Articles

La Commission européenne exige des modifications du projet d'interdiction des arômes de vape au Danemark

Image
La Commission européenne aurait-elle formulé les mêmes demandes au gouvernement danois sans les critiques soumises par les associations de défense de vapoteurs  ? En tout cas, ce n’est pas grâce aux soumissions de pays ayant une filière de vape développée, tel que la France, qui brillent par leur absence. Dans sa réponse à la notification danoise , la Commission exige une modification du projet d’interdire les arômes de vape, sauf tabac et menthol, qui contrevient à la directive européenne TPD . Elle invite aussi les autorités danoises à vérifier que les violentes mesures sont vraiment adaptées et proportionnées à des raisons de santé publique.  En plus de l’interdiction des arômes de vapotage, le projet notifié par le ministre de la Santé danois Magnus Heunicke veut notamment imposer des emballages neutres aux produits de vape et l’interdiction de visibilité des produits dans les lieux de ventes, avec une exception à l’intérieur des vapeshops. L’avis de la Commission européenne allong

Vague de rechutes tabagiques de femmes enceintes provoquées par les gynécos français

Image
Dans l’ombre de l’épidémie de Covid-19, la déferlante passe inaperçue depuis le début d’année en France. Pourtant une vague de femmes enceintes rechutent dans le tabagisme après que leur gynéco leur ait conseillé de ne plus vapoter. Les groupes d’entraide et les consultations d’arrêt tabagique encaissent l'épidémie de panique. À l’origine de l'onde de choc, le  résumé des recommandations de prise en charge du Collège national des gynécologues et des obstétriciens français (CNGOF) et de la Société francophone de tabacologie (SFT) diffusé en janvier. En une demi-page qui amalgame vapotage, chicha, cigarette chauffée et Snus, le CNGOF et la SFT recommandent «  de déconseiller l’initiation ou la poursuite des produits de vapotage pendant la grossesse (accord professionnel) » . Ce texte court ne présentait aucune référence scientifique, mais il a été suivi par nombre de gynécologues praticiens français. Une recherche ultra-light Depuis, la revue du CNGOF a publié, dans son numéro d

La campagne de désinformation américaine de 2019 a violemment frappé les fumeurs anglais

Image
Fin 2019, près de 70 % des fumeurs anglais ne savaient pas que vapoter est moins nocif que de continuer de fumer. Un taux de désinformation qui n’a jamais été aussi tragique jusque-là. Cause évidente, la responsabilité meurtrière des autorités sanitaires américaines dépasse les seuls États-Unis. Alors qu’ils avaient connaissance de la source des atteintes pulmonaires des jeunes Américains, établie par une analyse du Waldsworth center dès le 19 août , les responsables des CDC et de la FDA américaines ont déclenché une campagne médiatique de terreur contre le vapotage à l’été 2019. L’onde de choc du dénigrement mensonger a largement atteint le reste du monde. Publiée en juin dans le JAMA Network , une étude de l’University College de Londres (UCL) évalue le préjudice dans l’opinion des fumeurs anglais. L’écroulement de la perception correcte des risques chez les fumeurs anglais Basée sur le suivi du Smoking Toolkit Study (STS) auprès d’un panel d’anglais de plus de 16 ans, la recherche a

Covid et vape: une étude américaine très douteuse fait le buzz

Image
Sa médiatisation est soignée. Un story telling impeccable prend place dans de grands médias, comme NBC , dès la publication en ligne hier de l’étude dans le Journal of Adolescent Health (JAH). Dans la foulée, l'élu démocrate au Congrès Raja Krishnamoorthi demande l’interdiction totale du vapotage durant « l’épidémie de coronavirus » en raison de ces résultats. Pourtant, la publication à l’origine de ce buzz médiatico-politique est étonnamment courte et peu claire. En cinq pages, les chercheurs menés par la Dre Bonnie Halpern-Felsher, pédiatre à l’Université de Stanford en Californie, affirment que le vapotage multiplie par 5 à 7 fois le risque de Covid-19. Une affirmation extraordinaire dont il est plus que difficile de s’assurer de la validité avec les données présentées dans l’étude. Un sondage plutôt qu'une étude L’étude s’appuie sur un sondage commandé à Qualtrics , spécialiste de la « gestion des expériences » , sur 4351 jeunes Américains de 13 à 24 ans entre le 6 et le

