En Espagne, le spot TV amalgamant vape et tabac pousse des vapoteurs vers la cigarette

La campagne assimilant vapotage et tabac en Espagne a repoussé près de quatre vapoteurs sur dix vers le tabagisme, selon une enquête d'opinion publiée avant-hier. Depuis début septembre, un spot télévisé du Ministère de la santé espagnol assène que le vapotage est une forme de tabac mortelle. "Fumer t'accroche et te tue sous toutes ses formes", accompagne des images mêlant fumeurs et vapoteurs. "Seulement 34% des étudiants pensent que le vapotage peut causer de nombreux problèmes de santé", justifiait Azucena Martí, déléguée du Gouvernement, au lancement de la campagne le 4 septembre.

Ce spot coûte des vies

En réaction le 16 septembre, l'association des vapoteurs Anesvap et l'union des professionnels indépendants Upev avaient organisé une manifestation à Madrid. Plusieurs centaines de défenseurs de l'arrêt tabagique à l'aide du vapotage protestent alors sous les fenêtres du Ministère de la santé: "Vos spots coûteront des vies". Un sondage du cabinet Deskmind Research publié avant-hier confirme la triste prédiction: l'opinion négative envers le vapotage a bondi tandis que celle envers le tabac a diminué chez les vapoteurs espagnols eux-mêmes.

L'enquête a interrogé en ligne 760 vapoteurs début novembre: 8% ont arrêté de vapoter et 29% ont réduit le vapotage mais augmenté dans le même temps leur consommation de cigarettes fumées. Ils sont passé en moyenne de 5,3 à 9,4 cigarettes par jour. 66% sont désormais convaincus qu'il ne sert à rien de remplacer la cigarette par le vapotage, et même une majorité pense qu'il vaut mieux fumer que vapoter. "L'assimilation du vapotage au tabac provoque le retour au tabac de vapoteurs", synthétise le cabinet Deskmind.

39% des vapoteurs ont une perception moins négative du tabac après le spot TV

Les deux-tiers des vapoteurs ou ex-vapoteurs interrogés ont vu le spot TV. "Près de 37% des vapoteurs ont arrêté de vapoter ou diminué après avoir vu la campagne du Ministère de la santé. Mais ils fument davantage", relève le site de santé Infosalus. L'effet pervers de l'amalgame frappe de plein fouet les vapoteurs: 39% perçoivent moins négativement le tabac après avoir vu la campagne du Ministère de la santé assimilant les deux produits.

Pourtant, le vapotage avait permis à près de 600'000 personnes d'arrêter de fumer avant la campagne du Ministère de la santé. En 2018, 70% des vapoteurs espagnols avaient quitté la cigarette au profit exclusif du vapotage selon une enquête de Sigma Dos. Mais cette dynamique positive est désormais en train de s'inverser. "Il y a des gens qui ont tout essayé: patchs, gommes, pilules et rien n'a marché. Alors, que faisons-nous pour les douze millions de fumeurs en Espagne? Qu'est-ce qui est proposé à ceux qui ne peuvent vraiment pas arrêter de fumer? Nous ne pouvons pas les abandonner dans l'oubli", se désespérait Angeles Muntadas-Prim, présidente d'Anesvap, durant la manifestation mi-septembre.

Manifestation devant le Ministère de la santé à Madrid le 16 septembre aux infos de la 6

Triple mensonges au Ministère de la santé

Inflexible, Maria Luisa Carcedo, la Ministre de la santé, a maintenu la diffusion du spot malgré les critiques. Face à la manifestation le 16 septembre, son Ministère a affirmé aux journalistes qu'aucune étude n'a montré que le vapotage aide à arrêter de fumer. Niant de fait l'essai clinique paru dans le New England Journal of Medicine en février dernier. "Nous sommes conscients que le vapotage n'est pas identique au tabac, mais la plupart contiennent de la nicotine et sont une passerelle facile vers le tabac", poursuit Pilar Campos, directrice adjointe de la promotion de la santé.

La porte-parole du Ministère de la santé y ajoute un dernier mensonge: le Ministère de la santé "est ouvert à une rencontre" avec les défenseurs des droits des usagers de moyens de réduction des risques. Mais en réalité, l'association Anesvap n'avait pas reçu de réponse à ses demandes. 

Recours en contentieux de Myblu contre le gouvernement

Si les associations indépendantes se sont heurtées au mur du silence et du mépris des autorités, les avocats de Myblu ont obtenu pour leur part une réponse négative à leur demande de retrait ou rectification du spot. Ce qui a permis à la filiale dédiée aux produits de vapotage du cigarettier Imperial Tobacco de déposer le 5 novembre un recours en contentieux devant le tribunal supérieur à Madrid contre le gouvernement. "Le rapport du Ministère de la santé, qui accompagne son rejet de corriger ou retirer ce spot, reconnaît lui-même que les cigarettes-électroniques ne contiennent pas de tabac et, par conséquent, que cette campagne est fausse", souligne le porte-parole de Myblu.

Le cas est encore pendant, et le spot toujours diffusé. Il n'est pas certain que la démarche initiée par Myblu lève l'état de confusion du public espagnol entre vapotage et cigarette. Un esprit suspicieux pourrait presque croire que le refus des autorités de tout dialogue avec les usagers avait pour but d'en arriver là. Ce qui ne fait aucun doute est l'identité des victimes du tabac et de la désinformation sanglante du Gouvernement. Douze millions de fumeurs, dont près de 50'000 meurent des maladies provoquées par le tabagisme chaque année en Espagne.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les croyances erronées sur la nicotine ont un impact négatif sur l'arrêt tabagique aux Etats-Unis

Consultation européenne sur le projet de taxe anti-vapoteurs: quelques infos [MàJ]

En Norvège, le snus a engendré la première génération sans fumée