FAKENEWS - Les scientifiques réagissent à la pseudo-étude sur les AVC chez les vapoteurs, rétractée par l'AHA, mais diffusée par les médias

Cela ressemble à une nouvelle technique pour diffuser des fakenews. Un communiqué de presse, en l'occurence de l’Association of Heart American (AHA) annonce une "étude", non révisée par des pairs, avec des résultats alarmistes qui seront présentés à un colloque. La nouvelle est reprise avec complaisance et sans discernement par des médias, comme le site Pourquoi Docteur le 11 novembre. Puis le communiqué est retiré et la soi-disant présentation au colloque annulée. La fakenews Zombie se propage sur les réseaux sans réfutation possible.  

La campagne de propagande diffuse cette fois l’improbable message que le vapotage provoquerait plus d'accidents vasculaires cérébraux (AVC) chez les jeunes que le tabagisme, alors même que les données de la recherche montrent que les vapoteurs exclusifs étaient en proportion 6 fois moins nombreux à avoir eu des AVC que les fumeurs, les double-utilisateurs (cigarette et vape) se situant à mi-chemin entre deux. Le site Pourquoi Docteur n'a pas corrigé son article depuis la rétraction du communiqué de l'AHA.

[MàJ 19-11-2021]
L'agence Destination Santé, qui était à l'origine de l'article repris par plusieurs médias francophones dont Pourquoi Docteur qui l'a "batonné", a retiré son article et en a informé ses clients. Cependant, Pourquoi Docteur a laissé son article Fakenews sans correctif ni dépublication. [/]

Plusieurs experts britanniques avaient commenté les résultats étranges initialement annoncés par un communiqué de l’Association of Heart American (AHA), ensuite rétracté après avoir été diffusé et repris par des médias. Voici leurs commentaires en réaction au communiqué avant sa rétraction par l'AHA. Notre traduction.

Version originale à https://www.sciencemediacentre.org/expert-reaction-to-unpublished-conference-presentation-claiming-e-cigarette-users-face-15-higher-risk-of-stroke-at-a-younger-age-than-traditional-smokers/

En l'état, ce rapport ne permet pas d’évaluer s’il a la moindre importance 

Le Pr John Britton, professeur émérite d’épidémiologie à l’Université de Nottingham, a déclaré :  

« Cette découverte, si elle est vraie, serait intéressante, mais n’enlève rien au fait que les vapoteurs de cette étude étaient globalement moins susceptibles d’avoir des accidents vasculaires cérébraux que ceux qui ont continué à fumer. Sans un examen plus approfondi des conclusions, ce qui n’est pas possible étant donné la nature préliminaire de ce rapport, il n’est pas possible de déterminer si cette conclusion est d’une quelconque importance »

Il est probable que des fumeurs soient passés au vapotage après un AVC

Le Pr Peter Hajek, directeur de l’unité de recherche sur la dépendance au tabac à l’Université Queen Mary de Londres (QMUL), a déclaré : 

« Cette présentation de conférence non publiée semble être basée sur la même erreur que la tristement célèbre étude qui prétendait que le vapotage provoquait l’infarctus du myocarde (IM) [NdV. Le Pr Hajek se réfère à la rétraction de l'étude Glantz]. Le papier sur l’IM a été retiré lorsqu’il s’est avéré que la plupart des vapoteurs avaient eu leur infarctus avant de commencer à vapoter. Il est probable que les utilisateurs de vapotage de cette cohorte étaient des fumeurs qui sont passés au vapotage APRÈS avoir subi un AVC. Présenter ceci comme si le vapotage avait causé ces accidents vasculaires cérébraux est trompeur et pourrait dissuader les fumeurs de passer au vapotage ». 

Aucun détail sur le travail qui n’a pas été publié dans une revue scientifique 

La Dre Jamie Hartmann-Boyce, Center for Evidence-Based Medicine, Université d’Oxford a déclaré : 

« Cette étude, pour laquelle on n’a qu’un résumé de conférence, rapporte que les adultes qui utilisaient le vapotage auraient un risque 15 % plus élevé d’avoir un accident vasculaire cérébral à un plus jeune âge, par rapport aux adultes qui fumaient des cigarettes traditionnelles. Bien que cela puisse sonner l’alarme, il y a certaines choses importantes à garder à l’esprit. 

Les AVC étaient encore beaucoup plus fréquents chez les personnes qui fumaient des cigarettes que chez les personnes utilisant la vape – les personnes qui fumaient des cigarettes étaient plus de 6 fois plus susceptibles d’avoir un accident vasculaire cérébral que les personnes qui utilisaient le vapotage. 

De plus, nous n’avons pas beaucoup de détails sur cette étude, car elle n’a pas encore été publiée dans une revue à comité de lecture. Cela signifie qu’il est difficile de dire à quel point les résultats sont fiables. Nous ne savons pas si et comment les chercheurs ont pris en compte d’autres facteurs importants, tels que les problèmes de santé qui ont pu amener les gens à passer du tabagisme à l’utilisation du vapotage, et peuvent également les avoir rendus plus susceptibles d’avoir un accident vasculaire cérébral plus tôt. Nous ne savons pas non plus comment l’âge a été pris en compte, car l’utilisation de la vape est généralement plus courante chez les jeunes. 

