Un changement qui aurait prétérité son usage avec les machines à brouillard de spectacle et pour le vapotage. La demande allemande avait été jugée "ridicule" par plusieurs spécialistes en regard des données scientifiques établies depuis 1942, et l'absence de nouveaux éléments pour justifier cette demande. De l'avis général, y compris hors du milieu de la vape, l'initiative avait pour unique raison d'entraver le vapotage. Un moyen de réduction des risques qui a permis à plus de six millions d'européens d'arrêter de fumer. Ce qui a entraîné aussi une chute des ventes de certains médicaments.

jeudi 29 septembre 2016

[Expresso] Invitée par eGarage, la Pr L. Bauld discute vapote avec des élus à Berlin


eGarage, site d'info indépendant allemand sur le vapotage, a organisé le 21 septembre à Berlin une discussion avec la Pr Linda Bauld, de l'Université de Stirling. Elle a présenté l'impact massif contre le tabagisme de la vape au Royaume-Uni à des représentants politiques allemands. Marcus Held du SPD dit avoir été sensibilisé à la question par les nombreux témoignages d'ex-fumeurs ayant arrêté à l'aide du vapotage dans sa conscription. Frank Temple, élu de Linke au parlement, considère que le vapotage est une chance pour réduire le nombre de 110'000 morts prématurées causés par le tabagisme chaque année en Allemagne. A l'opposé, Korduka Kovac, représentante CDU, craint fortement que le vapotage attire les enfants au tabagisme.
Les questions de la publicité, d'éventuelles restrictions d'arômes... ont aussi été débattues. Les deux représentants de gauche ont précisé l'importance de la mobilisation des vapoteurs pour faire évoluer le débat. Les pétitions et lettres au parlement ont fait bouger les lignes dans les partis...

Ainsi que des extraits vidéo de la Pr L. Bauld en anglais http://www.egarage.de/egarage-insight-auszuege-aus-dem-vortrag-von-prof-linda-bauld/
Et un récap des positions des partis politiques allemands sur le vapotage, entre scepticisme et marque d'intérêt pour une lutte contre le tabagisme avec une approche  de réduction des risques, à l'exception des Verts qui ne disent rien sur la question http://www.egarage.de/von-ablehnung-bis-zustimmung-die-e-zigarette-trifft-im-bundestag-auf-freunde-wie-skeptiker/