Articles

En France, les associations de vapoteurs scandaleusement snobées par la Ministre A. Buzyn

Image
Une honte. En pleine préparation d'un nouveau Plan Tabac, Agnès Buzyn, Ministre de la santé française, n'a toujours pas jugé utile de répondre aux associations d'usagers du vapotage. L' Aiduce , représentante des intérêts des trois millions de vapoteurs, et Sovape , groupe actif pour le dialogue entre usagers, scientifiques et politiques autour de l'outil de réduction des méfaits et de sortie du tabagisme, sont tout simplement snobées. Aucune réponse, même de simple politesse, à leur courrier commun du 20 juillet .  " Alors que le gouvernement annonce un nouveau plan anti-tabac pour fin septembre, et que les buralistes semblent avoir porte ouverte au ministère, l'absence d'audition des associations de la vape, consommateurs et réduction des risques, est pour le moins inquiétante, quant aux orientations à venir" , rappellent aujourd'hui les deux associations . La France vice-championne d'Europe du tabagisme Dans leur lettre du 20 ju

L'étrange histoire de "vente d'e-shisha à une enfant" de l'Aargauer Zeitung

Image
Une étrange histoire. Ou peut-être, plutôt une histoire étrangement rapportée par l'Aargauer Zeitung  dans son édition de vendredi. Selon le journal d'Aarau, une maman dénonce la vente d'une "e-shisha" à sa fille de 11 ans par un kiosque. Sennur Sümer, la mère en question, pose avec l'objet du délit en main. Cependant, elle ne révèle pas le nom du vendeur indélicat et peu professionnel. Et visiblement, Andrea Weibel, la journaliste de l'Aargauer Zeitung, n'a pas estimé nécessaire de vérifier cela, ni de contacter ce présumé vendeur pour avoir sa version des faits. Combien de sources faut-il pour considérer une information comme confirmée en journalisme? Une seule me parait une réponse douteuse... Etrange refus de recourir aux autorités Encore plus étrange, la maman, présentée comme médiatrice sociale, ne veut pas porter réclamation au Service de la consommation alors que le chimiste cantonal argovien lui indique cette voie à suivre. "L

[Expresso] D'anciens usagers de drogue témoignent de leur utilisation de la vape pour rester "clean"

Image
"Des usagers de drogues se tournent vers la vape pour tenir en échec le manque" . L'article de Richard Greenhill , assistant de recherche à l'Université d'East London (UK), dans Tonic, site affilié à Vice, présente des témoignages de consommateurs de cannabis, mais aussi de drogues dites dures comme l'héroïne et la méthamphétamine. "Il y a un potentiel évident de la vape comme outil de réduction des méfaits. Pas seulement pour les  cloud-chasers  barbus à casquette, mais aussi pour les anciens utilisateurs de drogues" , explique le chercheur. Cet espoir se fonde sur des rencontres et la lecture de forum d'usagers où il a recueilli des témoignages. Lucian, du mal de dos à la BPCO La première histoire est celle d'un australien de 53 ans. Lucian, chauffeur de métier, fume son premier joint plutôt tardivement à 23 ans. Au milieu de la trentaine, les douleurs d'un disque lombaire pincé lui font la misère. Le médecin lui prescrit de

[Ristret'] Ryan Air ré-autorise le transport de produits de vapotage en cabine

Image
Le nouveau règlement publié le 10 août de la compagnie de vol Ryan Air interdisait étrangement le transport en cabine de produits 'hardware' de vapotage. Des vapoteurs se sont alertés de cette étrange décision sur les réseaux sociaux. Après l'intervention par écrit de Rychard Hyslop de l'Independent British Vape Trade Association (IBVTA) et de Gillian Golden de l'Irish Vape Venders Association (IVVA), la compagnie aérienne a modifié  et clarifié son texte pour autoriser le transport en bagage en cabine des box et des atos. Le point 8.3.3 du règlement précise désormais que "vous pouvez transporter à bord des "cigarettes électroniques", mais il est formellement interdit de les utiliser" .  Un article récapitulatif du Vaping Post rappelle les dispositions et délivre les conseils sur le sujet. "L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) interdit le transport en soute des batteries" , tandis que "le trans

[Teaser] The Vaping Not Dead sort de l'ombre

Image
Projet militant sur le mode parodique, l'équipe du futur film The Vaping [Not] Dead vient de lancer son teaser sur la toile. "Ce n'est pas un projet publicitaire. L'objectif est de faire passer un message" , précise Mickaël Hammoudi, protagoniste du projet. En quelques images, la petite vidéo laisse deviner la trame. Au mouvement de la vape, né d'aventures humaines mêlant passion et compassion pour sortir de l’asphyxie des cigarettes fumées, les "opposants à la vape nous entraînent dans un combat violent" .  L'équipe bénévole du film mêle une floppée d'acteurs connus du milieu de la vape française - David Kerry, Franck Mosfait, Dominique Aubert, Arnaud Mourgeon, NukeVapes lounge, Patrick Bedué, Clément Col, Florence Theil, Pascal Henriot, Roberto Bob Fernandez, Sebastien Siriguey et Mickaël Hammoudi -. Ils feront appel sous peu à des aides techniques, des figurants, ainsi qu'à un soutien financier pour les frais de régie et montag

La Ploom est-elle un produit vendu illégalement en Suisse ?

Image
Pourquoi le produit Ploom de Japan Tobacco est-il autorisé à la vente en Suisse depuis quelques semaines ? La question se pose dans le contexte de prohibition des produits de vapotage nicotinés par les autorités fédérales. En l’occurrence, l'interrogation est soulevée par Ric Daniel de la société Zodiak de Kloten. "Comment la Ploom est-elle classée?" , demande le vendeur de produits de vapotage dans un courrier adressé au Service de la consommation de Genève que nous avons pu lire -[  Edit 10.09.2017 : la lettre a été mise en accès public  ]-.  Sur son site, Japan Tobacco  présente son produit  comme "une nouvelle façon vraiment simple de vapoter du tabac" . A quelle catégorie le produit "hybride" est-il soumis? Soit la Ploom est un produit de vapotage, considéré comme produit usuel par les services d'Alain Berset et donc interdit s'il contient de la nicotine. Soit la Ploom est une cigarette de tabac, autorisée sans problème avec ses danger

[Ristret'] Vape Expo India interdit par les autorités

Image
Le Vape Expo India a été interdit par les autorités. Les organisateurs du salon, qui devait se tenir ce week-end des 9-10 septembre, ont été contraints d'annuler. "Pour des raisons indépendantes de notre volonté, le Vape Expo India 2017 ne pourra pas se tenir" , peut-on lire sur leur site . Comme nous l 'avions annoncé Vape Expo India était menacé depuis le 31 août malgré les autorisations préalablement obtenues. "Cet événement veut promouvoir le vapotage et aussi attirer des jeunes" , argumente la lettre exigeant l'interdiction de Padmakar Singh, directeur de la santé de l'Etat de l'Uttar Pradesh, citée par Times of India . Les 200 exposants, les défenseurs des usagers et les conférenciers, tels que le Pr Rafesh N. Sharan de l'Université de North-Eastern Hill, se retrouvent interdits au dernier moment de pouvoir participer au salon. "La société organisatrice, Connextions Orbis, voudrait demander réparation en justice pour le pr