S'abonner via email :

penser à vérifier que le mail de confirmation n'est pas bloqué par l'anti-spam

mardi 30 octobre 2018

[Bref] Contre les mégots, Genève distribue des cendriers plutôt que des vaporettes

Le matraquage médiatique sur la pollution des mégots de cigarettes a de toute évidence quelque chose de la désignation du bouc-émissaire facile face à l'angoisse écologique généralisée. Depuis le 24 septembre, la campagne anti-mégots de la ville de Genève s'appuie d'ailleurs sur le filon. "Petit voyou" comme accroche, tandis qu'en fond de dessin un fumeur est croqué par des phrases telles que "Pas grave" ou "Pas mon problème". En somme le portrait d'un fumeur antipathique et incivique, dont on se demande comment il peut être inviter à se responsabiliser par une telle adresse. Pour prendre à témoin la population, des compteurs automatiques tournent dans cinq lieux centraux de la ville annonçant le soi-disant nombre de mégots jetés à terre. A l'avenir, la ville veut mesurer plus précisément les déchets des rues avec un système de surveillance "intelligent" par caméra.

A ces mesures publicitaires, la ville de Genève a joint un geste pour permettre aux fumeurs de ne plus jeter leurs mégots à terre. 10'0000 cendriers de poche seront distribués durant l'opération. L'idée de sensibiliser les fumeurs, plutôt que de les stigmatiser, et éventuellement leur offrir une opportunité de passer à un mode de consommation à risque réduit sans mégot tel que le vapotage ne semble pas avoir même effleuré l'esprit des autorités genevoises. A l'opposé d'une approche incitative douce, du type nudge, Guillaume Barazzone, Conseiller administratif de la ville en charge de l’environnement urbain et de la sécurité, rappelle, au micro de la radio RTS, que "à Genève, toute personne qui jette son mégot par terre s'expose à une amende de 100 à 200 Fs".


0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Printfriendly

Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

 
Real Time Analytics