Racisme et mesures anti-vape accouchent d'une nouvelle bavure au Maryland (USA)


Après cinq années de propagande haineuse contre le vapotage aux États-Unis, la bavure policière d’Ocean City n’a rien d’un accident. Samedi 12 juin, peu avant 20 h 30 heure locale, des agents de la police municipale de la ville côtière du Maryland, décident d’arrêter un jeune homme noir parce qu’ils l’ont vu vapoter dans la rue en bord de plage. Dans sa communication aux médias, la police précise que « l’ordonnance locale interdit de fumer et vapoter hors des zones désignées ». La suite immédiate a été filmée. 

Brian, 19 ans d’après la police, s’arrête, entouré de cinq policiers. Il baisse son bras gauche pour le dégager de la lanière de son sac à dos. Sans avoir le temps de finir son geste, il s’écroule, touché par un coup de taser d’un des policiers. 

Dans son communiqué, la police municipale prétend qu’il a « tenté de résister ». Ce qui n’apparait en aucune façon sur la séquence partagée sur les réseaux sociaux, notamment par l’avocate Rebecca Kavanagh sur Twitter.

Dans la ville, située à moins de 200 km à vol d’oiseau de la capitale fédérale Washington, les choses dégénèrent et les policiers arrêtent trois autres jeunes. Une autre séquence filmée, diffusée sur Instagram par le média Hollywood Unlocked, montre un jeune tenu au sol face à terre par trois policiers. Il crie « Je ne résiste pas. Dites-moi simplement pourquoi vous m’arrêtez ». En forme de réponse, l'un des policiers se met alors à lui asséner de grands coups de genou.

[Tweet avec cette séquence ajouté à 17h30]


La vape, nouveau prétexte aux abus policiers aux US ?

Certaines associations antiracistes américaines avaient vu le coup venir. Lors du passage de mesures anti-vape et d’interdiction des cigarettes au menthol, dont une marque est particulièrement prisée pour des raisons culturelles par la communauté noire américaine, elles avaient anticipé que ces mesures seraient de nouveaux prétextes à des arrestations discriminatoires. Un effet collatéral qui n’est pas vraiment inattendu au vu du passif de politique raciste de Michael Bloomberg, le parrain de la lutte anti-vape. 

Il y a quelques semaines, à l’Ecig Summit US, Ethan Nadelman, vétéran de la lutte pour les droits à la réduction des risques aux États-Unis, soulignait à quel point la campagne contre la vape lui rappelle les méthodes de la guerre aux drogues du 20e siècle : criminalisation des usages, slogans proabstinence pour seule réponse à la situation, diffamation des défenseurs de la réduction des risques. Le fondateur de la Drug Policy Alliance insistait sur le rôle de Michael Bloomberg dans cette nouvelle guerre absurde.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les croyances erronées sur la nicotine ont un impact négatif sur l'arrêt tabagique aux Etats-Unis

Consultation européenne sur le projet de taxe anti-vapoteurs: quelques infos [MàJ]

En Norvège, le snus a engendré la première génération sans fumée