samedi 20 juin 2015

L'Etat Suisse préfère notre fric à notre santé !

Dans le magazine de l'assurance CSS de mars 2015, le Pr Beda M. Stadler accuse l'état Suisse de préférer les taxes du tabac à la santé des fumeurs. Pour le directeur de l'Institut d'immunologie de l'Université de Berne, ce sont des considérations financières qui expliquent l'interdiction des liquides nicotinés et la propagande anti-vape.

Le Professeur rappelle la très faible dangerosité de la nicotine elle-même, contrairement au tabac fumé.
" Beaucoup de données scientifiques montrent que la vape est de 100 à 1000 fois moins nocive que de fumer. Des milliers de fumeurs suisses ont renoncé à leurs vices en faveur de vapeur avec un peu d'arôme. En revanche, la grande majorité des ex-fumeurs utiliserait encore de la nicotine dans la vape, car ils en sont en fin de compte déjà dépendants. Cela est compréhensible et n'est pas un mal, la nicotine ne cause ni cancer, ni aucun dommage réel sur les organes. "
B. Stadler souligne les gains directs (plus de 2 milliards de Fs.) pour l'Etat fédéral. On pourrait aussi évoquer le cynique allégement pour le système de retraite (AVS) avec la mort prématurée de la moitié des fumeurs. Piquant, il remarque l'absence de toute recherche sérieuse sur le sujet préalable à la répression fédérale.
" L'État veut interdire de fumer car c'est malsain. Mais serait-il vraiment intéressé par la santé du fumeur, il aurait depuis longtemps recommandé la E-cigarette comme une alternative moins nocive. Peut-être ne le fait-il pas, parce qu'il s’enrichit avec plus de la moitié du prix des cigarettes et que cela soutient aussi l'AVS et l'AI ? Comme si cela n'était pas assez, il a créé le Fonds de lutte contre le tabagisme, financé par le prélèvement de 2,6 centimes par paquet de cigarettes vendu. La prévention du tabagisme de l’État a ainsi autour de 13,5 millions de francs suisses. Peut-être la diminution du nombre de fumeurs n'est donc pas attribuable à cet immense effort de propagande, mais aux citoyens responsables qui préfèrent maintenant vaper, en dépit de l'obstruction de l’État ?

Jusqu'ici, aucun fonctionnaire n'a pris la peine d'essayer de comprendre comment la plupart des ex-fumeurs s'en sont sorti grâce à la vape. Cela au moins est une preuve que l'État-Papa est plus intéressé à nos impôts qu'à notre santé. Serait-il vraiment intéressé par la santé du fumeur, il aurait depuis longtemps recommandé la E-cigarette."
Triste constat au pays où le tabac s'achète toujours aussi facilement et la vape est toujours aussi réprimée. Alors que celle-ci fait s'écrouler le tabagisme un peu partout en Europe de l'Ouest !

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire