S'abonner via email :

Vous allez recevoir un mail pour confirmation. Il faut y répondre pour activer l'abonnement. Parfois il est considéré comme spam par des services de mail ;)

samedi 16 novembre 2019

Etude: Une nette amélioration cardiovasculaire pour les fumeurs qui passent au vapotage dés le premier mois

"La fonction vasculaire s'est nettement améliorée moins d'un mois après être passée de la cigarette de tabac fumée au vapotage", souligne le Pr Jacob George, de l'Université de Dundee, qui a dirigé la recherche nommée VESUVIUS - pour Vascular Effects of Regular Cigarettes Versus Electronic Cigarette Use. Publiée hier dans le Journal de l'American College of Cardiology, c'est la plus grande étude sur les effets cardiovasculaires pour les fumeurs qui passent au vapotage effectuée à ce jour. 

L'équipe de l'Université de Dundee (Ecosse) a mesuré plusieurs indicateurs cardio-vasculaires clefs de 114 fumeurs - d'au moins 15 cigarettes par jour depuis au moins deux ans - durant un mois. Les deux groupes qui sont passés au vapotage, l'un avec des liquides nicotinés à 16 mg/ml (37 personnes), l'autre sans nicotine (37 personnes), ont vu la mesure de la capacité de dilatation des vaisseaux (flow mediated dilation - FMD), ou fonction vasculaire (ou endothéliale), significativement s'améliorer après un mois. Le troisième groupe témoin (40 personnes) qui a continué de fumer n'a sans surprise pas évolué.

Près de 20% de risques d'accidents cardio-vasculaires en moins après un mois

"Pour mettre en contexte, chaque point d'amélioration de la fonction vasculaire entraîne une réduction de 13% du taux d'événements cardiovasculaires tels que les crises cardiaques [selon une étude précédente]. Chez ceux passés de la cigarette de tabac fumée au vapotage, nous avons constaté une amélioration moyenne de 1,5 points en un mois seulement. Cela représente une amélioration significative de la santé vasculaire", précise le Pr Jacob George, dont l'étude a été financée par la British Heart Foundation.

Les résultats n'ont pas montré de différence notable entre le groupe de vapoteurs avec (1,44 points d'amélioration) et celui sans nicotine (1,52 points d'amélioration). Par contre, parmi les vapoteurs, ceux qui se sont le plus tenus à un usage exclusif du vapotage, mesuré par le taux de monoxyde de carbone (CO) expiré, "ont le plus bénéficié en termes d'amélioration de la fonction endothéliale", caftent les chercheurs dans leur papier.

Un non-fumeur en bonne santé peut s'attendre à un score FMD de 7,7%, explique le site New Scientist"Les fumeurs chroniques qui sont passés au vapotage avec nicotine ont vu leur FMD augmenter d'environ un cinquième, passant de 5,5% à 6,7% à la fin du mois. Cela signifie qu'en l'espace d'un mois, les nouveaux vapoteurs étaient à mi-chemin du niveau FMD d'un non-fumeur en bonne santé".

Des effets positifs plus nets chez les femmes et les fumeurs moins anciens

Le nombre d'années de tabagisme a un impact sur la régression des méfaits après l'arrêt avec le vapotage. Ceux ayant fumé durant moins de 20 ans ont eu une amélioration plus nette, avec des baisses de la rigidité vasculaire et du rythme cardiaque au repos, que les plus anciens fumeurs. "Cela suggère que la tendance à une baisse de la pression artérielle dans les groupes de vapoteurs pourrait être importante. Des études à plus long terme sont nécessaires pour déterminer s’il existe une réduction statistiquement et cliniquement significative de la pression artérielle lors du passage de la cigarette de tabac au vapotage en raison de l’amélioration de la rigidité vasculaire", précise l'étude.

