Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

samedi 14 octobre 2017

Au Royaume-Uni, banaliser le tabagisme en y assimilant le vapotage ne passe pas

Au Royaume-Uni, on ne plaisante pas avec les messages de santé publique. Aldi, la chaîne allemande de supermarchés discount, vient de le vérifier. Ses magasins arboraient des panneaux erronés interdisant tabagisme et vapotage dans le même message. "Nous pouvons confirmer que toute la signalétique est en train d'être retirée et corrigée", informe Abigail Stefenson du Service consommateur d'Aldi, dans un mail ce vendredi. Cette décision vient en réponse à la protestation de citoyens contre cette signalétique trompeuse et légalement fausse. Les panneaux britanniques d'interdiction de fumer se doivent de comporter une référence à la loi, qui ne mentionne évidemment aucune interdiction de vapoter. Bien au contraire puisque la santé publique britannique invite la population à aider les fumeurs à arrêter de fumer, notamment à l'aide du vapotage.

L'assimilation des messages d'Aldi banalisait les cigarettes en les rapprochant d'un produit, sans tabac ni combustion, reconnu inoffensif envers autrui. Tromper le public en mêlant le tabagisme à son alternative de sortie n'est pas passé. L'initiative de contester ce panneautage erroné est venue de Brian Coe, avec un premier message sur twitter le 4 octobre, suivi d'échanges de mails entre divers personnes et la direction d'Aldi UK. Un dialogue fructueux puisque la chaîne a décidé de retirer et changer ses panneaux pour être en conformité avec les prescriptions britanniques. Qu'il n'y ait pas incompréhension sur le sujet: Aldi ne va pas autoriser de vapoter dans ses rayons et ce n'était pas la demande des citoyens. 

Nudging

Le mitage du message de prévention et la banalisation du tabagisme par l'effet d'assimilation du vapotage se voit heureusement éliminer par ce changement de signalétique. Comme le rappelle un article éclairant de Nathalie Dunant au Vaping Post, le Gouvernement britannique insiste sur la nécessité de "faire une distinction très claire entre fumer et vapoter". Avec moins de 16% de fumeurs suite à sa dégringolade suscitée par le vapotage depuis 2011, le Royaume-Uni fait figure de modèle sur cette question. Notamment grâce à une approche faisant place à l'incitation positive, inspirée de la théorie des Nudges de Richard Tahler,  et non uniquement répressive et haineuse.

Quelques-uns des tweets de cette petite histoire de santé publique citoyenne:

1 commentaire :

  1. Eeeexcellent, ça. A méditer pour la France, pour qui une ministre a déclaré que "Vapoter n'est pas fumer". Il serait donc cohérent, utile, normal, logique (et j'en passe) de ne pas se contenter de faire ce distinguo dans un discours démago "bouffant à tous les râteliers", mais également de l'appliquer dans les faits.
    Réellement.
    Avec de vraies mesures.
    Ce serait une première du genre. Imaginez ... Cohérence des solutions avec nature des problèmes à régler ...
    Pardon? Vous dites? Je ... rêve?
    Mais non, j'ai confiance.
    Aucune Ministre de la Santé ne laisserait faire ... Elle ne pourrait plus se maquiller car pour ça, il faut pouvoir se regarder dans un miroir.
    Quoi Bercy ...?
    14 milliards annuels de taxe tabac?
    Vous êtes sûr?
    Bon ben joker alors ... :-(
    Mais la ministre va devoir arrêter de se maquiller chez Loréal, parce "qu'elle ne le vaut pas".

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.