S'abonner via email :

penser à vérifier que le mail de confirmation n'est pas bloqué par l'anti-spam

vendredi 30 août 2019

USA: le fongicide Myclobutanil impliqué dans les intoxications des produits de vape au THC du marché noir?

Le 23 août est décédé un jeune homme du Wisconsin (USA) suite à un syndrome de détresse respiratoire l'ayant plongé dans le coma. Bien que les autorités sanitaires américaines font de la rétention d'informations, il est établi qu'il consommait des produits de vapotage prétendument au THC provenant du marché noir. Le 25 juillet, son frère a témoigné devant les caméras de FOX 6 Milwaukee (*) montrant un produit Dank Vape, une marque illégale de produits prétendument au THC comme l'a établi le site Inverse. Une association de drug checking, Doja App, avait déjà alerté fin juin sur le taux élevé du fongicide Myclobutanil dans un des produits de cette marque illégale. Le Myclobutanil en chauffant dégage du cyanure d'hydrogène, un gaz ultra-toxique potentiellement mortel en petite quantité. 

Autorités irresponsables

Le cannabis étant très sensible aux champignons, il est plausible que ce fongicide ait été utilisé par des producteurs indélicats et peu expérimentés. La rétention d'information des responsables du Center Disease Control (CDC) et de la Food and Drug Adminsitration (FDA), qui se sont montrées incapables de répondre à une question (sic!) sur la présence de pesticide ou de fongicide dans le produit incriminé en conférence de presse, laisse cette piste à l'état d'hypothèse. Mais elle est la plus cohérente au vue des différentes informations disponibles sur la vague récente d'intoxications liées aux produits de vapotage au THC du marché noir aux Etats-Unis.

Cependant on ne peut pas écarté que des cas liés à la présence de lipides, si les liquides ont été mal préparés, ou des catastrophiques pseudo-cannabinoïdes de synthèse déjà diffusés sous les noms génériques de Spice et K2 soient en cause dans certains cas. L'appel à témoignage lancé par le CDC sur une description assez floue de symptômes pouvant agréger des cas très différents parmi les près de 200 signalements.

Appels à ne plus consommer de liquides au THC du marché noir

Les associations de réduction des risques, notamment NORML California et Tobacco Harm Redution for Life, appellent les usagers a ne plus consommer de produits de vapotage au THC provenant du marché noir. 

Dans le milieu du cannabis américain, la sonnette d'alarme a déjà été tirée plusieurs fois sur des cartouches contrefaites et potentiellement frelatées de produit de vapotage de cannabis. Rolling Stones en avait fait un article précis en décembre dernier"Les faussaires internationaux semblent être au cœur du problème des produits de vape contrefaits. Nous prenons cette menace spécifique très au sérieux. La protection des consommateurs contre les produits synthétiques et potentiellement mortels est une priorité absolue pour nous", précise Kate Denton, directrice marketing chez Loudpack, un producteur de vape-pen au cannabis californien.

La désinformation augmente les risques

Le traitement médiatique général de cette affaire ces dernières semaines est consternant, notamment en occultant que le produit incriminé est un liquide prétendument au THC du marché noir, ce qui est connu dés le début de l'affaire. Inquiétant par ses conséquences d'augmentation des risques liés à une mauvaise information pour le public concerné, et pour les fumeurs de tabac qui se retrouvent désinformés sur la réduction des risques à passer au vapotage pour consommer de la nicotine. Ce traitement occulte aussi que la racine du problème est lié à la prohibition et l'abandon de souveraineté des autorités au profit du marché noir sur le contrôle des produits de cannabis ou prétendument de cannabis.

Le CDC, déjà auteur d'une gestion catastrophique des opioïdes de synthèse qui a entraîné une vague de décès à hauteur de près de 80'000 morts par an, se montre de nouveau totalement inapte a privilégier sa mission de santé publique plutôt que les agendas politiciens et de carrière de ses responsables. Une attitude gravement "irresponsable", aux yeux du Pr Michael Siegel, de la chaire de santé publique de l'Université de Boston.

