Articles

L'OMS Europe reconnait que passer au vapotage réduit les risques pour un fumeur

Image
Publié avant-hier, le brief du bureau Europe de l’OMS sur le vapotage se distancie de la position fondamentaliste anti-vapoteurs du siège genevois de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). « Les fumeurs adultes, qui ne sont pas enceintes, qui passent complètement et rapidement des cigarettes de tabac combustibles à l’utilisation seule d’Electronique Nicotine & Non Nicotine Delivery System [le vapotage en langage courant] non altérée et correctement réglementée peuvent réduire leurs risques pour la santé » , affirme le rapport de l’OMS Europe rédigé par Armando Peruga. Même si on ne comprend pas pourquoi déconseiller aux femmes enceintes d'arrêter de fumer avec un moyen efficace, ceci tranche avec l’affirmation « qu’aucun produit ne réduit les risques » , encore répétée ce 29 mai par Krech Ruediger en conférence de presse pour l’OMS à Genève. En résumé : Le rapport de l'OMS Europe a été financé par le Gouvernement allemand, et non pas par des intérêts privés opaques et

Vape et droit à la réduction des risques: Conférences et discussions d'intérêt en libre accès par visio

Image
Des interventions ce 30 mai pour la journée mondiale de la vape, et au moins trois rendez-vous sur la première quinzaine de juin s’annoncent très intéressants concernant les questions de réduction des risques, du vapotage et ses dimensions sociales et politiques. Tous libres d’accès, certains nécessitent de s’inscrire. Ce 30 mai à l’occasion du World Vape Day Plusieurs discussions en ligne proposées par des organisations de défense de vapoteurs.  En italien, l’ANPVU invite à débattre à partir de 15 h sur sa chaîne Youtube  : Stefano Caliciuri (Sigmagazine), Umberto Roccatti (ANAFE), Barbara Mennitti (Sigmagazine), Prof. Riccardo Polosa (COHEAR), Antonella Panuzzo (UNIECIG), Dott.ssa Giuseppina Massaro (Psicologa-coach), Dott. Fabio Beatrice (Centro Antifumo), Mosè Giacomello (VAPITALY), Carmine Canino (ANPVU). Ce sera aussi en direct sur Radio Radicale (info de Sigmagazine ) L’Association des Vapoteurs en Inde (AVI) , qui sont confrontés à la prohibition, se mobilise avec notamment d

#TobaccoExposed : l'OMS viole la Convention-cadre anti-tabac

Image
Entrée en vigueur en 2005 et signée par 167 pays et l’Union européenne, la  Convention-cadre pour la lutte anti-tabac  (CCLAT) intègre, dans la définition de ses objectifs, l’approche de réduction des risques. Pourtant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de lancer une nouvelle campagne contre le vapotage. Si outrancière qu’elle touche au ridicule en mettant en scène une enfant de huit ou neuf ans. En la signant de la CCLAT, l’OMS bafoue le texte fondateur de la Convention en stigmatisant l’approche de réduction des risques. Mais l’OMS semble aussi prendre à la légère les décisions des membres de la Convention, qui lors de sa dernière assemblée en 2018 (COP8) ont refusé d’assimiler le vapotage au tabac. Contrairement aux cigarettes chauffées, qui elles ne sont « étonnamment » pas même mentionnées dans la campagne de l’OMS. Pourtant la responsabilité des pays membres de la CCLAT est pleinement engagée par la campagne de l’OMS faite en leur nom. Ce point est d’autant plus se

#SaveRayYeates Les autorités canadiennes veulent couper de force l'oxygène à un vapoteur de 70 ans atteint de BPCO