"Les femmes aussi ont bénéficié significativement plus que les hommes d'opter pour le vapotage, et nous en cherchons toujours les raisons", ajoute le Pr Jacob George. Les auteurs insistent que leur étude montre une amélioration rapide de la fonction vasculaire pour les fumeurs chroniques passant au vapotage et "suggère donc que d'un point de vue vasculaire, le vapotage pourrait être une alternative moins nocive à la cigarette de tabac. Mais il n'y a aucune justification ni preuve dans nos travaux pour affirmer que le vapotage est sûr en soi et, par conséquent, les non-fumeurs ne devraient jamais les considérer comme des dispositifs inoffensifs à essayer".

Interview (2 mn) du Pr Jacob George qui a dirigé l'étude:

Une étude majeure

Le Pr Jeremy Pearson, directeur médical de la British Heart Foundation qui a commandité l'étude, rappelle que le tabagisme est un des risques majeurs cardiovasculaires. "Cette étude suggère que le vapotage peut être moins nocif pour les vaisseaux sanguins que de fumer des cigarettes. Un mois à peine après avoir abandonné le tabac pour les cigarettes électroniques, la santé des vaisseaux sanguins des gens avait commencé à se rétablir", note t-il à Eurekalert. 

"Enfin, voici une étude randomisée chez l'homme qui fournit des données pertinentes sur le sujet. Les fumeurs qui passent au vapotage bénéficient d'avantages cardiovasculaires importants - ou, pour être plus précis, évitent les risques cardiovasculaires du tabagisme. Fait important, les avantages sont les mêmes pour le vapotage avec ou sans nicotine", souligne le Pr Peter Hajek, de l'Université Queen Mary de Londres, sur le Science Media Center

"Bien que nous ayons récemment entendu beaucoup d'histoires sur la manière dont les cigarettes électroniques et la nicotine pourraient aggraver la santé cardiaque, ces études s'étaient concentrées sur des données à très court terme et nombre d'entre elles ne sont pas réalisées chez l'homme. Cette étude devrait rassurer, car elle a étudié plus de personnes et les a suivies plus longtemps que nombre d'études récemment publiées", appuie la Dre Jamie Hartmann-Boyce, de l'Université d'Oxford et rédactrice en chef du groupe tabac de l'institut Cochrane.

[add 12h] Le Pr Konstantinos Farsalinos, cardiologue au Centre Onassis d'Athènes, souligne sur son blog hier soir que "des améliorations de la fonction vasculaire ont été observées même chez ceux qui n'avaient pas complètement arrêté de fumer mais avaient considérablement réduit leur consommation de tabac. Il s'agit d'un autre élément d'information important, en particulier pour ceux qui insistent sur le fait que le double usage (qui inclut les vapoteurs qui fument encore une cigarette par jour ou pas tous les jours) n'a aucun avantage ou peut être associée à un risque plus élevé que de fumer uniquement".

A l'opposé, la Dr Rose Marie Robertson, responsable scientifique de l’American Heart Association (AHA), a déclaré à Fox News que "l'étude est bien faite, mais ses conclusions comportent d'importantes mises en garde. Par exemple, un certain nombre de facteurs sont restés inchangés chez les fumeurs qui ont changé de mode, notamment les marqueurs de l'inflammation et la réactivité plaquettaire". L'American Heart Association vient de lancer une grande campagne publicitaire contre l'arrêt tabagique à l'aide du vapotage aux Etats-Unis, intitulée "Big Vape #QuitLying". L'organisation financée par le lobby pharmaceutique accuse notamment les vapoteurs de mentir lorsqu'ils disent avoir arrêté de fumer. [/]

Dans le Guardian, Deborah Arnott, directrice de l'Action on Smoking and Health (ASH), insiste que "les vapoteurs ne devraient pas être poussés par la peur à reprendre le tabac, cela leur coûterait la vie". Malgré l'importance de cette étude et du sujet en terme de santé publique, nous n'avons pas vu pour le moment de couverture à son propos dans la presse francophone...

Le Pr Konstantinos Farsalinos, du centre Onassis d'Athènes, a présenté vendredi (en 15 mn) l'état des connaissances - sans les résultats de cette dernière étude - sur la question des risques cardiovasculaires du vapotage au 7ème Ecig Summit à la Royal Society de Londres (en anglais avec la pointe d'accent grec):


1 commentaire :

Printfriendly

Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)

 
Real Time Analytics