Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

mardi 5 juin 2018

Après les mesures anti-vape en Italie: moins de vapoteurs, plus de fumeurs

Une augmentation de 500'000 fumeurs en un an. Plus de 12,2 millions d'adultes fument actuellement en Italie, alors qu'ils étaient 11,7 millions à la même période en 2017, selon l'extrapolation de l'Institut Supérieur de Santé (ISS) à partir d'une enquête sur 3'000 personnes en 2018. Le tabagisme en Italie retrouve le niveau qu'il avait en 2007, indice d'une politique inefficace sur le domaine. "La situation générale sur la prévalence du tabagisme est gelée. Nous avons enregistré les mêmes données de 2007, un signe clair qu'il n'y a pas d'amélioration", déclare Roberta Pacifici, directrice du Centre national de toxicomanie et de dopage de l'ISS. De 22% en 2016, puis 22,3% en 2017, le tabagisme quotidien atteint 23,3% en 2018 de la population adulte en Italie.

Vapotage en baisse, tabagisme en hausse

De quoi voir un lien entre cette remontée et les mesures de répression prises contre le vapotage dans la péninsule? Les mega taxes, à plus de 4€ par fiole de 10 mL, l'interdiction de vente par internet et la mise sous régime de Monopole d'Etat de la distribution notamment ont inhibé le secteur. En 2018, selon les données de l'ISS, le nombre de vapoteurs baisse à 1,1 millions, dont 32,3% sont ex-fumeurs, contre 1,3 millions en 2017 et près de 2 millions en 2016. Une situation qui semble profiter aussi aux produits de tabac chauffé des cigarettiers. A présent, 1,4 millions de personnes ont au moins essayé un produit de tabac chauffé, dont 34,1% de non-fumeurs selon l'ISS. "En trois ans, la renommée de ces produits a presque triplé dans la population, passant de 21,5% à 52,3%", souligne le communiqué de l'Institut italien. L'enquête de l'ISS recense aussi 12,9% d'ex-fumeurs dans la population adulte, mais le communiqué ne précise pas quels moyens ont été employés par ceux-ci pour arrêter de fumer.

Chez les adolescents de 14 à 17 ans, 11,1% sont fumeurs réguliers, 13,9% occasionnels et 20,2% ont seulement essayé la cigarette, tandis que près de 2% sont déjà d'ex-fumeurs, selon une autre enquête de l'institut portant sur 15'000 élèves du secondaire. "Cela signifie que plus de 47% de ces jeunes sont entrés en contact avec des produits du tabac", s’inquiète l'ISS. Le communiqué de l'institut amalgame vapotage, cigarettes de tabac chauffé et autres produits du tabac pour signaler que 4% des adolescents les ont utilisé, sans autre précision ni sur les produits ni sur les types d'usages (expérimentations, occasionnels, réguliers?). Pourtant, l'usage du vapotage chez les jeunes est l'inquiétude mise en avant par les conférenciers à l'événement organisé par l'ISS pour la Journée mondiale sans tabac le 31 mai, rapporte Barbara Mennitti du site italien Esig Magazine

Prise de position de l'ISS contre une politique de réduction des risques

A cette occasion, l'ISS a présenté un nouveau document de "consensus d'experts" sur les "nouveaux produits", mêlant le vapotage mais aussi le tabac chauffé. "La réduction des risques (...) ne peut pas être considérée comme une politique de santé publique appliquée à la population générale, mais comme une intervention individuelle, pratiquée par des experts, dans des cas sélectionnés ne répondant pas au traitement et dans des cadres de santé spécialisés", affirme la prise de position autour de l'ISS. Ceci, en dépit de l'échec patent de la politique de santé sur le tabagisme. "En bref, le vapotage est un outil pour les fumeurs adultes, qui ne doit pas être promu par les autorités de santé, mais en quelque sorte laissé dans les limbes de la relation entre le fumeur et son médecin", synthétise Barbara Mennitti, qui voit là "néanmoins une timide ouverture dans le mur du principe de précaution maximale de l'ISS".


0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.