Plus de 80 % des médecins américains ont de fausses croyances sur la nicotine

Le nombre de médecins américains à avoir de fausses croyances concernant la nicotine est vertigineux. Première du genre aux États-Unis, une enquête menée par une équipe de l’Université de Rutgers a interrogé 1020 médecins entre septembre 2018 et février 2019. Les répondants sont 86,8 % à croire, pour la plupart fortement, que la nicotine « contribue directement » au cancer. 

Tandis que 86,1 % pensent qu’elle est cause de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). La méconnaissance atteint 91,7 % du corps médical américain imaginant que la nicotine provoque des maladies cardio-vasculaires, selon l’étude publiée dans le Journal of General Internal Medicine. Les médecins américains sont aussi 54,5 % à penser que la nicotine provoque des malformations aux nouveau-nés.

L'ignorance des médecins américains pire que celle de la population

« La nicotine est impliquée dans la nature hautement addictive des produits de tabac, mais la plupart des maladies causées par le tabac ne sont pas directement causées par la nicotine, mais plutôt par d’autres produits chimiques présents dans le tabac ou la fumée de tabac », expliquent les chercheurs du département de médecine et du centre d’études sur le tabac de l’Université de Rutgers. Avant de regretter que « malgré cela, nombreux sont ceux qui pensent que la nicotine est responsable des risques sanitaires liés au tabagisme, comme le cancer ».

Ces résultats concernant les médecins inquiètent. Une précédente enquête auprès d’adultes américains en 2016 avait montré que 49 % d’entre eux croient à tort la nicotine cancérigène et 24 % ne savent pas se prononcer. Les fausses croyances étaient plus marquées dans les groupes sociaux peu instruits et pauvres.

Urgence d'informer correctement les médecins

Il est inattendu que les médecins se retrouvent à un niveau de méconnaissance sur ce sujet pire que les groupes sociaux les moins bien informés. « Corriger les perceptions erronées devrait être une priorité », alertent les chercheurs de Rutgers. « De courtes interventions de communication peuvent efficacement corriger ces perceptions erronées sur la nicotine »

"Il est essentiel que les médecins comprennent le niveau de risque réel de la nicotine étant donné leurs rôle dans la prescription et la recommandation des substituts nicotiniques. Aussi, pour qu'ils puissent communiquer les risques dans un marché du tabac en évolution qui peut inclure des cigarettes à très faible teneur en nicotine, qui ne sont pas plus sûres que les cigarettes traditionnelles", concluent les chercheurs de Rutgers.

On peut douter que cet appel soit entendu dans le climat actuel d'obscurantisme hystérique sur le sujet aux Etats-Unis.

L'intervention d'Ethan Nadelmann, fondateur de la Drug Policy Alliance et New-yorkais, à la Royal Society de Londres en novembre dernier. https://vimeo.com/374470255 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les croyances erronées sur la nicotine ont un impact négatif sur l'arrêt tabagique aux Etats-Unis

Pour plus d'un million de fumeurs sauvés par la vape, combien condamnés à mort par les médias?

La Convention-cadre anti-tabac de l'OMS n'a pas eu d'impact sur la consommation mondiale de cigarettes