Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

jeudi 13 octobre 2016

[Expresso] Internet pour contourner la prohibition de vente de produits nicotinés à risques réduits

Les services d'Alain Berset interdisent de vente locale
les produits nicotinés à risques très réduits,
mais autorisent les plus nocifs
"Les ventes de liquide à vapoter avec nicotine et de snus sont interdites en Suisse. Mais les usagers peuvent toujours importer légalement ces produits en les commandant par internet", explique l'Aargauer Zeitung du jour. Le quotidien suisse-allemand présente l'exemple de Rico Daniel, vendeur de produits de vapotage à Kloten sur la Gerbegasse. S'il peut vendre matériel et liquide sans nicotine, il lui est interdit d'en vendre avec nicotine. Pour se fournir, les ex-fumeurs utilisant le vapotage peuvent avoir recours à internet, où le vendeur a lui-même une boutique online basée en Espagne. Cette pratique est "parfaitement légale", explique le journaliste Fabio Vonarburg, "la vente est interdite, mais l'importation à titre privé est autorisée". Bien que contestée au Tribunal Administratif Fédéral, la lettre n°146 de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) régie toujours à la fois la prohibition de vente et l'autorisation d'importation à titre personnel, jusqu'à 150 ml par commande quelque soit la concentration de nicotine du liquide à vapoter. Le changement de pratique douanière sur la taxation au 1er janvier 2017 fera exploser les frais pour les vapoteurs.

Le cas du snus est similaire. Alors que la vente des produits de tabac oraux les plus cancérigènes est autorisée par l'OFSP, celui-ci a renouvelé son interdiction du snus dans une directive fin août. Bien que la Suède connaisse une chute impressionnante des cancers de tous genres liés au tabagisme depuis la conversion de la moitié de ses fumeurs à ce tabac en sachet à suçoter. Même si ces méfaits pour les dents restent importants, la Food and Drug Administration américaine a autorisé sa vente. Mais pas la Suisse donc. Ses consommateurs, estimés à 0,7% de la population, doivent aussi passer par les achats en lignes. Snushof a créé son site de vente dans ce but explicitement. Une initiative saluée par l'association FreeSnus, qui préférerait cependant sa légalisation.

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire