S'abonner via email :

penser à vérifier que le mail de confirmation n'est pas bloqué par l'anti-spam

jeudi 1 février 2018

L'accès aux liquides nicotinés est le principal problème avec la vape en Nouvelle-Zélande, selon une étude de l'Université de Massey

Annoncé l'été passé, le grand virage de l'intégration des outils de minimisation des méfaits contre le tabagisme en Nouvelle-Zélande tarde à s'amorcer. La nouvelle étude menée par la Dr Penny Truman, de l'Université de Massey, apporte de solides enseignements dans cette perspective. Elle a été publiée dans l'International Journal of Environmental Research and Public Health (IJERPH). Trois chercheuses ont interrogé 216 vapoteurs kiwis en 2016 sur leurs raisons, leurs pratiques et l'évolution de celles-ci. "Au moment de l'enquête, les produits de vapotage avec nicotine ne pouvaient pas être vendus légalement en Nouvelle-Zélande. La Dr Truman déclare que cette étude confirme que l'accès à la nicotine pour vapoter est le principal problème des usagers du vapotage", explique le site de l'Université de Massey. Ce problème, artificiellement créé par la réglementation, se comprend sur le terrain où évoluent les vapoteurs. 

Vaper pour arrêter de fumer

"La principale raison pour essayer de vapoter est d'arrêter ou de réduire la consommation de cigarettes. La plupart des participants ont dit qu'ils étaient passés totalement au vapotage et avaient cessés de fumer. Certains, vapoteurs depuis peu, fumaient encore mais en continuant de réduire leur consommation de cigarettes, et d'autres fumaient occasionnellement", explique la Dr Truman. En sa compagnie, la Pr Marewa Glover, de l'Université de Massey, et Trish Fraser, ex-directrice de l'Action on Smoking and Health (ASH) locale, concluent de la nécessité de légaliser rapidement le vapotage nicotiné pour favoriser la sortie du tabagisme. "Cela permettrait aussi de clarifier le risque grandement réduit associé au vapotage par rapport au tabagisme, ce qui encouragerait plus de fumeurs à faire le changement", souligne la Pr Marewa Glover.

Des incitations nécessaires aux fumeurs néo-zélandais pour s'engager dans l'arrêt des cigarettes à l'aide du vapotage. Car même aux antipodes, les parcours de défume ne sont pas tous identiques et tranquilles. "Certains passent du tabac au vapotage facilement et vite, d'autres ont une transition plus longue. La plupart ont changé de modèle de vapoteuse plusieurs fois. Il y a aussi une tendance à s'éloigner des arômes tabac pour expérimenter de multiples saveurs jusqu'à en trouver quelques unes qu'ils aiment et adoptent", poursuit la Dr Truman. 

NZ sans fumée mais avec la vape d'ici 2025 ?

D'autre part, les résultats aux questions inspirées de celles du test de Fagerström pour l'addiction tabagique montrent un pouvoir dépendogène du vapotage sensiblement inférieur aux cigarettes. "L'étude s'ajoute aux preuves internationales suggérant que le vapotage est moins addictif que le tabagisme. Les participants ont tendance à vapoter plus tardivement le matin, ils réduisent la concentration de nicotine de leur liquide au fil du temps et certains finissent par ne vapoter que du liquide sans nicotine", précise le site de l'institution universitaire. 

Des signaux encourageant pour que l'annonce néo-zélandaise de la légalisation du vapotage avec le statut de produit de consommation courante et son intégration comme outil de minimisation des méfaits contre le tabagisme prenne forme. "À l'heure actuelle, des informations inexactes sur le vapotage sont toujours diffusées par et entre les professionnels de santé. Cela doit cesser parce que cela pousse les gens à continuer de fumer. Le contraire de ce que nous voulons pour atteindre l'objectif 'NZ smoke-free' avec moins de 5% de fumeurs d'ici 2025", ponctue la Pr Marewa Glover.


0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Printfriendly

Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)