Articles

Qu'est-ce que la Cytisine, le médicament le plus efficace pour arrêter de fumer ?

Image
Elle n’est en vente ni en France ni en Suisse. Les fumeurs désirant s’aider de la Cytisine pour arrêter de fumer peuvent l’acheter via internet. Cependant, trouver une information claire à son propos relève du parcours du combattant. Pourtant, avec plus de 50 ans de recul, la Cytisine est le médicament le plus efficace pour l’arrêt tabagique, avec peu d’effets secondaires et à bon marché. L’alcaloïde, extrait de l’ arbuste  appelé cytise à grappes, est utilisé couramment pour l’arrêt tabagique depuis 1964 en Europe de l’Est, notamment sous le nom de Tabex.  Après la chute du régime 'socialiste' des pays de l’Est, le lobby des laboratoires pharmaceutiques a réussi à faire rejeter les études sur la Cytisine précédant les années 1990'. Depuis, plusieurs essais cliniques ont confirmé que la Cytisine est plus efficace que les substituts nicotiniques pharmaceutiques (patchs et gommes). Et même un peu plus efficace que la Varénicline (Champix), tout en provoquant significativement

Les données sur le tabagisme ne permettent pas d'estimer sa sécurité, selon les experts du HCSP

Image
"On ne sait pas. Il n'y a aucune étude clinique sur le tabagisme et son éventuelle nocivité. Donc nous recommandons aux médecins de laisser leurs patients se démerder seuls" . Le HCSP vient de publier un nouvel avis concernant le tabagisme. Par "exigence éthique" , en l'absence d'étude clinique sur le tabagisme, les experts recommandent de ne surtout rien faire envers les patients fumeurs. "Seules des preuves issues d'études cliniques en double-aveugle randomisées contre placebo peuvent fournir des informations dont le HCSP tient compte" , précise le rapport.  "En l'état, les médecins qui conseilleraient à leurs patients d'arrêter de fumer, feraient preuve de manque de déontologie selon nos règles" , insiste un des experts, spécialiste en Médocologie. En somme, mieux vaut continuer de ne rien faire, comme d'habitude en France. Ce nouvel avis fait suite au controversé rapport sur le vapotage dont les conclusions suiven

Contribution sur le projet de taxe anti-vape en Suisse : cette taxe repousserait près de 50 000 vapoteurs vers le tabagisme

Image
En décembre, le Conseil fédéral a présenté un projet de taxation du vapotage . Il propose d'une part d'imposer une taxe de 2 cts par mg de nicotine pour les e-liquides de recharge. Cela ferait 4,32 Fs de taxe supplémentaire en comprenant la TVA pour une fiole de 10 ml à 20 mg/ml de nicotine. D'autre part, les produits pré-remplis (pods ou jetables) seraient taxés de 50 cts (plus la TVA) par ml avec ou sans nicotine. Une consultation publique est ouverte jusqu'au 31 mars , à laquelle j'ai participé avec la contribution publiée plus bas.  D'autres points de vue La contribution du Groupe romand d'études sur les addictions (GREA) publiée sur leur site , souligne que les "vaporettes sont surtaxées au regard de leur dangerosité moindre par rapport aux cigarettes traditionnelles avec cette révision de loi" .  De leur côté, les intégristes anti-réduction des risques de l’Association de prévention du tabagisme (AT-CH) proposent de taxer de 10 cts le mg de

Macron et sa vape : une photo peut-elle faire oublier cinq ans d'absence de politique de réduction des risques ?

Image
C’est, évidemment, un plan communication. À trois semaines du premier tour des élections présidentielles, la photographe d’Emmanuel Macron a posté une série de clichés pris le dimanche 13 mars à l’Elysée. Le Président y apparaît barbe de trois jours, sourcil circonflexe, sweat d’un commando parachutiste, dossiers sous le bras et, sur le cliché le plus repris par les médias, une vape dans sa main droite. Le détail a été relativement peu remarqué. Gala, magazine people, s’est fendu d’un article le 15 mars pour attirer l’attention sur ce point. Le Président, candidat à sa propre succession, aurait donc troqué ses cigarettes et cigares pour une vape. De prime abord, c’est une bonne nouvelle. Pour sa santé en premier lieu évidemment. Quoi qu’en disent de fanatiques obscurantistes, éviter les toxiques de la fumée, dont le monoxyde de carbone et les goudrons, en passant au vapotage réduit d’au moins 95 % les risques par rapport à fumer.  On peut également espérer qu’en ayant une expérience

Seize spécialistes comparent le rapport anti-vape du HCSP au raisonnement anti-vax dans le Monde

Image
Face à un danger certain, la précaution est-elle d’écarter un moyen d’en réduire les risques au prétexte d’une part congrue d’incertitude le concernant ? Le principe de précaution dans son interprétation absolutiste aboutirait à sauter d’un avion en flamme sans parachute en raison de l’absence d’étude clinique sur celui-ci . Heureusement, la plupart des gens ne font pas ça.  D’ailleurs, les autorités sanitaires Françaises n’ont pas suivi ce principe de précaution absolu face à l’épidémie de Covid, remarquent seize figures médicales signataires (liste en fin de billet) d’une  tribune publiée dans le Monde ce 3 mars . Au contraire, elles ont poussé à la vaccination, malgré le manque de recul sur les vaccins. « L’argument du principe absolu de précaution est donc considéré ici comme extrême et délétère face à ce fléau » , notent les Pr Benjamin Rolland et Sébastien Couraud, ainsi que les quatorze co-signataires.  Pourtant face au tabagisme, les mêmes autorités, en particulier le Haut-cons