S'abonner via email :

penser à vérifier que le mail de confirmation n'est pas bloqué par l'anti-spam

samedi 3 novembre 2018

Photos truquées sur la vape: les autorités de santé du Montana prises en flag' de manipulation

Les échanges de mails entre Jen MacFarlane, responsable de la promotion de la santé du comté de Gallatin dans le Montana (USA) et la graphiste engagée par son département sont effarants. Demande d'images terrifiantes, de trucages et de falsifications, ainsi que d'utiliser des photos d'adolescents de minorités ethniques et de sub-cultures marginales pour parfaire l'amalgame. On retrouve toutes les ficelles d'anciens processus de criminalisation de consommateurs, mais cette fois contre le vapotage. Ces mails, Ron et Deanna Marshall, du magasin Freedom Vapes, se les ont procuré en activant le Freedom of Information Act (FOIA), la loi sur la liberté d'information qui permet d'avoir accès à la correspondance des services d'Etat. Ils ont reçu 4'000 pages recto-verso.

Liquide anti-gel, respirateurs artificiels et rappeurs

"Merci pour ces images. Pouvez-vous modifier les labels du liquide de vape pour représenter la toxicité, ce serait grandiose", demande sans point d'interrogation Jen MacFarlane, le responsable du département de santé à la graphiste. La créatrice a bien saisi l'esprit du travail. "Est-ce que nous montrons un jeune avec un respirateur artificiel, ou avec un inhalateur pour asthme avec le slogan "Vapoter n'est pas sans risque" ?", demande t-elle à un autre moment. Il n'existe aucun cas de bronchopneumopathie (BPCO) à cause du vapotage, mais cela n'est pas même évoqué dans la conversation. 

Pour compléter l'invention du mythe, elle propose aussi de faire des photos d'une vaporette remplie de "liquide anti-gel". MacFarlane insiste pour inclure des images d'adolescents "identifiés au Hip-Hop ou d'autres groupes de pairs et culture alternative". Etc. Les idées de faux pullulent au long des documents internes.

Programme de publication pour les jeunes

Ces falsifications n'ont pas été sans conséquence légale. Le comté de Gallatin s'est appuyé sur ces documents pour décider d'interdire le vapotage dans les lieux publics, y compris dans les magasins de vape. Les usagers expérimentés ou débutants ne peuvent plus essayer ni recevoir d'instructions pratiques dans les shops spécialisés. Ron Marshall, commerçant de vape, déplore cette restriction et plus globalement la stigmatisation du moyen d'arrêter de fumer. "Ils essaient de représenter une image du vapotage qui est un mensonge. Les gens l'utilisent pour arrêter le tabac", déclare t-il à la chaîne NBC Montana (voir vidéo en fin d'article).

Interdiction contestée

"Le porte-parole du département de la santé du comté de Gallatin, Matt Kelley, a déclaré que les courriels faisaient partie d'un programme visant à créer des publications sur les réseaux sociaux destinées aux jeunes avec une subvention reçue des Centers for Disease Control (CDC)", précise la chaîne de télévision. Le porte-parole estime justifiées ces falsifications contre le vapotage. De leur côté, les autorités ont eu des doutes et ont fait volte-face à deux reprises. Finalement ce 25 octobre, le Conseil de santé du comté a voté par 7 voix contre 2 l'interdiction du vapotage en intérieur avec effet immédiat.

Les vapoteurs sont désormais punissables d'une amende de 25$ à 100$, tandis que les gérants de magasins peuvent écoper d'une amende de 100$ à 500$. Cela ne devrait ne pas en rester là. "Il y a collusion et il pourrait y avoir une violation des droits civils", estime Ron Marshall. Son épouse a annoncé une plainte après le vote du Conseil du comté au quotidien local Bozeman Daily Chronicle. De son côté, Matt Kelley, le porte-parole du département de santé dit réserver ses déclarations sur d'éventuels litiges seulement lorsque les poursuites seront officiellement entamées.

Le reportage de NBC Montana:



0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Printfriendly

Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

 
Real Time Analytics