France: la municipalité de Ligueil impose des panneaux illégaux et pervers [MàJ]

[MàJ (16h12): le titre a été édité suite à la réaction d'Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer (voir plus bas). Le terme "impose" à été remplacé par "inaugure"- Le texte et le titre (une seconde fois) ont été édités suite à la clarification apportée par Axel Kahn sur l'absence de lien de la Ligue avec les panneaux d'interdiction municipaux]
Des enfants de l'école primaire de Ligueil, en Indre-et-Loire, ne verront plus leurs parents les attendre à la sortie de la classe. Ce sont les enfants des fumeurs et des ex-fumeurs utilisant le vapotage qui devront se tenir hors d'un périmètre de 15 mètres autour de l'école. "Le conseil municipal a transformé volontiers cette décision en arrêté municipal", explique le journal local la Nouvelle République. "Nous avons fait passer le message à la police municipale, pour qu’elle veille à ce que ce soit respecté", précise le maire Michel Guignaudeau. 

La signalétique mise en place à Ligueil, a été fournie par la Ligue contre le cancer, selon la Nouvelle République. Dont le président Axel Kahn était présent à l'inauguration.
[Edit 16h30] Selon Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer, la Ligue n'a fourni que les panneaux verts et blancs "Espace sans tabac", qui ne font aucun amalgame avec d'autres produits que le tabac. En conséquence, les panneaux aux signalisations violant les dispositions de la loi santé seraient de la seule responsabilité des autorités locales. [/]

Les panneaux apposés violent la loi française en assimilant un produit à risque réduit sans tabac ni fumée à l'interdiction de fumer. Pourtant, dans le but d'éviter ce type de perversion, l'arrêté sur la signalétique concernant les interdictions de fumer dans des lieux publics fixe des dispositions graphiques qui "ne doivent ni ne peuvent en aucun cas être modifiés". Le graphique est présenté en annexe de l'arrêté du 1er décembre 2010 fixant les modèles de signalisation prévus par l’article R. 3511-6 du code de la santé publique:

Mise à jour (16h12): réaction d'Axel Kahn sur twitter:

[/]

Assimiler le tabac à des produits à risque réduit perverti le message sanitaire sur les risques du tabagisme

La mesure pour protéger la signalétique a évidemment pour but d'éviter de pervertir le message sanitaire sur les risques du tabagisme. Par exemple en les assimilant à des produits beaucoup moins risqués et amenuiser la perception du risque particulier du tabagisme. On se rappelle du temps où des cigarettes en chocolat servaient le même message d'assimilation du tabac à des produits à risque réduit. C'est parce que le législateur avait en tête ce possible sabotage du message qu'il a fixé ce point.

Cela fait de nombreux mois que les défenseurs de l'arrêt tabagique à l'aide du vapotage alertent sur des signalétiques perverses diffusées initialement par des entreprises privées, sans que l'on sache précisément leurs liens d'intérêt.
[édité- Axel Kahn, de la Ligue explique ne pas être responsable de la signalétique des panneaux qui seraient donc de la responsabilité des autorités municipales. Je lui présente mes excuses pour avoir suivi l'information de la Nouvelle République sur la responsabilité de la Ligue des panneaux d'interdiction. Il reste que ces panneaux sont illégaux et pervers.]

Cancer, tabagisme et réduction des risques: le besoin de messages clairs

Au Sommet de la vape, organisé par Sovape le 14 octobre dernier à Paris, Antoine Deutsch de  l'Institut National du Cancer (INCa) a rappelé les énormes biais de perception de la population sur les cancers et les risques, notamment du tabagisme. La présentation d'Antoine Deutsch est disponible en ligne:
Sur cette question, l'INCa diffuse d'ailleurs ce spot d'information très clair:


Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Les croyances erronées sur la nicotine ont un impact négatif sur l'arrêt tabagique aux Etats-Unis

Consultation européenne sur le projet de taxe anti-vapoteurs: quelques infos [MàJ]

En Norvège, le snus a engendré la première génération sans fumée