(*) La séquence de Fox 6 Milwaukee du journal télévisé du 25 juillet où Patrick DeGrave, frère de la victime montre le produit de vapotage au THC du marché noir utilisé par son frère:



vendredi 2 août 2019

Dérive: Facebook bloque un utilisateur après son partage d'un article du Dr Nau sur le vapotage

"A peine j'avais j'avais partagé l'article que mon compte a été bloqué". Pedro [identité connue de la rédaction] n'en revient toujours pas. Cela se passe sur le réseau social Facebook et l'article en question provient du blog  'Journalisme et santé publique' du Docteur Jean-Yves Nau. "Contenu inapproprié et signalement", justifie sans plus la multinationale pour le blocage du compte de Pedro. Il a pu le récupérer après un long interrogatoire en ligne et avoir expurgé la publication. Le papier déclencheur de la censure parle de vapotage et de réduction des risques. 

L'article en question "Cigarette électronique? N'ayez pas peur c'est le préservatif du fumeur! (publicité)" revient sur la polémique OMS-AFP à travers une lecture commentée d'un article d'Anaïs Moine sur le site aufeminin.com donnant la parole à Jacques Le Houezec. "Concilier plaisir et réduction des risques, là est sans doute le hic – du moins dans une société pour une large part fondée sur le concept de péché et de rédemption. Où l'on en vient, esprit d’escalier, à cette proposition de slogan pour l’exécutif: «Cigarette-électronique? Ne pas en avoir peur, c’est le préservatif du fumeur!»", conclue le Dr Jean-Yves Nau.

Purges facebookiennes

Vapotage et plaisir contre le tabagisme donc. Des thèmes aussi peu appréciés que l'Origine du monde par la plateforme. Comme dans le cas du tableau de Courbet, il est à noter que d'autres personnes ou pages ayant partagé cet article du Dr JY Nau n'ont pas eu à subir les foudres de l'inquisition de Facebook. L'hypothèse que Pedro a été victime d'un excès de zèle arbitraire d'un commissaire au contrôle de Facebook semble probable. Mais le contexte actuel sur Facebook parait plus que favorable à ce type d'abus. 

Ces derniers jours, le réseau social se livre à une véritable chasse aux sorcières en clôturant d'innombrables groupes traitant du vapotage. La purge dépasse largement le prétexte annoncé de l'accès aux mineurs, bien qu'elle semble jusque-là ne viser que les groupes tolérant des ventes, des dons et du troc entre usagers. 

Cependant, la modification des règles du réseau social donne beaucoup de latitude à Facebook pour censurer les publications au sujet du vapotage. Facebook ne le distinguant pas des produits du tabac, le vapotage se trouve désormais simplement assimilé aux drogues.

Plainte pour défendre la liberté d'expression sur Facebook

Or, les associations sur les questions de réduction des risques pour les drogues sont déjà sujettes à des accès de censure arbitraire de la multinationale de Mark Zuckerberg. L'Initiative Sociale sur la Narcopolitique (Społeczna Inicjatywa Narkopolityki - SIN) a d'ailleurs déposé plainte en mai contre Facebook pour violation de la liberté d'expression suite à la suppression de contenus de l'association de réduction des risques polonaise par le réseau social. Le site The fix nous informe que SIN a remporté une première manche dans sa bataille juridique face à la multinationale en juin. 

Incitation à la haine diffusée, incitation à la réduction des risques censurée

Facebook a montré moins de scrupule pour collaborer à de vastes manipulations de masse lors de différentes élections, comme l'explique clairement le nouveau documentaire The Great Hack, sur Netflix. Étroitement associé par ailleurs au milliardaire puritain Michael Bloomberg, dans son projet très avancé de mettre la main sur l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l'orientation idéologique de Mark Zuckerberg parait de moins en moins mystérieuse. 

Contrôle des contenus, incitation à la délation, censure arbitraire sans recours ni explication, déni des droits humains, le monde angoissant de Facebook tend à déborder dans le réel. Pour éviter les limitations des algorithmes ou les possibles coupes de Facebook, nous vous rappelons que vous pouvez vous abonner pour recevoir sans pub directement en mail les articles de Vapolitique (n'oubliez pas de vérifier que le mail de confirmation n'a pas atterri dans les spams de votre mail ;) ).

Printfriendly

Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

 
Real Time Analytics