Fumeurs sans désir d’arrêter : plus d'arrêt avec la vape lorsque la délivrance de nicotine est suffisante


Menée aux États-Unis de 2015 à 2018 avec des fumeurs ne désirant pas arrêter de fumer, une étude clinique publiée cette semaine dans Nicotine and Tobacco Research montre un taux significativement supérieur d’arrêt tabagique avec la vape lorsque la délivrance de nicotine est suffisante. 

Des fumeurs ne cherchant pas à arrêter initialement

L’étude clinique, dirigée par le Pr Jonathan Foulds, s’est déroulée de 2015 à 2018 en Pennsylvanie, au Penn State Medical Center, et en Virginie, à l’Université de Richmond. Les chercheurs ont suivi 520 adultes qui fumaient en moyenne 19 cigarettes par jour. Initialement, ces fumeurs désiraient réduire leur nombre de cigarettes fumées quotidiennement, mais pas arrêter complètement.

Les fumeurs ont été répartis en 4 groupes suivis durant 24 semaines. Un groupe témoin recevait des conseils et un tube en forme de cigarette (CS), tandis que les trois autres groupes recevaient aussi des conseils et une vapoteuse de style eGo avec des e-liquides goût tabac ou menthol, au taux selon le groupe de 0, 8 ou 36 mg/ml de nicotine (basique) délivrés en double-aveugle. 

Au fil du temps, plus d’arrêts avec des e-liquides à 36 mg/ml

Le taux d'arrêt de la cigarette est significativement plus élevé dans le groupe de fumeurs ayant utilisé au fil des six mois de l’essai clinique un e-liquide à 36 mg/ml, par rapport à ceux ayant eu des e-liquides sans nicotine et le groupe témoin. « Lorsque les fumeurs visant à réduire leur consommation de tabac ont essayé le vapotage, peu d’entre eux ont arrêté de fumer à court terme. Cependant, si les fumeurs continuaient à utiliser un appareil avec une délivrance de nicotine similaire à celle d’une cigarette, une plus grande proportion d’entre eux est passée complètement au vapotage », résume l’étude.

« Lors d’études en laboratoire antérieures sur le même dispositif de vapotage que celui utilisé dans cet essai, après 10 bouffées pendant 5 minutes les liquides à 8 mg/ml et 36 mg/ml ont augmenté les concentrations de nicotine dans le sang de 6 ng/ml et 13 ng/ml. L’e-liquide à 36 mg/ml de nicotine utilisé avec ce dispositif fournit donc une augmentation de la nicotine proche de celle résultant de la consommation d’une cigarette (environ 15 ng/ml) », précisent les chercheurs américains.

Après 6 mois, le groupe ayant reçu des e-liquides à 36 mg/ml comprenait le plus haut taux d’arrêt tabagique d’au moins une semaine (10,8 %), devant le groupe des e-liquides à 8 mg/ml (4,6 %), puis le groupe placebo (3,1 %) et le groupe recevant des e-liquides sans nicotine (0,8 %). Près des 3/4 des abstinents du groupe à 36 mg/ml l’étaient depuis plus d’un mois (7,7 %).

La délivrance de nicotine est un élément clef

« Les taux d’abstinence n’étaient pas élevés, ce qui n’est pas surprenant chez des fumeurs quotidiens qui n’ont exprimé aucune intention d’arrêter de fumer au début de l’essai, qui ont été encouragés à réduire leur consommation de tabac et qui n’ont reçu aucune instruction explicite pour arrêter de fumer pendant l’essai. Les taux d’abandon extrêmement faibles dans les groupes sans nicotine et CS (< 1 % et 3 % à la 24e semaine) confirment que notre protocole d’étude n’a pas stimulé l’abandon spontané du tabac », détaillent les chercheurs. 

Les auteurs insistent sur la question du niveau de délivrance de nicotine des appareils dans le cadre des études cliniques (RCT). « Par exemple, l’une des études cliniques [publiée dans le Lancet en 2013] les plus citées sur le vapotage pour le sevrage tabagique a utilisé un produit annoncé à 16 mg/ml, mais contenant en réalité entre 10 et 16 mg/ml de nicotine, et il s’est avéré que le taux de nicotine délivré était très faible au niveau sanguin (2,1 ng/ml). Cet exemple démontre l’importance d’utiliser pour les essais cliniques des appareils de vapotage dont les propriétés pharmacocinétiques de la nicotine sont connues », explique l’équipe de chercheurs.

La part du vapoteur dans la délivrance de nicotine

Bien que publiée cette semaine, l’étude clinique a été conçue en 2015 et menée avec des appareils dits eGo désormais rarement utilisés. « La délivrance de nicotine dépend des caractéristiques du dispositif (par exemple, la puissance de la batterie et les caractéristiques de la bobine de résistance) ainsi que de la composition du liquide. Il pourrait donc être nécessaire, à l’avenir, d’informer les consommateurs de l’estimation de l’apport nicotinique standardisé (par exemple, l’augmentation de la nicotine dans le sang avec 10 bouffées en 5 minutes) résultant d’une combinaison dispositif/liquide, plutôt que simplement la concentration de nicotine du liquide », suggèrent les chercheurs.

Cependant, on doit remarquer que la capacité, avec le même appareil et le même e-liquide, à absorber la nicotine diffère nettement entre vapoteurs débutants « naïfs » et vapoteurs expérimentés, selon une étude citée dans la publication. Cet élément d’apprentissage peut aussi en partie expliquer le phénomène de transition progressive de certains « double-usagers », utilisant vape et cigarette, vers le vapotage exclusif. 

Vapoter arôme tabac est-il le plus aidant pour s'éloigner de la cigarette ?

Dernier point qui limite la portée de l'étude clinique américaine, on peut se demander dans quelle mesure certains fumeurs de l’étude n’ont pas été maintenus dans leur tabagisme par l’absence de possibilité de changer d’arôme au cours des semaines. Les seules saveurs disponibles aux participants étaient tabac ou menthol. En situation réelle, une vaste majorité des vapoteurs utilisent d’autres arômes, souvent dans une évolution pour renforcer leur éloignement de la cigarette.

Références :

Jonathan Foulds, Ph.D, Caroline O Cobb, Ph.D, Miao-Shan Yen, M.S, Susan Veldheer, D.Ed, Phoebe Brosnan, M.A, Jessica Yingst, Dr.PH, Shari Hrabovsky, D.Ed, Alexa A Lopez, Ph.D, Sophia I Allen, Ph.D, Christopher Bullen, Ph.D, Xi Wang, M.S, Chris Sciamanna, M.D, Erin Hammett, M.S, Breianna L Hummer, M.S, Courtney Lester, B.S, John P Richie, Jr, Ph.D, Nadia Chowdhury, B.S, Jacob T Graham, B.S, Le Kang, Ph.D, Shumei Sun, Ph.D, Thomas Eissenberg, Ph.D, Effect of Electronic Nicotine Delivery Systems on Cigarette Abstinence in Smokers with no Plans to Quit: Exploratory Analysis of a Randomized Placebo-Controlled Trial, Nicotine & Tobacco Research, 2021;, ntab247, https://doi.org/10.1093/ntr/ntab247 

Pré-version draft de l'article en accès libre sur Medrxiv (différente que la version publiée) https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.06.22.21259359v1.full

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les croyances erronées sur la nicotine ont un impact négatif sur l'arrêt tabagique aux Etats-Unis

Consultation européenne sur le projet de taxe anti-vapoteurs: quelques infos [MàJ]

En Norvège, le snus a engendré la première génération sans fumée