Au Maroc, la mobilisation a permis de réduire mais pas empêcher la taxe sur la vape

Fin novembre, les vapoteurs marocains se mobilisaient contre un projet de taxe assassine. Finalement le parlement a voté en décembre l'instauration de la Taxe intérieure de consommation (TIC) sur le vapotage mais à des niveaux sensiblement moins élevés que prévus initialement. Le Bulletin officiel du 14 décembre (p.8) fixe les montants à 3 dirhams (Dh, soit 0€30) pour 10 mL de liquide sans nicotine, et 5 Dh (0€50) pour 10 mL avec nicotine. A l'origine, la Commission des finances de la Chambre des représentants avait adopté un amendement à la loi des finances 2020 pour taxer jusqu'à 100 Dh les 10 mL de liquide nicotiné à plus de 10mg/mL. 

Chute des ventes de cigarettes

La mobilisation du milieu du vapotage a poussé les parlementaires à réviser à la baisse leur appétit fiscal. Cette taxe contre les vapoteurs arrive au moment où les ventes de cigarettes du marché légal ont chuté de 9% pour la seule année 2019. Aucune statistique fiable ne permet de savoir combien des 5,5 millions de fumeurs marocains ont adopté le vapotage, mais les témoignages attestent de l'engouement pour le moyen de réduction des risques. 

Extrait du Bulletin officiel du 14 décembre 2019, page 8

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les croyances erronées sur la nicotine ont un impact négatif sur l'arrêt tabagique aux Etats-Unis

Consultation européenne sur le projet de taxe anti-vapoteurs: quelques infos [MàJ]

En Norvège, le snus a engendré la première génération sans fumée