vendredi 26 mai 2017

[Expresso] Aucune pollution intérieure liée au vapotage selon une étude de l'Université de San Diego (USA)

"Les résultats de cette étude peuvent donner éclairage et information aux intervenants sur la qualité de l'air, en résumant les variables influentes sur la base d'un large échantillon de logements. La fumée, à la fois de cigarette [de tabac] et de marijuana, est une source majeure de pollution intérieure dans la population étudiée. Tandis que le vapotage ne l'est pas du tout." L'étude des chercheurs de l'Université d'Etat de San Diego, publiée dans la revue scientifique Plos One, a mesuré la pollution particulaire dans 256 logements durant une semaine. Particularités de l'échantillon, tous les habitats abritent au moins un enfant et au moins une personne utilisant un produit considéré de tabac par la législation américaine - à savoir cigarette, vapotage, cigares, pipes, chicha, cannabis fumé et un cas d'une autre drogue fumée -. 

Aucune pollution intérieure liée au vapotage

Tous les logements montrent une augmentation de la pollution liée aux usages en intérieur sauf ceux des 14,1% de vapoteurs. Le niveau de particules fines et ultra-fines, entre 0,5 et 2,5 microns, est resté à un niveau indétectable dans les locaux avec du vapotage. "Nous n'avons observé aucune différence apparente dans la moyenne hebdomadaire de la distribution de particules entre les 43 logements reportant un usage [en intérieur] de vapotage et ceux ne déclarant aucun usage", constate l'article signé par l'équipe menée par Neil Klepeis. A l'opposé, la cuisson à l'huile, l'utilisation de bougies, d'encens ainsi que le nettoyage ont été associés à de plus hautes moyennes de pollution. Mais le fait de fumer à l'intérieur, que ce soit du tabac ou du cannabis, sont les deux sources les plus importantes. "Les logements des fumeurs qui ne fument pas à l'intérieur montrent une meilleure qualité d'air que ceux des fumeurs qui fument en intérieur", insistent les auteurs. 

Les enfants de pauvres principales victimes de la désinformation ?

L'étude a ciblé les foyers à bas revenus, montrant que la taille du logement a une influence sur la concentration moyenne de particules. "Notre objectif premier était de montrer ce qui arrive dans les logements avec des niveaux élevés de particules dans l'air, et en conséquence, des environnements malsains pour les enfants", précise John Belletiere, co-auteur de l'étude cité par Vaping 360. Ces résultats devraient permettre une meilleure information du public ajoute Neil Klepeis, l'auteur référent. "Peut-être que les chercheurs de l'Université de San Diego pourraient commencer par informer les fumeurs à quel point les logements de vapoteurs ont une pollution de l'air moins dangereuse, et les encourager à passer au vapotage", pique Jim McDonald, journaliste spécialiste du domaine. 

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire