La démission du Pr François Alla du HCSP au lendemain de son rapport sur la vape pose question


Remis au ministère de la Santé le 29 novembre, le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a été rendu public le 4 janvier. Le lendemain, le ministère de la Santé actait la démission du HCSP du Pr François Alla, pilote du groupe de travail de ce rapport vivement contesté par des acteurs de terrain de tabacologie. Professeur de santé publique à l’Université de Bordeaux, François Alla explique dans un interview, au Quotidien du Médecin ce 24 janvier, que sa démission lui permet de dégager du temps pour sa nouvelle mission à la présidence de la Conférence régionale de santé et de l’autonomie (CRSA) de Nouvelle-Aquitaine.

Le HCSP devenu le SAV des décideurs

« Mais j’ai également démissionné parce que les experts du HCSP et les agences (HAS, Santé Publique France, etc.) n’ont pas joué leur rôle durant la crise sanitaire », ajoute le Pr François Alla, qui semble évoquer ici la Covid et non pas les 75 000 décès annuels liés au tabagisme. Le rôle du HCSP « consiste à élaborer de l’aide à la décision, y compris quand elle ne va pas dans le sens du décideur ! Or, cette aide à la décision s’est transformée en service après-vente de décisions qui étaient déjà prises en amont »

En ayant en tête le contenu du rapport sur le vapotage du HCSP, ces propos sont troublants. Et cela s’accentue au fil de l’interview. Rappelant le contexte début 2020, le Pr François Alla affirme que le rôle du HCSP comme « instance sanitaire aurait dû consister à dire : “le masque est nécessaire, c’est un outil de réduction des risques”. Ce sont des choses que les experts savaient, mais ils se sont censurés pour “ne pas mettre le ministre de la Santé en difficulté”, comme cela m’a été dit »

Seul pour traiter la littérature scientifique sur la vape

Et la réduction des risques face au tabagisme ? Julien Moschetti, le journaliste du Quotidien du Médecin, n’ose pas le demander. Mais le Pr François Alla évoque de lui-même le rapport sur le vapotage. « Le HCSP manque cruellement de moyens. À titre d’exemple, j’ai piloté un avis complexe, relatif aux bénéfices-risques de la cigarette-électronique [NdV. du vapotage], publié en novembre dernier. 6 000 articles sont sortis ces dernières années sur le sujet, j’ai dû me charger moi-même de la revue de littérature, le soir et le week-end ! »

« Pire, pour nous accompagner, nous avons un seul chargé de projet salarié du Haut conseil, mais il est mobilisé sur dix avis à la fois... », déplore-t-il, avant d’ajouter, « On ne peut pas s’appuyer uniquement sur du bénévolat sur des sujets aussi complexes qui nécessitent de faire la revue de la littérature, des entretiens, de rédiger, de communiquer sur l’avis ». Autrement dit, le Pr François Alla reconnaît que le nouvel avis sur le vapotage du HCSP n’est pas à la hauteur. 

Un rapport au rabais, si ce n’est saboté

Sur les 6 000 études que l’ex-membre du HCSP évoque, la bibliographie du rapport en a référencé 167. Moins d’un sur trente. Avec des lacunes majeures et des références à des études rétractées. Certaines de ces erreurs semblaient pourtant évitables puisque la contribution de Sovape, faite à la demande du HCSP (et à laquelle j’ai participé), les pointait. Mais cette contribution n’a tout simplement pas été lue, ou pas attentivement. D’autres contributions, que j’ai eu l’occasion de lire, ont été mal-traitées de manière similaire. 

En filigrane de son évocation de ce rapport, le Pr François Alla plaide les circonstances atténuantes pour sa mauvaise qualité en raison du manque d’aide pour faire face à la charge de travail. Cependant, en plus de l’absence de considération pour les contributions des associations de terrain, des tabacologues de haut niveau sur le sujet se proposant de participer au groupe de travail n’ont simplement jamais reçu de réponse. Pas même de simple politesse. 

Le HCSP réduit à un appendice technocratique

Il est probable que le barrage à ces candidatures n’a pas été érigé par le Pr François Alla. Peut-être même n’en a-t-il pas été informé. Ce qui, au-delà des moyens financiers qu’il souligne dans son interview, poserait la question d’une volonté de confiner ce rapport au niveau d’un travail amateur et superficiel. Alors qu’il est en lien direct face à la principale cause de maladies évitables et un des facteurs les plus violents d’inégalités sociales de santé. 

Pas à la hauteur au niveau scientifique, le rapport du HCSP sur la vape a encore moins été à la hauteur de l’enjeu sanitaire et social de la problématique. Le Pr François Alla termine son interview de manière toujours aussi troublante à mes yeux en soulignant le « dévoiement complet de l’expertise » qui a réduit le HCSP à des « avis techniques » sans vision « stratégique ». Dans les grandes lignes, c’était le sentiment que j’ai essayé d’exprimer précédemment à propos de l’avis du HCSP sur le vapotage. Les rapports du Royal College of Physicians (UK) sur l’approche de réduction des risques face au tabagisme sont d’un tout autre acabit en termes de vision de santé publique.

Références :

Avis du HCSP sur les bénéfices-risques du vapotage. https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=1138

Pr François Alla : « J’ai démissionné du Haut Conseil de la santé publique car les experts n’ont pas joué leur rôle durant la crise sanitaire », le Quotidien du Médecin, 24 janvier 2022 https://www.lequotidiendumedecin.fr/actus-medicales/politique-de-sante/pr-francois-alla-jai-demissionne-du-haut-conseil-de-la-sante-publique-car-les-experts-nont-pas-joue

Journal Officiel 13 janvier 2022 https://www.legifrance.gouv.fr/download/pdf?id=yg2V5QsNDQY2-RCYQ1s6Z_fdd9P5RLxy6K24Pn32T3Y=

Avis négatif sur la e-cigarette : « Depuis trois ans, la vape est pourtant la principale voie de sortie du tabagisme », interview du Dr William Lowenstein, Libération 6 janvier 2022. https://www.liberation.fr/societe/sante/avis-negatif-sur-la-e-cigarette-depuis-trois-ans-la-vape-est-pourtant-la-principale-voie-de-sortie-du-tabagisme-20220106_4YER2DYOPNDQLGV34EX52A5Y3U/

Cigarette électronique : « Des risques identifiés pour la santé, il n’y en a quasiment pas ! », interview du Pr Bertrand Dautzenberg, le Point 11 janvier 2022. https://www.lepoint.fr/sante/cigarette-electronique-des-risques-identifies-pour-la-sante-il-n-y-en-a-quasiment-pas-11-01-2022-2460088_40.php

SOVAPE ne partage pas l’avis du HCSP, l’association rend public ses travaux, 11 janvier 2022. https://www.sovape.fr/sovape-ne-partage-pas-lavis-du-hcsp-lassociation-rend-public-ses-travaux/

Royal College of Physicians :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les croyances erronées sur la nicotine ont un impact négatif sur l'arrêt tabagique aux Etats-Unis

L'Institut Pasteur compare les toxiques entre cigarette, tabac chauffé et vape

France: Un scandale passé sous silence à l'Hôpital Mondor? Des malades de Parkinson abandonnés à eux-mêmes depuis juin 2016