Économie de la santé : le tabagisme profite des taxes sur la vape dans les États américains

Image
Les taxes sur la vape tuent. En repoussant les vapoteurs vers le tabagisme, elles augmentent le nombre de fumeurs de cigarettes. Publiée par  le Journal of Risk and Uncertainty ce 24 juillet , la recherche menée par trois économistes universitaires, à partir des données de 4,3 millions d’Américains, montre l’effet de vase communicant, dans les deux sens, entre tabagisme et vapotage au gré des hausses et de l’introduction de taxes entre 2011 et 2018. « Les résultats de notre recherche suggèrent la prudence dans la réglementation du vapotage, car celle-ci peut avoir une conséquence néfaste et indésirable : l’augmentation du nombre de fumeurs de cigarettes traditionnelles » , alerte l’équipe d’économistes menée par le Pr Michael Pesko, de la Georgia State University. Une analyse basée sur les données de plus de 4,3 millions de personnes L’analyse d’une trentaine de pages s’appuie sur les données à diffusion restreinte de deux enquêtes de population, la Behavioral Risk Factor Surveillance

L'Institut Pasteur compare les toxiques entre cigarette, tabac chauffé et vape

Image
Quel niveau de réduction des risques avec la vape ou une cigarette chauffée par rapport aux cigarettes classiques ? L’Institut Pasteur de Lille apporte sa contribution au sujet avec une étude approfondie. L’équipe menée par Romain Dusautoir a analysé les taux de carbonyles et d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) dans les émissions d’une cigarette standard (3R4F), de la fumée de la cigarette chauffée Iqos, et de trois dispositifs de vapotage. Les chercheurs, financés par l’Institut national du cancer (INCa), ont ensuite procédé à des tests in vitro de viabilité de cellules épithéliales bronchiques humaines (BEAS-2B) exposées aux différents aérosols.  « Dans le cadre de la réduction des méfaits du tabac, dans laquelle les fumeurs devraient idéalement pouvoir choisir librement parmi une variété de solutions de rechange au tabagisme, les produits du tabac émergents (comme le tabac chauffé [HTP]) et le vapotage semblent avoir le potentiel d’une nouvelle offre prometteuse. Toutef

Prohibition des arômes : les vapoteurs se mobilisent contre le coup bas du Ministre des Pays-Bas

Image
SmaakNoodZaak : nous avons besoin des saveurs. Le site pour mobiliser les vapoteurs aux Pays-Bas est lancé. Le 23 juin, Paul Blokhuis a annoncé par lettre au Parlement néerlandais sa décision d’interdire tous les liquides de vape, sauf ceux « goût tabac ». Sans consultation publique, ni débat parlementaire, le secrétaire d’État à la santé vise une entrée en vigueur dés 2021. 400 000 vapoteurs néerlandais qui ont arrêté de fumer seraient immédiatement impactés par l’interdiction.  Paul Blokhuis invoque les adolescents pour justifier la prohibition. Pourtant, le tabagisme adolescent régresse ces dernières années, étant passé de 2,1 % en 2017 à 1,8 % en 2019 chez les lycéens hollandais . Tandis que la vente de produits de vapotage est déjà interdite aux mineurs. En cas de prohibition des arômes, l’essor de sources parallèles pourrait faire perdre tout contrôle aux autorités. Se mobiliser avant l’interdiction Aujourd’hui l’association de défense des vapoteurs ACVODA et l’ ESIGBOND , le