En Allemagne aussi, la peur du vapotage gagne du terrain en faveur au tabagisme

91% des fumeurs interrogés début novembre en Allemagne ne veulent plus essayer le vapotage. Seuls 5% des fumeurs d'une enquête de Forsa, sur un panel représentatif de plus de 2008 allemands, envisagent de le faire. Au niveau de la population générale, y compris les non-fumeurs, l'enquête recense 57% qui croient que vapoter est aussi ou plus nocif que de fumer. Cette peur augmente encore lorsque la question porte sur le vapotage avec nicotine: 77% pensent que le vapotage est très nocif lorsqu'il contient de la nicotine. 

92% des ex-vapoteurs retournés à la cigarette l'ont fait par peur

Effet direct de la campagne de panique orchestrée depuis cet été: 92% des ex-vapoteurs qui se sont remis à fumer expliquent que c'est la peur qui les a repoussé vers le tabagisme. "Le niveau d'information de la population est extrêmement préoccupant", réagit Michal Dobrajc, président de la l'association des professionnels de l'e-cigarette VDEH qui a mandaté l'enquête. "C’est une évolution fatale et ici, une chance pour la santé publique est inutilement perdue", précise le représentant des PME de la vape en Allemagne, pour soutenir la revendication de son association: 
"Les autorités sanitaires et politiques allemandes doivent impérativement s'acquitter de leur obligation d'éduquer la population plus clairement et plus rapidement!"
Outre un manque flagrant d'information sur la réduction des risques, le quotidien Welt souligne que le public allemand, qui compte plus de 28% de fumeurs, n'est pas correctement informé des différences entre la situation américaine et européenne. D'une part, les médias n'ont pas clairement expliqué que les pneumopathies aux Etats-Unis sont liées à des liquides frelatés du marché noir vendus pour être au THC, sans lien avec le vapotage conventionnel. D'autre part, le public européen n'est pas conscient des dispositions réglementaires de sécurité sur les produits en vente en Europe.

Evolution similaire à la France

Moins détaillé, un sondage BVA, commandé par l'association Sovape et réalisé début septembre en France, montre une évolution similaire avec 59% des français croyant que vapoter est aussi ou plus nocif que fumer. Là aussi, les autorités sanitaires et politiques font preuve d'une absence de prévenance à l'égard de la population en laissant la désinformation et les fakenews se répandre sans borne.

S'il est indéniable que les autorités politiques, des deux côtés du Rhin, fuient leurs responsabilités sur le sujet, il faut reconnaître que la campagne menée par les lobbys en faveur du maintien du tabagisme a été particulièrement efficace. L'oligarque milliardaire Michael Bloomberg peut féliciter ces sbires médiatiques et autres influenceurs pour avoir répandue l'épidémie de la peur et du doute pour condamner les fumeurs à la cigarette et aux maladies qui en découlent.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les croyances erronées sur la nicotine ont un impact négatif sur l'arrêt tabagique aux Etats-Unis

Consultation européenne sur le projet de taxe anti-vapoteurs: quelques infos [MàJ]

En Norvège, le snus a engendré la première génération sans fumée