samedi 8 octobre 2016

[Expresso] Des jeunes du Missouri témoignent sur la vape et le tabac

Dans le comté de St. Louis au Missouri (USA), l’âge légal pour acheter des produits de vapotage va passer à 21 ans début décembre. Une loi votée sans consulter les intéressés. Le St. Louis Post-Dispatch a recueilli des témoignages de jeunes sur la question début septembre

Evan Wright a 18 ans. Il vapote depuis un an et s'est ainsi sevré des clopes et des cigares qu’il fumait depuis ses 12 ans. Ses problèmes respiratoires se sont envolés depuis sa conversion au vapotage. «Chaque jour, j’ai envie d’acheter un cigare ou un paquet de cigarettes, mais je vape de la pina-colada fraise, et ça passe», explique le jeune homme à la journaliste Michelle Munz. De son côté, Mallory Immethun, 20 ans et habitant Fenton, dit qu’elle fumait quotidiennement un paquet de cigarettes à ses 17 ans. Son asthme s’est alors aggravé. Quand elle a commencé de vapoter il y a près de deux ans, elle a arrêté de fumer immédiatement. «Tout simplement, on se sent tellement mieux», témoigne Mallory.
Connor Schwieger s'est mis à cloper à 14 ans, exacerbant aussi son asthme. Le résident de Maplewood a fêté ses 18 ans. Depuis six mois il a jeté son tabac et s’est mis au vapotage. «Je n’utilise plus mon inhalateur pour l’asthme depuis», déclare Connor. «Je suis en mesure de jouer au volley-ball pendant trois heures. Avant je n’arrivais pas à jouer une heure». Connor explique aussi que beaucoup de ses amis ont utilisé le vapotage pour arrêter la cigarette. Par contre, il ne connait personne ayant commencé de fumer après avoir vapoter: le vapotage rend les cigarettes inintéressantes. Ian Shepardson, 21 ans de Saint-Louis, a commencé à fumer en première année de l’école secondaire. A 18 ans, il s’est converti au vapotage. «Je ne l’ai plus touché une cigarette depuis près de trois ans. Vapoter m’a aidé à quitter le tabac», affirme Ian.

Malgré ces exemples, l’ordonnance votée le 7 septembre va interdire à partir du 1er décembre la vente des produits de vapotage  aux moins de 21 ans du Comté de St. Louis.«La quasi totalité de mes clients se mettent au vapotage pour quitter la cigarette», explique Dru Fernandez, du magasin Mape Vape de Maplewood. Il estime que 8% de ses clients ont entre 18 et 21 ans. Pas de quoi mettre en péril son affaire. «Mon principal soucis, c’est le principe. Un produit de vapotage n’est pas du tabac. On enlève la possibilité aux jeunes adultes d’avoir une alternative plus sûre au tabac fumé», argumente t-il. Le Comté de St Louis est l’un des 191 comtés ampricains à avoir élevé l’âge légal d'accès à la vape à 21 ans. Les jeunes adultes locaux critiquent cette perte de liberté. À l’âge de 18 ans, ils peuvent s’enrôler dans l’armée, acheter une arme à feu, voter, parier, demander une carte de crédit, se marier ou être condamnés à la prison. «Si je peux mettre ma vie en jeu au front, pourquoi je ne peux pas vapoter de la fraise pina-colada?», demande Evan Wright.

Depuis le 8 août, les produits de vape sont assimilés au tabac par la Food and Drug Administration (FDA). Dans tous les Etats-Unis, leur vente est interdite aux moins de 18 ans. Les autorités justifient cette décision par l’augmentation du vapotage chez les adolescents et les risques de la consommation de nicotine pour ceux-ci. Pourtant une récente étude, menée par le Dr Richard Miech de l'Université du Michigan et publiée fin août dans le British Medical Journal, montre que 80% des ados américains qui vapotent le font sans nicotine. Aussi, l’augmentation du vapotage adolescent s’est accompagné d’une chute continue impressionnante du tabagisme. 

Alors que les 17-18 ans américains étaient encore 15,8% à fumer des cigarettes en 2011, avec l'arrivée du vapotage, ils ne sont plus que 9,3% en 2015. Le taux le plus bas enregistré par le Center for Disease Control (CDC) dans l’histoire américaine. Et la même tendance se constate pour tous les produits réellement de tabac: tabac à rouler, pipe, tabac oral, bidis etc... Le vapotage, sans tabac ni combustion ne produit ni goudron ni monoxyde de carbone, deux types de toxiques les plus morbides des cigarettes. La vape réduit à moins de 5% ses éventuels méfaits par rapport aux cigarettes selon plusieurs évaluations scientifiques dont celle du Public Health England et du Collège Royal des médecins britannique. Mais les jeunes ont-ils le droit de choisir un moyen de réduire les risques et dommages et préserver leur santé? Le monde des adultes semble avoir décider que non...


0 commentaires :

Enregistrer un commentaire