Articles

[Article censuré] La fraude de Stanton Glantz sur le risque de crise cardiaque avec la vape démasquée

Image
Version du 3 octobre 2019- Nous avons publié le 19 juillet 2019 un article relatant des lettres de deux chercheurs universitaires américains dont l'analyse des données montre que l'étude de Stanton Glantz et Dharma Bhatta parue dans le journal de l'American Heart Association (AHA) affirmant un risque accru du double de crise cardiaque lié au vapotage est frauduleuse. Ces chercheurs avaient écrit au journal pour demandé la rétraction de cette publication frauduleuse. Le Consortium inter-universitaire pour la recherche politique et sociale (ICPSR) a estimé que ces lettres des chercheurs contenaient des données de l'enquête de population sur le tabac et la santé (PATH) qui doivent être restreintes. L'ICPSR exige des auteurs qu'ils  "détruisent de manière sécuritaire"  tous les documents concernés qu'ils soient sur format papier ou électronique. Nous avons le plus grand respect pour la vérité et l'information du public, et rien n'indiqu

Berne: les citoyens ont jusqu'au 5 août pour critiquer une loi anti-vape

Image
Bientôt la fin du droit d'essayer les produits de vapotage en magasin et dans les groupes d'aide à l'arrêt tabagique pour les fumeurs bernois? Ce serait une des conséquences du projet de modification de la loi sur le commerce et l'industrie (LCI)  déposé par le Conseil exécutif du canton de Berne en mai dernier . Principales modifications concernant le vapotage: tous les produits de vape y compris sans nicotine seraient interdits de vente ou de remise gratuite aux mineurs, par qui que ce soit, y compris leurs parents ou des professionnels de santé, et quelle que soit leur situation tabagique ; et le vapotage serait assimilé au tabagisme dans la loi de protection contre le tabagisme passif.  Autrement dit, il ne sera plus possible de vapoter dans les lieux publics clos, en attendant de probables futures restrictions contre le tabagisme auxquelles les vapoteurs seraient soumis automatiquement par ce nouveau texte de loi . Cependant, actuellement des fumoirs peuven

Pour plus d'un million de fumeurs sauvés par la vape, combien condamnés à mort par les médias?

Image
Plus de 6 millions. Plus de la moitié des fumeurs en France sont persuadés à tort que vapoter est aussi ou plus nocif que de fumer. C'est un des résultats de l'enquête auprès de plus de 25'000 personnes en 2017 publiée ce matin par Santé Publique France (SPF). Encore plus effarant, seuls 29,7% des fumeurs quotidiens, ceux qui auraient le plus besoin d'aide pour se sortir du tabagisme, savent que le vapotage est moins nocif que leurs cigarettes. La désinformation sanitaire frappe particulièrement les défavorisés et les moins diplômés qui sont plus de 70% à ne pas avoir l'information correcte sur les risques relatifs entre fumer et vapoter. Pourtant, l'enquête de SPF mesure que 2,6% de la population, soit 1,2 millions de personnes ont arrêté de fumer en utilisant la vape, dont 46% ont ensuite arrêté de vapoter (soit 1,2% de la population). Parmi ces ex-fumeurs ayant utilisé le vapotage, 870'000 (±10%) déclarent que la vape les a aidé, dont 700'

La Convention-cadre anti-tabac de l'OMS n'a pas eu d'impact sur la consommation mondiale de cigarettes

Image
En 2003, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) édictait la Convention-cadre de lutte anti-tabac (CCLAT ou FCTC en anglais). Des chercheurs canadiens ont analysé, à travers deux types de modélisation, l'impact de cet accord, ratifié par 181 pays, sur ses dix premières années d'existence en relation avec les tendances de consommation de tabac des décennies précédentes. "Aucun changement significatif n'a été constaté dans le taux de diminution de la consommation mondiale de cigarettes après l'adoption de la CCLAT en 2003" , conclue l'étude parue en accès libre dans le British Medical Journal (BMJ) . Impact global nul, mais variations entre des régions Globalement, la tendance d'une lente baisse du nombre de cigarettes consommées par personne s'est maintenue après l'entrée en vigueur de la CCLAT. "Néanmoins, cette conclusion générale nulle masque un écart important entre les tendances observées après 2003 entre les pays à reven

Etude: 65,3% des fumeurs de 15-16 ans passés à la vape ont réduit ou stoppé les cigarettes

Image
La vape "chez les adolescents non-fumeurs ne semble pas constituer un mode d'entrée majeur dans le tabagisme à l'âge spécifique de 15-16 ans" , souligne une étude publiée cette semaine dans la Revue des Maladies Respiratoires *. La moitié des 1435 élèves de seconde stéphanois interrogés ont essayé le vapotage, mais seuls 3,6% vapotent au quotidien. Concernant le tabagisme, également la moitié de ces jeunes de 15-16 ans ont essayé une cigarette, mais 9,4% fument chaque jour. L'enquête d'une équipe de chercheurs pluridisciplinaires de Saint-Etienne confirme aussi que très peu des ados ne sont devenus fumeurs après avoir d'abord essayé le vapotage. "A l'inverse, les élèves qui avaient une consommation de tabac préexistante à leur initiation au vapotage déclaraient pour les deux-tiers d'entre eux qu'ils avaient réduit, voire arrêté, leur consommation de tabac depuis qu'ils vapotaient" , précisent les chercheurs, dont le référent

Les éditocrates romands jouent la carte de l'obscurantisme anti-science pour faire douter du vapotage

Image
Étranges redondances. A quelques jours d'intervalle, deux éditorialistes romands ont utilisé quasiment le même élément de langage. "Le problème, c’est que personne n’est aujour­d’hui capable de le confirmer avec certitude" , assénait Patrick Monay, chef de rubrique, dans 24 Heures le 3 juin . Ce samedi, c'est Stéphane Benoit-Godet, le rédac-chef du Temps qui fait écho : "Problème, cette affirmation n’est pas prouvée" . Tous deux écartent ainsi le fait que vapoter réduit les risques par rapport à fumer. La répétition de cet énorme mensonge, de manière aussi similaire, est troublante.  Un mensonge certain Troublant parce qu'en premier lieu, la réduction des risques grâce au vapotage par rapport aux cigarettes est un fait de science. La nier est au mieux de l'obscurantisme. La marge d'incertitude actuelle est l'ordre de magnitude de cette réduction des risques. De manière précautionneuse, le Public Health England et le Royal Co

Le Tribunal Fédéral abroge la prohibition du Snus en Suisse

Image
Le Tribunal Fédéral (TF) a abrogé la prohibition du snus en Suisse. Le produit de tabac, à faible taux de nitrosamines, en sachet à placer contre la gencive et suçoter, va donc être autorisé plus rapidement qu'attendu. Le verdict du 27 mai, publié hier matin , estime que la consommation de snus étant moins nocive que de fumer des cigarettes, il n'y a pas lieu d'en interdire la vente et l'importation. La prohibition du snus, en vigueur depuis 1995 en Suisse, agissait comme s'il y avait  "un permis perpétuel pour les produits les plus dangereux, tandis que les moins dangereux sont absolument interdits. Il n'y a aucune raison objective pour une telle procédure" , estime le jugement de la cour fédérale [notre traduction].  Une prohibition arbitraire "Interdire un produit si, en outre, d'autres produits plus dangereux ne sont pas interdits sur la même base juridique est arbitraire et constitue une violation de l'article 9 de la Constitu