samedi 11 juin 2016

La culture européenne sera t-elle privée de machines à brouillard ?

En sera t-il fini des nuages nappant les solos de guitares sur scènes, dans les soirées disco, pour les films ou au théâtre en Europe à partir de l'an prochain? On peut le craindre. En cas d'acceptation, la demande de reclassification du propylène glycol (1,2 propanediol - PG) en "substance irritante pour les voies respiratoires" déposée à l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) pourrait rendre très difficile, si ce n'est impossible en pratique, l'utilisation des machines à brouillard dans les spectacles.

A l'origine de cette initiative, dite d'harmonisation des classifications et étiquetages (CLH) en octobre dernier, l'Office fédéral allemand pour la sécurité et la santé au travail (BAuA) exige que le liquide utilisé dans ces machines change de statut de toxicité pour passer en Classe 3. Bien que reconnu sans danger par de nombreuses études scientifiques depuis 1942 et utilisé depuis plus de 60 ans sans problème, le PG serait ainsi classé dans la catégorie des toxiques après une seule exposition.

En conséquence, les artistes et les organisateurs de spectacles tels que les concerts, disco, théâtre ou les plateaux de cinéma et de télé, devraient prouver l'absence de risque d'irritation du liquide utilisé dans leurs machines à brouillard pour être autorisés à les utiliser, selon l'analyse de Ralf Stroetmann, juriste de l'Association allemande des techniques du spectacle et des médias - Verband für Medien- und Veranstaltungstechnik (VPLT) -. Le VPLT s'inquiète d'autant plus que le BAuA a agit en catimini, sans procéder à l'habituelle consultation préalable en la matière. Malgré le court délai de 45 jours pour intervenir devant l'ECHA, l'Association des techniciens du spectacle a fait parvenir ses observations contre cette reclassification.

'Quand j'entends le mot vapotage, je sors mon flingue'

Le VPLT souligne ne pas être dupe que cette démarche a pour cible avant tout le vapotage. Comme l'expliquait fin mars le Vaping Post, le PG est un des deux excipients principaux utilisés pour la confection des liquides à vapoter. Le VPLT déplore que les métiers du spectacle jouissent de si peu de considération qu'ils puissent être sacrifiés sur l'autel de la guerre au vapotage lancée par l'Allemagne. 

M. Kosinska est Secrétaire général du forum européen
 sur la santé publique EPHA
Menées par la Dct Martina Pötschken-Langers, cheffe du Centre allemand contre le cancer - Deutschen Krebsforschungszentrum (DKFZ) -, les attaques se multiplient contre ce moyen de sortie du tabagisme adopté en masse par deux millions d'allemands, dans un des pays au taux de tabagisme les plus élevés d’Europe, avec 30% de fumeurs, et à l'industrie pharmaceutique très influente. Au moment où les accusations de corruption systématique de la Pharma se précisent, notamment par le récent rapport de l'ONG Transparency International.

Pour le moment, il semble que les milieux culturels du reste de l'Union européenne, qui seraient pourtant aussi impactés par cette reclassification, n'ont pas réagi. Mais sont-ils seulement au courant de cette demande de reclassification? La possibilité de faire des observations sur le sujet à l'ECHA a été close le 21 avril. Une liste réduite d'organismes accrédités peuvent encore discuter avec le Comité d'évaluation des risques (RAC) de l'ECHA. Mais aucune des organisations autorisées n'est dédiée ni à la défense des intérêts des milieux culturels ni, évidemment, à ceux des usagers ou des entreprises du vapotage.

Le comité de l'ECHA doit rendre une décision dans les 18 mois après le dépôt de la requête, soit au printemps 2017. La bureaucratie Suisse visant explicitement à harmoniser ses réglementations avec l'Union Européenne, il est possible qu'elle veuille suivre par la suite la décision qui en résultera...


0 commentaires :

Enregistrer un commentaire