Les experts continuent de s’accorder sur le fait que, bien qu’elles ne soient pas sans risque, le vapotage est considérablement plus sûr que le tabagisme, et les personnes qui fument devraient envisager de changer. Cette étude ne change pas ce message ». 

Les vapoteurs seraient six fois moins susceptibles d’AVC que les fumeurs 

Le Pr Paul Aveyard, professeur de médecine comportementale à l’Université d’Oxford, a déclaré : 

« Ce communiqué de presse pourrait également et précisément être intitulé’ les utilisateurs de vape sont six fois moins susceptibles d’avoir un accident vasculaire cérébral que les fumeurs de cigarettes traditionnels’. Comme le communiqué le souligne, “les AVC étaient beaucoup plus fréquents chez les fumeurs de cigarettes traditionnels que les utilisateurs de vapotage ou les personnes qui utilisaient les deux : 6,75 % contre 1,09 % et 3,72 %, respectivement".
Ce qu’ils semblent avoir trouvé, c’est ce que nous appelons la modification de l’effet, par laquelle alors que les utilisateurs de vape étaient globalement à risque beaucoup plus faible, il y aurait des éléments d’un risque plus élevé chez les plus jeunes (et en conséquence, il doit être vrai qu’il y avait un risque plus faible à âges plus avancés). L’interprétation de cette recherche se heurte à plusieurs difficultés. 

Cela compare les personnes qui utilisent la vape à celles qui n’en utilisent pas et essaie de déduire que l’utilisation de vape entraîne ces différences de risque. Une autre explication tout aussi possible est que les gens font d’autres choses qui les exposent à un risque plus ou moins élevé. 

Il n’y a pas d’hypothèse biologiquement plausible qui pourrait expliquer comment le vapotage pourrait augmenter le risque d’accident vasculaire cérébral à un jeune âge, mais le diminuer dans les groupes plus âgés. Il est fort possible que ce soit une découverte fortuite. 

Il est également important de souligner que l’AVC est principalement une maladie qui affecte les personnes âgées, où le risque chez les utilisateurs de vapotage était plus faible que chez les fumeurs de cigarettes. Si nous devions croire comme les auteurs que le vapotage affecte le risque d’accident vasculaire cérébral, alors dans l’ensemble, une personne qui doit choisir entre fumer et vapoter serait mieux avisée de passer au vapotage et cela est susceptible d’être vrai, quel que soit l’âge de cette personne. Arrêter de fumer et de vapoter est le meilleur choix pour la santé, passer au vapotage le deuxième meilleur choix et continuer à fumer le pire - et cette maxime reste vraie ». 

Une étude transversale sans chronologie des événements

La Dre Leonie Brose, National Addiction Centre, King’s College London: 

« Il est difficile de commenter sans en savoir plus sur l’analyse ; cependant, pour autant que je sache, l’enquête qu’ils ont utilisée est une enquête transversale. Cela signifie que les répondants ont eu un accident vasculaire cérébral dans le passé (peut-être des années avant de remplir le sondage) et qu’ils utilisaient le vapotage ou fumaient au moment du sondage. Au moins certains des accidents vasculaires cérébraux se seraient donc produits avant l’utilisation de la vape. Les accidents vasculaires cérébraux n’auraient alors pas pu être causés ou rendus plus probables par l’utilisation du vapotage. Il se peut également que les gens soient passés à la vape après un AVC pour réduire le risque d’AVC dû au tabagisme, ce qui expliquerait l’association entre un AVC passé et l’utilisation actuelle de vapotage. Dans tous les cas, de nombreux utilisateurs de vape auront fumé avant de commencer à utiliser des vaporettes, de sorte que l’analyse devrait prendre en compte le comportement tabagique passé des personnes. D’après le communiqué de presse, il n’est pas clair si cela a été fait ». 


Commentaires

  1. 𝐋𝐚𝐬 𝐦𝐚𝐟𝐢𝐚𝐬 𝐭𝐚𝐛𝐚𝐜𝐚𝐥𝐞𝐫𝐚𝐬 𝐲 𝐟𝐚𝐫𝐦𝐚𝐜𝐞𝐮𝐭𝐢𝐜𝐚𝐬,𝐧𝐨 𝐯𝐚𝐧 𝐚 𝐩𝐞𝐫𝐦𝐢𝐭𝐢𝐫 𝐪𝐮𝐞 𝐬𝐞 𝐝𝐞𝐣𝐞 𝐝𝐞 𝐦𝐚𝐭𝐚𝐫 𝐞𝐧𝐯𝐞𝐧𝐞𝐧𝐚𝐧𝐝𝐨 𝐜𝐨𝐧 𝐞𝐥 𝐭𝐚𝐛𝐚𝐜𝐨.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Les croyances erronées sur la nicotine ont un impact négatif sur l'arrêt tabagique aux Etats-Unis

Consultation européenne sur le projet de taxe anti-vapoteurs: quelques infos [MàJ]

En Norvège, le snus a engendré la première génération sans fumée