Covid-19 "Une opportunité de fermer les tabacs et ouvrir les vapeshops" pour le Pr Polosa

« C’est le bon moment de fermer les tabacs et de pousser des milliers de fumeurs à dire au revoir à la cigarette, et pour promouvoir la possibilité de passer aux produits à risques réduits ». Le 12 mars, le Pr Riccardo Polosa, fondateur du Centre d’excellence sur la réduction des risques (CoEHAR) de Catania, prenait le contre-pied de l’avis de l’Administration des douanes et du monopole du tabac (AAMS) de fermer les vapeshops et laisser ouverts les bureaux de tabac en Italie. « Je ne suis pas d’accord avec ce choix alors que des millions de fumeurs sont forcés de rester chez eux avec leurs proches, forcément exposés à la fumée secondaire », explique le chercheur italien.  

Le droit à la réduction des risques plutôt qu'aux cigarettes

« Au lieu de cela, nous aurons plus de fumeurs qui fument pour surmonter l’anxiété et la peur générées par la propagation du coronavirus et des milliers d’utilisateurs de vapotage qui risquent de retomber dans leurs anciennes mauvaises habitudes. Je pense qu’il est injuste de priver les fumeurs de la possibilité de passer à des produits moins nocifs, et encore plus injuste de laisser des milliers de vapoteurs recommencer à fumer. Une règle générale de santé publique devrait être de garantir l’accès aux outils alternatifs pour arrêter définitivement de fumer », poursuit le professeur de médecine à l’Université de Catania.

Ne pas engorger artificiellement les hôpitaux

« Il y a des personnes atteintes de maladies respiratoires qui ont connu une amélioration significative de leur état de santé, passant du tabagisme au vapotage. Les faire recommencer à fumer pourrait entraîner une détérioration rapide de leurs symptômes respiratoires avec pour conséquence de surcharger le système de santé national, qui est déjà à la limite », argumente le Pr Riccardo Polosa qui a mené nombre de recherches sur le sujet depuis une décennie. Le CoEHAR reçoit une aide financière de la Fondation pour un monde sans fumée (FSFW) de Dereck Yach, très critiquée par les lobbys financés par Michael Bloomberg comme le site TobaccoTactics

Le Gouvernement italien laisse les vapeshops ouverts

Contre la circulaire de jeudi de l’administration fiscale, le Gouvernement italien a finalement donné en partie raison à l’approche de réduction des risques en ne forçant pas la fermeture des magasins de vape, mais en laissant tout de même ouverts les tabacs. « La revente de cigarettes électroniques et de produits d’inhalation liquides relève des catégories d’entreprises exclues de l’obligation de suspendre et/ou de clôturer et relève de la définition de vente de produits pour fumeurs. La vente est autorisée à la fois si elle est effectuée dans des bureaux de tabac ordinaires et si elle est effectuée dans des commerces de quartier autres que des bureaux de tabac, à condition qu’il s’agisse de magasins spécialisés dans la vente exclusive de cigarettes électroniques et de produits d’inhalation liquides »

En France, décision de fermeture sous réserve...

Ce matin, le Gouvernement français a décrété qu’en raison de l’épidémie, « il y a lieu de fermer les lieux accueillant du public non indispensables à la vie de la Nation tels que les cinémas, bars ou discothèques ; qu’il en va de même des commerces à l’exception de ceux présentant un caractère indispensable comme les commerces alimentaires, pharmacies, banques, stations-service ou de distribution de la presse »

Les deux associations de professionnels de vape indépendants, la fédération Fivape et le syndicat SIIV, ont pris contact avec les pouvoirs publics pour obtenir des clarifications, et le cas échéant une éventuelle dérogation favorable à la réduction des risques comme en Italie. Les services du Ministère de la santé ont promis une réponse d'ici la fin de la journée... A suivre donc...

Les professionnels rappellent la nécessité de consignes sanitaires. Le Vaping Post en a listées plusieurs avant que la phase 3 ne soit prononcée. Des systèmes de vente de type « drive-in », pour éviter au maximum les contacts, sont envisagés, tandis que les ventes par internet devraient pouvoir se poursuivre, sauf annonce d’un confinement général. Anecdote peu glorieuse, les Buralistes en colère se réjouissent de pouvoir ramener dans leur giron les vapoteurs. Une péroraison passablement inappropriée.

[MàJ] Lundi 16-03-2020 à 12h: En France, le texte du Journal Officiel de ce matin précise que les commerces, n'ayant pas caractère indispensables, doivent fermer jusqu'au 15 avril "sauf pour leurs activités de livraison et de retraits de commandes". Plusieurs magasins de vapotage mettent en place des systèmes à la "drive-in", avec commandes par téléphone ou mail. Puis expédier ou remettre avec les mesures recommandées, mais sans accueil des clients. Ceci peut dépanner les personnes en urgence, en particulier les gens qui viennent d'arrêter de fumer. [/]

En Suisse et en Belgique, pas d'info...

En Suisse pour le moment, aucune information n’a été dispensée sur le sujet. En Belgique, où les ventes à distance de produits de vapotage sont interdites, une mesure de fermeture des commerces poserait de graves complications aux vapoteurs. ...




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les croyances erronées sur la nicotine ont un impact négatif sur l'arrêt tabagique aux Etats-Unis

Consultation européenne sur le projet de taxe anti-vapoteurs: quelques infos [MàJ]

En Norvège, le snus a engendré la première génération sans fumée