Image
Aujourd'hui, Ray Yeates est pour ainsi dire dans le couloir de la mort . Pourtant depuis 2013, il ne fume plus et son emphysème s'est stabilisé. Plus, le cancer des poumons qui lui avait été diagnostiqué ne s'est plus manifesté. Ce qui le menace de mort ce sont les autorités de l'État canadien de Nova Scotia. Avec l'état d'urgence promulgué, elles lui ont annoncé bientôt lui retirer sa bouteille d'oxygène, de force si nécessaire. Cet oxygène le maintient en vie. Le prétexte invoqué par les autorités de Nova Scotia est qu'il vapote. Sans son oxygène, Ray Yeates a de fortes probabilités de mourir en étouffant. Ray Yeates est atteint d'un emphysème diagnostiqué depuis 2013. La cause est claire, il a fumé dès son adolescence pendant 49 ans. Il a tenté de multiple fois d'arrêter sans succès. Fin 2013 pour se sortir du tabagisme, il opte avec bonheur pour le vapotage. Enthousiaste, il crée dans la foulée l'association canadienne de défense de

Analyse du tabagisme adolescent américain sur 20 ans: la vape détourne des jeunes de la cigarette

Image
Une nouvelle analyse, parue dans la revue Addiction le 25 avril , montre que l’apparition du vapotage aux États-Unis a favorisé la chute du tabagisme adolescent. Entre 1999 et 2018, le taux de tabagisme établi des 12 à 17 ans américains est passé de 12 % à moins de 1 %. L’apparition du vapotage autour de 2009 a accéléré la chute du tabagisme adolescent, un phénomène qui écarte la possibilité d’un effet de passerelle du vapotage vers le tabagisme. Mais la Dre Arielle Selya et Floe Foxon, de l’institut Sandord Research, vont plus loin en ayant calculé la courbe contre-factuelle de l’évolution du tabagisme adolescent si la vape n’était pas apparue. Leur analyse montre que, sans la vape, autour de 2,5 % des adolescents américains de plus seraient fumeurs établis. L’usage établi comme critère d’inclusion Les deux chercheurs universitaires se sont appuyées sur les données de 1999 à 2018 de l’enquête annuelle nationale sur les jeunes et le tabac (NYTS), qui ont interrogé de 12 500 à 3

USA, Covid-19 et vapotage: la FDA rétracte la fake news diffusée par Bloomberg

Image
« On ne sait pas si l’exposition au vapotage augmente le risque de Covid-19 » , a reconnu hier la Food and Drug Administration (FDA) américaine, par la voix de sa chargée de comm' Alison Hunt. Deux semaines après une sortie vaseuse d’un de ses collègues publiée par Bloomberg , la porte-parole de la FDA rétracte la mal-information alarmiste en demandant à ce média de la corriger . Mais le correctif de Bloomberg, signé Tiffany Kary, passe sous silence la lettre de treize experts anti-tabac envoyée à la FDA le 31 mars.  Bloomberg ne donne pas la parole aux treize experts anti-tabac « Sur quelle base la FDA croit-elle pertinent en ce moment de décourager les personnes souffrant de troubles sous-jacents liés au tabagisme de vapoter, alors que l’alternative probable pour beaucoup serait un retour au tabagisme ? » , demandaient notamment les signataires, dont le Procureur général de l’Iowa Tom Miller, le Pr David Abrams de l’Université de New York et Clive Bates, expert renommé

Nicotine et Covid-19: enquête lancée auprès des usagers

Image
À l’origine, un constat inattendu, mais hypothétique. La part de fumeurs atteints du Covid-19 serait de quatre à dix fois moindre que le taux de tabagisme de la population, selon les premières données parcellaires publiées sur les cas de Covid-19 en Chine et les statistiques préliminaires du Center for Disease Control (CDC) américain. Ces données sont parcellaires, préliminaires et peuvent comporter des biais. Une explication possible du phénomène pourrait être un effet protecteur de la nicotine. Pour documenter le sujet, et éventuellement écarter la piste ou l’approfondir, une enquête en ligne a été lancée ce lundi. Le questionnaire est très rapide à remplir : https://fr.surveymonkey.com/r/S5SBD8M Le recueil de données est organisé par les associations Aiduce , représentant les vapoteurs en France, et Sovape , qui défend la réduction des risques face au tabagisme (et dont je suis membre du comité). Les données seront analysées en collaboration avec le Pr Bertrand Dautzenberg