S'abonner via email :

penser à vérifier que le mail de confirmation n'est pas bloqué par l'anti-spam

samedi 10 novembre 2018

En Allemagne, la Revue des médecins allume le dogmatisme stérile de l'OMS contre la réduction des risques

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) essuie une virulente charge dans le dernier numéro d'Äertze Zeitung, le journal des médecins allemands. L'approche de l'OMS contre les outils de réduction des risques, tels que le vapotage, ressemble à une doctrine idéologique conduite "d'une main de fer contre la société, au prix de dommages collatéraux", aux yeux de Matthias Wallenfels. Le rédacteur-en-chef de la rubrique économie d'Äertze Zeitung compare la politique de l'agence onusienne aux anciens "systèmes communistes". "Les mouvements sociaux et les aspirations à changer le système sont systématiquement poursuivis de manière répressive - jusqu'à ce que le système s'effondre à la fin. Cela pourrait également arriver à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans ses travaux en cours sur la Convention-cadre pour la lutte antitabac (FCTC)", estime t-il. 

Critiques étouffées

Le 8ème sommet anti-tabac (COP8) de l'OMS à Genève début octobre a accouché des habituelles recommandations de hausse des taxes et d'interdiction de publicité du tabac et, sans oublier, plus de fonds pour la prévention. "Parce que cela ne convient pas à leur idéologie, les représentants de la COP8 ont également tout mis en œuvre pour éviter de réagir aux nombreuses manifestations contradictoires de diverses organisations à Genève", rapporte Matthias Wallenfels. 

Cible de la contestation: la politique univoque de l'abstinence comme solution unique proposée aux fumeurs pour s'en sortir. Un dogme de l'OMS qui pourrait la conduire à nuire à la santé publique estime le Vaping Post cette semaine. Aux critiques à chaud du réseau INNCO, dont celle des représentants francophones (ACEAF, Aiduce, Helvetic Vape et Sovape), le témoignage de Claude Bamberger, s'ajoute cette semaine la voix espagnole de l'association Anesvap. Son analyse pointue sur "cette chaise cassée" qu'est l'OMS pointe le pilier brisé de la réduction des risques dans la politique tabac de l'agence onusienne. Mais ce sont aussi les disparitions du respect des droits humains et de la transparence qui inquiètent. Du côté de l'organisation Consumer Choice, Bill Wirtz s'agace dans Agora des orientations bureaucratiques de l'OMS.

Les médecins rejoignent le mouvement vers la réduction des risques

Au mouvement des usagers de moyens de consommer la nicotine à risque réduit s'ajoutent "de plus en plus de médecins du monde entier pour plaider contre la résistance des sociétés professionnelles à envisager des solutions de remplacement au tabagisme", se réjouit Äertze Zeitung. Même au risque d'être accusés d'être à la solde de l'industrie cigarettière, précise le rédacteur-en-chef. "Au lieu de soutenir activement les fumeurs concernés par ce changement, en Allemagne, on accuse le vapotage d'être un produit de l'industrie du tabac", déplore le Dr Knut Kröger, au journal des médecins.

Sortir de l'échec programmé

Le Dr Kröger est l'un des éminents spécialistes allemands avoir pris position en faveur de la réduction des risques au 34ème Congrès national d'angiologie la semaine dernière à Bonn. Avant eux, plus de 70 spécialistes mondiaux avaient également publié une supplique à l'OMS pour l'appeler à prendre en considération la réduction des risques avant son Sommet.

"Les méthodes d'abstinence conventionnelles, en partie fondées sur des preuves, sont en échec. De sorte qu'aujourd'hui, le vapotage est la méthode la plus fréquemment utilisée pour tenter d'arrêter de fumer aussi en Allemagne", appuie Matthias Wallenfels. "La population est de plus en plus disposée à adopter des solutions de remplacement"

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Printfriendly

Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

 
Real Time Analytics