Articles

Réponse du Pr Gmel et al. à ma critique: «Quand les lobbyistes de la vape font mauvaise science»

Image
Au hasard d’une recherche google sur tout autre chose, je tombe aujourd’hui sur la réponse des Prs Gerhardt Gmel, Stéphanie Baggio, Meichun Mohler-Kuo et Joseph Studer à ma critique publiée le 11 juillet de leur article de janvier dernier. Le Swiss Medical Weekly, qui ne m’avait pas non plus donné de lien (ni envoyé de version papier) vers la publication de mon commentaire, ne m’a pas informé de cette réponse publiée le 16 juillet. …! J’étais jusque là persuadé qu’il n’y en avait pas eu. Bref. Pour resituer le déroulé de la petite histoire : parution le 11 janvier 2016 de l’article «  E-cigarette use in young Swiss men: is vaping an effective way of reducing or quitting smoking? » de l’équipe du Pr G. Gmel dans le Swiss Medical Weekly  réaction le 19 janvier du Pr Michael Siegel, Université de Boston, sur son blog «  Study that Purports to Show Vaping Causes Smoking Initiation and Impedes Cessation is a Complete Sham » puis le 28 janvier de l’association Helvetic Vape «  Dénonciatio

[Expresso] Les anti-tabac britanniques laminent le rapport de l'OMS sur la vape

Image
Design de  T-shirt d'Helvetic Vape   "Le rapport de l'OMS aborde le vapotage comme une menace, alors qu'en fait, il représente une opportunité majeure pour la santé publique." Le Centre britannique d'études sur le tabac et l'alcool (UKCTAS) publie ce matin un commentaire critique - in extenso et en anglais - du rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur le vapotage . Alors que les usagers de la NNA avaient fait part de leurs critiques, Atakan Befrits, du réseau mondial INNCO , souligne que la réunion préparatoire de l'Union Européenne "ne contient aucune déclaration positive sur la réduction des risques qu'offre le vapotage à ses usagers" .  A deux semaines de l'ouverture de la CoP7 de la Convention cadre de lutte anti-tabac (CCLAT) de l'OMS à New-Delhi, c'est au tour des scientifiques de l'UKCTAS de décortiquer l'approche, la validité des données utilisées et l'orientation du rappor

[Expresso] La Commission fédérale de prévention du tabagisme reprend à son compte une revendication de Philip Morris contre le vapotage

Image
"Je veux la législation la plus extrême possible". En privé, Lucrezia Meier-Schatz, la Présidente de la Commission fédérale de prévention sur le tabagisme (CFPT), lâche sa haine du vapotage et son opposition à toute approche de réduction des risques en la matière. Le récent rapport sur la vape de la CFPT qu'elle a signé contient de  nombreuses incohérences et lacunes . Notamment relevées dans le détail  par l'association d'usagers Helvetic Vape et l'association des professionnels indépendants de la vape SVTA . Une de ses recommandations est particulièrement incongrue: l'exigence de taxer le vapotage au même taux que les cigarettes. Alors que le parlement a voté en 2011 l'exonération de taxe punitive sur le vapotage, pour encourager l'arrêt du tabac, il est de notoriété publique que Philip Morris milite activement pour une taxation anti-vape. Au Royaume-Uni, la consultation publique montre l'argumentation du cigarettier lausannois pou

[Expresso] Cinq scientifiques attaquent le Times pour diffamation (MàJ)

Image
Cinq scientifiques de la lutte anti-tabac ne digèrent pas les accusations, qu'ils estiment calomnieuses, du Times du 12 octobre. La journaliste Katie Gibbons y prétendait que plusieurs d'entre eux sont à la solde des cigarettiers. Depuis le quotidien londonien a  rétracté discrètement ses fausses accusations à l'encontre du Pr Clive Bates. Mais les autres chercheurs mis en cause dans l'article ne comptent pas passé l'éponge si facilement. "Toute ma vie, j'ai œuvré à aider à réduire le nombre de morts du tabagisme", explique le Pr Karl Fagerström au Guardian d'hier . "Le Times a choisi de nous calomnier et salir note réputation. A présent, le journal doit présenter clairement ses excuses ou alors il devra faire face à une bataille qu'il perdra" , poursuit l'auteur du fameux test de dépendance tabagique mondialement utilisé. Le scientifique n'est pas le seul à être en colère contre les propos diffamatoires de Katie Gibbons,

[Expresso] Le Times rétracte ses fausses allégations à l'encontre du Pr Clive Bates

Image
Non, le Pr Clive Bates n'est pas financé par les cigarettiers. Le Times rétracte aujourd'hui les fausses accusations de sa journaliste Katie Gibbons dans deux articles publiés le 12 octobre. A propos de la conférence donnée par l'ex-directeur de l'Action on Smoking and Health à Bruxelles fin septembre dans le cadre du Global forum tobacco & nicotine, le Times rectifie. "Il était incorrectement suggéré que le Pr Bates avait "touché le gros lot" des compagnies du tabac. Nous reconnaissons que le Pr Bates a payé lui-même son voyage et les frais d'hôtel et qu'il n'a reçu aucun fond de la part de compagnies de tabac ou de nicotine" , se corrige le quotidien londonien. D'autres "erreurs" sont aussi rectifiées: le Pr Clive Bates n'a pas participé à l'étude menée par le Pr David Nutt sur l'évaluation comparée des risques entre différents produits de tabac et le vapotage. L'influent quotidien corrige aus

[Expresso] L'Express censure les citations d'études scientifiques sur la vape comme "propagande"

Image
Dans un article à sens unique  [lien RbutR], l'Express affirme qu'"aucune étude n'a pu prouver qu'elle [la vape] était efficace  dans la réduction de la dépendance à la nicotine". Dans un commentaire, j'ai voulu attirer leur attention sur le biais de cette affirmation. En citant la meta-analyse de l'Institut Cochrane , considéré comme la référence mondiale en la matière, ainsi que la récente étude longitudinale sur deux ans de l'Université de San Diego montrant que les fumeurs utilisant le vapotage à long terme sont 4,1 fois plus susceptibles de se sevrer du tabagisme que sans aide. Je viens de recevoir un message (en illustration) me signalant la "modération", autrement dit la censure pure et simple, de mon message pour "prosélytisme et propagande". Autrement dit, citer des études scientifiques est assimilé à de la propagande par l'Express. Mais priver leurs lecteurs de l'information sur un moyen d'aide d'ar

[Expresso] En Italie, la ministre Lorenzin se cache derrière un soi-disant manque d'étude pour ne rien faire

Image
Le Premier Ministre Matteo Renzi à droite, et le petit au milieu, c'est André Calantzopoulos, PDG de Philip Morris On sait que le tabagisme tue, donc attendons d'en savoir plus sur le vapotage. Relatée par Esig Magazine, la réponse de Beatrice Lorenzin , Ministre de la santé du gouvernement italien, à la question de la députée Adriana Galgano a de quoi laisser pantois. Retransmit en direct hier après-midi sur la télévision italienne RAI, les longues circonvolutions de la Ministre sur la nécessité de lutter contre le tabagisme, source de maladies et de mortalité prématurée, ont accouché de la nécessité, selon la Ministre de la santé, de ne rien faire en faveur du vapotage. Et implicitement, maintenir les restrictions l'entravant en Italie. Incompréhensible aux yeux d'Adriana Galgano. " Les fumeurs fument pour la  nicotine,  mais meurent de l'inhalation de goudrons, de  particules et de  gaz toxiques qui, au contraire, ne sont pas présents dans le vapotage.