Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

lundi 10 octobre 2016

[Expresso] INNCO, réseau mondial d'usagers de nicotine, s'attaque à la politique puritaine de l'OMS

Paris novembre 2015 (de G. Armand / Vaping Post)
L'OMS peut-elle continuer d'ignorer 20 millions d'ex-fumeurs? Une nouvelle organisation donne de la voix.  L'INNCO, réseau international des organisations de consommateurs de nicotine, regroupe des associations représentant près de 20 millions d'usagers de produits nicotinés plus sûrs. "L'objectif de l'INNCO est de rendre plus facile l’accès aux fumeurs d'alternatives plus saines que les cigarettes, causes principales des maladies et morts évitables dans le monde", explique le communiqué de presse de la nouvelle faîtière. Une question de droit à la santé et de droits de l'homme. Dans ce soucis, l'organisation revendique la fin des prohibitions, des réglementations disproportionnées et des taxations punitives des produits nicotinés tels que le vapotage et le snus. Le réseau recherche donc en premier lieu l'ouverture d'un dialogue avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dont les positions contre les moyens et les approches de réduction des risques et dommages intoxiquent médias et santé publique.

Du 7 au 12 novembre, la Convention cadre de lutte anti-tabac (CCLAT) de l'OMS tiendra sa 7ème rencontre des parties (CoP7) à New Delhi en Inde. Un premier document préparatoire publié par la CCLAT annonce le maintien de ses positions puritaines et prohibitionnistes contre le vapotage, avec quelques concessions argumentatives. Habituellement fermée à la société civile, jusqu'à expulser les médias de ses discussions, la CCLAT n'a jusqu'ici pas laissé la parole aux usagers. Reprenant la revendication "Rien sur nous, sans nous", l'INNCO a proposé un rendez-vous à Margareth Chan, directrice de l'OMS, pour discuter du sujet. L'organisation précise attendre impatiemment la réponse depuis une semaine. En attendant, les défenseurs d'usages à risques réduits ont rédigé une analyse critique détaillée des positions représentant "une menace pour la santé publique" de la CCLAT. L'évaluation rationnelle des conséquences des propositions de réglementations devrait être de rigueur aux yeux de l'INNCO, en place d'un discours émotionnel jouant des peurs. 

De nombreuses organisations de vapoteurs sont représentées dans la nouvelle INNCO, notamment dans le monde francophone  Helvetic Vape pour la Suisse l'Aiduce pour la France et la Belgique, ainsi que Sovape. La coordinatrice du réseau international est Judy Gibson, une défenseure expérimentée des consommateurs britannique. "L'INNCO a l'intention d'être à l'avant-garde de la révolution globale de la réduction des risques et méfaits pour la consommation de nicotine", explique la porte-parole. "Nous sommes un organe des organisations les plus représentatives du domaine dans le monde, mais nous représentons aussi les hors-organisations, ceux qui font face aux persécutions des Etats simplement parce qu'ils ont fait le choix informé d'arrêter d'inhaler une fumée mortelle pour passer à quelque chose de beaucoup plus sûr".

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire